AccueilLa patrimonialisation alimentaire en France et dans le monde

La patrimonialisation alimentaire en France et dans le monde

Turning food into Heritage in France and worldwide

*  *  *

Publié le jeudi 05 avril 2012 par Elsa Zotian

Résumé

Le deuxième numéro de la revue en ligne Food Geography porte sur le thème de la patrimonialisation alimentaire. Il s’agit d’interroger de façon critique le concept même de patrimoine alimentaire, ses usages sociaux, sa politisation et sa marchandisation.

Annonce

Argumentaire

Les patrimoines alimentaires se réfèrent à un ensemble d’éléments matériels et/ou immatériels, liés à des systèmes agroalimentaires, à des usages sociaux et à des pratiques alimentaires relevant d’un héritage partagé et d’un bien culturel collectif. Pour certains ils se composent de produits agricoles, de savoirs, de savoir-faire et de pratiques mobilisés pour les produire, les transformer, les distribuer et les consommer (Bessière et Tibère, 2011). Pour d’autres, la notion de patrimoine alimentaire a encore été trop peu travaillée et doit parvenir « à se dégager du champ restrictif du marketing des produits et des territoires qui l’a trop largement investi, et ce, au détriment de la véritable dimension culturelle dont elle est porteuse » (Csergo, 2011).

Dans l’histoire de l’alimentation, les acteurs des filières agroalimentaires (producteurs, transformateurs, distributeurs et consommateurs) ont cherché à établir un lien entre des productions et leur lieu d’origine, revendiquant un ancrage culturel et territorial. Dans ce contexte, la notion de patrimoine alimentaire est rapidement devenue un objet d’aspirations et de controverses sociales, politiques, mais aussi scientifiques : un support de constructions identitaires, un vecteur de reconnaissance sociale et un instrument de développement territorial.

Il s’agit dans ce deuxième numéro de Food Geography d’interroger de façon critique le concept même de patrimoine alimentaire, ses usages sociaux, sa politisation et sa marchandisation. Cet appel à contribution se structure autour des trois axes suivants :

  • Patrimonialisation et innovation.

 Le patrimoine alimentaire étant un patrimoine vivant, la question de l’innovation interpelle le chercheur quant à la nature même du patrimoine alimentaire et de sa préservation face à des logiques d’innovations territoriales et sectorielles.
  • La labellisation comme un vecteur de patrimonialisation ?

Peut-on dire que le label fait patrimoine dans un contexte de multiplication des signes de qualité et de médiatisation croissante des objets patrimoniaux biologiques et culturels ?
  • La mise en marché du patrimoine.

Il s'agit ici d'analyser l'instrumentalisation marchande d'un patrimoine immatériel culturel et sa valorisation. 

Bibliographie

Bessiere B. et Tibere L., 2011, « Innovation et patrimoine alimentaire en Midi-Pyrénées », Anthropology of food, n°8, En ligne, URL : http://aof.revues.org/index6759.html

Csergo J., 2011, « La gastronomie dans les guides de voyage : de la richesse industrielle au patrimoine culturel, France XIXe-début XXe siècle », In Situ, n°15 En ligne, URL : http://www.insitu.culture.fr/article.xsp?numero=&id_article=csergo-1321

Modalités de proposition

Date limite de soumission

Les textes proposés sont à envoyer :

  • avant le 15 juillet 2012

Pour connaître les normes de publication : http://www.geofood-association.com/

Modalités d'évaluation

Les propositions sont soumises, de manière anonyme, à deux lecteurs parmi les membres du comité scientifique qui donnent un avis (publiable en l’état, publiable sous réserve de modifications, non publiable).
En cas de désaccord entre les deux, le texte proposé est soumis à un troisième lecteur, qui déterminera l’avis rendu.

Coordinatrices du numéro

  • Delphine Vitrolles, docteur en géographie, Laboratoire d'Etudes Rurales (Univ. Lyon 2)
  • Alexine Fontaine, doctorante en histoire, Laboratoire d'Etudes Rurales (Univ. Lyon 2)

Comité scientifique de la revue

  • Nicolas Baumert, professeur associé (université de Nagoya, Japon), docteur en géographie
  • Alexine Fontaine, doctorante en histoire, Laboratoire d’Etudes Rurales, Université Lyon 2
  • Caroline Le Goffic, maître de conférences en droit, ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (Ulm)
  • Vincent Marcilhac ATER, docteur en géographie, ENeC UMR 8185
  • Lydie Menadier, docteur en géographie, UMR Metafort et CERAMAC
  • Sidonie Naulin, ATER, doctorante en sociologie, ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (Cachan), GEMASS
  • Jean-Baptiste Noe, professeur d’histoire et de géographie, docteur en histoire
  • Kilien Stengel, enseignant à l’université François Rabelais de Tours, au sein de l’IEHCA (Institut Européen d’Histoire et des Cultures de l’Alimentation)
  • Delphine Vitrolles, ingénieur-agronome (ISARA-Lyon), docteur en géographie, LER Université Lyon 2, UMR Innovation/CIRAD

Dates

  • dimanche 15 juillet 2012

Fichiers attachés

Mots-clés

  • patrimoine alimentaire, patrimoine immatériel culturel, mise en marché, innovation, labellisation, valorisation, préservation, promotion

Contacts

  • Delphine Vitrolles
    courriel : dvitrolles [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Delphine Vitrolles
    courriel : dvitrolles [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« La patrimonialisation alimentaire en France et dans le monde », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 05 avril 2012, http://calenda.org/208008