AccueilInvisible Cultures – Historical and Archeological Perspectives

*  *  *

Publié le mercredi 11 juillet 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

Ce colloque a pour objectif de comprendre les raisons de la disparition ou l'oblitération historiographique et / ou archéologique de groupes sociaux, peuples, individus qui n'ont laissé aucune trace, bien qu'il soit nécessaire de supposer leur existence dans chaque moment historique. Le but du colloque est aussi celui de discuter les éventuelles nouvelles découvertes au regard de ces sujets sociaux. Nous souhaitons la participation de jeunes chercheurs de différentes formations (philosophique, anthropologique, sociologique, autre que historique ou archéologique) pour analyser le phénomène d'une pluralité de points de vue.

Annonce

Colloque organisée à Università degli Studi di Trento 19-20th March, 2013

Argumentaire

Certaines cultures du passé, dont nous connaissons l'existence grâce aux sources historiographiques et littéraires, n'ont laissé aucune trace matérielle. Par contre, il existe des restes matériaux qui n'ont pas de connexion avec des notices présentes dans les sources
littéraires. Certains groupes sociaux dont il est nécessaire de supposer l'existence dans toutes les périodes historiques – pauvres, handicapés, étrangers, individus poussés aux marges pour des raisons culturelles, économiques, politiques, aussi bien que femmes et enfants – n'ont pas laissé (ou semblent ne pas avoir laissé) aucun singe de leur passage et de leur agir social.

La question que nous proposons dans la Postgraduate Conference, est liée aux raisons qui ont conduit à la disparition (ou oblitération consciente ?) historique et archéologique de ces sujets. Un intérêt particulier est revêtu, par exemple, par les caractères de la culture matérielle qui n'ont pas rendu possible la conservation de traces visibles du passage de peuples et de groupes sociaux, par les raisons pour lesquelles ils n'ont pas eu accès à une culture qui pourrait produire des œuvres permanentes, ou pour lesquelles ces œuvres ont été effacées, détruites, cachées, jusqu'à rendre douteuse leur même existence.

Un champ d’intérêt connexe est celui liés à la réception et à l'histoire des études et des méthodes de recherche : il s'agirait de découvrir si, grâce à 'application de méthodologies nouvelles, il serait possible de proposer des nouvelles interprétations des sources, outre que les raisons pour lesquelles, dans certains cas, les sources n'ont pas été interrogées relativement à certaines groupes sociaux ou d'individus.

  • Nous accepterons des propositions de contribution pour des exposés de 20 minutes relatives à quelconque contexte géographique, chronologique et disciplinaire, avec prospectives historiques, historiographiques et archéologique aussi bien que philosophique, sociologique, anthropologique et littéraire.
  • les contributions de caractère méthodologique seront également acceptées.
  • Les exposés pourront être présentés en italien et en anglais, pour favoriser la compréhension de tous les auditeurs.

Candidatures

Les doctorants et étudiants de Master intéressés sont invités à envoyer un extrait anonyme de 250-300 mots à : viola.gheller@lett.unitn.it

avant le 20 octobre 2012

La sélection des extraits sera effectuée dans les deux semaines suivantes par les responsables scientifiques, Viola Gheller et Francesco Carrer.

Lieux

  • Trente, Italie

Dates

  • samedi 20 octobre 2012

Contacts

  • Viola Gheller
    courriel : postgraduateconference [dot] rodopis [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Viola Gheller
    courriel : postgraduateconference [dot] rodopis [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Invisible Cultures – Historical and Archeological Perspectives », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 11 juillet 2012, http://calenda.org/209217