AccueilSe nourrir. Pratiques et stratégies alimentaires

Se nourrir. Pratiques et stratégies alimentaires

Feeding the self - Practices and alimentary strategies

138e congrès du CTHS (Comité des travaux historiques et scientifiques)

CTHS (Comité des travaux historiques et scientifiques) 138th congress

*  *  *

Publié le mercredi 19 septembre 2012

Résumé

Le congrès des sociétés historiques et scientifiques se tient chaque année depuis 1861 dans une grande ville universitaire. Trait d’union entre la recherche académique et la recherche associative, cette manifestation scientifique, lieu de rencontre privilégié des membres de sociétés savantes, est largement ouverte aux enseignants, aux étudiants, aux élèves des grandes écoles et aux membres de centres de recherche. Elle permet également aux jeunes chercheurs de faire leurs premières communications sous la direction de personnalités scientifiques de premier plan.

Annonce

Argumentaire

« Se nourrir. Pratiques et stratégies alimentaires » sera le thème général retenu pour ce 138e congrès national des sociétés scientifiques et historiques qui se tiendra à Rennes du 22 au 26 avril 2013.
Ce sujet large, interdisciplinaire, doit permettre une approche diachronique par le plus grand nombre de chercheurs de différentes spécialités.

Se nourrir, une impérieuse nécessité, mais comment et pourquoi sous ces formes éminemment variables dans les différentes sociétés du présent et du passé ?
Les contraintes physiologiques de l’alimentation touchent en effet tous les groupes humains et si la recherche journalière de la nourriture n’est plus, au sein des sociétés développées, une préoccupation première, elle reste encore une criante obsession pour tous ceux qui souffrent de la faim dans le monde. Les crises alimentaires et la malnutrition, la « malbouffe », l’anxiété de la pénurie alimentaire au cours du siècle à venir restent des enjeux majeurs des sociétés contemporaines. Ces questions ont touché de plein fouet, à un moment ou un autre, toutes les sociétés du passé.

Dans cette lecture du temps long de l’alimentation humaine, aux lointaines origines des premiers hommes, la nature environnante, plus ou moins généreuse, apparaît inépuisable mais hors de contrôle des populations qui gèrent au mieux les fluctuations des ressources mises à leur disposition. Âge d’or ? Durs temps de pénurie ? Les deux scénarios ont dû se présenter.
Avec le dernier réchauffement global du climat de la planète, un changement majeur de statut touche la plupart des sociétés humaines et les chasseurs-cueilleurs évoluent en agriculteurs-éleveurs. La réussite de ce modèle socio-économique en différents points du globe va introduire un nouveau rapport entre les hommes et la nature, avec un contrôle accentué des ressources alimentaires disponibles. Cela s’accompagne de modifications radicales des environnements qui deviennent de plus en plus anthropisés pour répondre aux pressions de la demande alimentaire liée à une augmentation continue de la population humaine.

La néolithisation et la domestication sont à l’origine de la variabilité des espèces, animales et végétales, retenues dans l’alimentation des hommes en rapport avec les potentialités de l’environnement ; cette complexité croît avec le temps au sein des sociétés et les échanges, les sélections iront rapidement de pair avec un développement concomitant de contraintes et choix culturels : tabous, interdits, préférences…
L’alimentation constitue donc un fait anthropologique global, un excellent marqueur culturel des sociétés passées, présentes et futures malgré une mondialisation qui pousse à une certaine uniformisation des productions, des pratiques et des goûts.

C’est donc à Rennes que la communauté des chercheurs interrogera ce sujet qui a déjà été abordé par le CTHS en 1968, dans son congrès de Tours. Les dernières sessions du CTHS en Bretagne datent de 1951 et 1966, mais il n’avait pas été retenu de thème général unique à l'époque.
La France s’enorgueillit d’être le pays de la bonne chère et toutes ses régions peuvent en relever le défi…La Bretagne, à la pointe de l’Europe, propose une association, une proximité des produits de la terre et de la mer : c’est une richesse évidente et le sel marin en renforce le goût ! Les navigateurs au long cours ont ouvert la voie vers des produits exotiques et des ressources lointaines.
C’est une région ou l’agro-industrie occupe une place reconnue et revendiquée avec une recherche de qualité et de label. Cependant, les contraintes environnementales font encore l’actualité (algues vertes et élevage intensif par exemple) comme les difficultés de la pêche artisanale.

