AccueilObjets de science – sciences de l’objet

Objets de science – sciences de l’objet

Objects of science - sciences of the object

Journée d'étude du forum suisse en histoire des sciences et de la médecine

Study day at the Swiss history of sciences and medicine forum

*  *  *

Publié le mardi 17 avril 2012 par Elsa Zotian

Résumé

Le prochain atelier du forum suisse pour jeunes chercheuses et chercheurs en histoire des sciences et de la médecine s'intitule: « Objets de science – sciences de l'objet » et se déroulera à Winterthur du mercredi 5 au jeudi 6 septembre 2012. Nous appelons à contributions. La date limite des soumissions est le 31 mai 2012.

Annonce

Le prochain atelier du Forum suisse pour jeunes chercheuses et chercheurs se déroulera à Winterthur du mercredi 5 au jeudi 6 septembre 2012, en amont de la réunion annuelle de la Société Suisse d’Histoire de la Médecine et des Sciences Naturelles (SSHMSN). Elle acceptera des exposés libres mais privilégiera les contributions répondant à l’intitulé suivant : Objets de science – sciences de l’objet.

Argumentaire :

L’objet en sciences naturelles et en médecine est pluriel. Il peut être objet d’étude ou instrument d’observation et d’analyse : une étoile lointaine ou le télescope qui nous en rapproche, un virus ou le microscope électronique qui le rend visible. De même, ces objets peuvent être concrets, tels les éprouvettes d’un laboratoire, abstraits, tels les trains roulant à la vitesse de la lumière dans les expériences de pensée d’Einstein, ou enfin le résultat d’une construction, tel que le boson de Higgs à l’heure actuelle, mais aussi telle que la nature dans son ensemble, en tant que représentation qui varie grandement selon le contexte culturel dans lequel elle est décrite.

Par ailleurs, ces objets peuvent faire partie prenante de la science normale ou, au contraire, entraîner de profonds changements de paradigmes. La lunette que Galilée perfectionna et tourna vers le ciel créa la controverse et engendra une véritable révolution en permettant la découverte d’autres objets : les satellites de Jupiter et les monts et vallées de la Lune. Quelques décennies plus tard, ce type d’instrument appartenait cependant déjà à l’équipement de tout astronome. Certains de ces objets deviennent les symboles d’une discipline entière. Ainsi la pomme de Newton, qui d’après la légende lui aurait donné l’intuition de la gravité générale, est rapidement devenu la figure de proue de toute la physique moderne.

Mais la plupart du temps, les objets en sciences naturelles et en médecine sont surtout les révélateurs de différentes pratiques scientifiques. On les analyse, on les collectionne, on les ordonne, on les fait circuler, on les utilise. Ils sont symptomatiques de programmes de recherche ainsi que de stratégies de découverte et de leur légitimation.

Enfin, en leur offrant un atelier, nous aimerions nous distancer de la narration traditionnelle qui s’intéresse souvent d’abord à leurs inventeurs, découvreurs ou utilisateurs et placer l’objet au centre de la démarche historique. Une telle perspective ne néglige pas les acteurs mais permet au contraire de saisir leur multiplicité et d’étudier les objets en sciences naturelles et en médecine dans la longue durée. Il s’agit alors de s’interroger aussi sur les théories proposées pour intégrer l’objet dans l’histoire et la philosophie des sciences et de la médecine. Peut-on parler d’un « object-turn » ? De l’histoire du collectionnisme aux réseaux d’actants de Bruno Latour et Michel Callon, en passant par les objets épistémiques (epistemisches Ding) et les systèmes expérimentales de Hans-Jörg Rheinberger, ces dernières décennies ont vu apparaître plusieurs outils théoriques permettant d’appréhender l’objet sous un nouveau jour. Il est temps de les recenser et de les mettre à l’épreuve par des études de cas.

L’atelier s’organisera en conséquent autour de cinq axes principaux :

1. Constituer l’objet : 

Comment un objet de recherche gagne-t-il en intérêt ? Quels sont les conditions de son apparition ? En quoi le choix des instruments d’observations et le cadre expérimental influencent-ils notre représentation des objets d’études ?

2. Les objets du changement :

Souvent d’abord considérés comme une anomalie ou une erreur, ces objets sont amenés à révolutionner une discipline scientifique. Ils peuvent être aussi un nouvel instrument d’analyse permettant d’observer de nouveaux phénomènes. Comment gagnent-ils en légitimité ? Quel est la garantie de leur succès ? En revanche, quels objets sont-ils condamnés à disparaître ?

