AccueilDécision politique et vérité

*  *  *

Publié le mercredi 29 août 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

Appel à contributions doctorantes pour le colloque « Décision politique et vérité » qui se tiendra les 15 et 16 novembre 2013, en Sorbonne et regroupera des interventions de doctorants et de chercheurs confirmés. Les doctorants intéressés – qu'ils soient philosophes, politistes, sociologues ou économistes – sont invités à envoyer, d'ici le 30 septembre 2012, leur proposition de communication.

Annonce

EN QUELQUES MOTS... 

  • Date de tenue du colloque : 15 et 16 novembre
  • Format des interventions : 30 minutes, suivies de 15 mn de discussion

Qui peut répondre à l'appel ? : Tous les doctorants intéressés, qu'ils soient "philosophes" ou non.

Date limite pour la soumission des propositions doctorantes : 30 septembre 2012

Date de notification d'acceptation ou de refus de la proposition : 30 novembre 2012

Format requis pour les propositions de communication : Une page (2500 à 3000 signes espaces comprises), en format Word ou PDF, accompagnée d'une brève notice biographique comprenant laboratoire de rattachement, directeur et titre de la thèse et les travaux en lien avec le thème du colloque.

Composition du comité scientifique :

  • Sophie Guérard de Latour (Université Paris I),
  • Jean-François Kervégan (Université Paris I / IUF),
  • Laurent Jaffro (Université Paris I),
  • Catherine Larrère (Université Paris I).

Adresses de contact : adelinebarbin@yahoo.fr, elodie.djordjevic@gmail.com ou rationalites.pratiques@gmail.com

ARGUMENTAIRE

Nous disons d’une décision politique qu’elle est bonne ou juste plutôt que de dire qu’elle est vraie. Cependant, que l’expression même de « décision vraie » puisse d’abord se présenter comme impropre, maladroite, voire comme dénuée de sens, ne signifie pas qu’aucune conception de la vérité n’est engagée dans le choix pratique en général et la décision politique en particulier. Ainsi, que la décision politique soit, de manière privilégiée, susceptible d’être qualifiée de bonne ou de mauvaise, de juste ou d’injuste, traduirait-il plus une implication ambiguë et problématique du concept de vérité dans l’analyse des choix politiques que son exclusion. Dans le même temps en effet, le débat politique cherche à démontrer que certains ont raison alors que d’autres ont tort. Plus encore, que des connaissances soient convoquées et comme requises, y compris dans le contexte de la démocratie moderne, se manifeste dans la mobilisation de compétences dans des débats autour d’experts dont on attend qu’ils sachent mieux que le ou la citoyen-ne lambda ce qu’il faut choisir et les décisions qui doivent être prises.

Le colloque Décision politique et vérité se veut être l’occasion d’affronter directement l’emploi, souvent implicite, de la notion de vérité dans la manière dont nous analysons et évaluons la décision politique. Sans prétendre ici à l’exhaustivité dans le déploiement des problèmes que cette notion suscite, deux axes, bien entendu susceptibles d’être articulés, se dessinent pour cette réflexion :

- La première approche, plus conceptuelle, concerne, de manière frontale, la question de la détermination et de la nature même de la vérité engagée dans le champ politique :