Ce congrès ne pourra épuiser un sujet d’une telle ouverture, mais il souhaite privilégier une perspective interdisciplinaire et diachronique d’étude de l’alimentation humaine. Il est sûr que cette émulation intellectuelle doit pouvoir être portée par la convivialité alimentaire chère à Rabelais.

Thématiques

1. L’espace des ressources

A. Des prédateurs aux producteurs : le temps long du changement

2. Du terroir au garde-manger planétaire

A. Alimentation et développement
B. Géopolitique de l’alimentation
C. Alimentation, qualité et terroir
D. Aliment et identité (s)
E. Identification et géographie des produits alimentaires
a) La nécessaire identification des produits alimentaires
b) De l’identification à la localisation : la géographie des produits et des consommations
c) Les non-consommations
F. Nourritures et produits du littoral : système d’acquisition, de transformation et de diffusion

3. Les crises et changements de stratégies alimentaires

4. La cuisine

A. Les outils de cuisine et les techniques culinaires
B. Le mobilier associé à la cuisine et à la table
C. L’architecture des cuisines
D. Cuisiner et cuire : l’interaction du contenu et du contenant

5. Saisonnalité, conservation

5.1 Saisonnalité
5.2 Conservation : une consommation différée

6. Alimentation et sociabilité

A. Des nourritures sensibles aux nourritures symboliques
B. Alimentation et lien social

7. Représentations et alimentation

A. Les pratiques alimentaires : de l’image aux données archéologiques
B. Notion de hiérarchie alimentaire entre représentations et observations concrètes
C. Arts et pratiques alimentaires contemporaines
D. Manger moral, manger sauvage

Colloque 1 : « Histoire de l’alimentation humaine : entre choix et contraintes », colloque interdisciplinaire et diachronique

A. Contraintes environnementales
B. Contraintes techniques et besoins économiques
C. Interdits alimentaires et comportements alternatifs : cannibalisme, végétalisme, etc.
D. Goûts et usages sociaux

Colloque 2 : « L’acquisition des aliments : de la nature à la table au Moyen âge »

A. Le choix des aliments
B. La production des aliments
C. La diffusion des aliments

Colloque 3 : « Les vestiges et témoins de l’industrie agro-alimentaire »


Colloque 4 : « Des mets et des mots : littérature et alimentation »


Colloque 5 : « Les mangeurs du XXIe siècle : nouveaux regards de l’anthropologie sur les mutations contemporaines »


Colloque 6 : « Les relations entre alimentation et protection sociale »

A. Les pathologies alimentaires
B. Les politiques publiques et la pression des lobbies
C. Les professions, institutions et services qui interviennent dans le champ de l’hygiène sanitaire

Conditions de soumission

Le résumé de la proposition de communication, de 1000 caractères (espaces comprises), soit une demi-page, devra parvenir au CTHS par courrier électronique à congres@cths.fr ou sous forme de CD, accompagné de la fiche d'inscription qui figure à la fin de la brochure du programme d'appel à communication et qui est téléchargeable sur ce site cths.fr,

avant le 1er novembre 2012.

Le programme d'appel à communication peut vous être envoyé sur simple demande à cette même adresse : CTHS - 138e congrès des sociétés historiques et scientifiques - 110 rue de Grenelle - 75357 PARIS cedex 07

Les intervenants proposeront au maximum deux communications, se rapportant à des thèmes différents.

Les langues autres que le français sont acceptées pour les communications, à condition que le résumé soit envoyé accompagné de sa traduction en français.

Le résumé doit viser à faire ressortir les point essentiels de la communication ; il en souligne les éléments nouveaux et les conclusions, de façon que tout lecteur puisse décider si son contenu présente suffisamment d’intérêt ou d’importance pour justifier la lecture du texte entier. Il doit faire clairement état des sources exploitées par l’auteur et être intelligible par lui-même, utiliser des phrases complètes, de préférence à une simple liste de titres de chapitres. Il ne doit donc prendre la forme ni d’une introduction générale, ni d’une table des matières. On y évitera le style « télégraphique » ou purement énumératif.

La commission de sélection du congrès étudie toutes les propositions de communication. L’inscription d’une communication à l’ordre du jour du congrès est soumise à l’approbation du Comité, qui peut écarter toute proposition ne lui paraissant pas convenir, sans avoir à motiver sa décision.

Les communications acceptées par la commission qui se réunit en décembre seront visibles sur le site cths.fr, page «programme du congrès » à partir de janvier 2013.

Pendant les séances de travail du congrès, le temps de parole est fixé à vingt minutes par communication, de manière à laisser place ensuite aux débats.

