AccueilPolitiques de la scientificité : les mises en scène du savoir

Politiques de la scientificité : les mises en scène du savoir

The policies of scientificity: the staging of knowledge

*  *  *

Publié le vendredi 01 juin 2012

Résumé

La scientificité ne se réduit pas à une posture méthodologique garantissant l’objectivité des résultats de la recherche scientifique. C’est aussi une construction politique, en ce qu’elle s’inscrit dans des espaces traversés par des rapports de pouvoir. Les mises en scène de la scientificité y jouent différents rôles : elles sont tout à la fois des moyens de travailler la frontière entre les discours experts et profanes, des outils de légitimation individuelle et collective au sein de diverses sphères (étatique, universitaire, militante, médiatique, etc.), et des prescriptions pratiques orientant la production du savoir. Elles instituent un cadre universalisant et normé dont il est nécessaire de faire la généalogie, de comprendre les mécanismes et de révéler l’appareil conceptuel, si l’on veut en restituer les enjeux politiques.

Annonce

Présentation

La scientificité ne se réduit pas à une posture méthodologique garantissant l’objectivité des résultats de la recherche scientifique. C’est aussi une construction politique, en ce qu’elle s’inscrit dans des espaces traversés par des rapports de pouvoir. Les mises en scène de la scientificité y jouent différents rôles : elles sont tout à la fois des moyens de travailler la frontière entre les discours experts et profanes, des outils de légitimation individuelle et collective au sein de diverses sphères (étatique, universitaire, militante, médiatique, etc.), et des prescriptions pratiques orientant la production du savoir. Elles instituent un cadre universalisant et normé dont il est nécessaire de faire la généalogie, de comprendre les mécanismes et de révéler l’appareil conceptuel, si l’on veut en restituer les enjeux politiques.

Cette journée d’études, organisée par l’atelier des doctorant.e.s du Laboratoire « Théories du politique » (LabTop) de l’Université Paris 8, a pour ambition d’éclairer les usages de la scientificité, à travers plusieurs questionnements :

  • Comment la scientificité s’est-elle historiquement construite par rapport à d’autres manières de décrire et d’analyser la réalité ? En particulier, qu’en est-il de la constitution des sciences humaines et sociales, d’une part dans l’interaction avec les sciences dites dures, et d’autre part dans la distinction avec les formes de discours artistiques, philosophiques ou morales ?
  • De quelles façons la scientificité peut-elle constituer une ressource dans les différents espaces du monde social ? Quels usages en sont faits non seulement au sein de la sphère académique, où elle joue un rôle central de légitimation, mais aussi dans les médias, dans le monde militant ou dans le champ politique ?
  • Quels modes de construction de l’universel sont à l’œuvre dans les mises en scène de la scientificité ? Quels savoirs et quelles techniques se trouvent exclus de ce cadre universalisant, quelles inégalités sont induites par ces exclusions, et quelles stratégies sont adoptées par ceux/celles qui les portent ?

Pour répondre à ces questions, nous accueillerons des chercheur.e.s de différents horizons disciplinaires (histoire, philosophie, sociologie, science de l’éducation, science politique…) pour nous aider à mener une réflexion critique sur nos pratiques de recherche.

Programme de la journée :

Matinée

9h15 : Accueil des participant.e.s

Introduction par Bertrand Guillarme (Professeur Science politique, directeur du LabTop Paris 8)

  • 9h30 : Christian Laval (Sociologue, GÉODE, Paris 10/CNRS), « État, science et néolibéralisme : vers de nouveaux rapports entre science et politique ? »

Discutant.e : Gaël Marsaud (LabTop) & Julie TESSUTO (LabTop)

  • 10H15 : Rémi Hess (Professeur Sciences de l’éducation, EXPERICE Paris 8/Paris 13), « La science du coté des institutions » (titre provisoire)

Discutant.e : Jean-Raphaël Bourge (LabTop)

  • 11h00 : Michèle Riot-Sarcey (Professeure Histoire, Centre de recherches historiques Paris 8), « Etudier les futurs non advenus » (titre provisoire)

Discutant.e : Samuel Hayat (LabTop)

  • 11h45 : Xavier Dunezat (Enseignant de sciences économiques et sociales en lycée public, Chercheur GTM CRESPPA Paris 8/Paris 10/CNRS), « Faire de la sociologie des mouvements sociaux en dévoilant son militantisme : un usage de la scientificité »

Discutant.e.s : Luc Sigalo Santos (LabTop) et Artemisa Flores Espinola (CSU CRESPPA)

12h30-14h00 : Pause déjeuner

Après-midi

  • 14h00 : Elsa Dorlin (Professeure Philosophie politique et sociale, LabTop Paris 8), « Savoirs situés, à la recherche d’une légitimité scientifique » (titre provisoire)

Discutant.e : Jean-Raphaël Bourge (LabTop)

  • 14h45 : Marie Quevreux (Doctorante philosophie, PLC Grenoble 2/LabTop Paris 8) « Le rire au tournant du 19e siècle : l'émergence d'un objet scientifique ? »

Discutant.e : Keivan Djavadzadeh (LabTop) & Eva Rodriguez (LabTop)

  • 15h30 : Guillaume Roucoux (EFIGIES) et Aurélie Chrestian (Pdte EFIGIES), « L’association étudiante militante EFiGiES : un laboratoire de recherche ? »

Discutant.e : Ian Zdanowicz (LabTop)

  • 16h15 : Luc Boltanski (Sociologue, Directeur d’études, GSPM/EHESS), « Enquête sociologique et enquête policière » (titre provisoire)

Discutant.e : Georges Meyer (LabTop)

17h00 : Conclusion par Laurent Jeanpierre (Professeur Science politique, LabTop Paris 8)

Lieux

  • 2 rue de la Liberté (Université Paris 8, bâtiment D, amphithéâtre D002)
    Saint-Denis, France (93)

Dates

  • lundi 04 juin 2012

Mots-clés

  • politiques, sciences, scientificité

Contacts

  • Doctorant-e-s du LabTop
    courriel : doct [dot] labtop [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Jean-Raphaël Bourge
    courriel : jean-raphael [dot] bourge [at] univ-paris8 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Politiques de la scientificité : les mises en scène du savoir », Journée d'étude, Calenda, Publié le vendredi 01 juin 2012, http://calenda.org/208820