AccueilVoyages, rencontres, échanges au XVIIe siècle : Marseille carrefour

*  *  *

Publié le lundi 14 mai 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

Le CIELAM (Centre interdisciplinaire des littératures, Aix-Marseille) a le plaisir d’accueillir le quarante-troisième colloque annuel de la North-American Society for Seventeenth-Century French Literature (NASSCFL), co-organisé par Christian Biet (université Paris Ouest Nanterre La Défense) et Sylvie Requemora-Gros (Aix Marseille Université) en l’honneur du Professeur Pierre Ronzeaud (Aix Marseille Université).

Annonce

« Voyages, rencontres, échanges au XVIIe siècle : Marseille carrefour », Aix-Marseille, 5-8 juin 2013 (du mercredi 5 juin 14h au samedi 8 juin 13h)

Modalités de participation

Les propositions de communications doivent être envoyées aux présidents des sessions concernées ainsi qu’à l’adresse NASSCFL2013@orange.fr

avant le 30 octobre 2012.

Le colloque aura lieu à Marseille (Centre de Congrès WTC et Bibliothèque départementale des Bouches du Rhône) du mercredi 5 au vendredi 7 juin 2013 et à Aix en Provence (Maison de la Recherche) le samedi 8 juin 2013.

Frais d’inscription : 100 euros, couvrant les repas, pauses café, le dîner de gala du vendredi soir et la publication des actes. L’hébergement et le transport ne sont pas pris en charge : une liste d’hôtels sera fournie pour permettre à chacun d'effectuer ses réservations directement auprès des hôtels partenaires du congrès.

Le site du colloque centralisera les informations à venir : http://ufr-lacs.univ-provence.fr/cielam/nasscfl2013

Argumentaire

Le CIELAM (Centre Interdisciplinaire des Littératures, Aix-Marseille) a le plaisir d’accueillir le 43e Colloque Annuel de la North-American Society for Seventeenth-Century French Literature (NASSCFL), co-organisé par Christian Biet (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et Sylvie Requemora-Gros (Aix Marseille Université) en l’honneur du Professeur Pierre Ronzeaud (Aix Marseille Université).

La NASSCFL, société nord-américaine réunissant les spécialistes du XVIIe siècle français anglophones et francophones du monde entier, a choisi de consacrer son 43e colloque international à Marseille et à la Provence comme terre de carrefour et comme pont entre l’Orient et l’Occident, en venant exceptionnellement en France en 2013, en partenariat avec l’équipe de recherche de l’Université d’Aix Marseille, le Cielam.

 Il s’agira d’interroger le rôle de Marseille et de la Provence au XVIIe siècle, d’un point de vue littéraire, politique, économique, sociologique, linguistique et philosophique, à travers le thème des voyages, des rencontres et des échanges. Cinq axes peuvent décliner cette proposition de recherches :

  • 1.Marseille et la Provence comme terre de rencontres entre l’Orient, l’Europe et l’Occident, lieu de départ et lieu de destination, à la fois commercial, culturel et artistique.
  • 2.Marseille et la Provence d’un point de vue intereuropéen, dans le rapport entre la France et les autres pays voisins, permettant d’envisager les confrontations des modèles idéologiques à travers la littérature politique et pamphlétaire des temps de guerre.
  • 3.Marseille et la Provence d’un point de vue interfrançais, à travers l’opposition politique entre le pouvoir central et la Province et l’opposition culturelle entre Paris et le reste du territoire français.
  • 4.Marseille et la Provence « exotisés » par la scène : représentations de l’Autre, de l’Ottoman au Limousin dans le théâtre français.
  • 5.Échanges et mobilité en Méditerranée, d’un point de vue historique et économique.

Sessions :

1. Voyages

A) Voyages en Provence

  • Marie-Christine Pioffet (mpioffet@yorku.ca) : La Provence : carrefour des voyageurs, des missionnaires et des écrivains

La Provence est, au XVIIe siècle, pour les Français du Nord un lieu de dépaysement. Jean Racine se sent en Occitanie aussi étranger qu’un Moscovite à Paris (Lettre à La Fontaine du 11 novembre 1661). Le pays offre à ceux qui le parcourent une fascinante diversité. Des poètes comme Chapelle et Bachaumont y feront des rencontres et des découvertes insolites. En plus de fournir aux écrivains des anecdotes facétieuses ou galantes, la Provence avec la ville portuaire de Marseille, riche en couleurs, marque souvent le point de départ des grands voyages et en constitue parfois le port d’arrivée, lieu de liesse où se délassent les mariniers après des jours de privations en mer. L’alpha et l’oméga de l’aventure d’outre-mer, le séjour marseillais se présente souvent comme un entre-deux mondes.