Les salles sont équipées d’un rétroprojecteur et d’un vidéoprojecteur. L’intervenant devra apporter ses fichiers sur une clé USB ou un CD.

Pour tout autre appareil nécessaire, réservez-le impérativement au secrétariat du CTHS, au plus tard un mois avant le congrès : congres@cths.fr ou 01 55 95 89 64.

La date limite de remise des textes des communications est fixée au 15 juin 2013.

Le colloque aura lieu du 22 au 27 avril 2013, à l'Université de Rennes 2 - Campus Villejean.

Les actes du Congrès national des sociétés historiques et scientifiques sont publiés principalement sous forme électronique.

Ils sont disponibles à la vente sur le site internet du Comité, www.cths.fr, où ils peuvent être téléchargés à l’unité ou au volume entier. Cette forme de publication permet une diffusion internationale ; tout lecteur potentiel aura accès aux articles par une simple recherche de mots-clés sur internet par l’intermédiaire des moteurs de recherche.

Les volumes électroniques ont un titre et des références bibliographiques internationales ; ils sont préparés, remis aux normes et maquettés pour la publication. Ils sont répertoriés dans le catalogue des publications du CTHS, le copyright et le droit moral sur le texte restant la propriété de l’auteur.

L’acceptation d’une communication ne constitue en aucun cas un engagement de publication.

Les auteurs s’engagent formellement à présenter un texte original et inédit, et à le conserver inédit pendant un délai d’un an après le congrès. Le Comité des travaux historiques et scientifiques se réserve le droit de demander aux auteurs de corriger ou d’abréger leur texte, ou d’en refuser la publication.

Il est impératif d’observer les Instructions aux auteurs.

Si une communication n’est pas publiée dans les dix-huit mois suivant le congrès, l’auteur pourra, s’il le désire, contacter le secrétariat afin de reprendre son manuscrit.

Frais d’inscription

  • Intervenants : 30€
  • Co-intervenants : 20€
  • Étudiants non salariés, chômeurs et membre de sociétés savante de la région Bretagne et de la Loire-Atlantique : gratuit

Comité scientifique

MORDANT Claude, professeur émérite de protohistoire européenne à l’université de Bourgogne, membre de l'UMR ARTeHIS (Archéologie, terre, histoire, sociétés), UMR 5594, CNRS, président du CTHS, président du congrès et président de la section « Préhistoire et protohistoire » ;

les présidents de la section du CTHS :

  • BOUILLON Didier, professeur à l'École nationale supérieure du paysage de Versailles, président de la section « Anthropologie sociale, ethnologie et langues régionales » ;
  • CORBET Patrick, professeur d'histoire médiévale à l'université Nancy II, président de la section « Histoire et philologie des civilisations médiévales » ;
  • CORBIER Mireille, directeur de recherche émérite au CNRS, présidente de la section « Histoire et archéologie des civilisations antique ;
  • HAMON Maurice, directeur des relations générales de Saint-Gobain, président de la section « Histoire contemporaine et du temps présent » ;
  • LEMAITRE Nicole, professeur émérite d'histoire de l’université Paris I - Panthéon-Sorbonne, présidente de la section « Histoire du monde moderne, de la Révolution française et des révolutions » ;
  • MAZAURIC Simone, professeur émérite en histoire des sciences de l'université de Nancy II présidente de la section « Sciences, histoire des sciences et des techniques et archéologie industrielle » ;
  • POULOT Dominique, professeur à l'université Paris I - Panthéon-Sorbonne, président de la section « Archéologie et histoire de l'art des civilisations médiévales et modernes » ;
  • TISSIER Jean-Louis, professeur de géographie humaine à l'université Paris I - Panthéon-Sorbonne, président de la section « Sciences géographiques et environnement » ;

Les rédacteurs du programme d’appel à communication :

