AccueilLa République moderne défendue par Le Fédéraliste

La République moderne défendue par Le Fédéraliste

The modern republic defended by Le Fédéraliste

Origines et fondements d'une forme de gouvernement

The origins and basis of a form of government

*  *  *

Publié le mercredi 06 juin 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

La journée d'études qui se tiendra le jeudi 7 juin porte sur le Fédéraliste de Hamilton, Jay et Madison. Cette journée d'études est le point d’aboutissement du séminaire des Doctorants de la Mention Études politiques de l'EHESS : http://etudespolitiques.blogspot.fr/. Après avoir minutieusement commenté le texte du Fédéraliste cette année, nous souhaiterions partager les résultats de cette collaboration. Nous avons ainsi proposé à plusieurs chercheurs et doctorants d'ouvrir un espace de discussion pour faire le bilan des recherches récentes et considérer de nouvelles perspectives.

Annonce

La République moderne défendue par Le Fédéraliste. Origines et fondements d'une forme de gouvernement

Présentation

Si le devenir de la République américaine impressionne, ses origines et sa fondation, déjà, méritent l’attention. Cet événement reste en effet incontournable pour toute pensée politique soucieuse de comprendre la genèse d’une république libérale. Ceux qui furent nommés les « Pères fondateurs » se réunirent à Philadelphie en 1787 afin de composer une nouvelle constitution fédérale, susceptible de remédier aux maux qui menaçaient alors l'union des États d'Amérique. Pour exposer et défendre ce projet devant leurs compatriotes, Alexander Hamilton, John Jay et James Madison rédigèrent entre octobre 1787 et août 1788 les Federalist Papers (titre français : Le Fédéraliste).

Les enjeux de ce texte sont donc vastes et élevés ; les interrogations multiples et stimulantes, à commencer par la genèse du texte : par quels moyens les auteurs d'une campagne politique de ratification sont-ils parvenus à « s'élever au-dessus » des circonstances pour définir les contours de ce que Tocqueville nommera la « sublime démocratie » ? Viennent ensuite les réflexions sur les dispositifs spécifiques aux gouvernements modernes : Dans quelle mesure et selon quelles modalités les pouvoirs doivent-ils être séparés tout en concourant à l’unité républicaine ? Comment construire un gouvernement à la fois représentatif et énergique ? De quelle manière les lois seront-elles soumises à la Constitution ? Comment se fait le partage des compétences entre la fédération et les États ? Comment combiner les divisions sociales et les droits des minorités avec les exigences d'une nation forte et unie ? Plus largement encore, le texte s’interroge sur la place des États-Unis dans le monde : Quel rôle doit jouer le commerce dans le destin de la jeune république ? Quelle est la place de la guerre et de l’empire dans les relations entre nations ? Quelle forme peut prendre le « patriotisme » dans une fédération d’Etats ? Enfin, à l’aune de toutes ces questions, les Federalist Papers invitent à mobiliser sous un jour nouveau des questionnements généraux de la science politique comme la différence entre les Anciens et les Modernes, la place de la religion dans les affaires politiques, le républicanisme, la démocratie ou bien les confédérations d’États.

Programme prévisionnel de la journée d’étude du 7 juin 2012

EHESS/CESPRA - Salle Lombard, 96 bd Raspail (RdC). L’entrée est libre.

  • 9h : ouverture de la journée.
  • 9h15 : mot d’introduction des organisateurs.

Matinée présidée par Philippe Raynaud (Université Paris II)

9h30-10h30 : Anne Amiel (Lycée Thiers) : « Le statut de l'expérience dans les Federalist Papers » 
Discussion animée par Agnès Bayrou (Science Po Paris).

10h30-11h30 : David Mongoin (Université Jean Monnet) : « La séparation des pouvoirs dans Le Fédéraliste » 
Discussion animée par Ariane Revel (UPEC).

11h30-12h : Exposé de Michael Zuckert (University of Notre Dame) lu par James Tussing (University of Notre Dame) : « Madison in the Federalist »
Discussion animée par Adrien Louis (UPEC).

12h-14h : pause déjeuner.

Première table ronde présidée par Bernard Manin (EHESS)

  • 14h-14h25: Marie-Hélène Wirth (EHESS) : « Ré- interpréter l’article 16 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen grâce à Publius : une facette de la théorie constitutionnelle du Fédéraliste»
  • 14h25-14h50 : James Tussing (University of Notre Dame) : « Montesquieu et les Anti-Fédéralistes »
  • 14h50-15h15 : Félix Blanc (EHESS) : « Le contrôle de la milice dans la république fédérale américaine ou comment forcer les pouvoirs à « aller de concert » sans se fier au « mouvement nécessaire des choses » (Montesquieu)

15h15-15h45 : discussion

15h45-16h00: pause.

Deuxième table ronde présidée par Pierre Manent (EHESS)

  • 16h00-16h25 : Benjamin Brice (EHESS) : « Les Federalist Papers et la confiance dans la raison politique »
  • 16h25-16h50 : Cynthia Salloum (EHESS) : « Le lieu de la Nation dans la Fédération américaine: en quête des sources du Nil ? »
  • 16h50-17h15 : Rasoul Namazi (EHESS) : « La science politique d'Aristote et la pensée politique du Fédéraliste. »

17h15-17h45 : discussion puis pot amical

Lieux

  • 96 bd Raspail (salle Lombard)
    Paris, France

Dates

  • jeudi 07 juin 2012

Contacts

  • Cynthia Salloum
    courriel : cynthia [dot] salloum [at] sciencespo [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Cynthia Salloum
    courriel : cynthia [dot] salloum [at] sciencespo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La République moderne défendue par Le Fédéraliste », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 06 juin 2012, http://calenda.org/208840