AccueilTraitements et contraintes

Traitements et contraintes

Treatment and constraint

Approches empiriques des dispositifs de prise en charge institutionnelle

Empirical approaches and institutional care measures

*  *  *

Publié le mercredi 23 mai 2012 par Julien Gilet

Résumé

Nous avons le plaisir de vous inviter à participer à notre colloque Traitements et contraintes : approches empiriques des dispositifs de prise en charge institutionnelle, qui aura lieu les 14 et 15 juin, à l'Université Paris 13 à Bobigny.

Annonce

Argumentaire :

Ce colloque vise à proposer une nouvelle approche des dispositifs institutionnels à travers les thématiques croisées du traitement et de la contrainte. Alors que les recherches de Goffman sur les institutions totales, et les théories de Foucault sur les techniques de pouvoir continuent d’inspirer de nombreux travaux rapprochant la prison, l’hôpital psychiatrique et les centres de rétention administrative, cet appel à contribution entend élargir le champ de ces investigations sous l’angle des pratiques, prises en tension entre des enjeux de traitement (médical, social, juridique) et des enjeux de contrainte (enfermement, confinement, discipline, normalisation). Le cadre juridique qui définit l’institution contraignante par la notion de privation de liberté et qui sert d’appui conceptuel pour un certain nombre de recherches, se trouve ainsi éclaté, permettant d’analyser de manière plus large les différentes formes de pratiques de prise en charge dans des dispositifs institutionnels. Ce colloque vise à faire dialoguer des analyses de scènes sociales hétérogènes, qui seront mises en parallèle sans pour autant être amalgamées.

Tout en s’inscrivant dans un mouvement plus large de recherches sur les institutions contraignantes, ce colloque souhaite marquer son originalité tant sur le plan thématique que sur le plan méthodologique.

Sur le plan thématique, le choix des termes “traitement” et “contrainte” invite à une exploration de la polysémie de ces notions et de la diversité des dispositifs institutionnels. Ainsi seront étudiés non pas seulement les dispositifs étatiques “souverains” (type prison), mais également des dispositifs aux frontières plus floues, soit qu’ils ne s’inscrivent pas dans une unité de lieu (par exemple, des dispositifs de suivi éclatés sur plusieurs sites), ou bien qu’ils soient délégués au secteur associatif ou privé.

Au niveau des méthodes, nous souhaitons résolument promouvoir l’enquête empirique, qu’elle soit quantitative ou qualitative, menée avec les diverses techniques des sciences sociales (ethnographie, statistiques, archives). L’enquête empirique doit être un moyen de développer une réflexion ancrée dans l’étude des faits, plutôt que dans le développement d’une théorie par trop spéculative. L’attention fine à ces dispositifs permettra d’approfondir la connaissance des différentes formes de traitements et de contraintes mises en oeuvre. Dans cette optique, nous souhaitons susciter un autre regard sur les politiques publiques dans le champ de la santé, du social et du pénal en interrogeant la manière dont elles sont mises en oeuvre en pratique.

Une telle approche permettra également d’élargir la notion de contrainte pour prendre en compte non seulement le continuum existant entre force physique et assignation normative (usages de contention physique et chimique, discipline, etc.) mais également les contraintes organisationnelles, structurelles et réglementaires pesant sur la pratique. Cette autre dimension de la contrainte est encore trop rarement mise en regard de la première, quoi que des travaux s’intéressant aux professions aient souligné son importance. Comment le manque de moyens et de personnels influe sur les pratiques de prise en charge ? Quelles sont les contraintes managériales et légales ? Comment l’évolution de ces contraintes se traduit-elle dans l’évolution des rôles et des déontologies professionnelles ? Ainsi on pourra envisager d’approfondir une réflexion sur le care, considéré non pas seulement dans sa dimension éthique, mais également dans une dimension sociologique, qui tienne compte des ambiguïtés de la pratique et de la diversité des rapports de pouvoir et de domination traversant les relations des professionnels et personnes prises en charge.

