AccueilPédagogies, utopies, révolutions (1789-1848)

Pédagogies, utopies, révolutions (1789-1848)

Pedagogy, utopia, and revolutions (1789-1848)

*  *  *

Publié le jeudi 24 mai 2012 par Julien Gilet

Résumé

Cette journée d'étude se propose de questionner les discours et les pratiques pédagogiques de 1789 à 1848, en insistant sur leurs dimensions utopiques. En croisant les regards de l’histoire sociale et de l’histoire politique, elle accordera une place centrale à la question de l’application des projets pédagogiques et à celle des réseaux d'acteurs de l’éducation. On tentera de comparer, tout en les restituant dans leur historicité, les différentes pédagogies révolutionnaires. L’objectif est aussi d’étudier la mémoire des projets éducatifs de la Révolution française dans le premier XIXe siècle. La séance du matin sera ainsi consacrée à l’école révolutionnaire conçue comme une utopie en actes et celle de l’après-midi portera sur les pédagogies politiques chargées à la fois de convaincre, expliquer, régénérer.

Annonce

Argumentaire :

Thème essentiel des Lumières, la pédagogie occupe une place centrale dans le projet politique de la Révolution française. L’école devient un laboratoire où s’inventent et s’expérimentent de nouveaux rapports sociaux. La pédagogie doit être toutefois entendue dans un sens très large puisque les fêtes, les musées, les catéchismes politiques ou encore le théâtre sont mobilisés pour concrétiser les idéaux révolutionnaires. S’élaborent aussi de multiples utopies pédagogiques qui reflètent les conflits politiques et philosophiques sur le sens à donner à la Révolution. Dans une période de genèse de la démocratie représentative, quels sont les modalités et les enjeux politiques liés à la transmission des connaissances ?

Cette journée se propose de questionner les discours et les pratiques pédagogiques de 1789 à 1848, en insistant sur leurs dimensions utopiques. En croisant les regards de l’histoire sociale et de l’histoire politique, elle accordera une place centrale à la question de l’application des projets pédagogiques et à celle des réseaux d'acteurs de l’éducation. Il s’agira aussi d'analyser la question de la transmission d'un message politique sous l'angle de la pédagogie, terme neutre qui permet d'éviter l'écran péjoratif induit par celui de propagande. En étudiant trois révolutions, on tentera de comparer, tout en les restituant dans leur historicité, les différentes pédagogies révolutionnaires. On prêtera une attention particulière aux mouvements utopiques des années 1830-1840 qui ont placé l’éducation au coeur de leurs innovations. On tentera aussi d’étudier la mémoire des projets éducatifs de la Révolution française dans le premier XIXe siècle et de comprendre comment une utopie pédagogique, conçue dans l’élan de 1789 mais restée inachevée, ressurgit après la Révolution. Nous souhaitons aussi analyser l’influence des plans d’éducation révolutionnaires sur la pensée pédagogique du premier XIXe siècle. Á travers le prisme de la pédagogie politique, l'objectif est de saisir l’ « effet d'utopie de la Révolution française ».

L’objectif de cette journée est de souligner le renouvellement historiographique, dans la continuité des travaux du Bicentenaire de la Révolution Française, sur la question de « l’utopie pédagogique révolutionnaire ». Pour Dominique Julia, « l'utopie pédagogique est ainsi un enjeu décisif pour les hommes de la Révolution, parce que ses promesses projettent dans un avenir proche le rêve d'unanimité et d'harmonie sociale qu'un présent, toujours ambigu, ne cesse de dénier, par les exclusions que régulièrement il prononce ». La dimension utopique
de la pédagogie révolutionnaire s'est combinée avec la recherche d'une véritable efficacité pédagogique comme l'a montré René Grevet dans une synthèse essentielle sur la naissance de l'école contemporaine. La pédagogie déborde toutefois largement le cadre scolaire. Ainsi, Jean-Luc Chappey rappelle dans son bilan sur les écoles de la Révolution qu’ « en l'an II, la pédagogie envahit tout l'espace social et politique ». Les travaux sur le théâtre, l’iconographie, les fêtes ou les sciences révolutionnaires ont souligné leur rôle pédagogique dans la fabrique de l’ « homme nouveau ». De même, la presse a été un levier fondamental de la socialisation politique. Le lien est donc étroitement affirmé entre pédagogie et politique, Jean-Luc Chappey y voyant une véritable « mission de pédagogie politique » qui a perduré tout au long du XIXe siècle. Hans-Christian Harten, auteur lui aussi d'une synthèse sur l'éducation révolutionnaire écrite dans le contexte du Bicentenaire, avait posé les jalons d'une analyse croisée des projets pédagogiques et utopiques dans Utopie und Pädagogik in Frankreich 1789-1860. Ein Beitrag zur Vorgeschichte der Reformpädagogik. L'auteur recherche en particulier les liens entre les écrits pédagogiques révolutionnaires et les écrits des réformateurs utopistes et socialistes du premier XIXe siècle (Saint-Simon, Fourier et l'école sociétaire, Cabet, Leroux, Pecqueur, etc.). Cette analyse croisée des textes se retrouve dans des synthèses de philosophes de l'éducation comme par exemple Anne-Marie Drouin-Hans. Les travaux sur les pédagogues utopiques du début du XIXe siècle comme Johann Heinrich Pestalozzi ou encore Joseph Jacotot, ont souligné leur postérité conflictuelle et l’incidence de leurs pensées sur les révolutionnaires du premier XIXe. Il faut par exemple voir dans les années 1830 une étape fondamentale de la pensée pédagogique utopiste et de sa mise en pratique, en particulier autour de Fourier et de l'école sociétaire. En témoignent les travaux récents de Michel Cordillot et Nathalie Brémand qui ont souligné l’impact des utopistes sur les projets éducatifs socialistes du XIXe siècle.
Le champ est vaste et fécond et les approches disciplinaires et chronologiques variées. Voici pourquoi nous voudrions organiser cette journée autour de deux grands axes majeurs et lancer un certain nombre de questions :