3. Ordonner les objets :

Il s’agit ici d’éclairer les pratiques liés au rassemblement et à la classification des objets, que ce soit au sein de cabinets de curiosités, de collections, de bibliothèques, de jardins botaniques, de musées, d’encyclopédies, d’herbiers, etc. On cherche à comprendre les relations entre un objet particulier et la nomenclature, le système, l’ordre dans lequel il apparaît. Enfin, on s’intéresse aux rapports entre savoir et objet.

4. L’objet en mouvement :

Dès la Renaissance, les correspondances scientifiques permettent la circulation d’un grand nombre d’objets : livres, graines de plantes rares, coquillages, fossiles, mouches drosophiles, etc. Quels sont les normes et pratiques qui président à la circulation et transmission des objets ? Sur la longue durée, comment un objet est-il amené à évoluer, se transformer, voir même changer de signification ? Quelles sont les conditions de son transfert d’une culture à une autre ?

5. Penser l’objet :

Peut-on parler de sciences de l’objet ? Quelles sont les théories existantes permettant de comprendre l’objet de science ? Qu’est-ce que la perspective de l’objet peut-elle apporter à l’histoire des savoirs et des sciences ?

Conditions de soumission :

  • Le Forum suisse pour jeunes chercheuses et chercheurs défend une approche résolument transdisciplinaire. Il a pour vocation de créer le dialogue dans une ambiance conviviale et ouverte. Les contributions seront acceptées de préférence en langue française et allemande mais l’anglais sera aussi admis.
  • Les personnes intéressées sont priées d’envoyer leur curriculum vitae et un résumé d’environ 20-30 lignes conjointement à Lina Gafner (lina.gafner@img.unibe.ch) et Siegfried Bodenmann (siegfried.bodenmann@laposte.net)

avant le 31 mai 2012.

 

  • L'évaluation des propositions et la mise en place du programme de notre journée d'étude pour jeunes chercheuses et chercheurs se fera en deux étapes. Dans un premier temps, un comité restreint opérera un premier choix et composera un programme provisoire. Celui-ci sera ensuite confirmé par un comité élargi composé de professeurs en histoire de la médecine et des sciences.
  • En partenariat avec l’Académie suisse des sciences naturelles (SCNAT), la SSHMSN prendra en charge l’hébergement des intervenant(e)s de même que les repas pris en commun.
  • Par ailleurs, nous rembourserons aussi les trajets des intervenant(e)s à condition que ceux-ci soit effectués en 2ème classe.
  • Nous invitons les intervenant(e)s à séjourner plus longtemps (à nos frais) afin d’assister au congrès annuel de la SSHMSN dédié à la même thématique générale et intitulé : „Einhorn und Homunculus – Zur Biographie wissenschaftlicher Objekte“ (6-8 septembre 2012)

Comité scientifique

Comité restreint

  • Siegfried Bodenmann, Bâle/Berne
  • Lina Gafner, Berne

Comité élargi

  • Prof. Dr. Vincent Barras, Lausanne
  • Prof. Dr. Flurin Condrau, Zürich
  • Prof. Dr. Jean Jacques Dreifuss, Genève
  • Prof. Dr. Erwin Neuenschwander, Zürich
  • Dr. phil. Philip Rieder, Genève
  • PD Dr. med. lic. phil. Iris Ritzmann, Zürich
  • Prof. Dr. Hans Konrad Schmutz, Winterthur
  • Prof. Dr. med. Dr. phil. Hubert Steinke, Berne
  • PD Dr. phil. Eberhard Woff, Zürich

Lieux

  • Museumstrasse 52 (Naturmuseum Winterthur)
    Winterthour, Confédération Suisse

Dates

  • jeudi 31 mai 2012

Fichiers attachés

Mots-clés

  • objet, science, sciences naturelles, médecine

Contacts

  • Siegfried Bodenmann
    courriel : siegfried [dot] bodenmann [at] laposte [dot] net

Source de l'information

  • Siegfried Bodenmann
    courriel : siegfried [dot] bodenmann [at] laposte [dot] net

Pour citer cette annonce

« Objets de science – sciences de l’objet », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 17 avril 2012, http://calenda.org/208160