AccueilNouveaux troubles et pathologies émergentes : quels objets, quelles méthodes, quels concepts pour les sciences sociales de la santé mentale ?

Nouveaux troubles et pathologies émergentes : quels objets, quelles méthodes, quels concepts pour les sciences sociales de la santé mentale ?

New disorders, emerging pathologies: which objects, which methods, which concepts for social sciences of mental health?

*  *  *

Publié le lundi 01 octobre 2012 par Elsa Zotian

Résumé

Cette journée d'étude porte sur les nouveaux troubles et pathologies émergentes dans le champ de la santé et de la santé mentale. Elle vise à réunir des chercheurs internationaux en sciences sociales, jeunes et confirmés, autour de nouvelles questions théoriques et méthodologiques. Soumis à des évolutions et des recompositions rapides, le champ de la santé et de la santé mentale contemporain justifie d'initier et d'alimenter une réflexion collective sur les catégories et les outils scientifiques dont les chercheurs disposent pour appréhender les phénomènes récents qui s'y produisent. Nous nous concentrerons, lors de cette journée, sur les modalités d'apparition et d'affirmation de nouveaux troubles et pathologies, et sur l'adaptation, l'ajustement, ou les ruptures qu'elles peuvent justifier dans les approches conceptuelles et empiriques mobilisées dans les sciences sociales de la santé.

Annonce

Argumentaire

Depuis une quinzaine d'années, en Europe et en France, on assiste à une extension du champ de la santé et de la santé mentale, dont l'un des fondements est l'institution d'une définition de la santé globale totalisant les réalités physiques, mentales et sociales. Ce contexte est aussi celui d'une démultiplication des expressions de la souffrance individuelle et de catégories pathologiques aux contours plus ou moins nets, reconnues, non reconnues ou en voie de reconnaissance par le champ médical.

La diversité de ces troubles et l'hétérogénéité des logiques par lesquelles ils gagnent une visibilité sociale, renvoie à plusieurs niveaux de réflexion :

  • Le rapport général pathologie / société : peut-on parler pour une série de nouveaux troubles de maladies de « civilisation » ? (« électrosensibilité », « burn-out », « fibromyalgie »...);
  • La production de nouvelles catégories diagnostiques et de nouvelles catégories linguistiques (« risques psychosociaux », « fatigue chronique », « épuisement », « hyperactivité », addictions...);
  • Le développement de nouvelles offres et nouvelles pratiques thérapeutiques (offres de soins, care, ressources alternatives et / ou complémentaires);
  • L'influence croissante des associations de malades et du monde profane (associations « reconnues », réseaux sociaux plus informels), et les logiques de convergences, de négociations ou de conflits avec les experts.

Dès lors, il s'agit d'interroger, pour nos disciplines, le dégagement de nouveaux terrains, de nouvelles méthodologies, de nouvelles conceptualisations, permettant de rendre compte au plus près de ces phénomènes et de leurs enjeux en termes sanitaires et sociétaux. Cette réflexion est ouverte aux différentes approches sociologiques et anthropologiques, mais aussi aux professionnels et aux acteurs de terrain confrontés aux nouveaux troubles et pathologies émergentes.

Parmi les axes de la journée d’étude qui seront privilégiés, on trouvera :

1. Les stratégies et les modalités de construction et de légitimation de troubles sous-déterminés, à la frontière de la santé et de la santé mentale, du sanitaire et du social. Les acteurs impliqués et leurs discours tant au niveau de la mise en sens de leur expérience privée qu'à celui de la publicisation de cette expérience.

2. Le jeu de la dénomination et de la requalification dans le langage de la santé globale de phénomènes auparavant étiquetés « sociaux ».

3. Les nouvelles réponses sociales et thérapeutiques appelées par ces troubles et pathologies émergentes.

4. Les logiques de réévaluation des responsabilités et de leur partage entre individus victimes-responsables, et société « pathogène ».

Modalités de soumission

Les résumés (2500 signes maximum, format .doc) doivent être envoyés par mail à ngarnoussi@gmail.com et maia.fansten@parisdescartes.fr ou déposés en ligne à http://troublesconf13.sciencesconf.org/ 

avant le 17 novembre 2012

Organisatrices

  • Nadia Garnoussi, sociologue, post-doctorante, membre associée du Cermes 3
  • Maïa Fanten, sociologue, maître de conférence, Université Paris Descartes,  membre du Cermes3

Comité scientifique

  • Françoise Champion, sociologue, chargée de recherches au CNRS, membre du Cermes 3
  • Lise Demailly, sociologue, professeur émérite à l'Université de Lille 1, membre du CLERSE
  • Giel Hutschemaekers, professor of clinical psychology, Academic Center of Social Sciences, Radboud University, Nijmegen, the Netherlands
  • Samuel Lézé, anthropologue, maître de conférences, École Normale Supérieure de Lyon, membre du C2So

Lieux

  • Université Paris Descartes - 45 rue des Saints-Pères
    Paris, France (75006)

Dates

  • samedi 17 novembre 2012

Mots-clés

  • santé, santé mentale, nouvelles pathologies, nouveaux troubles, sociologie, sciences sociales

Contacts

  • Nadia Garnoussi
    courriel : nadia [dot] garnoussi [at] univ-lille3 [dot] fr
  • Maia Fansten
    courriel : maia [dot] fansten [at] parisdescartes [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Nadia Garnoussi
    courriel : nadia [dot] garnoussi [at] univ-lille3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Nouveaux troubles et pathologies émergentes : quels objets, quelles méthodes, quels concepts pour les sciences sociales de la santé mentale ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 01 octobre 2012, http://calenda.org/220891