AccueilLes activités physiques des enfants : recherches en sciences sociales

Les activités physiques des enfants : recherches en sciences sociales

Children’s physical activities : research in social sciences

Journée d’étude EXPERICE

Seminar EXPERICE

*  *  *

Publié le vendredi 14 septembre 2012 par Elsa Zotian

Résumé

L’objectif de cette journée d’étude est de dresser un état des lieux des recherches en sciences sociales dans le domaine des activités physiques des enfants, en suscitant la présentation de travaux réalisés ou en cours, qui articulent étroitement investigation empirique et explicitation des choix théoriques et méthodologiques. Nous entendons également susciter un espace de dialogue entre chercheurs, propre à donner davantage de visibilité à ce domaine des activités physiques où l’attention portée aux enfants est relativement récente.

Annonce

Argumentaire

L’objectif de la journée d’étude est de dresser un état des lieux des recherches en sciences sociales dans le domaine des activités physiques des enfants, en suscitant la présentation de travaux réalisés ou en cours, qui articulent étroitement investigation empirique et explicitation des choix théoriques et méthodologiques. Nous entendons également susciter un espace de dialogue entre chercheurs, propre à donner davantage de visibilité à ce domaine des activités physiques où l’attention portée aux enfants est relativement récente.

L’activité physique des enfants fait l’objet de préoccupations sociétales croissantes et les loisirs sportifs sont aujourd’hui massivement pratiqués par les enfants, y compris dès la petite enfance. Pourtant, largement investies par les recherches épidémiologiques, médicales et pédagogiques, les pratiques enfantines d’activités physiques restent finalement très peu étudiées par les sciences sociales. A la faible légitimité académique du domaine sportif, s’ajoute tout spécialement le manque de visibilité publique de l’enfance. C’est pourquoi nous entendons privilégier toute cette période du cycle de vie qui précède l’adolescence/la jeunesse. En outre, parce qu’elle appelle à travailler au-delà des découpages académiques de la recherche entre sociologie de l’enfance, sociologie de l’éducation et du sport, l’étude des activités physiques des enfants nécessite de croiser et d’intégrer leurs multiples ressources. Aussi, il n’est pas exagéré de la qualifier aujourd’hui de « domaine en friche », pour reprendre ici l’expression qu’utilisait Marcel Mauss, il y a près de 80 ans, à propos d’une « éducation physique » des enfants.

Les propositions de communication à cette journée d’étude contribueront à montrer la pluralité des approches des activités physiques des enfants, que ce soit en termes d’objets ou de postures et de références scientifiques.

Pluralité des objets d’investigation

Le pluriel des activités physiques donne immédiatement à penser leur diversité : football, danse, équitation, judo, activités de cirque, ski... En outre, dans son sens large, la notion d’activités physiques attire aussi l’attention sur la pluralité des formes et des modalités des pratiques enfantines. Elle invite à prendre en compte les différentes manières de les qualifier : depuis le « mouvement » ou le « bouger », jusqu’aux « sports » ou « disciplines sportives » institutionnalisées, en passant par les « jeux » ou « l’activité ludique ». C’est du même coup insister sur la diversité des espaces de pratiques enfantines, plus ou moins formels : clubs sportifs, centres de loisirs, groupes de pairs…, et des processus de formalisation à l’œuvre, à l’exemple de la promotion du « sport en famille » qui suscite ou transforme des pratiques familiales en dispositif public d’intervention. Dans ce sens, on peut mettre l’accent sur la diversité de l’offre de pratiques, ses différenciations selon l’âge par exemple, et celle des professionnels intervenant dans ce domaine. Sa mise en regard par rapport à d’autres registres des pratiques enfantines de loisirs peut d’ailleurs permettre d’en cerner la spécificité et en montrer la richesse du point de vue des sociabilités enfantines. L’attention peut être également portée aux objets matériels qu’engagent les pratiques, et plus largement à l’ensemble d’une culture matérielle qui participe de la production d’un jeune consommateur de produits sportifs. Les activités physiques représentent en effet des objets de consommation et s’inscrivent dans un monde marchand qu’il n’est plus possible d’ignorer. Ainsi, de plus en plus tôt, le marché des biens de consommation sportive participe de la construction des identités individuelles et collectives.

