AccueilRegard historique sur la protection des oiseaux

Regard historique sur la protection des oiseaux

A historical perspective on avine protection

*  *  *

Publié le lundi 14 mai 2012 par Elsa Zotian

Résumé

Appel à communication pour un séminaire sur l'histoire de la protection des oiseaux organisé par l'Association pour l'histoire de la protection de la nature et de l'environnement (AHPNE) à Paimboeuf (44 560) les 21 et 22 septembre 2012, à l'occasion du centenaire de la fondation de la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO).

Annonce

Dans le cadre du centenaire de la création de la Ligue pour la Protection des Oiseaux, l’AHPNE et la LPO souhaitent organiser un séminaire les 21 et 22 septembre 2012, à Paimboeuf (44) ayant pour but de remettre en perspective historique la protection des oiseaux sous le double point de vue de l’ornithologie et de la société.

Contexte historique

Les oiseaux et leur protection sont un élément essentiel de l’histoire de la protection de la nature et de l’environnement (PNE) : ils sont à l’origine des mouvements sociaux les plus importants et les plus précoces de la PNE ; ils ont conduit à l’adoption des premières mesures législatives de préservation de l’environnement naturel ; ils ont été l’élément moteur de la transformation des pratiques scientifiques.

La protection des oiseaux a suscité de très nombreuses publications outre-Manche et outre-Atlantique, mais l’histoire du mouvement en France reste très peu étudiée. Il s’agira de cerner quelle a été la part prise par les questions de protection des oiseaux en France dans la construction du mouvement de protection de la nature et de l’environnement tant au niveau individuel que local (départemental, régional), national et international.

La question de la protection des oiseaux devient un thème récurrent des discussions autour de la législation relative à la chasse dès les années 1840, et elle est largement reprise par deux sociétés : la Société d’acclimatation et la Société protectrice des animaux. Plus tard, la question des oiseaux est débattue dans divers congrès comme, bien sûr, ceux d’ornithologie (Vienne, 1884 ; Budapest, 1891, Paris, 1900), mais aussi ceux qui ont pour sujet l’agriculture, l’horticulture, la protection des animaux, les femmes… Toute cette mobilisation se traduit par la signature de la Convention de Paris sur les oiseaux utiles à l’agriculture, le 19 mars 1902 et sa ratification par la France en 1905. L’entre-deux-guerres est marqué par une double dynamique qui vient s’ajouter à la thématique utilitariste, plus classique. On assiste à la fois à une « scientifisation » et une « sentimentalisation » des discours sur la protection des oiseaux, même si le phénomène semble moins net en France qu’en Angleterre ou aux États-Unis. C’est l’époque de la création de la première réserve naturelle ornithologique française (les Sept-Îles à l’initiative de la LPO, en 1912). C’est après la seconde guerre qu’est entreprise, à l’initiative de la France, une révision de la convention de 1902 aboutissant à la signature, toujours à Paris, de la convention internationale du 18 octobre 1950 sur la conservation des oiseaux qui entrera en vigueur en 1963 mais, paradoxalement, sans la France, qui ne réussira pas à la ratifier. Mais c’est véritablement durant les années 1960 et 1970 que la protection des oiseaux connaît un véritable essor avec la constitution de nombreuses associations spécifiques et l’engagement dans divers mouvements de lutte. Parmi celles-ci, beaucoup sont en relation avec les pratiques cynégétiques (par exemple loi sur les ACCA de 1964, dite loi Verdeille. ou certaines chasses dites traditionnelles). Par ailleurs, il semble aussi que très rapidement, en dépassant les aspects « prélèvements » et « protection nominale des espèces », la question de la sauvegarde des milieux ait été prise en compte (par exemple, la mise en place du Bureau MAR en 1962 et la signature de la convention de Ramsar sur la protection des zones humides en 1972). L’adoption en 1979 de la directive sur la conservation des oiseaux sauvages s’intéressant tout à la fois protection nominale et à la sauvegarde des milieux marque une étape importante.

