AccueilVoix ivoiriennes

Voix ivoiriennes

Revue Terroirs, revue africaine de sciences sociales et de philosophie, vol. 8, 3 / 2012.

*  *  *

Publié le jeudi 30 août 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

La Côte d’Ivoire, avec ces 26% de population étrangère apparaît aujourd’hui comme un grand État d’immigration. Elle tire cet état de fait de son histoire récente. En effet, colonie dès 1893, la Côte d’Ivoire, vue ses potentialités économiques, sera objet d’une intense exploitation et un lieu de rencontres et de brassages de peuples venant d’horizons divers. Cette situation se trouvera par exemple accentuée par le démembrement de la Haute-Volta, en partie rattachée à la Côte d’Ivoire de 1932 à 1947.

Annonce

Argumentaire

La Côte d’Ivoire, avec ces 26% de population étrangère apparaît aujourd’hui comme un grand Etat d’immigration. Elle tire cet état de fait de son histoire récente. En effet, colonie dès 1893, la Côte d’Ivoire, vue ses potentialités économiques, sera objet d’une intense exploitation et un lieu de rencontres et de brassages de peuples venant d’horizons divers. Cette situation se trouvera par exemple accentuée par le démembrement de la Haute-Volta, en partie rattachée à la Côte d’Ivoire de 1932 à 1947…

En 1960, lorsque le pays accède à l’indépendance, avec à sa tête Félix Houphouët-Boigny, il hérite d’une situation déjà fort complexe qui se conjugue à la nécessité de construire une nation à partir d’un Etat artificiellement dessiné par le colonisateur français. Du fait de la personne de Félix Houphouët-Boigny, le pari est relativement réussi… Mais, depuis sa mort en 1993, le pays, jadis stable et envié dans la sous-région pour son « miracle » économique vit de nos jours une instabilité politique et sociale. D’une rébellion armée en 2002 à une guerre en 2010 suite à un contentieux électoral, la Côte d’Ivoire subit une crise multiforme…

La plupart des travaux consacrés à ce pays ces dernières années tendent à se focaliser exclusivement sur les conflits qui l’ont bouleversé… Sans en nier l’importance déterminante, ce numéro de Terroirs ne s’y limite pas, mais il vise surtout à regrouper des travaux originaux qui rendent compte des autres aspects de la situation ivoirienne hier et aujourd’hui. Parmi les principaux axes de réflexion proposés, on peut énumérer :

  • Les arts populaires ;
  • Les migrations ;
  • Le genre ;
  • La santé ;
  • Les luttes syndicales et politiques ;
  • L’économie ;
  • Les religions.

Participation

Les articles soumis doivent être précédés d’un résumé en anglais et en français (8 lignes au maximum) ainsi que de cinq mots-clés. La longueur des textes est de 8000 mots maximum (espaces, coordonnées, titres et références bibliographiques inclus) et 1500 mots maximum pour les recensions de livres. Les notes doivent être réduites au strict nécessaire et renvoyées en bas de page.

Les propositions de texte doivent parvenir à

  • Joseph Abo Kobi (kobi_abo@yahoo.fr), Université de Bouake (Côte d’Ivoire)
  • avec copie obligatoire à Parfait D. Akana : contact@editions-terroirs.org

Calendrier

  • 30 septembre 2012 : date limite de réception des textes ;

  • 20 octobre 2012 : notification et compte-rendu aux auteurs ;
  • 30 octobre 2012 : retour des textes ;
  • Fin novembre – début décembre : publication.
  • Site internet de la revue : www.editions-terroirs.org

Comité de lecture

http://editions-terroirs.org/2012/08/05/la-revue-terroirs/

Dates

  • dimanche 30 septembre 2012

Mots-clés

  • Voix Ivoiriennes

Contacts

  • Terroirs (Revue africaine de sciences sociales et de philosophie) ~
    courriel : contact [at] editions-terroirs [dot] org

URLS de référence

Source de l'information

  • Parfait D. Akana
    courriel : terroirs2004 [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Voix ivoiriennes », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 30 août 2012, http://calenda.org/209468