AccueilLe sens des images entre formes et forces

Le sens des images entre formes et forces

The sense of images between forms and forces

Du figuratif au figural et retour : analyses d'objets

From the figurative to the figural: analysis of objects

*  *  *

Publié le jeudi 12 avril 2012 par Elsa Zotian

Résumé

Cette journée d'étude souhaite contribuer au débat autour des théories des images et des différentes approches à l'analyse du visuel. Plus précisément, la rencontre ambitionne de traverser les traditions de pensée qui ont abordé les notions de forme et de force autour de la signification et du sens des images, en s'appuyant sur des cas d'étude précis et sur une méthodologie qui fait de l'« objet » d'analyse un point de départ théorique. Cette journée d'étude est dédiée à la mémoire de Omar Calabrese.

Annonce

Argumentaire

Journée d’étude proposée par L. Acquarelli (EHESS-CEHTA)

Cette journée d'étude souhaite contribuer au débat autour des théories des images et des différentes approches à l'analyse du visuel. Plus précisément, la rencontre ambitionne de traverser les traditions de pensée qui ont abordé les notions de forme et de force autour de la signification et du sens des images, en s'appuyant sur des cas d'étude précis et sur une méthodologie qui fait de l'« objet » d'analyse un point de départ théorique. Les deux mots évoqués, forme et force, impliquent une série de présupposés scientifiques que nous n'aurons pas la prétention d'aborder dans son ensemble au cours de cette journée. Au croisement de plusieurs disciplines, de la psychanalyse à l'histoire de l'art et à l'esthétique, de la phénoménologie à la philosophie, de la morphologie à la sémiotique, ces deux concepts ont ouvert des pistes de travail qui sont au centre de la recherche sur le sens et la subjectivité tout au long (au moins) du XXe siècle.

Cette dichotomie est liée à un autre couple de termes abondamment utilisé dans la tradition théorique sur les images : il s'agit du figuratif et du figural. D'une part, la forme, le figuratif, l'écran du paraître, rendent compte des différents plans de la représentation qui s'arrêtent et se réalisent devant le sujet pour être vus et lus ; d'autre part, la force, le figural, concerne les potentialités de cette représentation, des possibilités de sens ultérieur qui prennent des temporalités et des modes d'existence différents. Cette figuralité peut être pensée à l'instar d'un devenir du sens de l'objet qui déploie la virtualité de ses éventuelles figures sous-jacentes. Le figuratif est donc « mis en tension » par le figural. L'opacification conséquente de la forme par la force, cette opacité figurale, concerne une continuité du sens qui ne s'articule pas en discontinuité et qui ne peut pas être décrite à travers des unités minimales ou des traits différentiels de signification. Il s'agit plutôt de mobiliser des descriptions de l'ordre du processus, d'une dimension de l'ordre des qualités progressives, des niveaux d'intensification.

Pour essayer d'étudier les objets visuels au delà d'une pertinence figurative ou thématique, est-il possible de faire dialoguer ces deux dimensions sans que l'une nie l'autre ? Et surtout, est-il possible d'agencer ces deux niveaux afin d'approfondir l'étude du sens/des sens de l'image ? De nature interdisciplinaire, la trame des interventions aura également un objectif de « traduction » éventuel entre les nuances plus ou moins marquées qui peuvent concerner les termes théoriques utilisés dans des cadres sémantiques et disciplinaire différents.

Nous dédions cette journée d’études à Omar Calabrese, sémioticien, historien de l'art et intellectuel italien dont nous avons appris la disparition soudaine il y a une semaine. Calabrese était au courant de cette initiative et il nous avait encouragé à poursuivre le débat à travers une publication. Parmi ses nombreux livres nous rappelons La macchina della pittura (1985) L’Age néobaroque (1987) et plus récemment L'art du trompe-l'oeil (2010, Prix Bernier de l'académie des Beaux Arts) et L'art de l'autoportrait : histoire et théorie d'un genre pictural (2006).

Programme

10:00-10:15 Mot de bienvenue et introduction à la journée d'étude (L. Acquarelli)

Modérateur : L. Acquarelli

  • 10.15 - 11:00 G. Careri (Directeur d’études – Directeur du CEHTA - EHESS)
    La force en réserve.
    La terribilità du Christ dans le Jugement Dernier de Michel-Ange.
  • 11.00 - 11.45 T. Lancioni (Chercheur - Université de Sienne)
    La forme et ses sens, entre sémiotique et formalisme esthétique.
    Autour d'une lecture du Retable d'Isenheim.

11:45 - 12:15 Discussion

12:15 - 13:30 Pause déjeuner

Modérateur: B. Prévost

  • 14.00 - 14.45 X. Vert (Chercheur associé au CEHTA - EHESS)
    "La nuit est avancée, le jour est arrivé".
    Figurabilité de la conversion : Moïse à San Pietro in Vincoli.
  • 14.45 - 15.30 M. G. Dondero (Chercheuse qualifiée du FNRS/Université de Liège)
    Les forces de négation dans l’image 

15:30 - 16:00 Discussion

16:00 - 16:15 Pause café

Modérateur : G. Careri

  • 16:15 - 17:00 L. Acquarelli (Chercheur associé au CEHTA - EHESS)
    La force des images de propagande : au-delà du figuratif.
  • 17:00 - 17:45 B. Prévost (Maître de conférences en histoire de l'art et esthétique - Bordeaux 3)
  • Force de l'art, puissance des images : encore un voeux pieux ?

17:45 - 18:00 Discussion

18:00 - 18:30 Clôture de la journée

Renseignements : Luca.Acquarelli@ehess.fr - http://cehta.ehess.fr/

Partenaires : Centre d’Histoire et Théorie des Arts CEHTA (EHESS), INHA, Marie Curie Research Program

Lieux

  • 2 rue Vivienne (INHA, galerie Colbert, salle Benjamin)
    Paris, France

Dates

  • samedi 14 avril 2012

Mots-clés

  • image, figuratif, figural, histoire de l'art, esthétique, sémiotique

Contacts

  • Luca Acquarelli
    courriel : Luca [dot] Acquarelli [at] ehess [dot] fr

Source de l'information

  • Luca Acquarelli
    courriel : Luca [dot] Acquarelli [at] ehess [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le sens des images entre formes et forces », Journée d'étude, Calenda, Publié le jeudi 12 avril 2012, http://calenda.org/208120