Pluralité des choix théoriques

Une partie de la sociologie du sport en France est marquée par une sociologie des dispositions et des jugements de goûts. Dans cette perspective, l’activité physique des enfants apparaît notamment comme un terrain privilégié pour étudier la socialisation, et tout particulièrement la socialisation de genre marquée par de fortes différenciations. Elle représente aussi un terrain d’investigation des transmissions familiales. Un autre registre théorique emprunte à une sociologie de la critique, pour analyser les opérations de production d’un « sport pour l’enfant », des processus de légitimation et d’adaptation réciproque entre les définitions des activités et des conceptions de l’enfance. C’est aussi dans ce registre qu’a été étudié, du point de vue des enfants, un sens de la justice des épreuves sportives. L’histoire des pratiques d’activités physiques et sportives des enfants peut par ailleurs croiser l’approche sociologique ; d’autres perspectives théoriques issues de l’anthropologie et de l’ethnologie ont également une portée heuristique, s’agissant de penser le corps de l’enfant en action et en jeu.

Pluralité des choix méthodologiques

L’investigation de ce domaine peut présenter une double difficulté méthodologique. S’agissant des enfants, il s’agit de penser l’intégration (ou non) du « point de vue des enfants » dans la recherche, et la manière de le faire jouer (ou non) en complémentarité avec le point de vue des adultes (parents, professionnels…). En ce sens, le chercheur est conduit à s’interroger la mise en œuvre d’une démarche réflexive et critique sur les opérations qui, pour ainsi dire, font droit à l’expression des enfants. S’agissant d’activités physiques, la difficulté peut être aussi celle de penser les rapports entre l’engagement des enfants dans l’action et des opérations de verbalisation de l’action. Cette double difficulté reconduit aux positionnements éthiques et déontologiques d’un travail d’investigation avec les enfants, mais aussi aux innovations possibles au niveau des techniques d’enquête utilisées (multimédia, vidéo, photos…). Dans le registre méthodologique, on peut aussi faire valoir tout l’intérêt des démarches comparatives : comparaison entre différentes « disciplines » sportives, entre différents cadres de pratique, entre différents gradients d’engagement du corps selon les pratiques…. Enfin, la marchandisation et la diffusion des pratiques et des produits sportifs pour les enfants peuvent donner matière à des comparaisons internationales.

Conditions de soumission

Les propositions de communication devront parvenir sous format électronique à l’adresse suivante : pascale.garnier@univ-paris13.fr

au plus tard le 1er octobre

Les mots clés et les résumés doivent être en Times 12 avec interligne simple et en format word ou .rtf, pdf.
Le résumé (ne dépassant pas 400 mots) devra présenter l’objet de la communication, les références théoriques principales, la méthodologie et le type de données analysées et les principaux résultats.
Il sera accompagné de renseignements pratiques comprenant : nom, affiliation, téléphone, adresse postale et électronique.

Pour tout renseignement, s’adresser à Pascale Garnier : pascale.garnier@univ-paris13.fr

Calendrier

  • Date limite de proposition : 1er octobre 2012
  • Date de retour des avis : 21 octobre 2012
  • Date de diffusion du programme : 10 novembre
Journée d’étude organisée par le laboratoire interuniversitaire EXPERICE (Paris 13 – Paris 8), à Villetaneuse, le vendredi 18 janvier 2013

Comité scientifique

Le comité scientifique est composé de quatre membres du laboratoire EXPERICE, université Paris 13, axe B « Objets et pratiques culturelles de l’enfance »

  • Gilles Brougère : Directeur du laboratoire;
  • Pascale Garnier : Responsable de l’axe B;
  • Michel Manson;
  • Nathalie Roucous. 

Lieux

  • 99 Avenue J.B. Clément (Université Paris XIII)
    Villetaneuse, France

Dates

  • lundi 01 octobre 2012

Mots-clés

  • activité physique, sport, enfance, sciences sociales

Contacts

  • Pascale Garnier
    courriel : pascale [dot] garnier [at] univ-paris13 [dot] fr

Source de l'information

  • Pascale Garnier
    courriel : pascale [dot] garnier [at] univ-paris13 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les activités physiques des enfants : recherches en sciences sociales », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 14 septembre 2012, http://calenda.org/209596