AccueilLes modules de sciences humaines dans les parcours scientifiques et techniques professionnalisant

Les modules de sciences humaines dans les parcours scientifiques et techniques professionnalisant

Humanities modules in academic and technical careers

Quelles finalités et quelles modalités pratiques ?

What end and what practical modes?

*  *  *

Publié le lundi 03 septembre 2012

Résumé

En France comme à l’étranger, la formation universitaire de futurs professionnels, notamment les enseignants, médecins, ingénieurs et techniciens comprennent le plus souvent des unités d’enseignement qui visent à introduire une dimension de sciences humaines : philosophie, épistémologie, éthique, histoire des sciences et des techniques, didactique des sciences et techniques, sociologie ou anthropologie. Des modules ont été intégrés dans ces cursus professionnalisant suivant des temporalités et des histoires différentes et ils ont donc des contours extrêmement divers. Les finalités communes de ces enseignements universitaires nouveaux ont conduit à une mutualisation des conceptions et ressources associées. La plupart du temps, il n’existe cependant pas de pratique normalisée ni de consensus évident. Par contre, sous l’égide de différentes institutions et sociétés savantes, certaines réflexions collectives se sont engagées favorisant une mutualisation des expériences. Elles ont permis de faire émerger de premières thématiques de recherches portant sur ces innovations. Ce colloque vise à enrichir et approfondir ces efforts de réflexion collective.

Annonce

Les jeudi 7 et vendredi 8 février 2013, à l’UPEC, aura lieu le colloque « Les modules de sciences humaines dans les parcours scientifiques et techniques professionnalisant : quelles finalités et quelles modalités pratiques ? ». Organisé par l’IUFM - Université Paris-Est Créteil (UPEC), en partenariat avec la Société Française d’Histoire des Sciences et des Techniques (SFHST), le colloque s'articulera autour de la question des modules de sciences humaines intégrés aux parcours de formations scientifiques et techniques. Il permettra une réflexion sur les modalités et les objectifs de l’intégration de tels enseignants dans ces parcours professionnalisant.

Argumentaire

En France comme à l’étranger, la formation universitaire de futurs professionnels, notamment les enseignants, médecins, ingénieurs et techniciens comprennent le plus souvent des unités d’enseignement qui visent à introduire une dimension de sciences humaines : philosophie, épistémologie, éthique, histoire des sciences et des techniques, didactique des sciences et techniques, sociologie ou anthropologie.

Des modules ont été intégrés dans ces cursus professionnalisant suivant des temporalités et des histoires différentes et ils ont donc des contours extrêmement divers. Dans certains domaines, notamment la médecine, une réflexion collective s’est déjà engagée. Les finalités communes de ces enseignements universitaires nouveaux ont conduit à une mutualisation des conceptions et ressources associées.

La plupart du temps, il n’existe cependant pas de pratique normalisée ni de consensus évident. Par contre, sous l’égide de différentes institutions et sociétés savantes, certaines réflexions collectives se sont engagées favorisant une mutualisation des expériences. Elles ont permis de faire émerger de premières thématiques de recherches portant sur ces innovations.

Ce colloque vise à enrichir et approfondir ces efforts de réflexion collective.

Ses deux objectifs principaux sont donc:

  • Permettre aux enseignants des universités ou des écoles d’ingénieurs  de présenter leur expérience dans ce domaine (partage et mutualisation d’expériences pédagogiques, didactiques et conceptuelles)
  • Mettre en valeur ou approfondir un certain nombre de problématiques de recherche liées à ces enseignements. Donner à voir les résultats déjà obtenus.

Le public visé par ce colloque regroupe les enseignants impliqués dans de tels modules universitaires, les concepteurs des parcours universitaires souhaitant introduire et participer à la réflexion sur le rôle de ces modules dans les formations universitaires ainsi que  les chercheurs intéressés par la question de la construction des savoirs et par les enjeux sociaux, politiques et éthiques de l’introduction de tels modules au sein des parcours universitaires.

Conférences plénières prévues

Le colloque comprend quatre demi-journées qui seront chacune introduite par un conférencier invité :

  • Christian Bonah (Université de Strasbourg, IRIST-LESVS, EA 3424, ancien président du collège des enseignants SHS en médecine
  • Michel Cotte (SFHST, histoire des techniques)
  • Virginie Albe (ENS Cachan, STEF)
  • Muriel Guedj (Univ. de Montpellier, LIRDHIST)

 Conditions de soumission

Conformément aux objectifs du colloque, les contributions attendues sont de deux grands types :

Exposés d’expériences pédagogiques allant de la construction d’un cursus cohérent à des unités d’enseignement particulières

Ces exposés seront regroupés dans des ateliers thématiques. Les contenus attendus pour ces présentations concrètes d’expériences d’enseignement comportent une description minimale des circonstances institutionnelles, du contenu et du contexte de l’enseignement présenté, une information sur les problématiques et les enjeux sous-jacents à leur expérience, ainsi qu’une première analyse des principales difficultés rencontrées. Elles ne peuvent en aucun cas se limiter à un récit d’expérience sans prise de distance critique.

