AccueilLa fabrique politique de l'exclusion

La fabrique politique de l'exclusion

The political factory of exclusion

Journée Norbert Élias

Norbert Elias study day

*  *  *

Publié le mercredi 27 juin 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

Le Centre Norbert Élias (UMR 8562) consacre la deuxième journée de son cycle annuel de rencontres scientifiques au thème « la fabrique politique de l’exclusion ». Nous proposons, lors de cette journée d’étude, de nous pencher sur la complexité des enjeux, des collectifs et des pratiques qui déterminent la mise en place de politiques visant à exclure des populations construites comme étrangères. Interdisciplinaire et sans limite spatio-temporelle, la Journée Norbert Elias est ouverte à l’ensemble des chercheurs intéressés par la thématique proposée.

Annonce

Le Centre Norbert Élias (UMR 8562) organise la deuxième Journée de son cycle annuel de rencontres scientifiques. Interdisciplinaire et ouverte à l’ensemble des chercheurs intéressés, la journée Norbert Elias sera consacrée cette année à la fabrique politique de l’exclusion.

Argumentaire

La construction de la catégorie d’étranger relève d’une opération de différentiation, au sein d’un même territoire, entre citoyens de plein droit et individus aux droits limités, voire inexistants. Si les formes d’exclusion qui en découlent, fondées sur la remise en cause de l’appartenance de certains groupes à la communauté – notamment nationale – sont actées par l’autorité administrative, elles n’en sont pas moins le produit d’un processus de fabrique politique impliquant de nombreux acteurs, moyens et enjeux. En effet, cet ensemble d’actions visant à exclure un groupe d’individus de l’espace social, physique et juridique d’une entité politique légitime est trop souvent analysé comme émanant exclusivement des centres de pouvoir, perçus à leur tour comme des ensembles homogènes et pleinement cohérents. Nous proposons, lors de cette journée d’étude, de dépasser cette idée d’un monopole étatique de la définition de la non-citoyenneté et d’appréhender ainsi la diversité et la complexité des logiques qui participent à la fabrique politique de l’exclusion. Questionner l’exclusion de catégories de population et ses critères, c’est alors se pencher sur les limites de la citoyenneté, au sens d’un construit social et politique, ainsi que sur l’exercice et la légitimité de la souveraineté de l’État sur son territoire.

Au-delà des statuts délivrés par les autorités administratives en charge de la gestion du légal et de l’illégal, une analyse des politiques d’exclusion se doit également d’envisager leur dimension pleinement négociée. Il s’agirait alors de ne pas limiter la définition des acteurs politiques aux seuls professionnels agissant autour des pôles décisionnels mais également de prendre en compte l’action de groupes extérieurs (lobbys, exclus, ONG, etc.). Ainsi, projets, textes de lois, procédures administratives et dispositifs élaborés par les pouvoirs centraux et locaux sont autant d’indicateurs des tensions relatives à l’élaboration des politiques publiques et des enjeux qu’elles induisent. Les pratiques et les discours d’exclusion des représentants de l’État et autres acteurs paraétatiques constituent également un rouage essentiel de cette construction politique.

Cette journée d’études interdisciplinaire souhaite articuler enquêtes archivistiques et ethnographiques afin de voir émerger une communauté d’objets et d’approches. Les archives ouvrent des portes souvent fermées aux spécialistes de l'hyper-contemporain quand, dans le même temps, le travail qualitatif de l'anthropologue offre une richesse descriptive rarement approchable par les textes. Persuadés de la vertu attachée au fait de « comparer l'incomparable », nous parions sur l'enrichissement qu’offre une perspective diachronique, fondée sur des recherches empiriques et libérée des limites géographiques usuelles.

Nous proposons ici trois axes dans lesquels les contributions pourront s’inscrire.

