AccueilPluralité et interaction des terrains et des approches en sociolinguistique

*  *  *

Publié le lundi 23 avril 2012 par Julien Gilet

Résumé

La sociolinguistique approche les activités langagières à travers les pratiques, les discours sur ces pratiques et les représentations linguistiques des locuteurs, en lien avec leur ancrage social. Une discipline plurielle qui implique des pratiques fondamentalement interdisciplinaires et c'est cette multiplicité qui fait sa force. Au cours de cette journée, les intervenant-e-s mettront en avant des outils méthodologiques et des terrains novateurs ou peu investis par les sociolinguistes.

Annonce

La sociolinguistique approche les activités langagières à travers les pratiques, les discours sur ces pratiques et les représentations linguistiques des locuteurs, en lien avec leur ancrage social. Il s'agit d'une discipline plurielle qui implique des pratiques fondamentalement interdisciplinaires et c'est cette multiplicité qui fait sa force. Celle-ci nous amène donc à une réflexion méthodologique qui reflète elle aussi la pluralité des méthodes, des approches et des terrains. Cette réflexion nous paraît aussi l’occasion de réinterroger les terminologies.

Cette journée nous permettra ainsi de mettre en avant des outils méthodologiques et des terrains novateurs ou peu investis par les sociolinguistes, et ce, avec une démarche résolument ouverte et interdisciplinaire :

  • sociolinguistique urbaine
  • approches nouvelles d'objets de recherche anciens
  • corpus plurilingues
  • enquêtes par la photographie ou par le film

Nous espérons ainsi partager avec la communauté scientifique, les doctorants et les masterants particulièrement, le dynamisme des recherches, des réflexions et approches, propres à la sociolinguistique ou qui pourraient lui être profitable. 

Programme de la journée

9h15-9h30 – Accueil et présentation de la journée

9h30-10h30 – Conférence inaugurale – Thierry Bulot (PREFics, Université Européenne de Bretagne, Rennes 2) : Sociolinguistique de terrain(s) ou de situation(s) : une sociolinguistique urbaine (tour d’horizon théorique et méthodologique).

10h30-11h – Pause café

11h-11h45 – Alexandrine Barontini (LACNAD, INALCO, Paris - IREMAM, Aix-Marseille Université) : Locuteurs de l’arabe maghrébin en France : reconsidérer un terrain et questionner la terminologie.

11h45- 12h30 – Albinou Ndecky (LESCLaP-CERCLL, Université de Picardie Jules Vernes, Amiens) : De la réflexivité dans l’enquête à l’analyse des parlers pluriels : pour une proposition de quelques ficelles.

Déjeuner

14h-14h45 – Brigitte Rasoloniaina (INALCO, Paris - PREFics) : Quel(s) outil(s) d’enquête pour un espace urbain complexe ?
14h45-16h – Spomenka Alvir (Université de Fribourg, Suisse) : La pellicule photographique : trait d’union dans les parcours urbains de l’étranger.

16h-16h30 – Pause café

16h30-17h15 – Baptiste Buob (LESC, Université Paris Ouest Nanterre - La Défense) : Des modes d’engagement profilmiques ? A propos de quelques effets de la caméra, notamment sur la parole.
17h15-18h05 – Projection de Place Seffarine de Baptiste Buob (49 min – Buob 2009a).

18h05 – Conclusion de la journée, suivie d’un pot.

Résumés des communications

Alexandrine Barontini : Locuteurs de l’arabe maghrébin en France : reconsidérer un terrain et questionner la terminologie.

Les terrains et problématiques liés à l’immigration du Nord de l’Afrique vers la France, en sociologie et sociolinguistique notamment, sont explorés depuis au moins une trentaine d’années. A partir de mon travail autour des pratiques, des représentations et du processus de transmission linguistiques des locuteurs de l’arabe maghrébin en France, il s’agira de reconsidérer les approches possibles et une terminologie semblant, encore souvent, par trop évidente.

Albinou Ndecky : De la réflexivité dans l’enquête à l’analyse des parlers pluriels : pour une proposition de quelques ficelles.

Je me propose dans la présente communication d’interroger les différents positionnements du chercheur-natif ainsi que les choix théorico-méthodologiques qu’il met en œuvre à mesure qu’il évolue dans un milieu de « fortes tensions linguistiques ». Ensuite, je partirai des données recueillies in situ pour tenter de montrer, suite à une analyse qualitative, que les multiples entrelacs de paroles et de discours dits « plurilingues » amènent aujourd’hui à la remise en cause de la plupart des notions fondatrices de la (Socio)Linguistique telles que la langue, la norme, la variation, le mélange…

Brigitte Rasoloniaina : Quel(s) outil(s) d’enquête pour un espace urbain complexe ?

