AccueilÉcrire sa vie

Écrire sa vie

Life stories

Revue Diasporas. Histoire et sociétés, n° 22, printemps 2013

Revue Diasporas. Histoire et sociétés, 22, spring 2013

*  *  *

Publié le jeudi 05 juillet 2012 par Elsa Zotian

Résumé

Appel à contribution pour le vingt-deuxième numéro de la revue Diasporas. Histoire et Sociétés. La publication prévue au printemps 2013. Le thème du numéro : « Écrire sa vie ».

Annonce

Argumentaire en français : DIASPORAS, Histoire et sociétés, « Écrire sa vie», n° 22, printemps 2013.

Les récits de vie sont au cœur des sciences humaines et sociales ; matériau de premier ordre, ils ont été découverts ou suscités par les chercheurs et sont devenus une source centrale d’étude des migrations. Dès les années 1920, ils s’imposent comme irremplaçables. Znaniecki et Thomas en font le cœur de leur étude sur les paysans polonais venus s’installer aux États-Unis. Peu à peu, leur usage se répand parallèlement à celui des archives orales et iconographiques. Des fonds se constituent (par exemple, dans le cas français, à la Cité de l’histoire de l’immigration, dans des associations comme l’Association pour l’Autobiographie ou l’Association pour les Victimes de la Répression en Exil). Par ailleurs, des groupes de recherche sur les écrits du for privé établissent des bases de données accessibles par Internet ; en Espagne, en Italie, en Allemagne, comme en France ou en Suisse, entre autres, des inventaires de ces documents sont en cours d’élaboration.

Dans ce numéro, nous souhaitons centrer notre propos sur le double enjeu du déracinement/enracinement que soulèvent nombre de scripteurs confrontés à l’exil. L’écriture permet en effet de dire la souffrance du départ, de la rupture, de l’abandon, parfois de la fuite, mais elle ouvre aussi la voie à la reconstruction de soi, de son histoire individuelle, familiale et parfois même nationale. Elle retisse un lien vital entre le monde connu, mais perdu, de son passé et celui, nouveau, inconnu et combien étrange, d’un présent qui reste à conquérir. Du souci de réalisme à la réinvention fantasmée de son parcours, tous les récits sont possibles. Ces histoires « au ras du sol » offrent aux chercheurs un éclairage singulier sur l’expérience quotidienne et parfois intime d’hommes et de femmes confrontés à la migration.

L’approche souhaitée sera pluridisciplinaire et invitera au dialogue avec l’ensemble des sciences humaines ; elle s’inscrira délibérément dans la longue durée et dans la diversité des espaces.

English version « Life stories », n° 22, spring 2013.

Life stories are now a central part of social sciences. Discovered and sparked off by social scientists during the 1920s, they have become a pivotal material in migrations’ studies. Znaniecki and Thomas have built their research about the Polish peasants who arrived in the United States of America upon such life accounts. This kind of documents is getting gradually more and more used by researchers when, at the same time, oral and iconographic archives are to be found among the preferred sources of historians, sociologists and so on. Collections are created (for example the French « Cité de l’histoire de l’immigration » or associations like the APA –Association for Autobiography – or the AVRE – Association for Victims of Repression in Exile) while groups of researchers constitute Internet data bases and draw up inventories of first-person narratives.

In this issue of Diasporas. Histoire et Sociétés, we intend to focus on the two-fold issue of uprooting/taking roots, often found in exiles’ writings. Indeed, for people facing the migration experience, writing can help recount the pain created by leaving or sometimes escaping from their native world, but it can also allow reconstructing oneself and rebuilding one’s individual, domestic and even national story. It establishes a vital link between the known and familiar but lost world of the past and the new and unknown, sometimes outlandish world of today, a world that remains to be conquered.

From the most realistic approach to the fantasized reinvention of the writer’s life, all kinds of accounts can be encountered. These stories “at ground level” are a useful key for the researchers because they shed light on the private and everyday’s life of men and women experiencing migration.

For this issue, we are welcoming proposals coming from disciplines such as history, anthropology, sociology, literature, and every field of social science. Our approach is deliberately set in a long-term research and is designed for a multidisciplinary framework.

Soumission / submissions

Si ce thème vous intéresse, vous êtes invités à envoyer vos propositions au comité de rédaction, par courrier électronique ou postal. Nous vous serions reconnaissants de tenir compte des modalités suivantes :

Envoi d'un projet d'article (titre et résumé d'une page) ainsi qu'une brève notice biographique et de bibliographie personnelle indiquant vos publications les plus récentes

pour le 20 août 2012.

  • En cas d’acception de la proposition d’article par le comité de rédaction, l’article définitif devra être communiqué avant le 30 novembre 2012.
  • Après réception, l’article proposé est expertisé par deux lecteurs et ne peut être publié qu'après avis favorable du comité de rédaction. L'auteur aura éventuellement à faire des mises au point et des modifications en fonction des remarques qui lui seront faites.
  • Les articles ne devront pas dépasser 30 000 signes (notes et espaces compris). Ils devront être envoyés en fichier joint par courrier électronique ou, à défaut, sur CD et seront dans tous les cas accompagnés d'un tirage papier. Ils devront être complétés par un résumé de 5 lignes maximum.

Contacts (et responsables scientifiques)

  • Isabelle Lacoue-Labarthe, MCF, histoire contemporaine, Sciences Po Toulouse, LaSSP/Framespa : isabelle.lacoue-labarthe@sciencespo-toulouse.fr
  • Sylvie Mouysset, POUR, histoire moderne, Université Toulouse Le Mirail, Framespa : mouysset@univ-tlse2.fr
  • Revue Diasporas, histoire et sociétés, Laboratoire Framespa-Diasporas UMR CNRS 5136, MDR-Université Toulouse-Le Mirail, 5, allées Antonio Machado, 31058 Toulouse cedex 9 

Dates

  • lundi 20 août 2012

Mots-clés

  • récits de soi, autobiographie, migration, exil, diasporas

Contacts

  • Isabelle Lacoue-Labarthe
    courriel : laclab [at] free [dot] fr
  • Sylvie Mouysset
    courriel : mouysset [at] univ-tlse2 [dot] fr

Source de l'information

  • Isabelle Lacoue-Labarthe
    courriel : laclab [at] free [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Écrire sa vie », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 05 juillet 2012, http://calenda.org/209183