AccueilLa présence chinoise en Algérie

La présence chinoise en Algérie

The Chinese Presence in Algeria

Perspectives maghrébines et africaines

Maghrebian and African Prospects

*  *  *

Publié le mercredi 11 avril 2012 par Elsa Zotian

Résumé

Ce workshop, qui a un caractère exploratoire, tentera d'évaluer notre connaissance actuelle des activités chinoises en Algérie puis, par comparaison avec ce qui se passe ailleurs en Afrique, cherchera à mieux spécifier les rapports sino-algériens. La réflexion proposée s’articulera autour de trois axes thématiques principaux : 1. état des relations sino-algériennes ; 2. stratégies chinoises d’implantation et leur impact sur l’économie et la société hôte en particulier par comparaison aux autres expériences au Maghreb et en Afrique sub-saharienne ; 3. défis institutionnels, géopolitiques, commerciaux et technologiques générés par l’émergence de la Chine, tant pour les pays occidentaux que ceux en développement.

Annonce

Argumentaire

L'essor récent des relations économiques et politiques entre la Chine et l'Afrique est le plus souvent étudié en termes géostratégiques. Si de telles approches révèlent clairement le rôle nouveau joué par la Chine en Afrique et dans le monde, elles tendent à en estomper les particularités. C'est pourquoi les chercheurs participant au « groupe Chine-Afrique » ont choisi de centrer leur réflexion sur les entreprises chinoises en Afrique – tant les grandes entreprises à capitaux publics que les PME ou les petites entreprises individuelles –. En se focalisant ainsi sur la variété des acteurs de cette relation Chine- Afrique (en l'espèce de la relation Chine-Algérie), l'image que l'on retire est moins globalisante, moins homogénéisante ou pour tout dire moins simplificatrice, partant elle révèle que la « stratégie chinoise en Afrique » se décline en de nombreuses stratégies répondant chacune à une logique propre. D'où la nécessité de repérer les sources d'informations statistiques et administratives et de constituer un réseau de chercheurs tant Africains, que Chinois et Occidentaux.

Le « groupe Chine-Afrique » du CECMC (UMR 8713 EHESS/CNRS) en collaboration avec l’équipe GTM du CRESPPA (UMR 7217 Université Paris 8/CNRS) organisera le 1er février 2013 un atelier sur La présence chinoise en Algérie : perspectives maghrébines et africaines. Ce projet, qui a un caractère exploratoire, entre dans le cadre du projet général lancé par le « groupe Chine-Afrique » de l'EHESS en 2010. Il tentera d'évaluer notre connaissance actuelle des activités chinoises en Algérie puis, par comparaison avec ce qui se passe ailleurs en Afrique, cherchera à mieux spécifier les rapports sino-algériens.
La réflexion proposée s’articulera autour de trois axes thématiques principaux :
1. Étudier l’état des relations sino-algériennes ;
2. Spécifier les stratégies chinoises d’implantation et évaluer leur impact sur l’économie et la société hôte en particulier par comparaison aux autres expériences tant au Maghreb qu’en Afrique sub-saharienne ;
3. Examiner les défis institutionnels, géopolitiques, commerciaux et technologiques que génère l’émergence de la Chine tant pour les pays Occidentaux que pour les pays en développement.

Conditions de soumission

Les propositions de communication, relevant des divers champs disciplinaires des sciences humaines et sociales (économie, science politique, sociologie, histoire, droit…), préciseront, en deux pages maximum, la problématique, la méthodologie appliquée et les principaux éléments de bibliographie.
  • Les communications pourront porter sur des aspects théoriques, empiriques ou méthodologiques.
  • Les propositions sont à adresser

avant le 31 mai 2012

  • À Thierry Pairault et Fatiha Talahite par courrier électronique à chine-algerie@pairault.fr
  • Toute correspondance est à envoyer à l’adresse ci-dessus. La liste des propositions acceptées sera établie au plus tard le 31 juillet 2012.

Organisateurs de l’atelier sur « La présence chinoise en Algérie »

  • Thierry Pairault, économiste (docteur d'État ès sciences économiques) et sinologue (ancien élève des Langues’O, ancien élève de l'Institut des langues étrangères de Pékin), ancien codirecteur du Centre de recherche et de documentation sur la Chine contemporaine de l'EHESS, est actuellement directeur de recherche émérite au CNRS et vice-président de l'Académie européenne de géopolitique. Il enseigne à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales dans le cadre d'un séminaire sur l'économie de la Chine consacré aux relations entre la Chine et l'Afrique.
  • Fatiha Talahite, économiste, chercheur au CNRS (CR1) habilitée à diriger des recherches, est directrice adjointe du Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CRESPPA, UMR 7217 CNRS/Université Paris 8). Spécialiste de l'économie algérienne, ses recherches actuelles portent sur les réformes et transformations économiques en Algérie, sur les institutions et la croissance à long terme dans le MENA et sur genre, économie et développement. Elle est responsable à la MSH Paris-Nord du thème 5 de l'axe 3 sur les «flux, échanges et institutions dans les relations transméditerranéennes ». Elle a animé le Groupe de travail Méditer sur les économies du monde arabe méditerranéen au sein du CEPN (CNRS/Université Paris 13) de 2008 à 2011.

Partenaires de l’atelier sur « La présence chinoise en Algérie »

  • Liu Hongwu, historien des relations internationales est un spécialiste chinois de l'Afrique. Il a fait une partie de ses études à l'université de Lagos ; il est actuellement professeur de relations internationales et dirige l'Institut de recherches sur l'Afrique de l'université normale du Zhejiang (IASZNU) qu'il a créé à la demande des autorités chinoises. Cet institut est le plus grand institut généraliste de recherche sur l'Afrique dans les universités de Chine.
  • Théophile Dzaka-Kikouta, économiste (docteur ès sciences économiques de l’Université de Rouen) associé au Bureau d'Économie Théorique et Appliquée (UMR 7522), est maître-assistant CAMES (Conseil africain et malgache pour l'enseignement supérieur) à l'université Marien Ngouabi de Brazzaville et directeur du Centre de recherche et d'études prospectives (CREP) à Brazzaville. Ses recherches portent sur la présence économique de la Chine en Afrique centrale, l'intégration régionale en Afrique centrale ainsi que sur les nouvelles formes d'investissement international et les partenariats stratégiques des pays émergents.

Lieux

  • 4 rue de la Croix Faron Plaine (MSH Paris Nord)
    Saint-Denis, France

Dates

  • jeudi 31 mai 2012

Mots-clés

  • Algérie, Chine, commerce, échange, économie, entreprise, implantation, investissement, migration

Contacts

  • Thierry Pairault
    courriel : chine-algerie [at] pairault [dot] fr
  • Fatiha Talahite
    courriel : chine-algerie [at] pairault [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Fatiha Talahite
    courriel : chine-algerie [at] pairault [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La présence chinoise en Algérie », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 11 avril 2012, http://calenda.org/208126