A l’issue de ma récente recherche en sociolinguistique urbaine qui s’est intéressée aux rapports des usagers avec le marché Dejean du 18e arrondissement de Paris, à leurs représentations langagières, à leurs identités sociolinguistiques et aux normes sociolinguistiques produites dans cet espace public, je m’interroge aujourd’hui sur le choix des outils d’observation et de collecte de discours. Quel(s) outil(s) permettraient à la fois de restituer fidèlement les réalités de ce terrain complexe et de recueillir des données objectives de cet espace naturellement riche en discours ?

Spomenka Alvir : La pellicule photographique :trait d’union dans les parcours urbains de l’étranger.

C’est à partir d’un parcours individuel dans la ville, traduit par un double récit (récit visuel et récit narratif), que la communication interrogera la place de l’étranger dans la ville et sa manière de s’approprier l’espace urbain. Nous nous proposons de présenter ici quelques repères conceptuels sur lesquels s’appuie et se contruit notre cadre méthodologique. C’est essentiellement sur l’acte de photographier la ville et sur les fonctions de l’image, accompagnée par un récit, que portera cette présentation.

La juxtaposition de la photographie et du récit (qui devient un récit autobiographique) permet de mieux cerner le rapport complexe de l’acteur à la ville et ses espaces. L’appareil photo est donné aux personnes enquêtées en les faisant réagir à leur propres prise de vue dans le cadre d’un entretien libre. Ce dispositif a permis de procéder à une analyse des perceptions des espaces urbains en lien avec leurs usages sociaux et linguistiques représentés et analysés au moyen d’une triple cartographie.

Baptiste Buob : Des modes d’engagement profilmiques ? A propos de quelques effets de la caméra, notamment sur la parole.

En anthropologie audiovisuelle, la notion de profilmie est utilisée pour désigner les changements supposés être engendrés par la présence d’une caméra. En effet, les ethnologues-cinéastes s’accordent à considérer que l’entreprise du film documentaire, en tant que relation sociale singulière, induit des interactions spécifiques. Il s’agira donc d’interroger l'idée selon laquelle les dispositifs filmiques participent d’une transformation des relations, en mettant l’accent sur les effets potentiels qu’une caméra peut avoir sur la parole. Peut-on et est-il souhaitable de dégager une typologie de ces “perturbations” ? Comment se manifestent-elles ? Quels bénéfices le chercheur peut-il espérer tirer de ce genre de considérations ? Afin de mener cette réflexion, je prendrai appui sur des enquêtes ethnofilmiques effectuées aussi en bien en France qu’au Maroc.

