AccueilReprésentations linguistiques et discursives de « réconcilier / se réconcilier / réconciliation »

*  *  *

Publié le jeudi 07 juin 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

Ce projet de recherche se propose d’interroger les discours sociaux afin d’identifier les différentes acceptions de « réconcilier / se réconcilier / réconciliation ». En découleront les configurations discursives de la réconciliation en littérature, dans le discours médiatique, dans les discours politiques et institutionnels, les formes et les stratégies de réconciliation dans la littérature orale. Les résultats ainsi obtenus pourront compléter la méthodologie de ces commissions « vérité, justice et réconciliation » qui restent « des boîtes à outils » à adapter aux différentes sphères culturelles dont certaines sont non seulement plurilingues mais aussi pluriculturelles.

Annonce

PROJET D’OUVRAGE COLLECTIF : Représentations linguistiques et discursives de « réconcilier/ se réconcilier/ réconciliation »

« Tout le mal qui a été fait d’un côté comme de l’autre,
Acceptez-le tel qu’il est, oubliez le passé,
Recommençons à vivre ensemble»
- S.E. Dr Tejan Kabbah, Président de la Sierra Leone, refusant de s’excuser (2003)

Présentation

Les conflits armés, avec leur corollaire de meurtres, d’actes de torture, de déplacements de population et de violations massives des droits de l’homme, engendrent des souffrances, des  meurtrissures et des ruptures profondes. Toutefois, malgré la violence, les membres de la même communauté doivent réapprendre à vivre ensemble, doivent se réconcilier. Le premier impératif post-crise est : «il faut se réconcilier ». Après la comptabilité  bien souvent macabre, des commissions « Vérité, Justice et Réconciliation » sont mises en place. A travers le monde, on en dénombre  une trentaine. Ces commissions ont pour objectif de rétablir la cohésion au sein de la communauté. Elles ont des impératifs « de vérité (devoir de mémoire), de justice et de réparation (droit supérieur des victimes), de non répétition et réconciliation (mise en place d’un nouvel ethos démocratique) »  Si avant le XX siècle, la nécessité de se réconcilier ne passait pas nécessairement par la vérité et la justice, « la dissimulation des faits est devenue non seulement moralement inacceptable mais politiquement contreproductive  ». La grande question demeure donc de savoir qui réconcilier ? Pourquoi réconcilier ? Et Comment réconcilier ?  Comment comprendre (en son sens étymologique de "prendre avec soi") l’acte, l’action et la politique de se réconcilier/réconcilier? D’abord et avant tout, c’est se remettre d'accord. C’est remettre en harmonie des personnes qui étaient brouillées. C’est s’expliquer sur les raisons d’un désaccord. C’est en définitive, revivre ensemble…. C’est aussi un acte réalisé au moyen de la parole...c’est se parler. En effet, forme d’interaction qui engage le locuteur, la communication verbale sous-tend une communication de type langagier. C’est que, si les interactions entre l’homme et son environnement sont multiformes, il privilégie le langage dans la communication avec ses semblables. En effet, par la langue, il transmet des informations, formule des raisonnements, donne des ordres, passe des contrats, coordonne ses actions, rythme ses efforts…. L’action peut se réaliser par le fait même de dire comme le postule John L Austin dans sa théorie sur les actes langage (Quand dire c'est faire, 1962) et développée par John Searle (Les actes de langage, 1972). Un acte de langage est un moyen mis en œuvre par le locuteur pour agir sur son environnement et c’est un lieu commun que de dire que l’interprétation de l’acte de langage est largement tributaire de son identification en tant que tel et du contexte au-delà de la compréhension de son contenu sémantique.

Ce projet d’ouvrage collectif se propose d’interroger les discours sociaux afin d’identifier les différentes acceptions de « réconcilier/ se réconcilier/réconciliation » et leurs configurations discursives dans la littérature, le discours de la presse, le discours politique et institutionnel, la littérature orale. Les résultats ainsi obtenus pourront compléter la méthodologie de ces commissions « Vérité, Justice et Réconciliation » qui restent « des boîtes à outils » à adapter aux différentes sphères culturelles dont certaines sont non seulement plurilingues mais aussi pluriculturelles.

Axes (suggestions non limitatives) :

 Les configurations discursives/ formes/stratégies mises en œuvre pour la réconciliation :

  • En littérature
  • Dans le discours médiatique
  • Dans le discours politique et institutionnel
  • En littérature orale

