AccueilDémocratie et territoires

Démocratie et territoires

Les enseignements de l'élection à l'Assemblée Nationale Constituante Tunisienne

*  *  *

Publié le vendredi 06 avril 2012

Résumé

Les révolutions dans le monde arabe ont mis à jour des aspirations profondes à la démocratie et à la justice sociale, longtemps contenues par des régimes autoritaires. Dans plusieurs pays se sont dès lors engagés des processus de transition démocratique à l'avenir incertain. Dans ce processus, la Tunisie fait figure de pionnière. Les élections récentes constituent une étape essentielle dans cette transition démocratique et leurs résultats interpellent les acteurs politiques et la recherche en sciences sociales, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays.

Annonce

Argumentaire

Les résultats électoraux interrogent sur l'importance des inégalités sociales et territoriales comme clé de compréhensions des comportements électoraux. En effet, l'aggravation des phénomènes d'exclusion sociale et les disparités territoriales croissantes qui ont accompagné les processus de développement en Tunisie depuis les deux dernières décennies figurent parmi les causes profondes de l'explosion sociale et populaire qui a conduit à la révolution du 14 janvier. Tout au long de la période transitoire qui a mené aux élections du 23 octobre, la question sociale, en particulier l'emploi, et celle du développement régional ont fortement pesé sur les termes du débat politique et continuent de susciter d'importantes mobilisations (Kasbah 2 et 3, Bardo 1) Les résultats du scrutin du 23 octobre qui ont donné globalement une large avance au parti  islamiste d'Ennahdha (40% des sièges) sont diversement interprétés par les analystes : vote sanction contre les élites politiques et volonté de rupture définitive avec l'ancien régime, vote identitaire, vote populaire, vote conservateur. Ces interprétations n'accordent qu'une attention limitée à la dimension territoriale du vote. Pourtant le vote tunisien du 23 octobre 2011 ne peut être compris qu'en combinant une lecture sociologique et territoriale. D'une part, la géographie des résultats électoraux exprime les inégalités de développement et de structures socio-économiques. D'autre part, cette territorialité du vote tunisien ne peut pas être réduite à ces inégalités socio-économiques et recouvre d'autres dimensions  importantes, sociohistoriques, culturelles et politiques, en particulier.

Dans cette perspective, ce séminaire qui réunira des chercheurs, des experts et des acteurs institutionnels et de la société civile se fixe deux objectifs et s'organise en deux temps:

1. Présenter et discuter les résultats d'une analyse préliminaire de géographie et de sociologie électorale du scrutin du 23 octobre entreprise par une équipe de recherche tuniso-française.

Les questions suivantes sont plus particulièrement explorées : Dans quelle mesure la géographie du vote tunisien s'explique-t-elle par les caractéristiques socio-économiques des territoires ? Ya-t-il une forte dimension territoriale au vote exprimé par les Tunisiens le 23 octobre ? Quelle est la base sociale et socio territoriale des différents partis, et en particulier des principales listes engagées dans le scrutin ? Les comportements et les résultats électoraux expriment-ils une résurgence du régionalisme, un renouvellement du sentiment identitaire, une exacerbation des conflits de classe, un clivage renforcé entre courant « moderniste » et courant religieux ? Comment s'articulent ces différentes dimensions dans les comportements électoraux et comment s'expriment-ils à l'échelle des territoires ?

2. Préciser l'approche méthodologique de la recherche et les pistes d'approfondissement de l'analyse au cours d'un atelier qui réunira l'équipe de chercheurs, des étudiants et des acteurs de la société civile

Programme

Vendredi 16 mars 2012

9h-9h30 Ouverture : Représentants de l'Observatoire Tunisien de la Transition Démocratique (Asma Nouira), de la Fondation Hanns Seidel (Jamil Hayder) et de l'Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (Pierre-Noël Denieuil)

Matin : Le contexte sociopolitique

10h-10h15

1. Samir Rebhi (ancien membre de la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, Kasserine) et SlimTissaoui, syndicaliste et association de développement de Jendouba
Chroniques de la révolution tunisienne. De la révolution aux élections de l'assemblée constituante : le point de vue des régions.

Discutant : Alia Gana ou Pierre-Noël Denieuil

10h05- 10h30 : Pause café

10h30-13h00

2. Présentation du film sur les élections de Hichem Ben Ammar / ISIE
3. L'organisation et déroulement des élections : inscription des partis et des candidats,  inscription des électeurs sur les bureaux, déroulement du vote

  • Souad Triki ou Larbi  Chouikha, Instance Supérieure Indépendance des Élections (ISIE)
  • Mourad Ben Cheikh, Monitoring des médias, ISIE
  • Moez Bouraoui, association ATIDE pour l'intégrité et la démocratie des élections

4. Yassine Sami Turki et Myriam Ben Salem, Université de Tunis
Thématiques de campagne : Les clivages territoriaux dans le débat politicomédiatique.

5. Hamadi Redissi, Professeur à l'Université de Tunis
Éléments du contexte actuel et discussion.

Après midi : Résultats de l'analyse de géographie et de sociologie électorale

14h30-16h

1. A. Gana et G. Van Hamme, UMR Ladyss
Présentation du projet de recherche « Géographie électorale et disparités socio-territoriales en Tunisie » 

2. Gilles Van Hamme, Maher Rebhi, UMR Ladyss
Présentation des résultats de l'analyse quantitative à l'échelle des gouvernorats et délégations

Discutant : Céline Braconnier

16h30-16h50 : Pause café

3. Résultats des observatoires : Jendouba (Jean Gardin), Zaghouan (Alia Gana) Tunis/Ariana (Yasmin Chebbi, Bochra Kammarti), Sfax (Maher Ben Rabeh)
Discutant: Mohamed El Hachemaoui

Samedi 17 Mars 2012 : Atelier méthodologique

9h-10h

1. Céline Braconnier, Approches et méthodes de la sociologie électorale contextualisée, Université de Cergy Pontoise

2. Mohammed Hachemaoui, Institut Maghreb Europe, Université Paris 8. Élections et réseaux tribaux : étude de cas en Algérie
Discutant : Gilles Van Hamme

10h30-10h45 : Pause café

10h45-13h

3. Pistes d'approfondissement de l'analyse et démarche de recherche

4. Outils méthodologiques, zones d'enquêtes et d'observation

14h00-17h

5. Élaboration du guide d'entretien (groupes de travail)

16h30-17h

6. Alia Gana, Hamadi Redissi, Asma Nouira : synthèe et clôture de l'atelier

Colloque co-organisé par l'Observatoire Tunisien de la Transition Démocratique et l' UMR CNRS LADYSS, en partenariat avec la Fondation Hanns Seidel et l' IRMC,  les 16 et 17 mars 2012.

Lieux

  • Hôtel le Belvédère
    Tunis, Tunisie

Dates

  • vendredi 16 mars 2012
  • samedi 17 mars 2012

Mots-clés

  • révolutions arabes, démocratie, assemblée nationale, justice sociale

Source de l'information

  • Aurélie Flamant
    courriel : aflamant [at] msh-paris [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Démocratie et territoires », Colloque, Calenda, Publié le vendredi 06 avril 2012, http://calenda.org/208035