AccueilHistoire(s) du cinéma brésilien

Histoire(s) du cinéma brésilien

The history of Brazilian cinema

*  *  *

Publié le lundi 04 juin 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

Depuis le début du XXe siècle, l’histoire occupe une place de premier plan dans le cinéma brésilien, qu’il soit documentaire ou de fiction. Indépendamment des époques et des styles considérés, l’utilisation d’images d’archives, l’interprétation d’épisodes et de personnages historiques, le recours aux allégories sont très fréquents dans les films brésiliens, qui portent à l’écran des stéréotypes et symboles nationaux pour les réaffirmer ou, au contraire, les détourner. Quel sens pouvons-nous accorder à ces représentations du passé ? Cette journée d’étude a pour but d’analyser le dialogue noué entre le récit cinématographique, l’histoire et la mémoire au Brésil, à partir d’une analyse des enjeux esthétiques et identitaires des films de fiction, des documentaires et des productions qui se situent à la frontière de ces deux genres.

Annonce

Histoire(s) du cinéma brésilien.

Journée d’étude organisée par

  • l’Association pour la Recherche sur le Brésil Contemporain,
  • le programme USP – COFECUB et
  • le Centre d’Histoire des Sociétés Contemporaines/Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Maison de l’Amérique Latine, 217 Bd Saint Germain 75007 Paris, Auditorium,
Lundi 18 juin 2012, 9h30-17h30, Entrée libre

Présentation

Depuis le début du XXe siècle, le cinéma interroge le passé brésilien tout autant que le temps présent. De l’allégorie de la nation proposée par Humberto Mauro dans La découverte du Brésil en 1937 à la mémoire tragique de la dictature mise en scène par les réalisateurs contemporains, l’histoire occupe une place de premier plan dans le cinéma brésilien, qu’il soit documentaire ou de fiction. Indépendamment des époques et des styles considérés, l’utilisation d’images d’archives, l’interprétation d’épisodes et de personnages historiques, le recours aux allégories sont très fréquents dans les films brésiliens, qui portent à l’écran des stéréotypes et symboles nationaux pour les réaffirmer ou, au contraire, les détourner.

Quel sens pouvons-nous accorder à ces représentations du passé ? Quels sont les périodes et les acteurs historiques privilégiés par les réalisateurs brésiliens et comment sont-ils travaillés sur le plan esthétique ? Surtout, comment ces images ont-elles évolué dans le temps et que nous disent-elles de la société brésilienne contemporaine ? Si le cinéma constitue une source pour écrire l’histoire contemporaine du Brésil, pouvons-nous également y voir un lieu de mémoire et d’affirmation de la brasilidade – comme le suggèrent par exemple, en leur radicalité critique, les films de Glauber Rocha ou d’Eduardo Coutinho ?

Cette journée d’étude a pour but d’analyser le dialogue noué entre le récit cinématographique, l’histoire et la mémoire au Brésil, à partir d’une analyse des enjeux esthétiques et identitaires des films de fiction, des documentaires et des productions qui se situent à la frontière de ces deux genres.

Programme

9h30 : Introduction : Carolina Amaral de Aguiar (Université de São Paulo) et Anaïs Fléchet (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines).

10h-12h : L’histoire à l’écran : la mise en scène des identités brésiliennes

  • Marina Takami (Université Paris 8), Le regard de Benedito Junqueira Duarte et la construction cinématographique de São Paulo dans les années 1940 et 1950
  • Alberto da Silva (Université Rennes 2), Quand les femmes filment : histoire et genre dans le cinéma brésilien pendant le régime civil-militaire (1964-1985)
  • Reinaldo Cardenuto (Université de São Paulo), L’écriture de l’histoire dans le cinéma de Leon Hirszman : un communiste face aux contradictions du mouvement ouvrier (1979-1981)

Discutante : Caroline Moine (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

14h-16h : Le cinéma engagé : un autre regard sur l’histoire ?

  • Ignacio del Valle (Université de Toulouse II – Le Mirail), Eldorado. L’allégorie d’une « nation continentale » dans le cinéma de Glauber Rocha
  • Mauricio Cardoso (Université de São Paulo), Glauber Rocha et les films de l’exil : tensions et enchantements
  • Gabriela Trujillo (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Du cinéma sans histoire : les films de la Belair
  • Carolina Amaral de Aguiar (Université de São Paulo), Utopie et barbarie (2009) : histoire et mémoire de la gauche révolutionnaire dans le cinéma de Sílvio Tendler

Discutant : Antoine de Baecque (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

16h30-17h30 : Projection du film Estereo Ensaios (2011, 3D, 15:38’)

Débat avec Jane de Almeida (Universidade Mackenzie, réalisatrice) et Cicero Inacio da Silva (Universidade Federal de Juiz de Fora, producteur) animé par Sílvia Capanema P. de Almeida (Université Paris 13).

Lieux

  • 217 Bd Saint-Germain (Maison de l'Amérique Latine)
    Paris, France

Dates

  • lundi 18 juin 2012

Mots-clés

  • cinéma, Brésil, histoire, représentations

Contacts

  • Association pour la Recherche sur le Brésil en Europe
    courriel : arbrecontact [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Anaïs Fléchet
    courriel : anais [dot] flechet [at] uvsq [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Histoire(s) du cinéma brésilien », Journée d'étude, Calenda, Publié le lundi 04 juin 2012, http://calenda.org/208797