AccueilLe religieux sur internet

Le religieux sur internet

Religion on the web

*  *  *

Publié le mardi 03 juillet 2012 par Elsa Zotian

Résumé

Le religieux participe de l'évolution. En effet, les religions se sont adaptées relativement rapidement à cette modernité technologique ou dans certains cas ont été pionnières en la matière. Aujourd’hui, le phénomène religieux – religions instituées ou religieux plus diffus – est pleinement présent sur la toile, internet pouvant même devenir lui-même objet de croyance ou de culte. L’objet de ce colloque international est d’explorer les rapports entre internet et religions en les replaçant dans des contextes culturels précis, notamment en repérant les représentations de l’espace et du temps et les usages de l’écrit et de l’image dans chacun de ces contextes. Il ne s’agit pas de faire ici un état des lieux de la présence et des usages du religieux sur internet, mais de privilégier l’analyse en profondeur des relations entre l’un et l’autre. Cette analyse implique aussi une réflexion méthodologique sur la manière dont le chercheur s’empare de ce nouveau terrain qu’est internet.

Annonce

Version française

Colloque annuel de l’Association française de sciences sociales des religions (AFSR)
4 et 5 février 2013
EHESS Paris, Amphithéâtre François Furet (à confirmer)
105 bd Raspail Paris 6e

Argumentaire

Au cours des années 1990, Internet s’est développé dans tous les champs de l’espace public et de la vie sociale. Chance jusque-là inégalée pour diffuser un message de manière quasi universelle (Lévy, 1994) ou mise en danger du lien social par un individualisme croissant (Breton, 2000), cette place grandissante du virtuel est évaluée par les sciences sociales positivement ou négativement selon les analyses qui y sont consacrées.
Si dans les premiers temps le web mettait à disposition des internautes des sites à consulter, nous sommes passés depuis quelques années à une deuxième phase beaucoup plus interactive, où l’usager prend lui aussi la parole à travers les forums et les réseaux sociaux et peut interagir sur des sites de reproduction virtuelle du monde réel (second life).

Le religieux participe de cette évolution. En effet, les religions se sont adaptées relativement rapidement à cette modernité technologique ou dans certains cas ont été pionnières en la matière.

Aujourd’hui, le phénomène religieux – religions instituées ou religieux plus diffus – est pleinement présent sur la toile, Internet pouvant même devenir lui-même objet de croyance ou de culte.

L’objet de ce colloque international est d’explorer les rapports entre internet et religions en les replaçant dans des contextes culturels précis, notamment en repérant les représentations de l’espace et du temps et les usages de l’écrit et de l’image dans chacun de ces contextes.
Il ne s’agit pas de faire ici un état des lieux de la présence et des usages du religieux sur internet, mais de privilégier l’analyse en profondeur des relations entre l’un et l’autre. Cette analyse implique aussi une réflexion méthodologique sur la manière dont le chercheur s’empare de ce nouveau terrain qu’est Internet.

Dans cette optique, nous avons identifié trois axes principaux qui structureront trois sessions du colloque :

1. Les concepteurs et les usagers du paysage virtuel religieux.

S’il paraît aisé de dresser une analyse du contenu des sites qui sont à notre disposition en raison de leur visibilité (par essence), il est indispensable de cerner la réception dont ils sont l’objet et les usages qui en sont faits, même si leur évaluation est a priori beaucoup moins évidente.
On pourra envisager différentes questions :
  • Qui sont les « concepteurs » (ceux qui créent ces sites – contenu et agencement) : institutions religieuses, leaders autoproclamés, mouvements radicaux… ? Cette question renvoie à celle de l’autorité et de la légitimité religieuses, des contre-pouvoirs, y compris des oppositions laïques, ou des dissidences. Elle renvoie aussi à la présence de plus en plus fragmentée d’acteurs hors des cadres institués.
  • Qu’est ce qu’une institution religieuse, un courant religieux ou un leader religieux, donnent à voir d’eux-mêmes en termes de contenus, d’images, d’identités virtuelles… ? A quels publics s’adressent-ils ?
  • Quelle place pour la régulation des sites et quels en sont les éventuels acteurs ?
  • Comment les usagers investissent-ils ces espaces : type de participation, interactions entre internautes, usages directs ou détournés, liberté, contrainte, anonymat, temps de connexion… ?

