AccueilQuelles nouvelles tendances de la communication au sein de l'entreprise du XXIe siècle ?

Quelles nouvelles tendances de la communication au sein de l'entreprise du XXIe siècle ?

The new trends in business communication in the 21st century

Revue les temps modernes

Les temps modernes journal

*  *  *

Publié le lundi 30 juillet 2012 par Elsa Zotian

Résumé

L’ouverture des marchés à la concurrence mondiale, le progrès technologique touchant les domaines liés directement à la communication, l’extension du champ des acteurs composant les parties prenantes du marché de l’entreprise à de nouveaux opérateurs, tels sont les traits marquants de la scène mondiale et qui marquent par leurs empreintes la théorie moderne de la communication. Aussi, la communication à travers l’utilisation de la technologie d’information et de communication est devenue un axe d’amélioration de la performance des entreprises en contribuant à réduire les charges d’exploitations.

Annonce

A l’ère de la mondialisation, les évolutions de l'environnement économique aujourd'hui sont patentes. En effet, de la globalisation des activités et des entreprises à l'accélération et la transmission des informations en passant par l'hyper - concurrence entre les entreprises, la fréquence et la récurrence des turbulences économiques et financières mondiales, le rôle de plus en plus apparent et déterminant de la technologie dans notre vie quotidienne, les traits du nouveau visage du petit village « planète » sont très bien tracés.

Aussi, l’un des traits susmentionnés, à savoir la place et la part de l’économie immatérielle dans l’économie mondiale qui est de plus en plus prépondérante, donne à des thématiques comme celle de la communication tout son poids dans les débats en ces temps modernes. A tel point que certains parlent de la « dictature » de la communication.

L’ouverture des marchés à la concurrence mondiale, le progrès technologique touchant les domaines liés directement à la communication, l’extension du champ des acteurs composant les parties prenantes du marché de l’entreprise à de nouveaux opérateurs, tels sont les traits marquants de la scène mondiale et qui marquent par leurs empreintes la théorie moderne de la communication.

Au sein des Petites et Moyennes Entreprises, mais également et surtout au sein des grandes entreprises, la communication interne est de plus en plus un vecteur de renforcement de la culture d’entreprise et de fidélisation du capital humain.

Aussi, la communication à travers l’utilisation de la technologie d’information et de communication est devenue un axe d’amélioration de la performance des entreprises en contribuant à réduire les charges d’exploitations.

Vis-à-vis de la clientèle et des autres parties prenantes de l’entreprise (fournisseurs, bailleurs de fonds, société civile, autorités publiques, agences de notations/rating..), la communication, sous ses différentes facettes, est de plus en plus un outil efficace d’amélioration de la performance compétitive de l’entreprise.

En effet, la communication commerciale innove de plus en plus pour attirer de nouveaux clients et fidéliser les anciens ; celle financière est exigée, dans certains cas, pour des raisons réglementaires, et dans d’autres, par les contraintes de la compétitivité et de la transparence des marchés.

Ceci dit, la communication faussement manipulée, peut conduire à des dépassements qui peuvent être graves. Ainsi, la manipulation des données à travers la communication financière, avec et par les agences externes de notation, était l’une des causes derrière les turbulences financières et monétaires de ces dernières années. 

Constatant ainsi les diverses options qui s’offrent aux entreprises dans leurs prises de décision quant aux différentes stratégies de communications, c'est ainsi que la revue « LES TEMPS MODERNES » a voulu, dans son deuxième numéro, avoir un éclaircissement sur la problématique de la communication à l’ère de la mondialisation, et ce par le concours de différentes questions, telles que :

  • Quels sont les nouveaux développements dans la théorie de communication?
  • Comment la mondialisation a impacté la communication au sein des entreprises?
  • Quel rôle joue de plus en plus la technologie dans la communication des entreprises?
  • Comment la communication peut être aussi bien un outil de compétitivité entre les mains des entreprises, mais aussi et de plus en plus, une des causes des crises du capitalisme moderne ?