Pour les citadins et les Parisiens en particulier, la Provence est aussi un alter mundus, une terre de ressourcement à la fois si lointaine et si proche. Mlle de Scudéry module plusieurs descriptions du Grand Cyrus sur les paysages entrevus en Provence, tandis que Jean Racine cherche dans la solitude d’Uzès « quelque sujet de théâtre » (Lettre à Monsieur l’Abbé Le Vasseur du 4 juillet 1662). Aux yeux des religieux, le midi représente souvent un lieu de révélations ou d’apostolat. De nombreux jésuites, dont le célèbre Pierre Coton, y séjourneront à maintes reprises pour y convertir les huguenots.

Les participants à cette séance seront invités non seulement à explorer les descriptions de la Provence et les aventures qui s’y déroulent, mais encore à examiner le rôle qu’exerce le séjour méridional dans la vocation religieuse ou littéraire des voyageurs.

  • Michèle Longino (michelel@duke.edu)  : Marseille, port de grands voyageurs (départs pour l'Orient)

Marseille dans les récits de voyages.

B) Voyage et philosophie

  • Grégoire Holtz (gregoire.holtz@utoronto.ca)

Cette séance aura pour objectif de questionner certaines des modalités qui font se répondre récits de voyages et écrits philosophiques au XVIIe siècle : quels témoignages sur les cultures lointaines inspirent les philosophes et par quels dispositifs textuels en rendent-ils compte? Quels concepts mais aussi quelles figures de la sagesse sont ainsi privilégiés ? Inversement, comment les voyageurs inscrivent-ils dans leurs relations un intérêt pour des philosophies étrangères, par quelles stratégies d’écriture et au prix de quels malentendus ? A un troisième niveau, est-il possible de savoir comment certaines philosophies européennes ont pu être perçues dans les cultures parcourues par les voyageurs ? Ces questions sont autant de prismes qui permettront de mieux cerner la richesse de la rencontre entre voyage et philosophie au XVIIe siècle.

C) Marseille, carrefour des savoirs et des échanges de savoir

Patrick Dandrey (Patrick.Dandrey@paris-sorbonne.fr)

Il y aurait lieu de s'interroger sur le rôle de plaque tournante de Marseille et de la Provence entre l'Italie et la France, la mer et la terre, l'Afrique et l'Europe, la province et Paris, l'occitan et le français, l'Antiquité sous-jacente de la Provincia romana et la modernité technique (on se rappelle la fameuse construction en vingt-quatre heures d'une galère mise à l'eau sous les yeux de Seignelay, secrétaire d’État à la marine, en 1679) : ces dualités qui articulent des débats généraux devraient offrir des illustrations locales concrètes à des questions intellectuelles larges dans un siècle lui-même en situation de charnière entre Renaissance et Lumières, comme l'avait fait jadis le colloque « Marseille au 17e siècle » (CMR 17, 1971).

2. Politiques de l’espace méditerranéen

  • Henriette Goldwyn (hg3@nyu.edu)
  • Pierre Ronzeaud ( pierreronzeaud@voila.fr)
  • Jean-Raymond Fanlo (jean-raymond.fanlo@wanadoo.fr)

Cette session se veut ouverte aux marges du littéraire et croiser, dans un espace provençal et provincial mais aussi méditerranéen, des thèmes politiques et culturels et leur expression textuelle.

Orientations possibles :

  • A) La Provence et l’espace extérieur : Les confrontations idéologiques et politiques entre les grandes puissances intervenants en Méditerranée : textes théoriques et pamphlets mettant en jeu les questions de territoires, de frontières, de diplomatie, mais aussi les influences étrangères en Provence (espagnole, italienne, savoyarde, avignonnaise).
  • B) La Provence et l’espace intérieur : Les relations avec le pouvoir royal, les relations des entrées royales, le Parlement d’Aix, Marseille et la Fronde (Mazarinades), les intendants et gouverneurs (Grignan)
  • C) La Provence espace religieux :
    • L’affaire Gaufridy
    • Les écrivains dévots et leurs réseaux monastiques (Pierre de Saint-Louis), les littératures associées aux lieux de pèlerinage (Sainte Baume) et aux saints du cru (les biographies de Saint Jean de Matha, par exemple, un saint des Alpes, qui s’est consacré au rachat des captifs en Barbarie), et les curieux – d’un ésotériste comme Gaffarel à Peyresc
    • Les chrétiens d’Allah.
  • D) La Provence, espace culturel
    • « La part du milieu » : politiques et représentations de la mer et des pourtours : la montagne.
    • Identités, ou cultures provençales ? (l’histoire de Provence de César de Nostredame, publications en provençal)

