AccueilExterritory Project

Exterritory Project

Exterritory Project

*  *  *

Publié le lundi 16 avril 2012 par Elsa Zotian

Résumé

Ce colloque explore les contours du terme extraterritorialité tout en proposant, par des récits multiples, de dériver depuis « les archipels d’exception ». Au-delà de l’évocation séduisante que produisent plus communément ces espaces de liberté, il faudra en aborder les limites. Comme si leur autonomie n’était que temporaire, ces zones se retrouvent transformées par de nouvelles organisations géopolitiques et juridiques souveraines. Mercredi 2 mai 2012, de 17h à 21h au Comptoir général, 80 quai de Jemmapes, 75010 Paris. Réservation obligatoire (nombre de places limité) : assistant@kadist.org

Annonce

Colloque imaginé par les artistes Ruti Sela & Maayan Amir : Exterritory project, 17—21 h, 2 mai, 2012, Avec Angus Cameron, Dana Diminescu,Stuart Elden et Laurent Jeanpierre, Modéré par Anat Ben-David, Co-organisé par la Fondation Kadist et la Fondation Evens au Comptoir Général – Paris 10

AVANT-PROPOS

Ce colloque explore les contours du terme extraterritorialité tout en proposant, par des récits multiples, de dériver depuis « les archipels d’exception ».* Au-delà de l’évocation séduisante que produisent plus communément ces espaces de liberté, il faudra en aborder les limites. Comme si leur autonomie n’était que temporaire, ces zones se retrouvent transformées par de nouvelles organisations géopolitiques et juridiques souveraines.

En s'éloignant du conflit israélo-palestinien, d’où le projet est né, il s’agira de situer cette notion dans une perspective européenne. Plus spécifiquement, nous avons souhaité organiser cet événement au Comptoir Général, partenaire de la Ruche : ce lieu d’échange et de travail pour des entrepreneurs sociaux s’attachant à développer des solutions innovantes à l’égard de problèmes publiques, devient alors un lieu symbolique pour cette manifestation. Il fait écho au projet Exterritory, en tant qu’espace d’imagination politique où l’étude de l’extraterritorialité a la potentialité d’être moteur d’une critique constructive.

Ce colloque est une nouvelle étape d’une recherche menée par les artistes Maayan Amir et Ruti Sela depuis 2009. Pour la Fondation Kadist, c’est la continuité d’une collaboration qui a commencé l’été dernier lors de l’exposition personnelle des artistes dans notre espace à Paris et qui se prolongera par la publication, Exterritory : une collection d’essais sur la notion d’extraterritorialité, résultant de ce colloque.

Pour la Fondation Evens, cette rencontre permet de renouer avec les interrogations formulées dans le cadre de notre projet Floating Territories en 2007 qui invitait à bord d’un bateau des artistes et penseurs à expérimenter la création d’un territoire, d’une hétérotopie, pour repenser les conditions de changements que traversait l’Europe. Avec le projet Exterritory, il s’agit de poursuivre la recherche d’outils critiques pour examiner les notions de citoyennetés et de souverainetés nationales, de frontières et de territoires, qui sont au coeur des enjeux contemporains.

Programme

INTRODUCTION (15min)

  • Mot de bienvenue des Fondations Kadist et Evens.
  • Introduction au projet par les artistes Ruti Sela & Maayan Amir

PREMIÈRE PARTIE (1h00)

  • Interventions des participants Stuart Elden et Laurent Jeanpierre
  • Discussion et questions modérées par Anat Ben-David
  • PAUSE (15min)

SECONDE PARTIE (1h00)

  • Interventions des participants Angus Cameron et Dana Diminescu
  • DISCUSSION COLLECTIVE (45min) Modérée par Anat Ben-David

Les interventions se feront en anglais et en français et seront traduites simultanément.