Aussi, invitons-nous les auteurs dans ce numéro de la revue « LES TEMPS MODERNES » à aborder, entre autres, les axes suivants :

  • Les théories et approches de communication ;
  • Les nouveaux développements de la théorie de communication à l’ère de mondialisation ;
  • La communication interne des entreprises comme un outil de développement de la culture d’entreprise au sein du personnel ;
  • La complémentarité au sein des entreprises entre la communication interne et celle externe ;
  • La communication financière des entreprises entre efficacité et crises financières ;
  • Le rôle des agences de notations financière dans la communication financière des entreprises ;
  • L’importance de la communication au sein des politiques commerciales et de marketing des entreprises ;
  • La communication institutionnelle des entreprises ;
  • Le rôle de plus en plus important de la technologie dans la communication au sein des entreprises ;
  • L’état de la pratique de la communication au sein des entreprises marocaines ;
  • La communication des entreprises entre PME et grandes entreprises ;
  • Les autres organisations (partie politique, association, ONG, Administration publique) et la communication.

Composition du comité scientifique

  • M. Ali BAJJA Professeur de l’enseignement supérieur, Doyen de la faculté polydisciplinaire de Khouribga, Université HASSAN I Settat Maroc
  • M. Abboud BENAISSA Professeur de l’enseignement supérieur, Vice Doyen de la faculté polydisciplinaire de Khouribga, Université HASSAN I Settat Maroc
  • M. Abdelhamid BOUZIDI Professeur de l’enseignement supérieur, Ancien Doyen de la faculté polydisciplinaire de Khouribga, Université HASSAN I Settat Maroc
  • M. Abdelmoumen TYBIAOUI Professeur de l’enseignement supérieur, Ancien Vice Doyen de la faculté polydisciplinaire de Khouribga, Université HASSAN I Settat, Maroc
  • M. Jamal Eddine TEBAA Professeur de l'enseignement supérieur, Université HASSAN II  Casablanca, Maroc
  • M. Mohamed ABOU ELJAOUAD Professeur de l'enseignement supérieur, Université HASSAN II  Casablanca,  Maroc
  • M. Jean François Brunaud, Maitre de conférences, Université Victor Segalen, Bordeaux II, France.
  • M. Pascal LOUVET, Directeur IAE Grenoble, Université Pierre Mendés, France.
  • M. Driss BENSRIGHE, Professeur de l'enseignement supérieur, Université HASSAN I  Settat, Maroc
  • M. Toufik MAJDI Professeur de l'enseignement universitaire habilité, faculté polydisciplinaire de Khouribga, Université HASSAN I Settat Maroc
  • M.Said YOUSSEF professeur de l'enseignement supérieur habilité, ENCG, Université HASSAN II Casablanca, Maroc
  • M. Mohamed BENABID Professeur de l'enseignement supérieur, Université MOHAMED I  Oujda, Maroc
  • M. Mounir TABIT, Professeur de l'enseignement supérieur, Université HASSAN II  Casablanca, Maroc
  • M.ATTOUCH Professeur de l'enseignement supérieur habilité, Université Moulay ISMAIL  Meknès, Maroc
  • M. Nabil BOUAYAD AMINE Professeur de l'enseignement supérieur habilité,  faculté polydisciplinaire de Khouribga, Université HASSAN I  Settat, Maroc

CONSIGNES AUX AUTEURS D’ARTICLES POUR « LES TEMPS MODERNES »

Les consignes ont un caractère normatif et contraignant. Elles ont pour fonction d’harmoniser la présentation des textes de manière à fournir un document de travail propre aux évaluateurs et à l’équipe de publication.

Articles

Les articles soumis doivent être inédits en version Word, et précédés d’un résumé en français (6 lignes au maximum) et de mots-clés (8 au maximum) en français et en anglais ou en arabe et en français.

Présentation des textes

  • La revue accepte des textes rédigés en français, en anglais ou en arabe.
  • La longueur des textes est de 35000 caractères au maximum soit environ 5000 mots (espaces, coordonnées, titres et références bibliographiques inclus). Les annexes, en nombre raisonnable, sont en sus.
  • Les textes sont présentés en caractère Times ou Times New Roman 12 points ; à interligne 1,5 ligne ; justifié.
  • Le titre de l’article doit être informatif et concis (de 3 à 8 mots significatifs).

