AccueilVivre dans la montagne vosgienne au Moyen Âge

Vivre dans la montagne vosgienne au Moyen Âge

Anthropisation de la montagne vosgienne au Moyen Âge : conquête des espaces et culture matérielle

*  *  *

Publié le mardi 17 juillet 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

Le colloque « Vivre dans la montagne vosgienne au Moyen Âge » est organisé par le pôle archéologique de l'Université de Lorraine et le pôle archéolgique Inter-Rhénan, les 30, 31 août et 1er septembre 2012 à Geradmer et Munster. Il s'inscrit dans une problématique d'archéologie de la montagne, qui vise à mieux connaître par des approches multiples et pluridisciplinaires des territoires et des terroirs en situation de terra incognita. En s'attachant à l’étude des Vosges cristallines durant le grand Moyen Âge, les organisateurs souhaitent : favoriser l'échange entre les chercheurs des trois versants vosgiens en dépassant les cadres territoriaux habituels et avec cette volonté de s’inscrire dans une perspective supra régionale et qui pourrait être étendue à la Forêt Noire dans une seconde étape ; prendre leur part dans le dialogue sur l’activité de l’homme et les problèmes d’occupation du sol au cœur des écosystèmes des montagnes européennes.

Annonce

Présentation du colloque

En prenant pour champ d’étude le Massif vosgien, entre Rhin et Moselle, ce colloque « Vivre dans la montagne au Moyen Âge » se propose de réfléchir sur l’anthropisation du massif dont la « pénétrabilité » pluri-séculaire a conduit à se demander s’il était considéré comme une montagne entre le Ve et le XVe siècles. Partagé entre trois versants qui résultent autant de particularités géomorpho-logiques que de découpages géo-politiques médiévaux, l’Alsace, la Comté et la Lorraine, ce massif offre toutefois une diversité culturelle propre à chacun de ses versants que la mobilité des hommes n’a guère contraints.

Afin de mesurer l’interaction des Vosgiens avec ce milieu de moyenne montagne, les interventions pourront porter sur des sujets aussi variés que le cadre naturel, géomorphologique et bioclimatique, les ressources et les productions agricoles et artisanales, les formes de peuplement et d’habitat, l’occupation du sol et les structures agraires, les façons de se nourrir, les modes funéraires, en bref, sur tout ce qui touche à la culture matérielle qui conditionne largement la recherche médiévale actuelle. Elles contribueront à mettre en relief les particularismes culturels qui ont présidé à la construction de terroirs montagnards différenciés ou, au contraire, montreront le caractère « transvosgien » de certains comportements et savoir-faire.
Si les sociétés savantes ont longtemps été les seuls acteurs de l’archéologie, notamment en matière de recherches castellologiques et que leur présence reste indéniable, en témoignent la qualité et le contenu des revues qu’elles produisent (Revue d’Alsace, Château-fort d’Alsace, Dialogues transvosgiens, Mémoires des Vosges … pour n’en citer que quelques-unes choisies au hasard sur l’un et l’autre des versants), il est de fait que l’archéologie préventive, gérée d’abord par l’AFAN, puis l’INRAP et d’autres structures privées ou publiques, comme le Pôle Archéologique Interdépartemental-Rhénan (PAIR), a largement contribué  au renouvellement des données et des problématiques, tandis que les universités de Strasbourg, Mulhouse, Besançon et Nancy, proposaient, par le biais de thèses en particulier, des synthèses sans jamais franchir réellement la frontière interrégionale que constitue la ligne des crêtes.

C’est pourquoi, il est apparu intéressant de solliciter des géomorphologues, un historien du climat, voire un linguiste pour tout ce qui touche à l’onomastique, de façon à poser les questions des cadres géo-archéologiques. De même il a été convenu de présenter une communication traitant de l’historiographie du sujet depuis ses balbutiements au XIXe siècle jusqu’aux récentes investigations conduites sur le Hohlandsberg qui témoignent de l’apport certain des nouvelles technologies dans l’évolution de la recherche, en passant par  les travaux d’incontournables précurseurs, du début du XXe siècle, des questions portant sur le peuplement et de la gestion des ressources environnementales de la montagne vosgienne, notamment de l’exploitation des chaumes.

Ce colloque, qui a été reçu favorablement par la communauté scientifique des universités de Lorraine, d’Alsace et de Franche-Comté intéressée par ces problématiques, se déroulera sur trois jours dont deux de communications scientifiques et un de visite de sites archéologiques. Sa mise en œuvre, avec le concours des collectivités territoriales, est le fruit d’une collaboration étroite entre les chercheurs du Pôle Archéologique Universitaire de l’Hiscant-MA (EA 1132) et des médiévistes du Pôle Archéologique Interdépartemental-Rhénan (PAIR) qui s’appuient sur un large réseau de structures associatives.

Programme du colloque

Jeudi 30 août 2012

Gérardmer (88)

LES CADRES NATURELS

  • Dominique HARMAND, Bryan CROLET – Université de Lorraine : Relecture de l’évolution géologique et géomorphologique des Vosges et questions en suspens.
  • Bryan CROLET, Dominique HARMAND – Université de Lorraine : Genèse des cônes d’éboulis des cirques du massif du Gazon du Faing.