Axe 1 : l’ornithologie et la protection des oiseaux

Les ornithologues n’ont pas toujours été les protecteurs qu’ils sont aujourd’hui. Leur implication dans la protection des oiseaux, lente au XIXe siècle, s’est accélérée durant l’entre-deux-guerres et a culminé durant les années 1960 et 1970. Il convient de revenir sur cet engagement et de mieux comprendre ses mécanismes. Comment les ornithologues, très souvent chasseurs et collectionneurs, sont-ils devenus des protecteurs ? Le sont-ils tous devenus ? Comment les scientifiques ont investi les organisations de protection des oiseaux et, d’une façon plus large, le mouvement en faveur de la sauvegarde de la nature et de l’environnement ? Est-ce que le statut amateur ou professionnel des ornithologues a favorisé ou freiné ces engagements ? Si les scientifiques se sont saisi des questions de protection de la nature et de l’environnement, qu’en est-il de l’adaptation des questions de protection aux discours et aux procédures scientifiques ? Quelles connaissances scientifiques ont été diffusées dans l’ensemble de la société et comment ?

Axe 2 : la société et la protection des oiseaux

La question de la protection des oiseaux dépasse très largement le cadre de la science. Très tôt, dès le début du XIXe siècle, la disparition progressive des oiseaux suscite l’inquiétude parmi les chasseurs, les jardiniers, les propriétaires, les amoureux de la nature… L’engagement de la Société protectrice des animaux aux côtés de la Société d’acclimatation indique clairement les dimensions morales sous-jacentes à la protection des oiseaux. L’une des caractéristiques des grandes sociétés de protection des oiseaux anglophones et germanophones (Royal Society for the Protection of Birds, Audubon Society, NABU) est la grande place des femmes dans ces structures (jusqu’à 80 % des membres) ; il n’est pas étonnant que les questions de sensibilité soient au centre de la plupart des discours sur les oiseaux. Dès lors se met en place un discours complexe portant à la fois sur la protection des oiseaux comme individus (leur sauvetage durant les marées noires est un exemple) et comme espèces (la constitution de listes rouges). Si les aspects rationnels de la protection des oiseaux sont relativement bien connus, il convient de mieux explorer les aspects éthiques et culturels, en un mot sociaux. Quels sont les valeurs et les symboles culturels véhiculés par les oiseaux ? Comment se met en place la diffusion et la justification du nourrissage hivernal et des nichoirs ? Pourquoi la France n’a pas connu de mobilisation féminine contre la mode similaire aux pays voisins ? Les discours contemporains sur la protection des oiseaux possèdent-ils encore des dimensions éthiques, et si oui, quelles sont-elles ? Quelles sont les relations, s’il y en a, entre l’écologie politique et les mouvements de protection des oiseaux ?

Type de communications souhaitées

Les communications souhaitées sont de trois types :
  •  biographique et monographique : individu, institution (organisation) et publication (revue, quotidien, hebdomadaire, illustré…) ;

  •  événementiel : faits et étapes marquants ;

  •  comparatif : entre disciplines, entre régions, entre pays, entre différentes époques.

Modalités de soumission des propositions de communication

Les propositions comprendront un titre, une page de présentation et un bref profil de l'auteur. Elles sont à adresser aux responsables scientifiques du séminaire :

1. Valérie Chansigaud, docteur en sciences de l’environnement. Co-organisatrice d’un cycle de séminaire au laboratoire REHSEIS/SPHERE (Paris-Diderot)(valerie.chansigaud@noos.fr)

2. Rémi Luglia, agrégé et docteur en Histoire (Sciences-Po Paris)(remi.luglia@free.fr)

3. Jean-Pierre Raffin Docteur de 3° cycle - Docteur d'État ès Sciences, co-fondateur et co-responsable du DESS (maintenant Mastère 2) Espace & Milieux de l'Université Paris 7-Denis Diderot, Enseignant-chercheur à la retraite depuis 2002 (jean-pierre.raffin@wanadoo.fr)

avant le 31 mai 2012

Ils présenteront les projets de communication au Conseil d’Administration de l’AHPNE qui validera le programme.

Lieux

  • Paimboeuf (44560)

Dates

  • jeudi 31 mai 2012

Mots-clés

  • oiseaux, ornithologie, protection, LPO, ligue pour la protection des oiseaux

Contacts

  • Valérie Chansigaud
    courriel : ahpne [dot] sante [dot] environnement [at] gmail [dot] com
  • Rémi Luglia
    courriel : remi [dot] luglia [at] unicaen [dot] fr
  • Jean-Pierre Raffin
    courriel : jean-pierre [dot] raffin [at] wanadoo [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Rémi Luglia
    courriel : remi [dot] luglia [at] unicaen [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Regard historique sur la protection des oiseaux », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 14 mai 2012, http://calenda.org/208162