A PROPOS DES ARTISTES

Dans le cadre du projet Exterritory, ce colloque explore les multiples façons dont la notion d’extraterritorialité est imaginée, articulée, comprise, performée et générée dans différents discours et pratiques. Étant donné que toute enquête sur l’extraterritorialité conduit à la fois à l’histoire de la jurisprudence occidentale, autant qu’à l’avenir des technologies de pointe, ce colloque vise une double intention, celle de délier les définitions existantes de l’extraterritorialité et d’y allier de nouvelles significations par rapport aux relations entre l’espace, la technologie, les économies, et la production de savoir. Davantage qu’une focalisation sur les espaces extraterritoriaux, le colloque tentera de définir les épistémologies extraterritoriales : les différents savoirs générés à l’intérieur et à l’extérieur de différents objets et technologies simultanés et multiples, qui pourraient élargir les possibilités de repenser les notions de territoire, d’état-nation, de capitalisme mondial ou des pouvoirs souverains et de leur constructions.

Le projet Exterritory est un projet artistique basé sur le souhait d’encourager l’exploration théorique et pratique de la notion d’extraterritorialité dans un contexte interdisciplinaire. Le projet fut conçu en 2009 lorsque nous avons projeté des œuvres d’artistes du Moyen-Orient sur les voiles de bateaux situés dans des eaux extraterritoriales – une sphère autonome retirée des limites de tout territoire national – afin de tenter d’offrir aux artistes, curateurs et penseurs venant de diverses zones de conflit une sphère conceptuelle et géographique alternative qui pourrait encourager l’échange artistique et discursif. Courant 2010, le projet s’est élargi pour devenir une collaboration artistique qui cherche à fournir une plateforme pour la production et le partage de savoirs, pour la réflexion critique et diverses formes de productions artistiques et culturelles.

Ce colloque, co-organisé par l’équipe du projet Exterritory, la Fondation Kadist et la Fondation Evens, constitue la partie théorique du projet ; l’idée est que cette discussion publique permette l’analyse critique et poétique de la notion d’extraterritorialité en rassemblant des recherches déjà existantes dans différents domaines dont la géographie, l’histoire, l’économie, la science ainsi que la technologie, la sociologie, ou la philosophie. Les contributions de ce colloque, ainsi que d’autres essais, seront regroupés dans une publication à paraître courant 2013.

Les participants

  • MAAYAN AMIR est née en 1978 à Tel Aviv. Elle vit et travaille à Tel Aviv, Israël. Maayan Amir est artiste et commissaire indépendante. Elle prépare actuellement une thèse au département d’études artistiques interdisciplinaires de l’Université de Tel Aviv et au Programme de Recherche d’Architecture à l’Université de Goldsmiths, Londres. Elle enseigne les pratiques curatoriales au Sapir Academic College et en 2011, elle a été artiste en résidence invitée à la Rijksakademie, Amsterdam. En 2008 elle a publié un livre sur le cinéma documentaire israélien.
  • RUTI SELA est née à Jerusalem en 1974. Elle vit et travaille à Tel Aviv, Israël. Ruti Sela est diplômée de la Bezalel Academy et d’un Master du département de cinéma de l’Université de Tel Aviv. Elle enseigne l’art et la vidéo à l’Université de Haifa et à l’Institut Avni et à l’Ecole d’Art Midrasha. En 2011, elle a été artiste en résidence invitée à la Rijksakademie, Amsterdam. Elle a reçu de nombreux prix et bourses parmi lesquels le prix « Anselm Kiefer » de la Wolf Foundation.

En avril 2011, elles ont reçu un prix de l’UNESCO pour leur projet Exterritory. Leurs travaux ont été présentés dans de nombreuses expositions internationales, telles que le la biennale de Sydney en 2009, la biennale d’Istanbul en 2009, Manifesta 8 à Murcia en 2010, la biennale de Berlin en 2010, et par des institutions telles que le Centre Pompidou et le Jeu de Paume à Paris, Art In General à New York et TPW à Toronto. Elles ont bénéficié d’une exposition personnelle à La Fondation Kadist en 2011. Leur œuvre Beyond Guilt fait partie de la collection de la Fondation Kadist.

