AccueilFamilles mixtes et pratiques plurilingues

Familles mixtes et pratiques plurilingues

Mixed families and plurilingual practice

Revue Langage et Société

Langage et société

*  *  *

Publié le lundi 20 août 2012 par Elsa Zotian

Résumé

Le présent appel à contribution vise à susciter l’analyse du plurilinguisme dans les familles mixtes, soit en rendant compte de résultats inédits, soit en reprenant des analyses existantes pour traiter plus spécifiquement de la pratique et de la transmission de plusieurs langues dans un espace familial marqué par la mixité linguistique. Ce faisant, il s’agit de situer l’usage des langues dans leur contexte social et culturel, afin de s’intéresser également aux conditions sociales de possibilité du plurilinguisme dans la ou les sociétés considérées.

Annonce

Problématique générale

À consulter les écrits sur le plurilinguisme, d’une part, et sur la mixité familiale, d’autre part, on s’aperçoit que ces deux thèmes sont le plus souvent traités dans des disciplines distinctes sans que des passerelles soient établies entre elles. Le premier objet de notre proposition – le plurilinguisme – a surtout été « laissé » aux sciences du langage et le second – la mixité familiale – surtout aux sciences sociales (en particulier à la sociologie des migrations).

Linguistes et sociolinguistes ont abordé la question en se centrant par exemple sur le bilinguisme (Le « scandale » du bilinguisme, 2006), en analysant les conflits constatés entre langue dominante ou officielle et langues dominées ou minoritaires (Gültekin, 2012), comme cela est souvent le cas des rencontres consécutives à la migration. Ils ont étudié les stratégies d’accommodement des familles à une société où une seule langue officielle est imposée (Deprez, 1994, Leconte, 2001), comme en France et dans d’autres pays européens, mais sans toujours s’intéresser au cas particulier des familles mixtes.

Sociologues et démographes, quand ils se sont intéressés aux couples et familles mixtes, c’est-à-dire composés de deux personnes d’origine culturelle ou nationale différente, les ont abordés sous l’angle de l’intégration ou des relations interculturelles (Santelli & Collet, 2004, Collet & Philippe, 2008). En ce qui concerne la langue toutefois, de nombreuses recherches, quand elles n’ignorent pas tout simplement les questions langagières, ne font que placer « la langue » à côté de la religion et de la nationalité, dans une parenthèse énumérant les facteurs constitutifs d’une mixité ou d’une « interculturalité », mais sans l’analyser explicitement (Papers…, 2012, Les Familles interculturelles, 2011).

Les deux versants d’une réalité sociale unique, à savoir la présence de plusieurs langues au sein d’une unité familiale mixte, ont été peu étudiés de manière interdisciplinaire. Généralement un des deux versants de cette réalité est relégué à la deuxième place, devenant une variable ou un indice de la réalité principale (plurilinguisme ou mixité) que l’on cherche à analyser. Les recherches ayant synthétisé les deux champs dans une interrogation plus globale (Varro, 2003) sont surtout celles qui ont été conçues au départ par les chercheurs comme décrivant un type particulier de couple ou de mariage : les familles linguistiquement mixtes (cf. par ex. Heller & Levy, 1994 ; Morris & Jones, 2007 ; Abdelilah-Bauer, 2008 ; Lindenfeld & Varro, 2008 ; Piller, 2008, Bouchard-Coulombe, 2011).

Le présent appel à contribution vise à susciter l’analyse du plurilinguisme dans les familles mixtes, soit en rendant compte de résultats inédits, soit en reprenant des analyses existantes pour traiter plus spécifiquement de la pratique et de la transmission de plusieurs langues dans un espace familial marqué par la mixité linguistique. Ce faisant, il s’agit de situer l’usage des langues dans leur contexte social et culturel, afin de s’intéresser également aux conditions sociales de possibilité du plurilinguisme dans la ou les sociétés considérées.

Nous sommes intéressés par la diversité actuelle des situations de plurilinguisme familial dans le monde globalisé. C’est pourquoi nous ne privilégions aucune langue, aucun pays, aucun contexte politique. Toutes les langues au sein des couples et familles mixtes, toutes les origines géographiques et tous les pays pourront être concernés.

De même, aucune approche disciplinaire n’est privilégiée : la revue Langage et Société ayant de toute façon comme règle de publier des numéros pluridisciplinaires, nous attendons des contributions de sociologues, de sociolinguistes, de politologues, d’historiens, de géographes ou d’urbanistes.

Thématiques possibles

Dans ce cadre, des recherches portant sur les thématiques suivantes pourront être abordées

  • La transmission des langues familiales : au sein de la famille et/ou en dehors de la famille (associations, écoles du dimanche, médias, internet, etc.)
  • Les modalités d’apprentissage de la langue de l’autre
  • Les pratiques des langues dans les communications familiales
  • Influence des contextes nationaux sur le choix et la transmission des langues
  • Poids de l’origine sociale sur le choix et la transmission des langues

Méthodologies

Le recueil et l’analyse de données de terrain, dans des situations sociales pertinentes, ont toujours été une exigence forte dans la revue Langage et Société.

Aussi attendons-nous des travaux à orientation qualitative, de nature ethnographique, apportant des observations nouvelles de situations familiales. Nous n’excluons cependant pas, vu le champ scientifique à explorer, des travaux s’appuyant sur l’analyse statistique primaire ou secondaire (à partir de grandes enquêtes) : les comparaisons internationales seraient particulièrement appréciées.

