AccueilGouverner une Église en Révolution

Gouverner une Église en Révolution

Governing a Church in Revolution

Histoires et mémoires de l'épiscopat constitutionnel français

Histories and memories of the French constitutional episcopate

*  *  *

Publié le jeudi 03 mai 2012 par Elsa Zotian

Résumé

Au-delà de la célèbre figure de l’évêque de Blois, Henri Grégoire, l’épiscopat constitutionnel a suscité bien peu de travaux et les historiens doivent se contenter d’ouvrages anciens, souvent hostiles, à l’instar du Répertoire biographique de l’épiscopat constitutionnel du chanoine Pisani (1907). L’ambition de ce colloque est de relancer la recherche sur les évêques « patriotes », afin de les replacer dans la longue histoire de l’épiscopat français aux XVIIIe-XIXe siècles : ont-ils « révolutionné » leur diocèse ou, au contraire, maintenu, voire réactivé, d’antiques traditions au nom du primitivisme cher aux Lumières chrétiennes ? Quels ont été leurs échecs et leurs réussites ? Que leur doit l’Église concordataire ? Leur pensée théologique, leurs engagements politiques et leur action pastorale seront ainsi étudiés à travers une série d’études synthétiques, régionales ou biographiques, loin de l’anathème ou de l’apologie.

Annonce

Argumentaire :

Qualifiés de « schismatiques », d’« intrus » et d’« apostats » par une historiographie catholique fortement influencée par les textes polémiques de l’Église réfractaire, mal aimés des historiens républicains du XIXe siècle qui doutaient de la sincérité de leur engagement révolutionnaire, les évêques constitutionnels ont longtemps été victimes d’une légende noire. L’Église catholique reste aujourd’hui partagée entre deux appréciations opposées, mais tout aussi péremptoires : jugés responsables du « schisme » de 1791 et complices des persécutions religieuses de 1792-1794 par les uns – ce fut la position de Mgr Lustiger et d’une grande partie de l’épiscopat français en 1989 –, il apparaissent pour les autres comme de courageux visionnaires, précurseurs de Vatican II et ancêtres des catholiques « progressistes » du XXe siècle. La réalité est bien évidemment plus complexe.
La grande richesse de ses archives personnelles déposées pour partie à la Bibliothèque de la Société de Port-Royal, mais surtout la renommée de ce républicain illustre, panthéonisé en 1989, expliquent cet engouement. Les travaux de Bernard Plongeron, de Rita Hermon-Belot, d’Alyssa Goldstein-Sepinwall et, plus récemment, de Rodney Dean et de Jean Dubray, nous permettent de mieux connaître celui qui fut à partir de 1795 le véritable chef de file de l’Église constitutionnelle, même si des zones d’ombre demeurent sur certains aspects de sa vie. Pourtant, l’arbre Grégoire ne doit pas cacher la forêt de l’épiscopat constitutionnel. Ainsi, depuis l’étude ancienne de Jules Charrier (1909), Claude Fauchet, évêque du Calvados, l’un des acteurs politiques majeurs de la période 1789-1793, n’a toujours pas trouvé son historien. S’il rend encore bien des services, le Répertoire biographique de l’épiscopat constitutionnel du chanoine Pisani (1907) reste empreint de jugements dépréciatifs, que l’on retrouve dans la plupart des biographies d’évêques parues dans la première moitié du XXe siècle. Consacrée à la figure d’Adrien Lamourette, la récente thèse de Caroline Chopelin-Blanc montre que l’on peut étudier l’épiscopat constitutionnel autrement que par le biais de Grégoire. Elle révèle toute la richesse de l’œuvre théologique et politique d’un évêque influent, dont la carrière ne se résume pas au fameux épisode du « baiser » à la Législative en juillet 1792.
Le manque de travaux sur l’épiscopat constitutionnel se fait d’autant plus ressentir que les périodes voisines ont été en revanche bien travaillées. De Michel Péronnet à Frédéric Meyer, notre connaissance du corps épiscopal français du XVIIIe siècle a été en effet profondément renouvelée ces dernières années, de même que celle des évêques concordataires du XIXe siècle, principalement grâce aux travaux de synthèse de Jacques-Oliver Boudon et de Séverine Blenner-Michel. Mais quelle place accorder aux évêques constitutionnels dans la longue histoire de l’épiscopat français ? Ont-ils « révolutionné » leur diocèse ou, au contraire, maintenu, voire réactivé, d’antiques traditions au nom du primitivisme cher aux Lumières chrétiennes ? Quels ont été leurs échecs et leurs réussites ? Que leur doit l’Église concordataire ? Leur pensée théologique, leurs engagements politiques et leur action pastorale méritent sans nulle doute d’être ainsi étudiés à nouveaux frais, loin de l’anathème ou de l’apologie.
L’ambition de ce colloque est à la fois de proposer un premier bilan historiographique mais aussi d’ouvrir de nouvelles pistes de recherche sur ce sujet peu labouré dans le champ des études révolutionnaires. En élargissant les sources et les angles d’approches, il devra permettre aux historiens de s’engager dans la rédaction d’un outil de travail qui fait aujourd’hui défaut, dans la lignée des grands dictionnaires parus ou en cours d’élaboration, que ce soit sur les députés de la période révolutionnaire ou sur l’épiscopat contemporain.