Exposés de recherche sur l’une des deux thématiques suivantes

  • Les enjeux

On constate que la prise de distance critique (historique, épistémologique, didactique, sociologique et anthropologique…) attendue dans les cursus universitaires de formation professionnelle des domaines de sciences et techniques (formation des enseignants, formations des ingénieurs, formation médicale…) est devenue, depuis plus ou moins longtemps, une injonction institutionnelle jusqu’au niveau européen voir international (OMS, enquêtes OCDE PISA…). Si on veut ne pas en rester à une perspective apologétique, par ailleurs tout à fait légitime, selon laquelle ces injonctions se justifient elles-mêmes parce qu’elles seraient souhaitables et qu’elles constitueraient une partie naturelle des missions des institutions qui participent à la formation professionnelle, on doit s’interroger sur les enjeux politiques, sociétaux, éthiques, sous-jacents à ces injonctions, ainsi que sur les évolutions historiques complexes qui ont conduit à de tels impératifs.

On attend donc ici des contributions permettant d’éclairer et de mettre en perspective cet état de fait. Puisque par ailleurs c’est ici la finalité des formations en question qui est en jeu, on attend aussi que la définition de ces finalités soient analysée aux différents niveaux pertinents, depuis les questions de contexte politique très global  jusqu’aux questions plus localisées liées aux finalités des cursus ou des disciplines.

  • Les modalités

Le fait qu’une formation en sciences humaines paraisse se justifier d’elle-même pour les formations de futurs professionnels en sciences et  technologie, tend à occulter les difficultés pédagogiques spécifiques propres à de tels enseignements universitaires : si le pourquoi est plus souvent envisagé le comment est plus rarement étudié et théorisé. Nous souhaitons ici porter notre attention sur quatre grandes questions qui invitent à une réflexion théorique :

  • La conception de ressources documentaires, notamment (mais pas exclusivement) secondés par les outils numériques, pour de tels enseignements.
  • Les modalités de lecture et d’exploration de ressources documentaires constituent souvent un écueil et une difficulté importante des enseignements visés : pourquoi ? Et comment théoriser les approches de cette question, au-delà d’un simple inventaire des différentes solutions au problème visé ?
  • Comment décrire les stratégies globales de conception et d’ingénierie de formation de tels enseignements ?  Est-il possible de comparer entre elles ces stratégies et comment ?
  • Les enseignements visés font souvent appel à une articulation entre le contenu même de l’enseignement et l’articulation avec des lieux extra-universitaires : lieux d’exercice professionnels (stages en entreprise, en hôpital, ou en établissement scolaire), lieux muséaux ou dédiés à la culture scientifique, laboratoires ou instituts scientifiques. Comment théoriser les principaux enjeux de cette articulation ?

Pour soumettre

L'appel à communication et les critères de choix sont précisément décrits dans le document joint.
Chacune des communications dureront entre 15 à 20 minutes.
Les propositions de communication devront être déposées sur le site de sciencesconf.org : http://shst2013-upec.sciencesconf.org/ 

au plus tard le 15 octobre 2012

Le texte de proposition ne devra pas dépasser 3500 signes espace compris.
Les réponses relatives aux communications acceptées seront envoyées pour le 1er décembre.
Les textes complets à publier seront à envoyer avant le colloque, au plus tard le 15 janvier 2013 (35 000 signes espaces compris maximum).
A l’issue du colloque, il est prévu la publication d’une sélection de communication.

Comité scientifique

  • Christine Blondel (CNRS, Centre A. Koyré)
  • Maryline Coquidé (IFé ENS Lyon / EAM STEF ENS Cachan)
  • Jacques Crinon (UPEC/ IUFM de Créteil)
  • Hélène Gispert (Univ. P2 Orsay, GHDSO)
  • Brigitte Marin (UPEC/ IUFM de Créteil)
  • Marc Moyon (Univ. de Limoges, FRED-EA6311 / SFHST)
  • Christine Proust (CNRS et Université Paris-Diderot / SPHERE)
  • Pierre Savaton (Univ. de Caen, UCBN-IUGM, Centre d’Etudes et de Recherche en Sciences de l’Education / SFHST)
  • Martha Spranzi (UVSQ, CERSES)
  • Nicolas Weil Parot (UPEC, CRHEC / SFHST)

Comité d’organisation

  • Alain Bernard (UPEC-IUFM, EHESS-Centre A. Koyré / SFHST),
  • Michèle dell’Angelo (UPEC-IUFM / EAM STEF ENS Cachan/ IFé)
  • Sandrine de Montgolfier (UPEC-IUFM, EHESS-IRIS)
  • Maryvonne Dussaux (UPEC-IUFM / EAM STEF ENS Cachan/ IFé)
  • Anne-Sophie Godfroy (UPEC-IUFM, CNRS-Paris1-ENS-IHPST)
  • Michaël Huchette (UPEC-IUFM, ENS Cachan/ ifé-UMR STEF)
  • Arnaud Mayrargue (UPEC-IUFM, Univ. Paris Diderot-SPHERE) 

Lieux

  • 61 avenue du Général de Gaulle (Université Paris-Est Créteil, UPEC)
    Créteil, France

Dates

  • lundi 15 octobre 2012

Mots-clés

  • formation, sciences sociales, sciences et techniques, éducation, histoire des sciences et des techniques

Contacts

  • Michèle Dell'Angelo
    courriel : dellangelo [dot] michele [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Laura Talavera
    courriel : laura [dot] talavera [at] u-pec [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les modules de sciences humaines dans les parcours scientifiques et techniques professionnalisant », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 03 septembre 2012, http://calenda.org/209501