AccueilConflits, limites, reconnaissance

Conflits, limites, reconnaissance

Conflicts, Limits, Recognition

Cinquième colloque international de philosophie et psychanalyse de la Société internationale de psychanalyse et Philosophie (SIPP)

5th International Conference for Philosophy and Psychoanalysis of the International Society for Psychoanalysis and Philosophy (ISPP)

*  *  *

Publié le mercredi 20 juin 2012 par Julien Gilet

Résumé

La théorie de la reconnaissance occupe une place privilégiée dans le débat intellectuel contemporain. Dans le contexte de la philosophie politique et sociale, des auteurs comme Jürgen Habermas, Charles Taylor, Nancy Fraser, Axel Honneth, entre autres, ont montré leur importance et leur valeur éthico-politique. Le lien entre la reconnaissance, l'autonomie, l’identité subjective et les transformations politico-économiques, est au cœur du débat entre ces auteurs. Dans le domaine de la psychanalyse, la notion de reconnaissance a également eu une forte présence.

Annonce

Présentation

La théorie de la reconnaissance, qui a ses origines chez Hegel, occupe une place privilégiée dans le débat intellectuel contemporain. Dans le contexte de la philosophie politique et sociale, des auteurs comme Jürgen Habermas, Charles Taylor, Nancy Fraser, Axel Honneth, entre autres, ont montré leur importance et leur valeur éthico-politique.

Le lien entre la reconnaissance, l'autonomie, l’identité subjective et les transformations politico-économiques, est au coeur du débat entre ces auteurs. Par ailleurs, des auteurs tels que Frantz Fanon, Louis Althusser, Michel Foucault, Judith Butler et Slavoj Žižek, entre autres, ont montré comment la reconnaissance peut être employée pour la transmission et la reproduction de l'idéologie dominante. En ce sens,  plutôt que de mettre l'accent sur le potentiel émancipateur, ces auteurs montrent que la reconnaissance est la manière dont la subjectivité est constituée comme pleinement assujettie.

Dans le domaine de la psychanalyse, la notion de reconnaissance, a également eu une forte présence. D'une part, principalement aux États-Unis, les courants dits relationnels et intersubjectifs véhiculés par des auteures telles que Jessica Benjamin ou Dona Orange, fortement influencés par la tradition de l'École de Francfort, ont exploré le potentiel de la reconnaissance comme solution à la destruction qui menace l'intersubjectivité. Par ailleurs, Jacques Lacan, influencé par la lecture kojèvienne de l’œuvre de Hegel, situe, jusqu'au début des années 60, la question de la reconnaissance intersubjective au centre de sa conception de la cure. Cependant, après cette première période, son travail se déplacera, et mettra en relief la condition aliénante de l'intersubjectivité. A partir de cette critique, de façon paradoxale, pour Lacan le sujet ne se reconnaitra que face à l’impossibilité d’être pleinement reconnu dans le champ intersubjectif.

Ce débat riche, constitué par des éléments philosophiques, sociologiques, politiques et psychanalytiques, ainsi que par des aspects proprement cliniques, est installé dans la limite où la pratique analytique interroge sa dimension politique et la politique interroge son potentiel émancipateur.

Conditions de soumission

 

Les propositions d’intervention (titre et résumé de max. 500 mots) doivent être envoyées à filosofiaypsicoanalisis@mail.udp.cl (en mettant comme objet : « Colloque Conflits, Limites, Reconnaissance ») avant la date limite

du 2 juillet 2012

  • Communications en espagnol, français, anglais.
  • La réponse du comité scientifique sera communiquée à partir du 15 août.