Ordonnance des éléments

  • Les noms et prénoms des auteurs, leurs activités, l’organisation dans laquelle ils exercent, leurs adresses professionnelles et leurs courriels.
  • Le titre de l’article doit être informatif et concis : de 3 à 8 mots significatifs.
  • Le résumé de 150 mots au maximum, en français puis en anglais ou en arabe puis en français, qui définit l’objet et précise les objectifs de l’article, la méthode utilisée et les résultats obtenus ou les conclusions dégagées.
  • 5 à 8 mots-clés.
  • Le texte avec les sous-titres (3 niveaux de titre au maximum).

Indications particulières

  • Aucun mot n’est indiqué en caractères gras ou souligné.
  • Aucun texte ne doit être rédigé en majuscules.
  • Les citations sont insérées dans le texte sans disposition particulière en utilisant des guillemets (chevrons).
  • L’italique est réservé à l’identification des titres des livres, revues et journaux, aux mots étrangers, aux mots et expressions qui servent d’exemple dans le texte.
  • Les guillemets (chevrons), en sus, sont utilisés pour les titres de chapitre de livres, les expressions mises en évidence, la signification d’un mot ou d’une expression ou de mots étrangers.
  • Les signes de ponctuation ne sont pas précédés d’un espace.

Notes

  • Les notes ont pour fonction de fournir des précisions à propos d’un élément du texte qu’il serait trop lourd d’introduire dans le texte lui-même.
  • Les notes doivent être réduites au strict nécessaire.
  • Elles sont présentées par ordre numérique, placées en bas de page et signalées par des chiffres en surélevés (sans parenthèses).
  • L’appel de note doit suivre le mot, avant toute ponctuation.
  • Dans le corps du texte, figureront des renvois à la bibliographie par le biais du nom de l’auteur et de l’année, éventuellement complétés du numéro de page précis. Ex : (Smith, 2007, p. 22).

Références bibliographiques

  • Elles sont présentées à la suite de chaque contribution. Les ouvrages auxquels il n’est pas fait référence dans le texte ne peuvent figurer en bibliographie.
  • Les références à un ouvrage cité dans le texte ne doivent pas figurer en note en bas de page.
  • Les notes en bas de page sont présentés en caractère Times ou Times New Roman 8 points.

Monographies

  • NOM P. (année). Titre : compléments au titre. Lieu : Éditeur.

EX : BARON G.-L. & BRUILLARD É. (1996). L’informatique et ses usagers dans l’éducation. Paris : PUF.

Articles

  • NOM P. (année). « Titre de l’article ». Titre du périodique, tome ou volume, n°, pages.

EX : BRU M. (2002). « Pratiques enseignantes : des recherches à conforter et à développer ». Revue française de pédagogie, n° 138.

Périodique

  • Titre du périodique, année, tomaison ou volume, n° : « Titre du fascicule », coordonné par P.

EX : Revue de métaphysique et de morale, 1994, vol. 99, n°1 : « La médiation italienne ». p. 63-71.

Documents électroniques

  • Les références aux documents électroniques s’inspirent des schémas présentés ci-dessus selon qu’il s’agit d’une monographie ou d’un article. En lieu et place de «l’adresse bibliographique» (Lieu : édition), on indique la mention « Disponible sur internet », l’adresse électronique précise (et complète) pour y accéder et, entre parenthèses, la date de dernière consultation du document.

EX : ROBILLARD J. (2004). « Ontologies : antinomies, contradictions et autres difficultés épistémologiques du concept ». Sticef, 2004, 11. Disponible sur internet à l’adresse:http://sticef.univlemans.fr/num/vol2004/robillard05/sticef_2004_robillard_05.htm (consulté le 13 avril 2005).

Catégories

Lieux

  • Faculté polydisciplinaire de Khouribga
    Khouribga, Maroc

Dates

  • mardi 30 octobre 2012

Mots-clés

  • communication, politique de communication, théories de la communication, communication financière, communication commerciale, communication institutionnelle, communication interne, technologie et communication, mondialisation et communication

Contacts

  • Nabil Bouayad Amine
    courriel : nabil_bouayad [at] hotmail [dot] com

Source de l'information

  • Nabil Bouayad Amine
    courriel : nabil_bouayad [at] hotmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Quelles nouvelles tendances de la communication au sein de l'entreprise du XXIe siècle ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 30 juillet 2012, http://calenda.org/209366