AccueilPerte et changement de statut dans le monde gréco-romain

Perte et changement de statut dans le monde gréco-romain

Loss and change in status in the Greco-Roman world

*  *  *

Publié le mardi 05 juin 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

La journée de juin sera plus précisément centrée sur les changements et les pertes de statuts. Comment change-t-on de statut ? Quels sont les critères et les raisons invoquées ? Quelles sont les procédures et surtout à quelles logiques obéissent-elles ? Comment les anciens eux-mêmes ont-ils discuté, jugé, défini le problème ? Nous nous proposons de confronter les pratiques et les discours grecs et romains, et de tenter de comprendre l’articulation entre les différentes procédures et conceptions de la notion de statut (performance ou titre), et les multiples logiques auxquelles répond leur coexistence, et de leur usage comme source du droit.

Annonce

Journée d'études "Histoire et droit" organisée par Claudia Moatti, Aurélie Damet et Paulin Ismard

Présentation

Les sociétés antiques ont toujours été décrites comme des communautés où le statut a une importance considérable, à la fois dans les relations sociales et dans la source du droit. Statuts juridiques (celui du citoyen, celui du métèque ou du pérégrin), ou statuts sociaux, quand la légitimité des élites semble liée précisément à leur titre, leur ascendance familiale, leur mode de vie... Dans ces sociétés, par ailleurs, nombre de lois ont eu apparemment pour but de mieux définir ces statuts, leurs signes extérieurs, leurs valeurs, et la relation-même entre les différentes catégories (la question des mariages mixtes constitue un bon exemple de cette obsession de la division sociale).

Toutefois, alors même que ces données aisément repérables dans les sources pourraient soutenir une conception essentialiste des statuts et expliquer la place prépondérante du statut dans les logiques sociales, économiques et judiciaires, différents éléments les mettent en question : l’absence de définitions précises des statuts (à commencer par celui de citoyen ou d’étranger) ; le problème récurrent d’erreurs, d’usurpations et falsifications de statut, et donc le caractère flou des frontières identitaires ; la possibilité de distribuer des fragments de statuts et non le statut complet ; le rôle du comportement, ou de la « performance » dans l’obtention d’un statut ; la fréquence du changement de statut et la diversité des logiques sur lesquels ces changements reposent.

Ainsi, un paradoxe semble se dégager : l’opposition entre l’obsession des autorités à définir les statuts, sans pour autant, d’ailleurs, les définir précisément, et une réalité extrêmement fluctuante et imprécise. C’est cette constatation qui constitue le point de départ de cette enquête. S’agit-il d’un paradoxe, ou bien de la coexistence de deux logiques qui ne relèvent pas des mêmes enjeux, et des mêmes conceptions du droit ?

La journée de juin sera plus précisément centrée sur les changements et les pertes de statuts. Comment change-t-on de statut ? Quels sont les critères et les raisons invoquées ? Quelles sont les procédures et surtout à quelles logiques obéissent-elles ? Comment les Anciens eux-mêmes ont-ils discuté, jugé, défini le problème ? Nous nous proposons de confronter les pratiques et les discours grecs et romains, et de tenter de comprendre l’articulation entre les différentes procédures et conceptions de la notion de statut (performance ou titre), et les multiples logiques auxquelles répond leur coexistence, et de leur usage comme source du droit.

Programme

Matinée

10h30 Aurélie Damet (Paris 1) et Paulin Ismard (Paris 1)
Introduction

11h Françoise Ruzé (Caen)
Le déclin de Sparte : l’auto-destruction par l'exclusion ?

11h30 Discussion

12h Alberto Maffi (Milan)
Perte et changement de statut personnel dans le monde grec classique

12h30 Discussion

13h00 Déjeuner

Après-midi

14h30 Introduction

14h45 Robinson Baudry (Paris Ouest-Nanterre)
La perte du statut patricien à la fin de la République romaine

15h15 Discussion

15h30 Christophe Badel (Rennes 2)
La perte du statut matronal : la toge ou la mort ?

16h Discussion et pause

16h45 Pascal Naumowicz (Paris 2)
Le lien contractuel à l'épreuve du changement de statut : les effets modulés de la kapitis deminutio sur les contrats de bonne foi d'après la jurisprudence romaine classique

17h15 Discussion

17h30 Igor Mineo (Palerme)
Perte et changement de statut dans les villes italiennes au bas Moyen Age : quelques réflexions

18h Discussion finale

Lieux

  • 2 rue Vivienne (salle Jean-Pierre Marielle, INHA)
    Paris, France

Dates

  • lundi 11 juin 2012

Mots-clés

  • histoire du droit, antiquité gréco-romaine, statut juridique

Contacts

  • Aurélie Damet
    courriel : aurelie [dot] damet [at] univ-paris1 [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Aurélie Damet
    courriel : aurelie [dot] damet [at] univ-paris1 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Perte et changement de statut dans le monde gréco-romain », Journée d'étude, Calenda, Publié le mardi 05 juin 2012, http://calenda.org/208831