AccueilLa Guerre des Malouines trente ans après

La Guerre des Malouines trente ans après

The Falklands War 30 years on

Conflit, sorties de conflit, mutations politiques, représentations

Conflict, conflict resolution, political change, representations

*  *  *

Publié le mardi 24 avril 2012 par Julien Gilet

Résumé

En 1982, un gouvernement dictatorial aux abois lance une opération militaire d’envergure pour occuper les Iles Malouines (Falkland) qui, depuis 1833, étaient en possession du Royaume-Uni. Ce conflit inédit dans l’Atlantique Sud (l’Argentine avait déclaré sa neutralité pendant la première et la deuxième guerres mondiales) durera plus de deux mois (du 2 avril au 14 juin) jusqu’à la capitulation des forces argentines devant une contre-offensive du Royaume-Uni qui a surpris tous ceux qui croyaient qu’il n’avait plus la capacité ni la volonté nécessaires pour mener à bien une telle intervention à presque 13 000 km de distance.

Annonce

Version française :

Axes thématiques :

  1. Les faits, les opérations militaires et leur interprétation
  2. Représentations de la guerre et objets mémoriels
  3. La diplomatie à l’épreuve : négociations, médiations, impasses
  4. Enjeux économiques, stratégiques et géopolitiques. Les lobbys.
  5. Querelles symboliques, juridiques, sémantiques : Falkland/Malvinas, souveraineté/autodétermination, colonisation/décolonisation

15 et 16 Octobre 2012 – Institut des Ameriques – 175, rue Chevaleret – 75013 – Paris, 8ème etage : Salon des Ameriques, Espace Tocqueville et Salle Claude Levi-Strauss

18 et 19 Octobre 2012 – Universite de Pau et des pays de l’Adour – Amphitheâtre Charles et Henri Moreux -  Présidence

Langues de travail : Anglais, Espagnol, Français et Portugais (solutions de traduction/interprétariat à l'étude)

Argumentaire :

Les conséquences politiques immédiates du conflit en Argentine —débâcle de la dictature militaire, discrédit des forces armées, retour à la démocratie et jugement des responsables de l’aventure meurtrière (aussi bien sur le thème de droits de l’homme que sur la question des responsabilités militaires durant la guerre)—ont obscurci la compréhension des causes plus profondes qui avaient conduit à un soutien généralisé au débarquement militaire non seulement dans la société argentine, mais également dans de nombreux autres pays de l’Amérique latine.

Au Royaume Uni, si l’opinion publique a soutenu majoritairement l’action du gouvernement et l’envoi de la task force, une minorité non négligeable s’est opposée à l’usage de la force militaire. Le débat s’est poursuivi longtemps après la fin des hostilités, surtout au sujet des conditions précises dans lesquelles le croiseur Belgrano a été coulé. Néanmoins, Margaret Thatcher est sortie du conflit renforcée et les élections législatives qu’elle a remportées en 1983 ont été marquées par le « facteur Falkland ».

Ce colloque se propose d’analyser les causes et les conséquences de cette guerre atypique ou apparemment anachronique—une « guerre de missiles et de baïonnettes » en pleine guerre froide—pour les deux pays en conflit, mais aussi les retombées géopolitiques en Europe et sur le continent américain. Les tentatives infructueuses de médiation, le rôle des Etats-Unis et de l’Organisation des Nations unies, le positionnement de Cuba à la faveur de la cause argentine, etc. méritent d’être examinées de façon détaillée.

Il n’est pas sans intérêt de rappeler que l’ex-capitaine de la Marine argentine, Alfredo Astiz, fait prisonnier par les forces britanniques lors du conflit, fut à cette occasion reconnu par les militants des droits de l’homme d’Argentine, de France et de Suède, comme l’un des tortionnaires de l’ESMA qui s’était infiltré dans l’association des Mères de la Place de Mai. La Suède et la France demandent alors l’extradition d’Astiz, refusée par le Premier ministre Margaret Thatcher qui invoque la Convention de Genève et restitue le militaire argentin à son pays à la fin de la guerre des Malouines.
La sortie du conflit, du point de vue des relations internationales et de la diplomatie, mérite aussi une réflexion à part. Trente ans après, nous essayerons d’établir un bilan en nous appuyant sur les productions scientifiques qui, en Argentine, au Royaume-Uni, en France et ailleurs en Europe, aux Etats-Unis et dans plusieurs pays d’Amérique latine, ont essayé d’y voir plus clair. Le colloque portera également un grand intérêt aux représentations journalistiques, iconographiques, littéraires, musicales, théâtrales, cinématographiques et télévisuelles du conflit et à la façon dont les divers discours sur cette guerre ont été forgés.