Responsables du comité scientifique

  • Dr. des. Mauro Basaure
  • Dr. Rodrigo de la Fabián

Topiques suggérées

  • Débats actuels sur la théorie de la reconnaissance
  • La question de la reconnaissance dans la tradition de la psychanalyse
  • Reconnaissance et normativité
  • Normativité et sujet
  • Psychanalyse et émancipation
  • Transfert et reconnaissance
  • Cure et reconnaissance
  • Identité, différence et aliénation
  • Processus de subjectivation, reconnaissance et assujettissement
  • Reproduction idéologique et reconnaissance
  • Violence, différence et reconnaissance
  • Féminisme et reconnaissance
  • Répétition, violence et reconnaissance
  • Reconnaissance et intersubjectivité
  • Témoignage et reconnaissance
  • Politiques de l'identité et transformations émancipatrices
  • Psychanalyse et idéologie
  • Trauma, violence et reconnaissance
  • Souffrance psychique comme déficit de reconnaissance
  • Catégories cliniques comme pathologies sociales
  • Sexualité et reconnaissance
  • Le lien social après l'expérience psychanalytique

 

English version

 

The theory of recognition, which traces back to Hegel, takes an important place in recent intellectual debates. In the context of political and social philosophy, authors like Jürgen Habermas, Charles Taylor, Nancy Fraser, Axel Honneth, among others, have shown its importance and its ethical-political value. At the center of the debate between these authors lies the linkage between recognition, autonomy, subjective identity and political-economic transformations. On the other hand, authors like Frantz Fanon, Louis Althusser, Michel Foucault, Judith Butler and Slavoj Žižek, among others, have shown how recognition can be used for the transmission and the reproduction of dominant ideologies. So instead of stressing its emancipatory potential, these authors have shown that recognition is a way in which subjectivity is constituted as mere subjection.

In the realm of psychoanalysis, the notion of recognition has an equally strong presence. On the one hand, especially in the United States, the so called relational and intersubjective mouvement —represented by authors like Jessica Benjamin or Dona Orange and strongly influenced by the tradition of the Frankfurt School— have explored the potential of recognition as a solution for the destructiveness that threatens intersubjectivity. In addition, before the beginning of the 1960ies, Jacques Lacan —influenced by the French intellectual appropriation of the work of Hegel—  placed the question of intersubjective recognition in the center of his conception of the cure. After this first period, though, his work displaced itself towards the revelation of the alienating condition of intersubjectivity. Starting from this critique, for Lacan the subject paradoxically recognizes itself only in front of the impossibility of being completely recognized within the intersubjetive field. 

This rich debate, constituted by philosophic, sociologic, political and psychoanalytical elements, is located at the borderline where the analytic practice interrogates itself for its political dimension as well as politics interrogates itself for its emancipatory potential.

To submit

The organizing committee of the conference at the University Diego Portales welcomes the submission of abstracts regarding the topics of the conference (see below).

Instructions for the submission

  • Deadline for the submission of abstracts is July 2nd 2012.
  • The date for the reply of the scientific committee is August 15th 2012.
  • Please submit abstracts to filosofiaypsicoanalisis@mail.udp.cl with “Conference Conflicts, Limits, Recognition” in the subject heading.

In Charge of the scientific committee

  • Dr. des. Mauro Basaure
  • Dr. Rodrigo de la Fabián

Norms for the submitted abstracts

  • Conference languages are Spanish, English and French.
  • Abstracts can be submitted in any of these languages.
  • The maximum amount of words for the submitted abstracts is 500

Comité Scientifique / Scientific committe

  • Dr. Mauro Basaure; Universidad Diego Portales, Santiago-Chile
  • Dr. Rodrigo de la Fabián, Universidad Diego Portales, Santiago-Chile
  • Dr. Francisco Pizarro, Universidad Diego Portales, Santiago-Chile
  • Dra. Aïcha Messina, Universidad Diego Portales, Santiago-Chile
  • Dr. Vladimir Safatle, Universidade de Sao Paulo
  • Dra. Claudia Mora, Universidad Alberto Hurtado, Santiago-Chile

Lieux

  • Chili), Manuel Rodríguez Sur 415 (Universidad Diego Portales)
    Santiago du Chili, Chili

Dates

  • lundi 02 juillet 2012

Mots-clés

  • théorie de la reconnaissance, psychanalyse, philosophie

Contacts

  • Dr. Rodrigo de la Fabián
    courriel : filosofiaypsicoanalisis [at] mail [dot] udp [dot] cl

Source de l'information

  • Rodrigo de la Fabián
    courriel : filosofiaypsicoanalisis [at] mail [dot] udp [dot] cl

Pour citer cette annonce

« Conflits, limites, reconnaissance », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 20 juin 2012, http://calenda.org/208678