Enfin l’angle thématique du traitement et de la contrainte doit permettre de prendre en compte aussi les points de vues et pratiques des personnes prises en charge. Plusieurs études ont souligné l’importance, dans les dispositifs institutionnels étatiques, des perspectives managériales de gestion des populations, catégorisées « à risque ». Pourtant, à ces formes de standardisation s’articulent des dispositions procédurales (droits des patients, droits des détenus etc.) qui peuvent constituer des ressources pour les individus. Comment rendre compte de la diversité des expressions de la vulnérabilité, de l’adaptation ou de la résistance qui peuvent être formulées dans ces dispositifs institutionnels ?

Programme :

Jeudi 14 Juin

9h Accueil des participants

9h15-9h30 Mot de bienvenue : Marc Bessin (CNRS/IRIS)

9h30 – 10h Allocution d’ouverture : Lorna Rhodes (University of Washington, Seattle)

Institutions de contrainte / institutions sous contrainte

Président de séance : Arthur Vuattoux (Université Paris 13/IRIS)

10h00 – 11h Gestion des populations : entre traitement pénal et psychiatrique

  • Alexia Venouil, (Institut d’Etudes Politiques de Grenoble/PACTE), Guérir et responsabiliser: les injonctions contradictoires du système correctionnel canadien
  • Natacha Filippi, (Université d’Oxford), Enfermement carcéral et psychiatrique en Afrique du Sud pendant l’apartheid. Région du Cap-Ouest (1964-1994)

Discutant : Olivier Razac (ENAP/CIRAP)

11h00 – 11h15 Pause

11h15 – 12h45 Le traitement et ses publics : quelles contraintes ?

  • Alexia Jonckheere, (Institut National de Criminalistique et de Criminologie, Bruxelles), Les mises en tension de l’accompagnement socio-judiciaire par l’informatisation managériale
  • Anne-Sophie Vozari, (EHESS/IRIS), Le « soutien à la parentalité » en pratiques. Règles institutionnelles, contraintes organisationnelles et travail de care en Protection Maternelle et Infantile
  • Stéphanie Boujut (Université de Rouen) et Isabelle Frechon (CNRS-Ined/Printemps), Traitement institutionnel et prise en charge sociale de mineurs protégés : des principes implicites et des organisations pratiques

Discutante : Delphine Serre (Université Paris 1/CSE) 

12h45 – 14h Déjeuner (salle 1141)

Justifier la contrainte

Présidente de séance : Lucie Lechevalier Hurard (Université Paris 13/IRIS/UBO/ARS)

14h – 15h30  Soigner, protéger

  • Camille Lancelevée (EHESS/IRIS/Centre March Bloch), De la violence dans une prison pour femmes : s’adapter aux contraintes institutionnelles pour mieux contenir le trouble ?
  • Yannis Gansel (EHESS/IRIS), Contenir les adolescents en grande difficulté: circulation de la sollicitude et du contrôle entre travail social, justice et psychiatrie
  • Guillaume Fernandez (Université de Bretagne Occidentale/ARS), Entre contrainte et consentement, les dilemmes des médecins généralistes dans la gestion des parcours de vie des patients atteints de la maladie d’Alzheimer

Discutante : Livia Velpry (Université Paris 8/CERMES3)

15H30 – 15h45 Pause

15h45 – 17h15 Responsabiliser, autonomiser

  • Line K. Pedersen (Université de Franche-Comté/LASA), La subjectivité des toxicomanes en soin dans les CSAPA : attribut identitaire ou attribution identificatoire ?
  • Charlotte Pezeril, (Facultés universitaires Saint-Louis,Bruxelles/Observatoire du sida et des sexualités), L’injonction à la responsabilité à travers les traitements médicaux et légaux: une nouvelle gestion politique du VIH?
  • Valentine Baléato (Université Paris I/CESSP-CRPS), Accéder au statut de « victime » : la prise en charge institutionnelle des femmes victimes de violence conjugale en France, entre aide et contraintes

Discutant : Philippe Combessie (Université Paris 10/Lasco-Sophiapol)

17h15 – 18h Synthèse de la journée

Delphine Moreau (EHESS/GSPM-IMM) et Fabrice Fernandez (EHESS/IRIS)

