AccueilDiscours économique, discours du travail, discours du management : représentation / fiction

Discours économique, discours du travail, discours du management : représentation / fiction

Economic, employment and management discourse: representation/fiction

*  *  *

Publié le jeudi 30 août 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

Ce colloque propose (aux historiens, littéraires, linguistes, gestionnaires, sociologues...) de réfléchir sur les discours économique, discours du travail et discours du management. Si la période chronologiques et l'espace géographique sont restreints (le monde francophone des années 1970 à nos jours) ; en revanche, on s'intéresse à toutes les formes de discours, tous les types d'auteurs, tous les supports de diffusion...

Annonce

« Discours économique, discours du travail, discours du management : représentation / fiction », Colloque organisé par le Centre d’Études sur les Représentations : Idées, Esthétique, Littérature (CERIEL, Université de Strasbourg, EA 1337 Configurations littéraires) et le Laboratoire des Sciences Historiques (LSH, Université de Franche-Comté, EA 2273)

Porteurs du projet et contacts :

  • Corinne Grenouillet MCF en littérature française, Université de Strasbourg, CERIEL – EA 1337 Configurations littéraires, corinne.grenouillet@unistra.fr
  • Catherine Vuillermot MCF HDR en histoire contemporaine, Université de Franche-Comté., EA 2273, Laboratoire des Sciences Historiques, cvuillermot@hotmail.com

Dates : Mercredi 5 juin 2013 (ouverture du colloque à 14 h) – Vendredi 7 juin 2013

Lieu : Université de Strasbourg

Argumentaire

Ce colloque interdisciplinaire réunira historiens, littéraires et linguistes, gestionnaires et sociologues pour réfléchir aux discours économiques et aux discours du management.

Devenus à partir des années 1970, pièces maîtresses de la “communication”, les discours économiques interviennent dans le cadre du travail, du monde de l’entreprise, du monde des affaires. Ils s’adressent non seulement aux parties prenantes (actionnaires, personnel, fournisseurs, clients, concurrents, État…), mais aussi à l’ensemble de la société par le biais des médias (presse, puis TV, radio…). Les “managers” sont aussi, à partir de cette période, des hommes publics qui tiennent un discours sur leur entreprise, mais aussi sur la société.

Le vocabulaire de l’entreprise, mais aussi ses valeurs, se diffusent ainsi dans la société.

Ces “discours” se sont progressivement imposés pour devenir le registre dominant de compréhension du monde de la « crise » dans lequel nous vivons. Quel modèle de société est alors proposé ? Dans quelle mesure sont-il perçus comme « mensonge », propagande, éléments d’une « stratégie de la distorsion communicationnelle[1] imposés par le « nouvel esprit du capitalisme[3] » ou permettent-ils, en la schématisant, de saisir les bribes d’une réalité complexe ? » ? Ne sont-ils que mots du pouvoir[2]

Ce « discours social » (Bakhtine), la littérature s’en est bien sûr emparé depuis quelques années. L’ironie, la déconstruction des slogans et des stéréotypes langagiers sont un héritage de la vocation critique du roman décrite par Bakhtine. Aujourd'hui, le roman, aussi bien que le théâtre (Benoît Lambert par exemple), voire certains textes hybrides de performance poétique (Sylvain Courtoux[4]) intègrent et assimilent, souvent pour les subvertir, des documents issus de l’entreprise, des morceaux de presse économique ou les voix de la doxa du management  : le procédé de la citation isole et désigne comme problématique ce qui semble d’évidence dans l’explication économique du monde ou relève d’une pratique sociale mondialisée.

Au moment où une partie de la littérature de l’extrême contemporain – s’intéressant au travail, ou au monde des affaires – utilise ces discours pour mettre en scène, à hauteur de personnages souvent –, la “crise” (Philippe Vasset, Mathieu Larnaudie, Éric Reinhardt pour ne citer qu’eux), que nous dit la littérature d’aujourd'hui qui permette la réfutation des discours économiques dominants et peut-être une meilleure connaissance du monde économique et de celui du travail ? Comment s’attache-t-elle à réintroduire la « question humaine[5] » négligée, voire oubliée par eux ?

Qu’il  se rencontre dans la « réalité » des écrits de la sphère économique ou dans le travail artistique de la littérature, le  discours économique (du management, du travail) n’est-il pas dans une certaine mesure une “fiction”, du moins une “construction”  ?

La période historique envisagée couvrira la dernière partie du XXe siècle (depuis le début des années 1970) et le domaine français ou francophone.

Modalités de proposition de communication et calendrier :

La sélection des communications se fera en deux temps.

pour le 1er octobre 2012, les auteurs sont invités à soumettre leur proposition de communication (celle-ci doit comporter : titre, résumé en 300 mots, coordonnées et institution de rattachement, CV en un paragraphe)

Une première réponse sera envoyée à la fin de décembre 2012.

pour le 28 mars 2013, les auteurs des propositions retenues sont invités à soumettre une pré-communication (7 000 signes environ, accompagnée d’une bibliographie). Une réponse définitive sera envoyée à la fin d’avril 2013. Les pré-communications seront mises en ligne sur un site dédié et/ou seront distribuées lors du colloque.

Frais d’inscription :  Ils s’élèvent à 50 €.

Comité scientifique (en cours) :

Littérature : Dominique Viart, professeur à l’Université de Lille Charles de Gaulle

Linguistique : André Petitjean, professeur à l’Université de Lorraine ; Catherine Schnedecker, professeur à l’Université de Strasbourg

Gestion : Ève Lamendour, MCF à l’Université de Poitiers

Notes

  • [1]. Christophe Dejours, Souffrance en France : La Banalisation de l’injustice sociale, Seuil, coll. « L’Histoire immédiate », 1998
  • [2]. Les Nouveaux mots du pouvoir : abécédaire critique, sous la direction de Pascal Durand, Bruxelles, Aden, 2007.
  • [3]. Luc Boltanski, Ève Chiapello, Le Nouvel esprit du capitalisme, Gallimard, nrf essais, 1999
  • [4]. Sylvain Courtoux, Nihil, inc., Éditions Al Dante, 2008.
  • [5]. Titre du livre de François Emmanuel paru chez Stock en 2000

Lieux

  • Strasbourg, France

Dates

  • lundi 01 octobre 2012

Mots-clés

  • discours, management, travail, littérature, entreprise, histoire, communication, medias, représentations

Contacts

  • Catherine Vuillermot
    courriel : catherine [dot] vuillermot [at] univ-fcomte [dot] fr
  • Corinne Grenouillet
    courriel : corinne [dot] grenouillet [at] unistra [dot] fr

Source de l'information

  • Catherine Vuillermot
    courriel : catherine [dot] vuillermot [at] univ-fcomte [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Discours économique, discours du travail, discours du management : représentation / fiction », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 30 août 2012, http://calenda.org/209467