2. Quel est l’impact d’Internet sur le religieux?

S’agit-il d’un média de plus dans la diffusion des contenus, ou Internet produit-il des changements en profondeur et si oui dans quels domaines et de quelles façons ?
On pourra envisager différentes questions :
  • Renforcement de l’ancrage local ? Intensification de la globalisation religieuse ?
  • Les rituels sont-ils transformés ou renouvelés ?
  • Formes de la jurisprudence religieuse (fatwas, responsa…) et demandes de conseils sur les blogs, forums, réseaux sociaux…
  • Marketing et tous services religieux sur internet : agence matrimoniale, géo-localisation de commerces religieux ou de lieux de culte, vente de produits religieux…On considèrera ici non seulement les propositions de services mais également les usages qui en sont faits.
  • Internet conduit-il à la création de nouvelles religions ?

3. Quelles articulations entre le virtuel et le réel ?

  • Quand et comment passe-t-on du virtuel au réel et inversement ?
  • Qu’est-ce que cela implique au niveau de l’organisation et de la perception du temps et de l’espace ?
  • Présence/absence des corps dans un certain nombre d’activités religieuses : conversion, confession, rituels…
  • Le religieux n’a-t-il pas toujours été en prise avec le virtuel, par la communication qu’il suppose avec le surnaturel ?

Les communications proposées devront s’appuyer sur des terrains spécifiques.

Tous les contextes culturels et religieux pourront être présentés.

Conditions de soumission

Les propositions de communication au colloque international « Le religieux sur Internet » sont à envoyer  à l’adresse suivante : afsr@afsr.cnrs.fr

avant le 30 septembre 2012

Elles devront comprendre :
  • Un titre
  • Le nom et le rattachement du communicant
  • Un résumé d’environ 1500 signes en français et en anglais, faisant apparaître notamment l’axe auquel la communication se rattache, la méthodologie employée et le contexte culturel étudié.
La communication (présentée en anglais ou en français) durera 20 mn
Les intervenants devront être membres de l’AFSR ou y adhérer (http://www.afsr.cnrs.fr/)
Les actes du colloque donneront lieu à publication

Comité organisateur et scientifique :

  • Fabienne Duteil-Ogata, Laboratoire d’anthropologie urbaine (LAU), IIAC/ EHESS-CNRS, fabdutogata@yahoo.fr
  • Isabelle Jonveaux, Centre d’études interdisciplinaires des faits religieux (CEIFR/EHESS-CNRS) et Université de Graz (Autriche) isabelle.jonveaux@uni-graz.at
  • Liliane Kuczynski, Laboratoire d’anthropologie urbaine (LAU), IIAC/ EHESS-CNRS, kuczynski@ivry.cnrs.fr
  • Sophie Nizard, Centre d’études interdisciplinaires des faits religieux (CEIFR/EHESS-CNRS) snizard@ehess.fr

English Version

Annual conference of the French Association of Social Sciences of Religion (AFSR)
4 - 5 February 2013
EHESS Paris, Amphithéâtre François Furet
105 bd Raspail Paris 6e

Presentation

During the 1990s, Internet developed in every field of the public sphere and of social life. A new and unprecedented chance to spread a message almost universally (Lévy, 1994) or a danger for the social link because of growing individualism (Breton, 2000) – the increasing importance of virtual reality can be assessed positively or negatively by the social sciences depending on how it is analyzed.

At its beginnings the web offered its users the possibility to consult websites, but for several years a second more interactive phase has been developing that allows users to express themselves on forums and social networks and interact on websites which reproduce the real world online (“Second Life”).
Religions participate in this evolution. They have indeed adapted relatively quickly to modern technologies and sometimes even played a pioneering role. Religious phenomena – institutional religions or more diffuse religious experiences – are nowadays totally present on the web. The Internet itself can become an object of belief or cult.