Bibliographie

  • Adenuga (M), Le Tribunal spécial pour la Sierra Léone et ses effets sur l’accord d’amnnistie de Lomé, Cairn n°53, 2008/1, pp125-130
  • Armengaud, F. (2007), La pragmatique, Paris, PUF (5ème éd.)
  • Austin (J L): How to Do Things with Words. Cambridge (Mass.) 1962 - Paperback: Harvard University Press, 2e ed., 2005,  en français: Quand dire, c'est faire, Seuil,
  • Bernicot, J., Veneziano, E., Musiol, M. & Bert-Erboul, A. (Eds.) (2010). Interactions verbales et acquisition du langage. Paris: l’Harmattan.
  • Bourdieu (P), Ce que parler veut dire : l'économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982.
  • Galatanu, O., (2007). « Sémantique des possibles argumentatifs et axiologisation discursive ». Bouchard, D., Evrard, J. (éds.), Représentation du sens linguistique II. De Boeck-Duculot. Louvain-la-Meuve : 313-325.
  • Galatanu, O., (2008a).  « La construction discursive de la Francophonie : sens, valeurs et images identitaires ». Performances et objets culturels, XI e colloque de Sémiotique de la francophonie, Congrès de l’ACFAS : 15-18 mai 2006 : 1-12.
  • Galatanu, O., (2008b). « La construction discursive des représentations de la langue française et de la francophonie chez les futurs enseignants du FLE en Asie-Pacifiques ». Actes du Premier Congrès Régional Asie-Pacifique, Le français, la francophonie et la francophilie en Asie-Pacifique : spécificités et interrogations : 27 avril-2 mai 2006.
  • Lefranc (S), Après le Conflit, la Réconciliation ? Actes révisés des jounrées d’études organisées par l’institut des sciences sociales du politique Editions Michel Houdiard, Oct.2006.
  • Leman-Langlois(S), « Le modèle Vérité et Réconciliation – Victimes, bourreaux et institutionnalisation du pardon », Informations sociales 2005/7, n°127, pp112-121
  • Paavani Reddy, « les Commissions Vérité et Réconciliation. Des instruments pour mettre fin à l'impunité et construire une paix durable ». La Chronique de l’ONU.
  • Searle (J), Speech Acts, Cambridge University Press 1969, - en français: Les actes de langage, Hermann 1972.
  • Souaré (I K) « Le dilemme de la justice transitionnelle et la réconciliation dans les sociétés post-guerre civile : Les cas du Libéria, de la Sierra Leone et de l’Ouganda », in Etudes Internationales, Québec, 2008-06 vol.39:n°2, p.205-228

Notes

  • 1. Ce projet d’ouvrage collectif fait écho aux recherches menées par l’équipe du CoDiRe (EA 4643).
  • 2. Brisset-Foucault (F), « Vérité, justice, réconciliation ou comment concilier l’inconciliable ? », Mouvements, 2008/1, N°53, pp 9-13.
  • 3. Idem

Comité scientifique :

  • Hilaire BOHUI, Université de Cocody (Côte d’Ivoire)
  • Annette BOUDREAU,  Université de Moncton (Canada)
  • Cécilia CONDEI, Université de Craiova (Roumanie)
  • Fred DERVIN, Université d’Helsinki (Finlande)
  • Michel FRANCARD, Université Catholique de Louvain (Belgique)
  • Olga GALATANU, Université de Nantes (France)
  • Julien KILANGA MUSINDE, Université Catholique d’Angers (France)
  • Virginie KONANDRI, Université de Cocody (Côte d’Ivoire)
  • Jérémy N’GUESSAN KOUADIO, Université de Cocody (Côte d’Ivoire)
  • Françoise NICOL, Université de Nantes (France)
  • Sandina-Iulia VASILE, Université Ovidius, Constanta (Roumanie)

Modalités de proposition d’une communication

Présentation

La proposition de contribution devra être présentée comme suit :

  • 1. Coordonnées exactes (nom, prénom, fonction, établissement, adresse électronique) de chaque présentateur ou présentatrice.
  • 2. Texte de 400 mots environ, présentant la proposition comme suit :
  • 1. Problématique générale.
  • 2. Courte bibliographie (max. une dizaine de titres) appuyant la proposition;
  • 3. Biographie succincte (5 lignes par présentateur ou présentatrice).

Soumission des propositions

Veuillez soumettre votre proposition en format WORD par voie électronique conjointement à : koffidanielle@yahoo.fr et virgpaita@hotmail.com

Date limite de soumission des propositions : 10 Septembre 2012

Évaluation des propositions

Chaque proposition fera l’objet d’une évaluation. Les auteurs et auteures des propositions retenues seront informés par voie électronique le 10 Octobre 2012.

Publication

Les organisateurs encouragent les participants à soumettre le texte de leur communication sous forme d’article en vue de la publication des contributions sous forme d’ouvrage collectif. Afin de faciliter et d’accélérer le processus d’évaluation des articles proposés, les textes devront être rendus disponibles au plus tard le 10 Janvier 2013.

Publication : deuxième semestre 2013   

Organisatrices :

Dates

  • lundi 10 septembre 2012

Mots-clés

  • représentations, se réconcilier, réconcilier, réconciliation, actes de langage, discours, littérature, politique

Contacts

  • Aimée-Danielle koffi-Lezou
    courriel : koffidanielle [at] yahoo [dot] fr
  • Virginie Marie
    courriel : virgpaita [at] hotmail [dot] com

Source de l'information

  • Virginie Marie
    courriel : virgpaita [at] hotmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Représentations linguistiques et discursives de « réconcilier / se réconcilier / réconciliation » », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 07 juin 2012, http://calenda.org/208858