L’impact de la guerre sur les acteurs militaires a fait l’objet de nombreux débats autour du stress post-traumatique, de la réinsertion et de la définition de la place de ces « vétérans » ou anciens combattants dans la vie politique et sociale. Quel a été le rôle des victimes et des survivants dans la transmission de la mémoire de ce conflit et dans ses représentations ? Quelle a été la place accordée à la mémoire des morts ? On notera que parmi les nombreuses représentations cinématographiques et télévisuelles plusieurs portent sur cette question douloureuse.

L’analyse des discours développés sur la question de la souveraineté ou de l’auto-détermination et sur le conflit lui-même implique un travail sur des concepts tels que le nationalisme, le colonialisme et la décolonisation, la souveraineté et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Cela nous conduit à une réflexion sur les véritables enjeux du différend anglo-argentin, juridiques, géopolitiques, économiques et stratégiques. Trente ans après ces événements, les représentations collectives ont évolué, mais la mémoire de la guerre de 1982 reste un « champ d’expérience » particulier.
Ce colloque, à vocation transdisciplinaire et transnationale, réunira des spécialistes de l’Amérique latine, de l’Amérique du Nord et de l’Europe pour croiser les regards, les approches et les interprétations et nous permettre une meilleure compréhension d’une guerre pleine de paradoxes. Pour éviter toute instrumentalisation d’un thème sensible, qui fait à nouveau la une des journaux, il nous semble que la seule démarche légitime est d’aborder la complexité de cette guerre (conflit et sortie de conflit) et de l’étudier avec les savoirs et les outils des sciences humaines et sociales et le recul donné par trois décennies de travaux et d’analyses ; temps également nécessaire à l’ouverture d’archives diplomatiques.

Guerre des Malouines-Forum aux Images : Pendant les 4 jours du colloque, aussi bien à Paris qu’à Pau, un espace sera destiné à la projection audiovisuelle, en boucle et en libre service, de documents, photographies, images et films en provenance de l’Argentine et du Royaume-Uni. Ce corpus de matériel audiovisuel, construit spécifiquement par les organisateurs du colloque, fera l’objet d’une analyse et d’une séance spécifique, avec les commentaires des spécialistes de l’image et de la communication politique.

Responsables scientifiques :

  • Michael Parsons : Professeur à l’Université de Pau et des pays de l’Adour, Membre de l’Institut des Amériques.
  • Diana Quattrocchi-Woisson : Chercheur CNRS-ISP, Membre de l’Institut des Amériques, Présidente de l’Observatoire de l’Argentine contemporaine.

Proposed scientific council:

  • Christian Boix (Université de Pau et des pays de l’Adour)
  • François Brunet (Université Diderot Paris 7)
  • Luc Capdevila (Université de Rennes)
  • Christian Delporte (Université de Versailles – CHCSC)
  • Laurent Dornel (Université de Pau et des pays de l’Adour)
  • Ludovic Fortin (Timédia)
  • Christian Grataloup (Université Diderot Paris 7)
  • Jean-Michel Lacroix (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3)
  • Jean Piel (Université Diderot Paris 7 – Observatoire de l’Argentine contemporaine)
  • Jacques Portes (Université Paris VIII)
  • Carlos Quenan (IHEAL-CREDA-Université Sorbonne Nouvelle Paris 3)
  • Jean-Claude Sergeant (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)
  • Jean-François Sirinelli (Centre d’Histoire de Sciences Po Paris)
  • Sébastien Velut (IHEAL-CREDA-Université Sorbonne Nouvelle Paris 3)

Calendrier :

Les propositions de communication (titre et résumé de deux pages) doivent parvenir aux organisateurs avant le 1er juin 2012, avec une courte biobibliographie.