Pause

  • Anne-Véronique WALTER-SIMONET et alii – Université de Franche-Comté : Evolution du climat depuis 13 000 ans et premiers indices d’anthropisation dans un site d’altitude (vallée de Munster).
  • Emmanuel GARNIER – Université de Caen : Le massif vosgien à l’épreuve du climat –1500-1850.
  • Philippe JEHIN – Université de Haute-Alsace : Forêt et faune des Vosges au Moyen Âge.

2- ANTHROPISATION ET MISE EN VALEUR : ETAT DES CONNAISSANCES

  • Georges BISCHOFF – Université de Strasbourg : Les Vosges au regard de l’histoire médiévale.
  • Alain LITAIZE – CNRS : Toponymie et anthropisation.
  • Jacques GUILLAUME – Université de Dijon : Le Massif vosgien : une terra incognita durant le haut Moyen Âge ?
  • Nicolas MEYER – INRAP : Première approche de l’occupation du massif des Vosges au nord du Donon de la fin de l’Antiquité à la fin du premier millénaire.

Pause

  • Jacky KOCH – Pôle d’Archéologie Inter Rhénan : Projet collectif de recherches sur le massif du Hohlandsberg (Haut-Rhin) : Lidar et traces d’anthropisation médiévale.
  • Anne GEBHARDT – INRAP : Les paysages médiévaux en moyenne montagne vosgienne : le sol en héritage.
  • Xavier ROCHEL – Université de Lorraine : Les paysages d’enclos des Hautes Vosges d’après les archives anciennes.
  • Dominique SCHWARTZ et alii – Université de Strasbourg : Murgers et paysages d’enclos médiévaux des collines sous-vosgiennes en Alsace. Bilan spatial d’un premier inventaire et nouveaux développements.

Vendredi 31 août 2012

Munster (68)

3- PEUPLEMENT ET FORMES D’HABITAT

  • Emmet MARRON – Université de Dublin : Investigations sur le premier monastère colombanien dans les Vosges : Prospections géophysiques et sondages à Annegray (70).
  • Gérard GIULIATO – Université de Lorraine : Réseau castral et axes de communication dans la partie occidentale du massif vosgien.
  • Charles KRAEMER – Université de Lorraine : Les petites villes médiévales vosgiennes du versant lorrain : morphogenèse et évolution du paysage urbain.

Pause

  • Vianney MULLER – Université de Lorraine : Aperçu des enceintes urbaines du piémont des Vosges Saônoises.

4- EXPLOITATION DES RESSOURCES ET SAVOIR-FAIRE

  • Geneviève GASCUEL – CNRS DIJON : Sarcophages et carrières de grès : approche archéologique de l’abbaye de Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône).
  • Dominique HECKENBENNER – Musée de Sarrebourg : L’extraction du grès au Streitwald (commune d’Abreschviller) : des carrières destinées à la construction d’un château ?
  • Cédric MOULIS – Université de Lorraine : Le donjon de Pierre-Percée : exemple de mise en œuvre de la pierre dans les édifices militaires des Vosges aux XIIe-XIIIe siècles.
  • Francis PIERRE – Paris 1 : Evolution des techniques de percement dans les mines Vosgiennes et Européennes.
  • Bernard BOHLY – Université de Haute-Alsace : La mine plomb-cuivre du Donnerloch à Steinbach (Haut-Rhin) du XIe au XVe siècle.
  • Martine VOIRIN – Association Savoir Faire et courants d’échanges : à propos de la céramique culinaire de l’abbaye alto médiévale du Saint-Mont.

Jean-Pierre HUSSON – CERPA, Université de Lorraine : Conclusions.

Samedi 1er septembre 2012

Visite de sites archéologiques dans la région.

Informations et contacts

  • Jeudi 30 août 2012 : Maison de la Culture et des Loisirs, 1, Boulevard de Saint-Dié, 88400 GERARDMER
  • Vendredi 31 août 2012 : Salle de la Laub, 12, Rue Saint-Grégoire, 68140 MUNSTER
  • Samedi 1er septembre 2012 : Visite de sites archéologiques dans la région

Contacts

Lieux

  • 1 Boulevard de Saint-Dié (Maison de la Culture et des Loisirs) et 12 Rue Saint-Grégoire (Salle de la Laub)
    Gérardmer, France
  • 1 Boulevard de Saint-Dié (Maison de la Culture et des Loisirs) et 12 Rue Saint-Grégoire (Salle de la Laub)
    Münster, Allemagne

Dates

  • jeudi 30 août 2012
  • samedi 01 septembre 2012
  • vendredi 31 août 2012

Mots-clés

  • Moyen Âge, montagne, Vosges, Archéo-géographie, urbanisme, castellologie, établissement monastique, peuplement, occupation du sol, ressources naturelles

Contacts

  • Charles Kraemer
    courriel : Charles [dot] Kraemer [at] univ-nancy2 [dot] fr

Source de l'information

  • Charles Kraemer
    courriel : Charles [dot] Kraemer [at] univ-nancy2 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Vivre dans la montagne vosgienne au Moyen Âge », Colloque, Calenda, Publié le mardi 17 juillet 2012, http://calenda.org/209139