Programme :

Vendredi 8 juin

9h : accueil des participants.

Introduction

9h 30 : Bernard Plongeron (CNRS), Jalons historiographiques.

Politique et religion

  • 9h50 : Rodney Dean (Université Paris IV), La naissance de l'Église constitutionnelle.
  • 10h10 : Caroline Chopelin-Blanc (Université Lyon III, LARHRA), Les évêques constitutionnels députés à l'Assemblée nationale.
10h30-11h : discussion et pause.

  • 11h : Isabelle Antunes (Université de Rouen, GRHis), Les évêques constitutionnels et les administrations locales. L’exemple de la Normandie.
  • 11h20 : Jean Dubray (École supérieure de théologie catholique, Issy-les-Moulineaux), La place de l’évêque dans la pensée ecclésiologique de Grégoire.
11h40-12h : discussion.

L'action pastorale

  • 14h30 : Paul Chopelin (Université Lyon III, LARHRA), L'évêque et ses vicaires : théories et pratiques du gouvernement collégial.
  • 14h50 : Emmanuel Lacam (École nationale des Chartes), La pastorale janséniste d'un évêque constitutionnel après la Terreur : prédications et réformes liturgiques de l'abbé Clément à Versailles (1797-1802).
  • 15h10 : Michel Deblock (Université de Franche-Comté), Les évêques et leur séminaire.
15h30-16h : discussion et pause.
  • 16h : Joseph Byrnes (Oklahoma State University), Les évêques et les minorités religieuses ( protestants et orthodoxes).
  • 16h20 : Claude Muller (Université de Strasbourg, Institut d’histoire d’Alsace), Les évêques constitutionnels alsaciens.
  • 16h40 : Alfred Minke (Université catholique de Louvain), Le cas des départements belges : des évêques entre soumission et insoumission.
17h-17h30 : discussion.

Samedi 9 juin

Identités et mémoires

  • 9h30 : Jean-Pierre Chantin (Université Lyon III, LARHRA), A la recherche des évêques constitutionnels jansénistes.
  • 9h50 : Guillaume Colot (Université Blaise-Pascal Clermont-Ferrand, CHEC), Les évêques constitutionnels et les Annales de la Religion.
  • 10h10 : Valérie Murger (Bibliothèque de la Société de Port-Royal), L’épiscopat constitutionnel à travers les Nouvelles ecclésiastiques de Rondeau (1806-1828).
10h30-11h : discussion et pause.

  • 11h : Jacques-Olivier Boudon (Université Paris IV, Centre de recherche en histoire du XIXe siècle), Les anciens évêques constitutionnels dans l’Église concordataire.
  • 11h20 : Christian Sorrel (Université Lyon II, LARHRA), Damnatio memoriae. La légende noire de François-Thérèse Panisset, évêque du Mont-Blanc (XIXe-XXe siècles).
  • 11h40 : conclusions. Paul Chopelin et Joseph Byrnes, Du Tableau des évêques de France (1802) au Répertoire biographique de l’épiscopat constitutionnel du chanoine Pisani (1907) : genèse et perspective d’une approche prosopographique.
Lieu : Petit théâtre, Musée Gadagne, 1 place du Petit Collège, Lyon 5e (Métro Ligne D, station Vieux Lyon ou bus C3, C14, 19 et 31).

Comité scientifique :

  • Jacques-Olivier Boudon (Paris IV) ;
  • Philippe Bourdin (Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand) ;
  • Joseph Byrnes (Oklahoma State University) ;
  • Paul Chopelin (Université Lyon III-LARHRA) ;
  • Bernard Plongeron (CNRS) ; Christian Sorrel (Université Lyon II).

Lieux

  • 1 place du Petit Collège (Musée Gadagne)
    Lyon, France

Dates

  • vendredi 08 juin 2012
  • samedi 09 juin 2012

Mots-clés

  • Révolution française, Église constitutionnelle, évêques constitutionnels, épiscopat, clergé

Contacts

  • Paul Chopelin
    courriel : paul [dot] chopelin [at] univ-lyon3 [dot] fr

Source de l'information

  • Paul Chopelin
    courriel : paul [dot] chopelin [at] univ-lyon3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Gouverner une Église en Révolution », Colloque, Calenda, Publié le jeudi 03 mai 2012, http://calenda.org/208361