  1. La pédagogie, une utopie politique de la Révolution française ?
  2. Utopies pédagogiques du premier XIXe siècle : mémoires révolutionnaires et inventions
  • Dans quelle mesure les utopies pédagogiques révolutionnaires reflètent-elles des conceptions multiples de la citoyenneté et de la démocratie ? Quels sont les liens qui se nouent entre les choix et pratiques pédagogiques et les formes mêmes de la démocratie ?
  • Que révèlent la mise à l’écart et l’oubli de certains projets pédagogiques ? Le caractère « utopique » de ces projets a d'ailleurs souvent servi d'argument à cette mise à l'écart et de preuve de leur inéluctable échec. Il faudra donc s'interroger sur le sens donné à la notion d'utopie par les pédagogues eux-mêmes mais aussi par les historiens de cette pédagogie.
  • Quels sont les transferts pédagogiques qui s'opèrent, que ce soit de l'Ancien-Régime à la Révolution, de la Révolution à la Seconde République puisqu'il n'y a pas eu table rase ? Il existe en effet des continuités qui transparaissent dans l'étude des réseaux d'acteurs ou des pratiques comme par exemple dans le cas du réinvestissement de modèles pédagogiques religieux.
  • Qui sont Ies passeurs de mémoire des projets révolutionnaires/républicains et les réseaux de diffusion de cette pédagogie révolutionnaire ? Il faudra pour cela étudier la pratique pédagogique dans le cadre des réalités locales en se penchant sur le parcours des acteurs.
  • Quelle fut l'influence du bouillonnement pédagogique utopiste sur l'autonomisation progressive de la sphère scolaire et la pratique pédagogique au quotidien ?

Ces questions ne se veulent qu'une amorce d'un débat que nous espérons fructueux.

Programme :

Samedi 16 juin 2012, Salle 1 du Centre Panthéon de l'Université Paris 1 (12 place du Panthéon, 75005)

9h : Accueil des participants

9h15-9h35 : Introduction de Pierre Serna, directeur de l’IHRF

Séance 1. L’école révolutionnaire : une utopie pédagogique en actes

Président de séance : Jean-Clément Martin (Paris 1/IHRF)

  • 9h35-9h45 : Introduction de la séance par Jean-Clément Martin
  • 9h45-10h10 : René Grevet (Lille 3 / UMR 8529 IRHIS) « L'école de la Révolution à l'épreuve de l'utopie réformatrice ».
  • 10h10-10h35 : Caroline Fayolle (Paris 8 / EA 1571) « Comment révolutionner la transmission des connaissances ? La relation instituteur /élève en république »

Débats : 10h35-10h55

Pause : 10h55-11h05

  • 11h05-11h30 : Dominique Julia (Centre d'anthropologie religieuse européenne, CRH-EHESS) « Pédagogie et pédagogues à l'Ecole normale de l'an III »
  • 11h30-11h55: Elisabeth Liris (Paris 1/IHRF) « De l'Abbaye Sainte-Geneviève au lycée Napoléon : l'École centrale du Panthéon (1796-1804) »
  • 11h55-12h20: Pauline Pujo (Paris 1/ IHRF) « Les manuels d'histoire dans les écoles centrales : projets et pratiques »

Débats : 12h20-12h40

Pause déjeuner : 12h40-14h30

Séance 2. Les pédagogies politiques : convaincre, expliquer, régénérer

Président de séance : Michel Cordillot (Paris 8 / EA 1571)

  • 14h30-14h40 : Introduction de la séance par Michel Cordillot
  • 14h40-15h05 : Jean-Luc Chappey (Paris 1/IHRF) « La pédagogie, enjeux et limites d'une pratique anthropologique sous le Directoire et le Consulat ».
  • 15h05-15h30 : Jean-Charles Buttier (Paris 1/IHRF) « Peut-on catéchiser la Révolution (1789-1848) ? »
  • 15h30-15h55: Stéphanie Roza (Paris 1/ CHSPM) « La pédagogie babouviste, de la Conjuration des Égaux à son récit par Buonarroti (1797-1828) »

Débats : 15h55-16h15

Pause : 16h15-16h25

  • 16h25-16h50 : Carole Christen (Lille 3 / UMR 8529 IRHIS) « L'éducation populaire dans le premier XIXe siècle (Restauration et Monarchie de Juillet) ».
  • 16h50-17h15 : Nathalie Brémand (Poitiers/ CRIHAM) « Les projets éducatifs socialistes des années 1830-1848 pour former l’homme nouveau ».

Débats : 17h15-17h35

  • 17h35-17h50 : Bilan de la journée par les organisateurs
  • 17h50-18h15 : Conclusion générale de Michèle Riot-Sarcey (Paris 8 / EA 1571)

Lieux

  • 12 place du Panthéon
    Paris, France

Dates

  • samedi 16 juin 2012

Fichiers attachés

Mots-clés

  • utopie pédagogique, école révolutionnaire, pédagogie politique

Contacts

  • Buttier Jean-Charles
    courriel : jeancharlesbuttier [at] gmail [dot] com
  • Fayolle Caroline
    courriel : carolinefayolle6 [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Jean-Charles Buttier
    courriel : jeancharlesbuttier [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Pédagogies, utopies, révolutions (1789-1848) », Journée d'étude, Calenda, Publié le jeudi 24 mai 2012, http://calenda.org/208675