3. Voyages, rencontres, échanges, au théâtre et dans les arts du spectacle au XVIIe siècle.

  • Christian Biet (biet.christian@gmail.com)
  • Georges Forestier (georges.forestier@paris-sorbonne.fr)
  • Guy Spielmann (spielmag@georgetown.edu)

Ces sessions, au nombre de deux ou trois en fonction des communications proposées, et organisées par Christian Biet, Georges Forestier et Guy Spielmann, s’intéresseront :

  • aux pièces de théâtre, tous genres confondus, qui ont pour principal objet de figurer les voyages en France, à l’étranger, exotiques ou non. Il ne s’agit pas ici de proposer de simples cas de voyages à rapporter ou à raconter, mais de faire en sorte que le croisement des genres théâtraux et des thématiques du colloque puisse, de ce point de vue, fournir une série d’approfondissements et de problématisations qu’on espère intéressantes et/ou nouvelles.
  • aux comédiens itinérants. La grande majorité des comédiens français du 17e siècle appartiennent à des troupes “de campagne”, plus ou moins stables, qui sillonnent la France et certaines provinces étrangères (Flandres, Pays-Bas, certaines principautés allemandes, Angleterre) et quelques fois même ont pour patrons des princes étrangers. Ces troupes “voyageuses” jouent un rôle considérable dans la diffusion en France et en Europe du répertoire dramatique en cours de constitution, et influent sur les nouvelles modalités d'appréhension des arts du spectacle, sur les échanges entre les élites de province et le monde du théâtre. Outre l’étude de ces différents aspects, peu ou pas abordés jusqu’ici, on pourra aussi se pencher sur les rencontres entre les troupes et en particulier entre troupes françaises et italiennes et les échanges éventuels que cela produit sur la production éventuelle des uns et des autres (plusieurs chefs de troupe étant par ailleurs des auteurs occasionnels).
  • Dès lors, les différents aspects du dispositif scénique pourront être développés, en prenant en compte plus particulièrement la scénographie (décors, types de salles, etc.), le jeu des acteurs, les costumes, la relation avec les spectateurs, mais aussi la dramaturgie.
  • Ce type de réflexion pourra être étendu à ce qui n’est pas, stricto sensu, le théâtre, mais les fêtes, les représentations de rue, les carnavals, afin de réfléchir sur la manière dont les spectacles proposent, à travers un recours au voyage, des rencontres avec l’autre, ou les autres (véritables, comme les « cannibales » de Montaigne, ou non) pour penser plastiquement et par la performance l’échange.
  • Mais l’idée est aussi de chercher à penser les arts du spectacle comme performance offrant, à proprement parler, une dimension particulière aux spectateurs, et c’est alors la problématique du la naissance du théâtre dramatique qui sera mise en question : comment le théâtre entend-il présenter un autre monde aux spectateurs ? de quel type de voyage, et de quelle rencontre avec un espace dramatique particulier, en construction et en constitution est-il question ? C’est donc un parcours plus théorique, mais fondé sur des observations pratiques et historiques, que nous souhaitons ici.

4. Correspondances

A) Correspondances savantes, correspondances particulières

  • Elizabeth Goldsmith (ecg@bu.edu)
  • Michèle Rosellini (Michele.Rosellini@ens-lsh.fr)
  • Peiresc, Madame de Sévigné, La Fontaine, Racine, les mémorialistes, etc.
  • La correspondance et les débuts du journalisme
  • La pratique de la correspondance: courriers, chemins de poste, transport de lettres, ruptures (censure, espions, errance)
  • La correspondance et les limites du privé
  • Correspondance et littérature: l’épistolaire, la conversation
  • Correspondances et biographie: la lettre et l’archive
  • Correspondance, voyage, aventure