  • BART François, membre élu du conseil du Comité national français de géographie, président de la Commission de géographie des espaces tropicaux, membre du CTHS, vice-président de la section « Sciences géographiques et environnement », membre du bureau de la Société de géographie de Bordeaux, membre de l’Académie des sciences d'outre-mer ;
  • BERGÈS Louis, directeur des Archives départementales de la Gironde, membre du CTHS, section « Histoire du monde moderne, de la Révolution française et des révolutions », vice-président de la Société historique de Bordeaux et de l’Institut aquitain d'études sociales ; membre de l’Académie Montesquieu et du Comité aquitain d'histoire de la sécurité sociale ;
  • BLARY François, maître de conférences en histoire et archéologie du monde occidental médiéval à l'université de Picardie, chercheur associé au LAMOP (Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris), CNRS, Paris I, UMR 8589, membre du CTHS, vice-président de la section « Archéologie et histoire de l'art des civilisations médiévales et modernes », membre de la Société historique et archéologique de Château-Thierry ;
  • BOUCHET Françoise, professeur à l'université de Reims, parasitologue, membre du CTHS, vice-présidente de la section « Sciences, histoire des sciences et des techniques et archéologie industrielle », membre de la Société française de parasitologie, de la Société de pathologie exotique, de la Société botanique de France, de la Société zoologique de France et de la Société entomologique de France ;
  • BOUGEARD Christian, professeur d'histoire contemporaine à l'université de Bretagne occidentale à Brest, membre du CRBC (Centre de recherche bretonne et celtique), EA 4451, directeur adjoint de la MSHB (Maison des sciences de l'homme en Bretagne), Rennes ;
  • BRUNEL Ghislain, conservateur en chef à la section ancienne aux Archives nationales, membre du CTHS, section « Histoire et philologie des civilisations médiévales » ;
  • BUCHSENSCHUTZ Olivier, directeur de recherche CNRS, UMR AROC, ENS-Ulm Paris, membre du CTHS, section de « Pré-Protohistoire » ;
  • COSTAMAGNO Sandrine, chargée de recherche au CNRS, UMR TRACES (Travaux et recherches archéologiques sur les cultures, les espaces et les sociétés), université Toulouse II - Le Mirail, membre du CTHS, section « Préhistoire et protohistoire » ;
  • DAIRE Marie-Yvane, chargée de recherche HDR au CReAAH (Centre de recherche en archéologie, archéosciences, histoire), UMR 6566, CNRS- université de Rennes I, présidente de l'Association Manche Atlantique pour la recherche archéologique dans les îles ;
  • DALLA BERNARDINA Sergio, professeur d'ethnologie à l'université de Brest, membre du CTHS, section « Anthropologie sociale, ethnologie et langues régionales » ;
  • DELPECH Françoise, directeur de recherche honoraire CNRS, membre du CTHS,  secrétaire de la section « Préhistoire et protohistoire  », membre de la Société d’anthropologie du Sud-Ouest, de Savoir et image en Graves de Montesquieu, de l’Association de gestion de la réserve géologique de Saucats et La Brède et des Amis du musée national de Préhistoire et de la recherche archéologique ;
  • DEMEULENAERE-DOUYERE Christiane, conservateur général du patrimoine, honoraire, membre du CTHS, vice-présidente de la section « Sciences, histoire des sciences et des techniques et archéologie industrielle », présidente de la Société de l'histoire de Paris et de l'Île-de-France, vice-présidente de l’Association d’histoire et d’archéologie du XXe arrondissement de Paris, membre de la Société française d'histoire des sciences et des techniques
  • DIOT Marie-Françoise, palynologue, ministère de la Culture et de la Communication, membre du CTHS, secrétaire de la section « Sciences, histoire des sciences et des techniques et archéologie industrielle », membre de la Société botanique de France, de la Société de botanique du Centre-Ouest, de la Société préhistorique française, de l’Association française pour l'étude du Quaternaire et de la Société botanique du Périgord ;
  • DUPONT Catherine, chargée de recherches CNRS, membre de l'UMR 6566, CReAAH (Centre de recherche en archéologie, archéosciences, histoire), université de Rennes I, Rennes II, Nantes, Le Mans et ministère de la Culture ;
  • FUMEY Gilles, professeur des universités en géographie culturelle à l'université Paris-Sorbonne, laboratoire Espace, nature et culture, UMR 8185, CNRS, membre du CTHS, section « Sciences géographiques et environnement » ;
  • GAUTHIER Émilie, maître de conférences en plaéoenvironnement à l'université de Franche-Comté, membre du laboratoire Chrono-environnement UMR 6249-CNRS, membre de l’Association des palynologues de langue française ;
  • GOMEZ DE SOTO José, directeur de recherche émérite au CNRS, MR 6566 CReAAH (Centre de recherches en archéologie, archéosciences, histoire), Rennes, membre du CTHS, section « Préhistoire et protohistoire », membre du conseil d'administration de l’Association des archéologues de Poitou-Charentes, membre de la Société archéologique et historique de la Charente, de la Société préhistorique française, président du Groupe d'études et de recherches des musées d'Angoulême ;
  • JAUBERT Jacques, professeur de Préhistoire à l’université de Bordeaux I, membre du CTHS, section « Préhistoire et protohistoire », président de la Société préhistorique française ;
  • LAURIOUX Bruno, professeur des universités en histoire médiévale à l'université de Versailles - Saint-Quentin-en-Yvelines, vice-président du conseil scientifique de l’IEHCA (Institut européen d’histoire et des cultures de l’alimentation) à l'université de Tours – François-Rabelais ;
  • LE COADIC Yves-François, professeur honoraire de sciences de l'information au CNAM (Conservatoire national des arts et métiers), Paris, membre du CTHS, secrétaire de la section « Sciences, histoire des sciences et des techniques et archéologie industrielle » ;
  • LEMAITRE Nicole, professeur émérite d'histoire de l’université Paris I - Panthéon-Sorbonne membre du CTHS, présidente de la section « Histoire du monde moderne, de la Révolution française et des révolutions », membre de la Société scientifique, historique et archéologique de la Corrèze, de la Société historique et archéologique de l'Essonne et du Hurepoix, et de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron ;
  • MARCHAND Grégor, chercheur au CNRS, directeur du CReAAH (Centre de recherche en archéologie, archéosciences, histoire), UMR 6566, CNRS, université de Rennes I ;
  • MARCIGNY Cyril, archéologue à l'INRAP, membre du CTHS, section « Préhistoire et protohistoire », membre  du Groupe de recherches archéologiques du Cotentin, de la Société préhistorique française, de la Société des antiquaires de Normandie et de l’Association pour la promotion des recherches sur l'Âge du Bronze ;
  • MAUREILLE Bruno, directeur de recherche CNRS, UMR PACEA Bordeaux I, membre du CTHS, section « Préhistoire et Protohistoire » ;
  • RICHARD Hervé, directeur de recherches au CNRS, directeur du laboratoire Chrono-environnement UMR 6249, université de Franche-Comté, membre du CTHS, section « Préhistoire et protohistoire », membre de l’Association française pour l'étude du Quaternaire et de l’Association des palynologues de langue française ;
  • SIGAUT François, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, membre honoraire du CTHS, section « Sciences, histoire des sciences et des techniques et archéologie industrielle », administrateur de l’Association française des musées d'agriculture et du patrimoine rural, membre de l’Académie d'agriculture de France et de la Société d'ethnozootechnie ;
  • VASSAS Claudine, anthropologue, directeur de recherche émérite au CNRS, membre du LISST (Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires), Centre d’anthropologie de Toulouse (UMR-CNRS-EHESS), membre du comité de rédaction de la revue Terrain, membre du CTHS, vice-présidente de la section « Anthropologie sociale, ethnologie et langues régionales » ;
  • VIALET Amélie, paléoanthropologue à l’Institut de paléontologie humaine - Fondation Albert Ier, Prince de Monaco, Paris, secrétaire de rédaction de la revue L'anthropologie, membre de la Société d’anthropologie de Paris.

