AccueilLa réappropriation du discours anti-juif chrétien dans le monde musulman

La réappropriation du discours anti-juif chrétien dans le monde musulman

The reappropriation of anti-Jewish Christian discourse in the Muslim world

*  *  *

Publié le jeudi 31 mai 2012 par Elsa Zotian

Résumé

La littérature chrétienne antijuive représente l’exemple-type de la vision stéréotypée de l’Autre et de sa religion que pouvaient avoir certains chrétiens, depuis le IIème siècle de notre ère jusqu’à la fin du XIXe siècle, voire jusqu’au Concile Vatican II. Ce discours, qui était celui d’une minorité en quête d’une identité propre, est devenu, au fil du temps et des événements, le discours antisémite d’une majorité religieuse. Une partie des stéréotypes et mythes qu’il véhiculait a de surcroît été transmise du christianisme à l’islam. Aujourd’hui, ce type de littérature visant à la diabolisation de l’Autre religieux n’a plus guère de public en Europe occidentale, en dehors de cercles radicaux. Par contre, son succès reste large dans le monde arabo-musulman. Historiquement, celui-ci n’a pas produit de littérature antisémite ou antijudéo-maçonnique comparable à celle qui est née en Europe ; ce n’est que dans la seconde moitié du XIXe siècle que des ouvrages judéophobes en langue arabe virent le jour : il s’agissait de traductions d’ouvrages européens réalisées par des chrétiens arabophones.

Annonce

Présentation

La littérature chrétienne antijuive représente l’exemple-type de la vision stéréotypée de l’Autre et de sa religion que pouvaient avoir certains chrétiens, depuis le IIème siècle de notre ère jusqu’à la fin du XIXe siècle, voire jusqu’au Concile Vatican II. Ce discours, qui était celui d’une minorité en quête d’une identité propre, est devenu, au fil du temps et des événements, le discours antisémite d’une majorité religieuse. Une partie des stéréotypes et mythes qu’il véhiculait a de surcroît été transmise du christianisme à l’islam. Aujourd’hui, ce type de littérature visant à la diabolisation de l’Autre religieux n’a plus guère de public en Europe occidentale, en dehors de cercles radicaux. Par contre, son succès reste large dans le monde arabo-musulman. Historiquement, celui-ci n’a pas produit de littérature antisémite ou antijudéo-maçonnique comparable à celle qui est née en Europe ; ce n’est que dans la seconde moitié du XIXe siècle que des ouvrages judéophobes en langue arabe virent le jour : il s’agissait de traductions d’ouvrages européens réalisées par des chrétiens arabophones. Aujourd'hui toutefois, cette littérature a réellement pignon sur rue : au Caire par exemple, il est très aisé de se procurer la version arabe des Protocoles des Sages de Sion et de nombreux autres pamphlets antisémites, ou plus largement la littérature anti-judéomaçonnique, exportée par des chrétiens maronites arabisants. Et ce auprès des vendeurs de rue mais aussi dans les librairies, y compris certaines d’entre elles considérées comme des références académiques.

Il reste à étudier la situation actuelle de cette littérature antisémite et antijudéo-maçonnique dans le monde arabe : dans quelle mesure a-t-elle donné naissance à une littérature originale ? Quels sont encore ses rapports avec les modèles du XIXe siècle ? Y a-t-il des pays ou des communautés moins sensibles à ce succès ? A-t-on une situation similaire en Turquie ?  Quel a globalement été rôle exact de l’anti-judaïsme chrétien dans l’alimentation de l’anti-judaïsme musulman ? L’on tentera durant cette journée d’études de répondre à ces questions : l’on verra notamment comment se sont construites, dès la fin du XIXe siècle, les filières de traduction et de diffusion de ces textes.

Programme

  • 10hGuillaume Dye (ULB – CIERL)
    Introduction méthodologique
  • 10h30Jean-Philippe Schreiber (ULB – CIERL)
    Le complot des juifs et des francs-maçons dans l'imaginaire chrétien au XIXe siècle
11h15 Pause
  • 11h45Valérie Assan (Université Paris I)
    Le recyclage de l’antisémitisme dans l’Algérie coloniale
12h30 Pause
  • 14h30Laurent‐Olivier Mallet (Université Galatasaray et IFEA)
    Les ré‐appropriations de l’antisémitisme chrétien européen en Turquie
  • 15h15Xavier Luffin (ULB)
    Fiction et antisémitisme : le cas de Nagib Al-Kilani (Egypte), chef de file de la littérature islamique
16h00 Pause
  • 16h30 Conférence de clôture par Habib Kazdaghli, Doyen de la Faculté des Lettres de La Manouba, Tunis

Lieux

  • 42 av Fr.D.Roosevelt (Université libre de Bruxelles, auditoire 502)
    Bruxelles, Belgique

Dates

  • lundi 04 juin 2012

Mots-clés

  • littérature antijuive, discours antisémite, transmission du christianisme à l'islam, littérature antijudéo-maçonnique, circultation discours anti-juif chrétien, ouvrages judéophobes en langue arabe

Contacts

  • Ariane Robyn
    courriel : arobyn [at] ulb [dot] ac [dot] be

Source de l'information

  • Ariane Robyn
    courriel : arobyn [at] ulb [dot] ac [dot] be

Pour citer cette annonce

« La réappropriation du discours anti-juif chrétien dans le monde musulman », Journée d'étude, Calenda, Publié le jeudi 31 mai 2012, http://calenda.org/208745