Il s’agit de savoir ce que peut signifier la notion de vérité dans le domaine de la décision politique. De quel type de vérité parle-t-on, selon quelle acception ce concept peut-il légitimement prendre sens ? Sans doute ne s’agit-il pas ici de faire jouer le paradigme de la vérité tel qu’il se déploie dans le champ théorique et qui répondrait de la double caractéristique de la nécessité et de l’universalité. Si le domaine des affaires humaines est celui dans lequel les choses arrivent et se produisent selon la modalité de la contingence et dans lequel de la normativité, du devoir-être, sont impliqués, et où nous avons à départager entre différentes fins et valeurs, il semble contestable, et en tous cas difficile, de penser la vérité “pratique” sur le modèle exclusif de la vérité “théorique”. Pour autant, il ne s’agit sans doute pas non plus d’affirmer le caractère purement subjectif, voire irrémédiablement arbitraire, de toute décision : si les choix politiques ne s’imposent pas et ne se présentent pas comme incontestables à la manière de certaines assertions théoriques, certains sont à l’évidence jugés meilleurs que d’autres et ce d’un point de vue qui, dans sa prétention au moins, n’est pas exclusivement subjectif. Si les décisions sont susceptibles d’être discutées, la discussion elle-même suppose la production et la confrontation de raisons, lesquelles impliquent et mêlent de manière problématique les concepts de juste, de bon et de vrai. Que discute-t-on donc exactement lorsqu’on débat d’une décision ? Puisqu’ici ce sont aussi bien les meilleures fins à viser que les meilleurs moyens pour y parvenir qui sont à déterminer, il semble que “rationalité pratique” et “rationalité théorique” ou, pour le dire en termes kantiens, jugements pratiques et jugements de connaissance, soient ici conjointement à l’œuvre, sans que le partage entre leur champ d’application soit toujours clair. Pour contourner les difficultés — tant épistémologiques que proprement politiques — liées à l’interrogation et la détermination de quelque chose comme le « bien », le « juste » et le « vrai », des théories bien connues plaident pour des conceptions purement procédurales de prises de décisions. Cependant, quel sens a la « justice » dans ces théories ? Réussit-elle réellement à exclure toute référence à ces notions ?

- Le deuxième axe se veut plus “contextuel” et porte sur la manière dont est utilisée la notion de vérité dans l’espace public actuel, c'est-à-dire dans le cadre de la démocratie moderne, pluraliste et représentative :

Sous des formes diverses, celle-ci est omniprésente. Nous recourons à des experts en sciences, en économie et même en éthique. Les think tanks sont devenus des institutions courantes dont le but avoué est d’influer sur les politiques choisies au nom de leur expertise d’un problème. En France, le CCNE (Comité Consultatif National d’Éthique) traduit la reconnaissance de la nécessité de débattre, notamment des règles de bioéthiques, mais également la volonté de recourir pour cela à des experts plutôt que de mobiliser les citoyen-ne-s. Alors que le pluralisme politique et la démocratie ne sont pas ouvertement remis en cause, la distinction entre ceux qui savent et ceux qui ne savent pas est pourtant sans cesse réaffirmée. Que savent donc ceux qui savent ? Même s’ils en savent plus, pourquoi sauraient-ils mieux ce qu’il faut faire ? Y aurait-il une seule bonne réponse à une seule manière de poser le problème ? C’est alors le champ des possibles qui se restreindrait singulièrement et ferait résonner à nos oreilles le fameux « TINA » de Margaret Thatcher : « There is no alternative ». Mais si tel est le cas, qu’y a-t-il à proprement parler de pratique dans les décisions politiques : ne se réduisent-elles pas à un pur problème de connaissance et la politique n’est-elle pas alors une simple entreprise de gestion ? Il n’est cependant pas certain qu’une telle réduction n’engage pas elle-même des valeurs, ni qu’elle soit en réalité moins partisane, puisqu’enfin la détermination des moyens n’a de sens que relativement à une fin, celle-ci fût-elle visée sans faire l’objet d’une décision à proprement parler.

Interroger la notion de décision politique dans son rapport à la vérité, c’est donc se confronter à la manière dont nous pensons la démocratie et la possibilité pour chaque entité politique de choisir son destin. C’est ainsi aussi bien s’interroger sur la circonscription et la délimitation d’un champ du possible, du contingent, au sein duquel seul quelque chose comme une décision véritable peut être conçue : l’action humaine en ce qu’elle s’inscrit dans un domaine où, tout n’étant pas connu, il faut pourtant choisir et se décider. Or, l’assignation de ce champ ne relève-t-elle pas elle-même, pour partie, de quelque chose comme d’une décision ? Autrement dit, ne constitue-t-elle pas elle-même un enjeu proprement politique ?

Catégories

Lieux

  • Paris, France

Dates

  • dimanche 30 septembre 2012

Fichiers attachés

Contacts

  • Elodie Djordjevic
    courriel : elodiedjordjevic [at] gmail [dot] com
  • Adeline Barbin
    courriel : rationalitespratiques [at] gmail [dot] com
  • Adresse du colloque ~
    courriel : rationalites [dot] pratiques [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Elodie Djordjevic
    courriel : elodiedjordjevic [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Décision politique et vérité », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 29 août 2012, http://calenda.org/209418