Calendrier

Les auteurs doivent envoyer une proposition d’article de 3000 signes, ainsi qu’une liste de 10 références bibliographiques au plus

pour le 30 décembre 2012 au plus tard.

L’examen des propositions aura lieu en janvier 2013.

Les contributeurs retenus devront envoyer leur article courant septembre 2013, au plus tard. Conformément aux normes de la revue Langage et Société, les articles feront entre 45 000 et 50 000 signes tout compris (voir notre site : www.LetS.msh-paris.fr).

Les évaluations des propositions seront effectuées par les responsables du dossier ainsi que des membres du comité de rédaction. Les articles seront ensuite évalués en aveugle par au moins deux chercheurs/universitaires.

Responsables scientifiques du numéro

  • Beate Collet, sociologue, maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV), membre de l’UMR ‘Groupe d’étude des méthodes d’analyse sociologique’ de la Sorbonne’ - GEMASS (CNRS/Paris-Sorbonne).
    Beate.Collet@paris-sorbonne.fr
  • Christine Deprez, linguiste, professeure Université Paris-Descartes  UMR CEPED (Centre population et développement) CNRS/Université Paris-Descartes.
    christinedeprez@wanadoo.fr
  • Gabrielle Varro, sociologue, chargée de recherche CNRS (en retraite), membre de l’UMR Printemps  (Professions, institutions, temporalités), CNRS et Université Versailles Saint-Quentin en Yvelines.
    gvarro@free.fr

Bibliographie indicative

  • Abdelilah-Bauer B. (2008), Le défi des enfants bilingues. Grandir et vivre en parlant plusieurs langues, Paris, La Découverte.
  • Bouchard-Coulombe C. (2011), « La transmission de la langue maternelle aux enfants : le cas des couples linguistiquement exogames au Québec », Cahiers québécois de démographie, 40, 1, p. 87-111.
  • Collet B. (2012), “Mixed couples in France. Statistical facts, definitions, and social reality”, Papers : revista de sociologia, Parejas mixtas, 97, 1, p. 61-77.
  • Collet B., Philippe C. (dir.) (2008), MixitéS. Variations autour d’une notion transversale. Paris, L’Harmattan.
  • Deprez C. (2005), Les enfants bilingues : langues et familles. Paris, CREDIF, Didier (1re éd. 1995).
  • Dervin F. (éd.) (2010), Lingua francas, Paris, L’Harmattan.
  • Filhon A. (2009), Langues d’ici et d’ailleurs. Transmettre l’arabe et le berbère en France. Paris, Les Cahiers de l’INED.
  • Filhon A., Varro G. (2005), « Les couples mixtes, une catégorie hétérogène », dans Lefèvre, Filhon A. (éds.), Histoires de familles, histoires familiales, Les Cahiers de l’INED, 156, p. 483-504.
  • Gadet F. et Varro G. (dir.) (2006), «Le scandale du bilinguisme. Langues en contact et bilinguisme», Langage et Société, 116.
  • Gültekin M. N. (2012), « Debates on inter-ethnic marriages: assimilation or integration? The Turkish perspective », Papers: revista de sociologia, 97, 1, Parejas mixtas, p. 151-166.
  • Les Familles interculturelles : un défi et une chance. L’impact des politiques et des comportements sociaux sur les familles binationales et multiculturelles (2011), Séminaire Transnational (23-25 septembre), Coordination européenne pour le droit des étrangers à vivre en famille. San Javier, Murcia (en ligne).
  • Lindenfeld J., Varro G. (2008), “Language maintenance among ‘fortunate immigrants’ : the French in the United States and Americans in France”, International Journal of the Sociology of Language 189, p. 115-132.
  • Meng X., Meurs D. (2007), Intermarriage, Language, and Economic Assimilation Process: A Case Study of France (November 2006). IZA Discussion Paper n° 2461. Available at SSRN (http://ssrn.com/abstract=949171).
  • Morris D., Jones K. (2007), “Minority language socialization within the family: investigating the early Welsh language socialization of babies among young children in mixed language families in Wales”, Journal of multilingual and multicultural development, 28, 6, p. 484-501.
  • Perlmann J., Waters M. C. (2007), “Intermarriage and Multiple Identities”, in Waters M. C., Ueda R. et al (eds.), The New Americans: A Guide to Immigration since 1965, Cambridge, Harvard University Press, p. 110-123.
  • Prohic A. (2012), « Transmettre ou ne pas transmettre sa langue ; quels rapports inter-parentaux derrière le choix ? Quelques études de cas », Éducation et Sociétés Plurilingues 32 (juin), p.59-71.
  • Transports amoureux (2010), Diasporas, Histoire et sociétés, 15.
  • Varro G. (ed.) (2005), “Bilingual Socialization in the Family”, part 2, in Rodríguez-Yáñez X. P., Suárez A.M. et al (General Eds) Bilingualism and Education : from the Family to the School, Munich, Lincom Europe.

Dates

  • dimanche 30 décembre 2012

Fichiers attachés

Mots-clés

  • famille mixte, mixité, plurilingue, linguistique, sociologie, transmission des langues

Contacts

  • Beate Collet
    courriel : Beate [dot] Collet [at] paris-sorbonne [dot] fr

Source de l'information

  • Collet Beate
    courriel : Beate [dot] Collet [at] paris-sorbonne [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Familles mixtes et pratiques plurilingues », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 20 août 2012, http://calenda.org/209161