Références

  • ALVIR S., Dynamiques sociales et linguistiques dans l’espace urbain : parcours de ville, parcours de vie, parcours de langues des résidents étrangers, Thèse en cours sous la direction de Aline Gohard-Radenkovic, Université de Fribourg Suisse et Thierry Bulot, Université de Rennes 2 France.
  • ALVIR S., 2011, « Deux récits, trois parcours : quand le parcours de ville traduit le parcours de langue et le parcours de vie », in Bulot Th. (dir.), Norme(s) et identité(s) en rupture, Migrance, plurilinguisme et ségrégation dans l’espace urbain, Cahiers internationaux de sociolinguistique n° 1, L’Harmattan, Paris.
  • ALVIR S., 2010, « Photo-mise en lumière -graphie- de l’écriture de la ville. Quand le résident étranger devient l’opérateur de ses propres images : la photographie comme récit des parcours urbains », in Gohard-Radenkovic A. et Acklin Muji D. (coord.), Entre médias et médiations : mises en scène du rapport à l'altérité, l'Harmattan, Paris.
  • BARONTINI A., Locuteurs de l’arabe maghrébin en France : pratiques, représentations, transmission, Thèse en cours sous la direction de Dominique Caubet, Inalco Paris et Catherine Miller, Iremam Aix-en-Provence.
  • BARONTINI Alexandrine, 2010, « Approcher les reconfigurations identitaires à travers les migrations (post)coloniales, du Nord de l’Afrique vers la France », in BULOT Thierry, LAMARRE Patricia (Dir.) THAMIN Nathalie (Coll.), (Re)Configurations identitaires (Migrance, territoires et plurilinguismes), Cahiers de Linguistique 36/1, E.M.E., Cortil-Wodon, pp. 39-52.
  • BASTIAN S., BULOT Th., BURR E. (Ed.), 2011, Sociolinguistique urbaine : Identités et mise en mots, Editions M. Meidenbauer, München.
  • BLANCHET Ph., CALVET L.-J. et De ROBILLARD D., Un siècle après le Cours de Saussure : la linguistique en question, Carnets d’Atelier de Sociolinguistique n°1, Paris, L’Harmattan. http://www.u-picardie.fr/LESCLaP/spip.php?rubrique51
  • BULOT Th., 2011, « Espaces urbanisés durable et/ou espaces vulnérables en situation plurilingues. Mesures et questionnements sociolinguistiques. », in Bastian S., BULOT Th., Burr E. (Ed.), Sociolinguistique urbaine. Identités et mise en mots, Editions M. Meidenbauer, München, pp. 73-92.
  • BULOT Th., (dir.) et MORILLON A. (coll.), 2011, Normes et identités en rupture (migrance, plurilinguisme et ségrégation dans l'espace urbain), Cahiers Internationaux de sociolinguistique n°1, L'Harmattan, Paris.
  • BULOT Th., 2011, « Objet, terrains et méthodes de la sociolinguistique », in Bulot Th., BLANCHET Ph., Dynamiques de la langue française au 21e siècle : une introduction à la sociolinguistique : www.sociolinguistique.fr
  • BUOB B., 2009a, La dinanderie de Fès : un artisanat traditionnel dans les temps modernes : une anthropologie des techniques par le film et le texte, Paris, Ibis Press / Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris.
  • BUOB B., 2009b, « Filmer, montrer, entendre des savoir-faire. Regards et écoutes croisés dans la médina de Fès », in Ateliers du LESC [en ligne] 33, La relation ethnographique, terrains et textes. Mélanges offerts à Raymond Jamous, http://ateliers.revues.org/document8206.html
  • LAFONTAINE D., 1986, Le parti pris des mots. Normes et attitudes linguistiques, Mardaga, coll. « Psychologie et Sciences Humaines », Bruxelles.
  • MONDADA L., 1998, « Technologies et interactions dans la fabrication du terrain du linguiste », in Cahiers de l'ILSL n° 10, pp. 39-68.
  • MOREAU M.-L.,  (Ed.), 1997, Sociolinguistique. Concepts de base, Mardaga, Bruxelles.
  • NDECKY A., 2011, Pratiques et représentations des parlers mancagnes de Goudomp (Sénégal), thèse de doctorat, sous la direction de Jean-Michel Eloy, Université de Picardie Jules Verne, Amiens.
  • NDECKY A., 2010, « Enquêter dans sa propre communauté avec un regard de sociolinguiste ou de la nécessité de la réflexivité ». Communication présentée au colloque Enquêtes, complexité, réflexivité (Amiens, 31 mai - 1er juin 2010).
  • RASOLONIAINA B., 2012 (à paraître), Le marché Dejean du 18e arrondissement de Paris : Un espace public « perçu» et « vécu ». Sociolinguistique urbaine, L’Harmattan, coll. Espaces Discursifs, Paris.
  • RASOLONIAINA B., 2011, « Discours sur le marché Dejean du 18e arrondissement de Paris et sur les langues de l’Afrique qui y “habitent” », in BASTIAN S., BULOT T., BURR E., (Ed.), Sociolinguistique urbaine (Identités et mise en mots), Editions M. Meidenbauer, München, pp. 111-128.
  • RASOLONIAINA B., 2008, « Les normes identitaires de deux Sereer résidant à Paris », in LEDEGEN G. et BULOT Th. (dir.), Normes identitaires et urbanisation. Des catégories discursives et des villes, Cahiers de Sociolinguistique n°13, Nouvelle série, PUR, Rennes, pp. 147-160.
  • RASOLONIAINA B., GUEUNIER N., 2010, « Les “langues affichées”, Enseignes et affiches à Madagascar : créativité ou guerre des langues ? », in Etudes Océan Indien n°44, pp. 55-97.

Journée organisée par Brigitte Rasoloniaina et Alexandrine Barontini

Contact : brigitte.rasoloniaina@club-internet.fr / alexandrine.barontini@laposte.net

Jeudi 10 mai 2012, Salle 3.15, INALCO – Pôle des Langues et Civilisations, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris.

Catégories

Lieux

  • 65 rue des Grands Moulins (INALCO)
    Paris, France

Dates

  • jeudi 10 mai 2012

Fichiers attachés

Mots-clés

  • sociolinguistique, méthodes, approches, terrains

Contacts

  • Alexandrine Barontini
    courriel : alexandrine [dot] barontini [at] laposte [dot] net
  • Brigitte Rasoloniaina
    courriel : brigitte [dot] rasoloniaina [at] club-internet [dot] fr

Source de l'information

  • Alexandrine Barontini
    courriel : alexandrine [dot] barontini [at] laposte [dot] net

Pour citer cette annonce

« Pluralité et interaction des terrains et des approches en sociolinguistique », Journée d'étude, Calenda, Publié le lundi 23 avril 2012, http://calenda.org/208216