18h-18h15 Pause

18h15-19h30 Projection du film de Fatima Kedar : « Le secret de naissance » (2009, 29 minutes)

Présentation: Camille Lancelevée (EHESS/IRIS/Centre Marc Bloch)

Discussion : Marc Bessin (CNRS/IRIS)

Vendredi 15 JUIN

9h – 9h30 café

Formes et paradoxes des prises en charge

Présidente de séance : Elodie Janicaud (EHESS/IRIS)

9h30 – 11h Sanctionner, éduquer

  • Aude Ventéjoux et Astrid Hirschelmann (GIS CrimSo/Institut de Criminologie et de Sciences Humaines/Université Européenne de Bretagne-Rennes 2), Les soins pénalement ordonnés, pratiques au carrefour de la Santé et de la Justice
  • Muriel Darmon (CNRS/ENS de Lyon/Centre Max Weber), Une institution «enveloppante » : traitement scolaire des élèves et contraintes institutionnelles dans les classes préparatoires aux grandes écoles
  • Jean-Noël Rétière et Virginie Gautron (Université de Nantes/CENS), Les sanctions de « stages » : une nouvelle articulation entre contrainte et traitement ?

Discutant : Gilles Chantraine (CNRS/CLERSE)

11h – 11h15 Pause

11h15 – 12h45  La contrainte diffuse et ses acteurs : pour quels traitements ?

  • Sylvain Bordiec (Université Paris 8/CRESPPA/CSU), Des institutions qui n’en ont pas l’air. Les associations ouvertes aux jeunes animées par des bénévoles
  • Frédéric Dugué et Jean-Christophe Mino (Université Paris 6/EHESS), Prise en charge de la fin de la vie en hospitalisation à domicile : comment mettre en œuvre les soins palliatifs ?
  • Corinne Fortier (CNRS/LAS), Contraintes et normalisation du parcours transsexuel en France

Discutant : Coline Cardi (Université Paris 8/CRESPPA-CSU)

12h45 – 14h Déjeuner (salle 1141)

Sujets sous contrainte ?

Présidente de séance : Meoin Hagège (EHESS/IRIS)

14h – 15h Adhérer, consentir à la contrainte

  • Guillaume Brie (Université Paris 10/Lasco-Sophiapol), Analyse sociologique de la prise en charge médicale du condamné pédophile: une soumission librement consentie ?
  • Julien Grard (EHESS/IRIS), Le soin à long terme en psychiatrie : un consentement librement contraint

Discutant : Benoît Eyraud (Université Lyon 2/Centre Max Weber)

15h – 15h15 Pause

15h15 – 16h45 Résister, s’adapter, détourner

  • Ludovic Gaussot (Université de Poitiers/GRESCO/CRESPPA-CSU) et Nicolas Palierne (EHESS/CADIS/Université de Poitiers), La contrainte comme traitement : à propos de l’abstinence comme thérapeutique de l’alcoolisme
  • Audrey Parron (Université de Toulouse Le Mirail/LISST-CERS), Les représentations médicales dans le travail biographique des jeunes usagers/patients des dispositifs psychiatriques.
  • Claire Ganne (Université Paris 10/CREF), Suivi socio-éducatif en situation d’hébergement : le point de vue de femmes accueillies en centre maternel

Discutante : Sônia Weidner Maluf (Universidade Federal de Santa Catarina, Brésil/IRIS)

16h45– 17h00 Pause

17h – 18h Conclusions du colloque

Discussion avec Lorna Rhodes (University of Washington, Seattle) animée par Yasmine Bouagga (EHESS/IRIS)

Lieux

  • 1 rue de Chablis
    Bobigny, France

Dates

  • jeudi 14 juin 2012
  • vendredi 15 juin 2012

Mots-clés

  • subjectivité, violence, consentement, prise en charge, punir, institutions, soigner, santé, enquêtes

Contacts

  • Lucie Lechevalier Hurard
    courriel : lucielh [at] yahoo [dot] com

Source de l'information

  • Lucie Lechevalier Hurard
    courriel : lucielh [at] yahoo [dot] com

Pour citer cette annonce

« Traitements et contraintes », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 23 mai 2012, http://calenda.org/208615