  • ANAT BEN-DAVID est née en 1977. Elle vit et travaille à Tel Aviv, Israël Membre du groupe Exterritory, elle est la modératrice du colloque. Anat Ben-David est chercheuse Web et prépare un doctorat au sein du programme Sciences, Technologie et Société à l’Université Bar-Ilan (Israël). Elle fait partie du Digital Methods Initative (Université d’Amsterdam), et du projet E-Diasporas Atlas qui appartient au programme «TIC-Migrations» de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH) à Paris. Ses recherches actuelles se concentrent sur la géopolitique des espaces numériques.
  • STUART ELDEN est né en 1971. Il vit à York, Royaume-Uni. Stuart Elden enseigne au département de géographie de l’Université de Durham. Ses recherches croisent la politique, la philosophie et la géographie. Il est le rédacteur en chef de la publication Society and Space – Environment and Planning D, et il est directeur adjoint de l’Unité de Recherche sur les Frontières Internationales. En 2011, il a remporté le prix Murchison de la Royal Geographical Society.
  • LAURENT JEANPIERRE est né en1970. Il vit et travaille à Paris et à Strasbourg, France. Laurent Jeanpierre est sociologue et professeur de science politique à l’Université Paris 8 – Saint-Denis. Une grande partie de ses travaux porte sur la société et la politique transnationale, avec un intérêt particulier pour les circulations d’intellectuels, de savoirs et de formes esthétiques. Il conduit aussi des recherches depuis plusieurs années sur l’art contemporain, sa sociologie et son langage politique. Sur l’exterritorialité et les frontières, il a notamment publié : « La place de l’exterritorialité », dans Mark Alizart, Christophe Kihm (dir.), Fresh Théorie, Paris, Léo Scheer, 2005, pp. 329-349 ; « Frontière », dans Olivier Christin (dir.), Dictionnaire des concepts nomades en sciences humaines, Paris, Métailié, 2010, pp. 157-169 ; « Destins de la Hobohème », postface de Ben Reitman, Boxcar Bertha, Aventures d’une vagabonde anarchiste américaine, Paris, Nautilus, 2008, pp. 307-315.
  • ANGUS CAMERON est né en 1965. Il vit et travaille à Leicester, Royaume-Uni. Il est maître de conférence à l’Ecole de Management de l’Université de Leicester. Ses recherches s’orientent sur les relations dynamiques et dialectiques entre l’Etat, l’économie et la société civile. Il aborde dans ses recherches des problématiques liées à la spatialité, la représentation et la performance. Cela englobe des sujets tels que l’argent, la finance offshore, les frontières, la fiscalité, la cartographie, les discours d’inclusion / d’exclusion / exception, la sémiotique et la figure mythique du Trickster (l’escroc). Il s’intéresse actuellement à la relation entre l’État et le corps, ainsi qu’à la construction de « xenospaces », des espaces fictionnels, mais fonctionnels de l’extériorité. Depuis 2008, Angus Cameron étend sa recherche académique en devenant porte-parole du duo d’artistes suédois Goldin+Senneby au sein du projet « Headless ».
  • DANA DIMINESCU est née en 1964. Elle vitet travaille à Paris, France. Sociologue française d’origine roumaine, elle est à présent enseignant-chercheur à Telecom Paristech. Elle a fondé en 2003 et dirige depuis le programme TIC-Migrations à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH) Paris, qui explore l’impact des nouvelles technologies sur les phénomènes de migration (occupation de territoires numériques par les Diasporas, les politiques de gestion numérique des migrants etc). Dans son essai « Le migrant connecté – pour un manifeste épistémologique », Dana Diminescu explore la manière dont les migrants maintiennent des liens culturels au cours de leurs déplacements. Ceux-ci sont devenus visibles lorsque les migrants ont commencé à utiliser énormément les techniques d’information et de communication modernes. Elle y fait également référence aux immigrants « coincés entre deux politiques administratives ou plus (…), dans un monde où les frontières nationales ont perdu leur signification, à l’époque de la globalisation où toute Extraterritorialité a disparu ».

Lieux

  • 80 quai de Jemmapes (Comptoir Général)
    Paris, France

Dates

  • mercredi 02 mai 2012

Fichiers attachés

Contacts

  • Helena Pérez
    courriel : assistant [at] kadist [dot] org

URLS de référence

Source de l'information

  • Helena Pérez
    courriel : assistant [at] kadist [dot] org

Pour citer cette annonce

« Exterritory Project », Informations diverses, Calenda, Publié le lundi 16 avril 2012, http://calenda.org/208037