This conference aims to explore new relationships between the Internet and religions situated in precise cultural contexts. It will be interesting to point out the representations of space and time and the use of written contents and images in each context. It does not aim to establish an inventory of the presence and uses of religions on the Internet, but to deliver detailed analyses of the relations between the former and the latter. Analysis also involves a methodological reflection on the way this new field can be investigated by the social sciences.

With this in mind, three main axes have been identified which will structure three sessions of the conference:

1. Designers and users of the religious virtual scene

Although it may seem easy to carry out a content analysis of these websites because of their visibility (by essence), it is more difficult but indispensable to define their reception and the use to which they are put.
Different questions can be envisaged:
  • Who are the designers of the website: religious institutions, a self-proclaimed leader, radical movements? This refers back to questions about authority and religious legitimacy, forces of opposition – also secular – or dissidence.
  • What do religious institutions, movements or leaders reveal of themselves through contents, images, virtual identities? Which publics are they addressing?
  • How is regulation organized on websites and who are the persons in charge?
  • How do the users move about those spaces: participation, interactions between users, direct or roundabout use, liberty, constraints, anonymity, amount of time spent online?

2. What is the impact of Internet on religions?

Is the Internet just one more medium by which to disseminate contents or does it produce in-depth change and if so, in what fields and in what ways?
Several questions can be asked:
  • Is the local anchoring reinforced? Is religious globalization intensified?
  • Are rituals transformed or renovated?
  • Forms of religious jurisprudence (fatwas, responsa…) and requesting advice on blogs, forums, social networks…
  •  Marketing and all sorts of religious services on the internet: marriage agencies, geo-localization of religious businesses or places of worship, sales of religious goods…In this respect, we are interested not only by the services offered but also by the uses to which they are put
  • Is the Internet conducive to creating new religions?

3. How does virtual reality relate to reality per se?

  • When and how do people go from virtual reality to actual reality and vice-versa?
  • What does that imply from the point of view of the organization and perception of time and space?
  • Presence/absence of the body in a certain number of religious acts: conversion, confession, rituals…
  • Has the religious factor not always been concerned by virtual reality, by the communication it supposes with the super-natural?
Papers must be based on specific fieldwork.
All cultural and religious contexts qualify.

To submit

Papers for the International Conference “Religion on the Web” should be sent  to the following address: afsr@afsr.cnrs.fr 

before September 30th 2012

Papers must include:
  • title
  • applicant’s full name and scientific affiliation
  • and an abstract of ca. 300 words in French and English
  • specifying the axis
  • the methodology and cultural area concerned
Presentation of papers (in English or French) should not go over 20 min.
Applicants should already be AFSR members or decide to join (http://www.afsr.cnrs.fr/)
The Acts will be published.

Organizing and scientific committee:

  • Fabienne Duteil-Ogata, Laboratoire d’anthropologie urbaine (LAU), IIAC/ EHESS-CNRS, fabdutogata@yahoo.fr
  • Isabelle Jonveaux, Centre d’études interdisciplinaires des faits religieux (CEIFR/EHESS-CNRS) et Université de Graz (Autriche) isabelle.jonveaux@uni-graz.at
  • Liliane Kuczynski, Laboratoire d’anthropologie urbaine (LAU), IIAC/ EHESS-CNRS, kuczynski@ivry.cnrs.fr
  • Sophie Nizard, Centre d’études interdisciplinaires des faits religieux (CEIFR/EHESS-CNRS) snizard@ehess.fr

Lieux

  • 105 boulevard Raspail (EHESS)
    Paris, France

Dates

  • dimanche 30 septembre 2012

Mots-clés

  • Internet, religion, modernité

Contacts

  • Sophie Nizard
    courriel : snizard [at] ehess [dot] fr

Source de l'information

  • Isabelle Jonveaux
    courriel : isabelle [dot] jonveaux [at] uni-graz [dot] at

Pour citer cette annonce

« Le religieux sur internet », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 03 juillet 2012, http://calenda.org/209158