AccueilLa participation politique des musulmans dans les sociétés occidentales

*  *  *

Publié le mercredi 12 septembre 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

Du fait de l’histoire coloniale et postcoloniale et des flux migratoires plus ou moins récents selon les pays, le nombre de musulmans dans les sociétés occidentales (en Europe et en Amérique du Nord principalement) a fortement cru au cours des cinquante dernières années. Se pose par conséquent la question de leur participation au jeu politique, de l’arène électorale à des formes plus informelles d’engagement civique. Il semble dès lors qu'une sociologie politique de l'islam et de ses fidèles dans les sociétés occidentales reste à conduire

Annonce

Argumentaire

Du fait de l’histoire coloniale et postcoloniale et des flux migratoires plus ou moins récents selon les pays, le nombre de musulmans dans les sociétés occidentales (en Europe et en Amérique du Nord principalement) a fortement cru au cours des cinquante dernières années. Se pose par conséquent la question de leur participation au jeu politique, de l’arène électorale à des formes plus informelles d’engagement civique. Il semble dès lors qu'une sociologie politique de l'islam et de ses fidèles dans les sociétés occidentales reste à conduire. Cherchant à interroger à nouveaux frais des questionnements plus anciens relatifs au rôle de la religion dans la politisation et le rapport au politique des individus, nous invitons des communications autour de deux axes de réflexion :

1.    Espaces et vecteurs de la politisation des musulmans

Tout d’abord, si dans les pays où l’islam constitue la religion majoritaire la mosquée et les associations qui lui sont affiliées constituent des espaces importants de mobilisation et de politisation des individus, peut-on observer des phénomènes similaires dans des pays où l'islam est minoritaire ? C’est ainsi à une sociologie politique des mosquées et de ceux qui les fréquentent, ainsi que des associations cultuelles et culturelles qui les entourent, que nous invitons ici. Qui sont les vecteurs de ce travail de politisation (rôle des imams, des associations cultuelles, etc.) ? Par quel canal passe ce travail de politisation (prêche, action sociale, culturelle) ? Ensuite, au delà de la question des espaces, peut-on parler d'une politisation comme réponse à la stigmatisation ? En effet, si les luttes pour faire valoir ses droits constituent de puissants vecteurs de politisation et alors que les populations musulmanes sont souvent présentées comme discriminées dans les sociétés occidentales du fait de la montée de l’islamophobie, ce sentiment de relégation constitue-t-il un vecteur de politisation collective et individuelle ? Les controverses autour de la création de lieux de cultes musulmans, qui se sont multipliées au cours de la dernière décennie, constituent-ils également un vecteur de politisation voire d’empowerment des communautés musulmanes ? Enfin, si la stigmatisation et les conflits qu’elle occasionne sont vecteurs d’engagement, quelle forme prend-il ? Il serait de ce point de vue intéressant d’étudier des trajectoires d’engagement de fidèles musulmans, afin de repérer tant la création de collectifs propres que les organisations les plus propices à les accueillir, des associations aux partis politiques, des syndicats aux institutions de démocratie participative.

2.    le rapport des musulmans au jeu électoral : du licite à l'illicite, au vote ethnique

Le deuxième axe que nous souhaiterions approfondir est celui du rapport des citoyens de confession musulmane au jeu électoral dans les sociétés occidentales. Quel est le rapport au vote des musulmans ? Alors qu'un débat anime la communauté musulmane autour de la conformité du vote au regard de la religion musulmane (le vote est-il haram ?), qui intervient dans ce débat ? Quelles sont les positions tenues par les différents acteurs religieux et institutionnels à cet égard ? Et quelle est la réception de ces injonctions contradictoires par les citoyens musulmans ? Des discussions ont-elles lieu dans l’espace public à ce sujet ou faut-il rechercher des traces de ces interrogations dans des arènes moins publiques, voire infra-politiques, à la mosquée ou sur des sites internet spécialisés ? La question d'un éventuel vote musulman constitue un autre axe de recherche. Où vont leurs suffrages ? Existe-t-il une tendance lourde ici, ou d’autres variables, générationnelles, sociales, de genre ou éducatives prévalent-elles dans ce cas ? Peut-on constater des variations selon le type de scrutins (local ou national) ?

D'une manière générale la section thématique privilégiera des travaux comparatifs mettant en avant les (non)effets des spécificités des cas étudiés sur les résultats présentés. En particulier, selon les pays, le statut des individus de confession musulmane se pose de façon très contrastée, entre ceux où l’immigration ancienne et les politiques de nationalité ont conduit à la participation pleine et entière au jeu politique, et ceux où l’immigration plus récente rend juridiquement plus compliquée l’intégration civique. Par ailleurs, la recherche sur ce sujet présente des difficultés au regard de la construction des catégories d'analyse ou dans le recueil des données. Les communications présentant une réflexion méthodologique et épistémologique seront donc privilégiées

Conditions de soumission

Cet appel à communication de la section thématique 29 s’inscrit dans le cadre du prochain congrès de l'AFSP à Paris.

Deadline :15 octobre 2012

Modalité de soumission : une page maximum.

Les propositions sont à envoyer aux trois adresses électroniques en mentionnant dans l’objet « proposition ST 42 » :

  • Julien O'Miel : julien.omiel@gmail.com
  • Julien Talpin : julientalpin@hotmail.fr

 Responsables scientifiques

  • Julien O'Miel, doctorant en science politique, Ceraps, Université de Lille
  • Julien Talpin, chargé de recherches CNRS, Ceraps, Université de Lille

Dates

  • lundi 15 octobre 2012

Mots-clés

  • musulmans, participation politique, rapport au vote

Contacts

  • Julien O'Miel
    courriel : julien [dot] omiel [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Julien O'Miel
    courriel : julien [dot] omiel [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« La participation politique des musulmans dans les sociétés occidentales », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 12 septembre 2012, http://calenda.org/209569