B) Disputes, querelles et controverses : Paris/Province, échos et différences

  • Alain Viala (alain.viala@lmh.ox.ac.uk)
  • Communications, circulations, imitations, correspondances, concurrences, rivalités entre académies et cercles littéraires parisiens et provençaux et provinciaux.
  • Échanges et concurrences entre éditeurs, libraires, etc., parisiens, provençaux et provinciaux
  • Transmissions et contestations des modèles culturels entre Paris et la Province
  • Statuts des poètes du Sud et relations de clientélismes en Province
  • Circulations entre divers champs des savoirs et des arts

C) Correspondances et rencontres littéraires et artistiques

a) Échanges artistiques et poétiques : La musique, la poésie et les arts en Provence/Province
Buford Norman (norman.buford@gmail.com)

La session a pour objectif d’explorer les échanges artistiques entre Paris et la province aussi bien que la représentation de la province et de la campagne dans la poésie lyrique (dans les deux sens du terme). Parmi les nombreuses approches et points de repère possibles, on pourrait suggérer :

  • · L’apport de poètes provinciaux (« Enfin Malherbe vint »)
  • · Les Noëls provençaux de Nicolas Saboly
  • · L’opéra et le ballet en province, et surtout à Marseille (Pierre Gautier ; Bellérophon au Château d'If en 1680)
  • · André Campra : une « école aixoise » ?
  • · Les arts en Provence selon Mme de Sévigné et d'autres épistoliers/épistolières
  • · La peinture parlante : la description poétique de paysages réels et imaginaires

b) Échanges littéraires : La vie provinciale/provençale dans les genres narratifs au XVIIe siècle
Rainer Zaiser (rzaiser@gmx.de)

La session a pour objectif d’explorer la représentation narrative de la vie culturelle en province pour mettre au point les liens et les oppositions qui s’y manifestent par rapport aux genres narratifs inspirés par la culture de la ville de Paris et de la société de la Cour. Entrent en ligne de compte les ouvrages et les points de repère suivants :

  • · Les romans réalistes du XVIIe siècle, comme par exemple L’histoire comique de Francion de Sorel et Le Roman comique de Scarron.
  • · La Provençale de Jean-François Regnard, Le Mercure dolant de Jean Benech de Cantenac.
  • · Les histoires de la Bibliothèque bleue comme miroir de la vie culturelle en province.
  • · Les oppositions culture populaire/culture élitaire; peuple/bourgeoisie/noblesse; campagne/ville; province/Paris.

c)Marseille : foyer d'échanges artistiques; sujet iconographique
Stéphane Lojkine (stephane.lojkine@univ-amu.fr)
Magali Théron (theron.magali@free.fr)

Cette session se propose d’envisager la spécificité culturelle de la Provence et plus spécifiquement de Marseille au XVIIe siècle, mais également l’image que les artistes ont diffusée de cette province au XVIIe siècle.

  • 1. Si proche de l’Italie, et sur le chemin de Rome, la Provence s’impose au XVIIe siècle comme un carrefour où se brassent les influences. Au passage des artistes flamands – Louis Finson, Martin Faber et à la circulation d’oeuvres italiennes notamment génoises ou romaines, s’ajouta sous le règne de Louis XIV un intérêt accru porté au modèle artistique parisien, particulièrement sensible dans l’architecture, l’art des jardins mais également dans les ateliers de peinture et de sculpture des chantiers de construction navale de l’arsenal de Marseille. C’est l’objet de cette cession que d’envisager le poids de ces multiples influences à travers l’étude de la production d’artistes locaux, l’influence des artistes de passage ou encore le ressort des commandes...
    • Les artistes provençaux : ex Pierre Puget, Michel Serre, Meiffren Conte...
    • Musiciens et artistes de passage à Marseille : Italiens, flamands et hollandais, Parisiens....
    • Art et cérémonial royal : Rubens
    • L'activité artistique des chantiers de l’arsenal de Marseille
    • Architecture et art des jardins en Provence
  • 2. Marseille et le paysage de Provence s’imposèrent en outre comme des sujets originaux de la peinture au XVIIe siècle. Entre peinture sur le vif et reconstruction idéale, son paysage maritime, champêtre ou de massif, comme celui de la Sainte-Baume ont donné lieux à des représentations d’une incroyable diversité. Quelle vision de la Provence fut véhiculée par les artistes provençaux ou étrangers ? Comment les artistes locaux ont par ailleurs utilisé picturalement les spécificités de leur environnement dans leurs oeuvres religieuses ou profanes?
    • La fête champêtre dans la peinture
    • Le paysage provençal dans la peinture religieuse: la Madeleine à la Sainte-Baume ; la représentation de la mer dans les tableaux religieux en Provence....
    • Le genre du paysage en Provence