Comité des travaux historiques et scientifiques

Fondé en 1834, le Comité des travaux historiques et scientifiques a d’abord été chargé de publier les Documents inédits sur l’histoire de France, puis de recenser et d’étudier les monuments archéologiques, enfin de concourir au progrès des divers domaines de la science, sur le plan régional et local.
Les rapports qui unissent le Comité à la recherche en France peuvent aujourd’hui être appréhendés dans trois directions : le Comité publie des recueils de sources et des instruments de travail ; il organise annuellement une manifestation scientifique pluridisciplinaire qui rassemble plus de 600 personnes, membres de sociétés savantes, enseignants, étudiants, chercheurs ; enfin il publie les résultats de ces recherches.
Le CTHS est formé de neuf sections : Préhistoire et protohistoire ; Histoire et archéologie des civilisations antiques ; Histoire et philologie des civilisations médiévales ; Archéologie et histoire de l’art des civilisations médiévales et modernes ; Histoire du monde moderne, de la Révolution française et des révolutions ; Histoire contemporaine et du temps présent ; Anthropologie sociale, ethnologie et langues régionales ; Sciences, histoire des sciences et des techniques et archéologie industrielle ; Sciences géographiques et de l’environnement.

Lieux

  • Université Rennes 2 (Campus Villejean)
    Rennes, France (35)

Dates

  • jeudi 01 novembre 2012

Mots-clés

  • congrès, alimentation, histoire

Contacts

  • Contact organisation
    courriel : congres [at] cths [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Francine Fourmaux
    courriel : congres [at] cths [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Se nourrir. Pratiques et stratégies alimentaires », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 19 septembre 2012, http://calenda.org/209600