I Les constructions discursives de l'étranger

Les catégories d’étrangers ne sont pas des objets naturels. Or, pour qu’il y ait exclusion, il est nécessaire de définir les contours d’un groupe-cible de population, et les échanges souvent controversés qui en résultent laissent des traces. Qui participe ainsi à cette définition des registres d’extranéité ? Par quelles modalités concrètes ? Le flottement qui caractérise cette action de nommer renvoie directement à l’incertitude de la condition d’étranger. Dans quelle mesure les catégories légales de population à exclure peuvent-elle être appréhendées en termes de trajectoires ? En quoi leurs évolutions portent-elles les stigmates des luttes, des tensions suscitées par la présence d’un groupe donné ?

II Descriptions de la fabrique politico-juridique du droit des étrangers

De la plainte originelle à la publication d’un règlement ordonnant l’expulsion d’un groupe d’un territoire, la fabrique légale de l’exclusion peut être comprise dans une logique processuelle de négociation. Dans quelle mesure se trouve-t-elle marquée par des rapports conflictuels ? Toute décision politique d’exclure est par nature source de controverses, au moins entre les décideurs et les futurs exclus qui tendent à se constituer en anti-groupes. Quels acteurs, quelles institutions participent ainsi aux entreprises politiques visant à exclure ? De quels recours disposent les populations visées par ces actions ? Quels sont les éléments finalement déterminants dans la conclusion d’un accord pour exclure ? A partir de ces questions, il s’agira donc de faire émerger une cartographie des enjeux tant publics qu’occultés qui déterminent les processus de définition de la citoyenneté.

III L’exclusion en pratiques : quelles traductions ?

Une fois la norme produite, les administrations compétentes doivent faire appliquer le nouveau règlement. Cependant, la question des pratiques ne peut être simplement pensée en termes d’application, de successivité. Il apparaît en effet très nettement que les différents acteurs engagés dans des processus d’exclusion sont à même d’induire de nouvelles normes. Dès lors, il s’agira de comprendre les procédés par lesquels les acteurs des différents institutions policières, judiciaires, fiscales, etc. façonnent la fabrique politique de l’exclusion. Comment les professionnels en charge de l’application de la décision politique traduisent-ils, dans l’action, les modes opératoires spécifiques imposés ? Quelles réactions, quelles zones de tension, participent à dessiner les contours de ces actions sur le terrain ? Enfin, les actions mises en place produisent-elles des effets mesurables permettant d’en évaluer l’impact ?

Chercheurs invités

  • Simona Cerutti, directrice d’étude (EHESS – CRH/LaDéHiS)
  • Catherine Neveu, directrice de recherche (CNRS – iiAC/TRAM)

Modalités

  • Les communications orales auront une durée de 20 minutes.
  • La journée aura lieu le 12 octobre 2012

Les propositions de communication -4000 caractères maximum- devront être envoyées à Marko Tocilovac (marko.tocilovac@ehess.fr) et Jean-Baptiste Xambo (jb@xambo.fr)

avant le 5 septembre 2012.

Une prise en charge des frais de transport et d’hébergement pourra être envisagée pour les doctorants.

Comité d’organisation

  • Marko Tocilovac, doctorant et ATER, EHESS
  • Jean-Baptiste Xambo, doctorant allocataire-moniteur, EHESS

Comité scientifique

  • Florence Bouillon, maître de conférences, Université Paris 8
  • Christian Culas, directeur de recherche, CNRS
  • Marion Fontaine, maître de conférences, Université d’Avignon
  • Frédéric Monier, professeur des universités, Université d’Avignon
  • Sandrine Musso, maître de conférences, Aix-Marseille Université
  • Valeria Siniscalchi, maître de conférences, EHESS
  • Chantale Wionet, maître de conférences, Université d’Avignon

Lieux

  • 2 rue de la Charité (EHESS, Centre de la Vieille Charité)
    Marseille, France

Dates

  • mercredi 05 septembre 2012

Mots-clés

  • exclusion, immigration, citoyenneté, droit des étrangers

Contacts

  • Marko Tocilovac
    courriel : marko [dot] tocilovac [at] ehess [dot] fr
  • Jean-Baptiste Xambo
    courriel : jb [at] xambo [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Marko Tocilovac
    courriel : marko [dot] tocilovac [at] ehess [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La fabrique politique de l'exclusion », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 27 juin 2012, http://calenda.org/209079