AccueilAllocation doctorale : enjeux intellectuels et sociaux d’une controverse en histoire des sciences

Allocation doctorale : enjeux intellectuels et sociaux d’une controverse en histoire des sciences

et / ou en histoire de la philosophie, Fin XVIe siècle – début XVIIIe siècle

*  *  *

Publié le lundi 14 mai 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

Une allocation doctorale est proposée par l’ED 487 (Lyon III, ENS de Lyon, Grenoble II). La thèse financée devra relever du thème général « enjeux intellectuels et sociaux d’une controverse en histoire des sciences et / ou en histoire de la philosophie (fin XVIe siècle – début XVIIIe siècle) ». Pour plus de renseignements, il est possible de contacter Sophie Roux (Sophie.Roux@upmf-grenoble.fr).

Annonce

Présentation

L’étude des controverses est devenue, à partir des années 1980, un domaine à part entière de l’histoire des sciences et des techniques, en particulier pour ceux qui entendaient promouvoir une histoire plus sociale des sciences, voire pour ceux qui souscrivaient au « programme fort » de la Sociology of Scientific Knowledge. Cependant, les méthodes et les problèmes de l’étude des controverses techniques et scientifiques sont encore mal connus dans d’autres disciplines, en particulier en histoire de la philosophie. Inversement, les sociologues des sciences ayant contribué à la promotion de l’étude des controverses ignoraient les problèmes spécifiques posés par les études de controverses dans des disciplines non-scientifiques, les contraintes de la rhétorique classique, ou encore les analyses plus formelles des échanges polémiques élaborées dans le cadre de la philosophie du langage contemporaine.

La thèse remédiera à cette méconnaissance mutuelle grâce à un travail sur une controverse spécifique, relevant de l’histoire des idées scientifiques et/ou philosophiques, considérée de la fin du XVIe siècle au début XVIIIe siècle. Quoiqu’on le présente parfois comme l’âge des grands rationalismes, l’âge classique peut être présenté comme l’âge d’or des controverses ; plus exactement peut-être, les grands rationalismes se sont constitués à travers les controverses. La Réforme, la Révolution scientifique, les philosophies nouvelles, l’éclosion de nouveaux genres littéraires de nouveaux styles artistiques ont en effet fait naître disputes, controverses, querelles et polémiques. Il n’y a pas là seulement une question de fait, mais un trait constitutif de la République des Lettres. Cette dernière était peut-être gouvernée par la raison plutôt que par l’autorité, mais, comme les raisons étaient aussi nombreuses que ses citoyens, toute proposition avancée par l’un de ses citoyens était susceptible d’être débattue et le fut effectivement.

De tels débats sont désignés de diverses manières à l’âge classique : le terme « controverse » étant réservé au domaine théologique, le terme « dispute » désigne un débat entre deux protagonistes, alors que le terme « querelle » s’emploie pour des débats ayant une certaine publicité, dans lesquels de multiples protagonistes interviennent. En parlant de controverse, on ne se réfère donc pas à l’usage historique de ce terme. On se réfère génériquement à l’usage d’aujourd’hui, qui entend par « controverse » un débat dans lequel plusieurs positions antagonistes i) qui ne sont pas seulement des préférences personnelles, mais des positions susceptibles d’être l’objet d’une argumentation rationnelle, ii) sont effectivement confrontées les unes aux autres, iii) sans que les procédés usuels dans le domaine concerné permettent de trouver rapidement une sortie de conflit.

Il appartiendra au projet de thèse de préciser quelle est la controverse étudiée, et de détailler soigneusement les raisons pour lesquelles il est intéressant d’en analyser systématiquement les contenus intellectuels. On attendra également du projet qu’il prête une attention particulière aux questions méthodologiques que peut susciter en général l’étude d’une controverse. Pour donner une idée de ce que peuvent être ces questions, en voici quelques-unes :

Médiation.

Comment caractériser l’identité intellectuelle et sociale de ceux qui s’engagent dans la controverse ? Cette dernière prend-elle la forme d’une discussion orale, s’exprime-t-elle par des lettres privées ou publiques, dans des articles de journaux spécialisés, dans des traités ? Quel public vise-t-elle idéalement et quel public atteint-elle effectivement ?

Fonction.

Les protagonistes conçoivent-ils la controverse qui les oppose de la même manière ? Plus généralement, attendaient-ils la même chose d’une controverse, étant donné leur théorie de la vérité et de sa communication ? En quoi la controverse a-t-elle contribué à modifier leurs positions initiales ? 

Narration.

Au cours de la controverse, ses protagonistes éprouvent-ils le besoin d’en faire la narration ? Qu’attendent-ils de cette narration ? Y a-t-il d’autres récits qui sont faits de cette controverse, et à quelles intentions répondent-ils ? 

Clôture.

Comment la controverse s’est-elle close ? A-t-elle été simplement abandonnée, ou bien y a-t-il eu détermination raisonnée d’une position commune, négociation entre les partis en présence sur une position qu’ils pouvaient tolérer, intervention d’une autorité extérieure ?

Informations

  • Directrice de la thèse : Sophie Roux
  • Laboratoire : PLC, Philosophie, langages et cognition, EA 3699 / Tél. 09 52 11 04 56
  • Adresse électronique :  Sophie.Roux@upmf-grenoble.fr
  • Directeur du laboratoire : Denis Vernant
  • Adresse du laboratoire : UFR Sciences Humaines / BP 47 1281 avenue Centrale / 38040 Grenoble Cedex 9
  • Établissement de tutelle : Université Pierre-Mendès-France
  • École doctorale de rattachement :  ED 487, Philosophie : Histoire, représentation, création, Lyon III, ENS de Lyon et Grenoble II
  • Membres du comité de thèse : Pierre-François Moreau (IHPC, Institut d’histoire de la pensée classique, UMR 5037)
  • Autres laboratoires impliqués :
    •  IHPC, Institut d’Histoire de la Pensée Classique, UMR 5037
    • CRHIPA, Centre de Recherche en Histoire et histoire de l'art. Italie, Pays Alpins, Interactions internationales, EA 599
  • Co-direction ou co-tutelle : Elle dépendra de la controverse étudiée.

Modalités de candidature

Envoyer à Sophie.Roux@upmf-grenoble.fr

  • un bref CV du candidat ou de la candidate,
  • le mémoire de master du candidat ou de la candidate,
  • un projet de thèse de 4 à 10 pages 

avant le 30 juin 2012

Lieux

  • Grenoble, France

Dates

  • samedi 30 juin 2012

Fichiers attachés

Mots-clés

  • controverse, XVIIe siècle, allocation doctorale

Contacts

  • Sophie Roux
    courriel : Sophie [dot] Roux [at] upmf-grenoble [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Sophie Roux
    courriel : Sophie [dot] Roux [at] upmf-grenoble [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Allocation doctorale : enjeux intellectuels et sociaux d’une controverse en histoire des sciences », Bourse, prix et emploi, Calenda, Publié le lundi 14 mai 2012, http://calenda.org/208514