5. Échanges et mobilité en Méditerranée :

  • Gilbert Buti (Buti@mmsh.univ-aix.fr)
  • Olivier Raveux (Raveux@mmsh.univ-aix.fr)

Marseille est au XVIIe siècle un port carrefour, un lieu intense de circulations d’hommes, de navires, de marchandises, de savoir-faire et de capitaux. À l’image de la Méditerranée, la ville vit par les mouvements migratoires et commerciaux façonnant son quotidien, les transferts de technologies ou de connaissances qu’elle suscite ou dont elle tire profit, les liens qu’elle tisse au loin ou au près avec d’autres espaces, les stratégies qu’elle développe pour faciliter, restreindre ou sécuriser les mobilités et les échanges, les pratiques et les modes de vie qu’elle adopte ou qu’elle exporte.

La liste des thèmes évoqués par ce volet de l’histoire marseillaise du XVIIe peut être longue. Sans volonté d’exhaustivité, nous avons choisi de porter l’attention sur l’intégralité des espaces dans lesquels Marseille fonctionnait alors (Provence, Royaume de France, Europe méditerranéenne, Méditerranée ouverte sur le monde) et sur les thèmes suivants :

  • A. Supports et moyens des échanges et des mobilités : navires, port, arsenal, chantiers de construction navale, foires, correspondances, capitulations…;
  • B. Marseille et ses espaces de fonctionnement : relations avec une ville, une région, un pays, une mer, un océan (Barbaresques et Échelles du Levant, l’Europe du Nord et la façade atlantique, l’Italie et l’Espagne, Paris et Lyon, Constantinople, Beyrouth et Alep…) ;
  • C. Marseille, espace d’acquisition et de redistribution : de produits (savon, indiennes, sucre, corail…), d’habitudes de vie (café, bains orientaux, jeux divers), d’éléments scientifiques et artistiques (jardins et fleurs exotiques, techniques industrielles ou artisanales, baroque) venus d’autres espaces ;
  • D. Les hommes : capitaines de navires, truchements, marchands marseillais à l’étranger, colonies et communautés étrangères artisanales et marchandes installées à Marseille; captifs marseillais; galériens…

ORGANISATION

Comité directeur

Henriette Goldwyn (New York University), Sylvie Requemora-Gros, présidente de la NASSCFL 2013 (Aix Marseille Université), Christian Biet (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), Pierre Ronzeaud (Aix Marseille Université).

Comité scientifique

Gilbert Buti (Aix Marseille Université-MMSH), Patrick Dandrey (Université Paris-Sorbonne), Jacqueline Duchêne (Académie de Marseille), Jean-Raymond Fanlo (Aix Marseille Université), Georges Forestier (Université Paris-Sorbonne), Grégoire Holtz (Toronto University), Elizabeth Goldsmith (Boston University), Stéphane Lojkine (Aix Marseille Université), Michèle Longino (Duke University), Buford Norman (University of South Carolina), Marie-Christine Pioffet (York University), Olivier Raveux (CNRS TELEMME), Michèle Rosellini (ENS de Lyon), Guy Spielmann (Georgetown University), Magali Théron (Aix Marseille Université, MMSH), Alain Viala (University of Oxford), Rainer Zaiser (Universität zu Kiel).

Partenariats

CIELAM, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, IUF, Académie des Lettres, des Arts et des Sciences de Marseille, Bibliothèque départementale des Bouches du Rhône, TELEMME (MMSH), Société Littératures classiques, CIR17, Marseille-Provence 2013 (Capitale européenne de la culture).

Lieux

  • 29 av. Robert Schuman (Aix Marseille Université CIELAM)
    Aix-en-Provence, France

Dates

  • mardi 30 octobre 2012

Mots-clés

  • XVIIe siècle, voyages, échanges, rencontres, provence, marseille, province

Contacts

  • Sylvie Requemora-Gros
    courriel : requemor [at] club-internet [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Sylvie Requemora-Gros
    courriel : requemor [at] club-internet [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Voyages, rencontres, échanges au XVIIe siècle : Marseille carrefour », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 14 mai 2012, http://calenda.org/208511