Le Conseil Scientifique étudiera les propositions et donnera une réponse aux auteurs avant le 9 juillet 2012.

Les auteurs des propositions retenues s’engagent à envoyer leurs communications définitives le 15 septembre 2012, au plus tard, pour faciliter le travail des discutants.

Pour envoyer les propositions de communications et pour tout contact avec les organisateurs écrire à :  colloquemalouines2012@univ-pau.fr

English version:

Themes:

  1. Events and interpretations, symbolic and legal arguments
  2. Representations of war and memorial objects
  3. Diplomacy put to the test: negotiations, mediations, dead ends
  4. Economic, strategic and geopolitical challenges. Lobbies
  5. Semantic and conceptual battles: Falklands/Malvinas, sovereignty/self-determination, colonisation/decolonisation

15 and 16 October 2012 – Institut des Ameriques – 175, rue Chevaleret – 75013 – Paris, 8ème etage : Salon des Ameriques, Espace Tocqueville et Salle Claude Levi-Strauss

18 and 19 October 2012 – Universite de Pau et des pays de l’Adour – Amphitheâtre Charles et Henri Moreux -  Présidence

Working languages: English, Spanish, French and Portuguese (interpretation under consideration)

Argument:

In 1982, a dictatorship with its back to the wall launched a large-scale military intervention to occupy the Falkland Islands (Islas Malvinas) which, since 1833, had been a British possession. This unprecedented conflict in the South Atlantic (Argentina had remained neutral during the First World War and most of the Second World War ) was to last more than two months (from 2 April to 14 June) until the Argentine forces surrendered to British forces after a counter-offensive which surprised all those who believed Britain no longer had either the ability or the willpower to conduct such a campaign almost 8,000 miles from its home shores.

The immediate political consequences in Argentina — collapse of the military dictatorship, discredit of the armed forces, return to democracy and judgement of those responsible for this ill-fated adventure (both with regard to human rights and to the question of military responsibilities during the conflict)—have made it more difficult to understand the deeper causes which explain the widespread support for the military occupation, not only within Argentine society but also in very many Latin American countries.

In the United Kingdom, although the majority supported the government’s action and the sending of the task force, a significant minority were opposed to the use of military force. This debate continued well after the hostilities ended, above all on the question of the precise circumstances in which the argentine cruiser Belgrano was sunk. Nonetheless, Margaret Thatcher emerged from the conflict strengthened and the general election she won in 1983 was influenced by a “Falklands factor”.

This conference sets out to analyse the causes and consequences of this atypical or apparently anachronistic war—a war of missiles and bayonettes” against a Cold War background—for both countries involved, but also the geo-political repercussions in Europe and on the American continent. The unsuccessful mediation attempts, the role of the Unitesd States of America and of the United Nations, the stance adopted by Cuba in support of the Argentine cause, etc. al deserve to be examined in detail.

It is of interest to recall that the former captain of the Argentine Marines, Alfredo Astiz, was captured during the conflict and taken to London. It was photographs taken during the conflict which enabled human rights activists in Aretntina, France and Sweden to recognize Astiz, who had been involved in torture at the ESMA and had infiltrated the association of the Mothers of the Plaza de Mayo. Sweden and France then requested that Astiz should be extradited, but Prime Minister Margaret Thatcher refused, invoking the Geneva Convention and returned him to Argentina at the end of the war.

The aftermath of the conflict, from the point of view of international relations and diplomacy is also a fruitful field of study. Thirty years after the conflict, we will attempt to take stock of the research which, in Argentina, in the United Kingdom, in the United States and in many Latin American countries have tried to shed light on these events. The conference will also focus on representations of the war in the media and cinema, in pictures of all kinds and in music, theatre and literature and study the way different discourses on the conflict have been forged.

The impact of the war on servicemen and women (particularly the Aregntine conscripts) has been discussed in a number of debates on post-traumatic stress and the reinsertion into society of these veterans into political and social life. What has been the role of the victims and survivors in the transmission of memories of the conflict and the way it is represented? What place has been given to the commemoration of the dead? It will be noted that among the many representations of the war in film and television a number have focused on this painful issue.

Analysis of the discourses which have emerged on the fundamental principles and on the conflict itself mean that concepts such as nationalism, colonialism and decolonisation, sovereignty and self-determination need to be carefully examined. It will also be necessary to take a fresh look at the real challenges and issues of this Anglo-Argentine dispute: there are legal, geo-political, economic and strategic dimensions which have changed significantly over the years and in which the memory of the war in 1982 has become a major “field of experience”.

This cross-disciplinary and multinational conference will bring together specialists of Latin America, North America and Europe to exchange views from different standpoints, to compare methods and approaches and contrast interpretations on a war which contains many paradoxes. This is a sensitive subject, which is once again in the headlines, and it seems to us that the only really legitimate attitude is to approach the complexity of this war (conflict and outcomes) and to study it with the critical tools of the humanities and with the distance that three decades of research and analysis provides. Thirty years is also in many cases the minimum period necessary to gain access to archive material.

Falklands / Malvinas war - Forum of Images : During the four days of the conference, in Paris as well as in Pau, a space will be set up for the projection of documents, photographs, images and films from Argentina and the United Kingdom. All this material, selected and assembled by the organizers especially for the conference will be addressed during a special seminar in which specialists of iconography and political communication will be invited to contribute their comments.

Scientific organizers:

  • Michael Parsons : Professor at Pau University, Member of the Institut des Ameriques.
  • Diana Quattrocchi-Woisson : Researcher at CNRS-ISP, Member of the Institut des Ameriques, President of the Observatoire de l’Argentine contemporaine.

Organizing institutions:

  • Institut des Ameriques
  • Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS-ISP-UMR 7220 et CNRS-SET-UMR-5603)
  • Laboratoire Langues, litteratures et Civilisations de l’Arc Atlantique – Universite de Pau et des pays de l’Adour
  • Observatoire de l’Argentine contemporaine, Federation de Recherche Espaces, Frontières, Metissages.

Proposed scientific council:

  • Christian Boix (Université de Pau et des pays de l’Adour)
  • François Brunet (Université Diderot Paris 7)
  • Luc Capdevila (Université de Rennes)
  • Christian Delporte (Université de Versailles – CHCSC)
  • Laurent Dornel (Université de Pau et des pays de l’Adour)
  • Ludovic Fortin (Timédia)
  • Christian Grataloup (Université Diderot Paris 7)
  • Jean-Michel Lacroix (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3)
  • Jean Piel (Université Diderot Paris 7 – Observatoire de l’Argentine contemporaine)
  • Jacques Portes (Université Paris VIII)
  • Carlos Quenan (IHEAL-CREDA-Université Sorbonne Nouvelle Paris 3)
  • Jean-Claude Sergeant (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)
  • Jean-François Sirinelli (Centre d’Histoire de Sciences Po Paris)
  • Sébastien Velut (IHEAL-CREDA-Université Sorbonne Nouvelle Paris 3)

Timetable:

Proposals (title and two-page summary) should be sent to the organisers before 1 June 2012, with a short bio/bibliography.

The scientific committee will examine the proposals and reply to authors by 9 July 2012.

Authors of selected papers should send their final papers by 15 September 2012 at the latest so that they can be circukated to the discussants.

To send proposals and for any other contact with the organisers please write to: colloquemalouines2012@univ-pau.fr

More information (soon) at www.malouines.fr

Lieux

  • 175 rue Chevaleret, Avenue de l'Université
    Paris, France

Dates

  • vendredi 01 juin 2012

Mots-clés

  • Malouines, Falklands, Malvinas, sortie de conflit, mutations politique

Contacts

  • Michael Parsons
    courriel : michael [dot] parsons [at] univ-pau [dot] fr
  • Diana Quattrocchi-Woisson
    courriel : colloquemalouines2012 [at] univ-pau [dot] fr

Source de l'information

  • Michael Parsons
    courriel : michael [dot] parsons [at] univ-pau [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La Guerre des Malouines trente ans après », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 24 avril 2012, http://calenda.org/208225