AccueilSéminaire Biblindex (2012-2013)

Séminaire Biblindex (2012-2013)

Biblindex seminar (2012-2013)

*  *  *

Publié le mercredi 10 octobre 2012 par Luigia Parlati

Résumé

Le séminaire, qui accompagne le projet Biblindex, a lieu une fois par mois à l'Institut des sources chrétiennes (Lyon). Les interventions sont en lien avec les corpus de Biblindex : méthodologie en cours d’analyse, exemples de travaux qui pourraient utiliser / utilisent Biblindex (comment ?).

Annonce

Programme

Jeudi 20 Septembre 2012

  • Aline Canellis, Citations et allusions scripturaires dans le De Helia d’Ambroise de Milan

Probablement rédigé entre 387 et 390, le De Helia et ieiunio a été élaboré à partir d’homélies réellement prononcées par l’évêque de Milan au début du Carême. Ce petit traité sur le jeûne s’inspire de sources grecques, en particulier de quatre homélies de Basile, l’évêque de Césarée : deux Homélies sur le jeûne, l’Homélie contre les ivrognes et l’Homélie d’exhortation au saint baptême, qui soustendent respectivement les §§ 1 à 40, 41 à 68, et 79 à 85 du traité latin. Mais, selon le procédé de l’aemulatio, Ambroise retravaille, adapte et imbrique ses sources multiples, plus encore que ne l’ont signalé les commentateurs ou éditeurs antérieurs. Cette méthode a des conséquences sur le texte biblique auquel recourt Ambroise : il utilise aussi bien des citations latines provenant de sa Vieille Latine que des citations reprises à Basile. Mais les citations sont peu nombreuses eu égard à la très grande quantité d’allusions scripturaires, parfois de simples ou vagues réminiscences. Enfin, semblable marqueterie biblique, où sont également incrustés des souvenirs d’auteurs païens, a un impact non négligeable sur la méthode exégétique du pasteur milanais…

Vendredi 19 Octobre 2012

  • Dominique Bertrand, L'Apocalypse dans l'oeuvre d'Irénée de Lyon

De  par sa position de chef de file dans la controverse contre la « fausse gnose », Irénée est surtout attendu, consulté et étudié sur les deux grands axes de sa « dénonciation et réfutation » : le Dieu créateur et le Verbe fait chair. Un seul point de son enseignement ecclésiastique sur les « derniers temps » est vivant, et même brûlant, de façon rémanente, celui du millénarisme. Cette présentation peu cohérente de l’irénéisme doit être reprise d’une façon à la fois plus large et plus précise : d’une part, la thèse des « mille ans » de l’achèvement de l’histoire a besoin d’être replacée dans plus vaste qu’elle ; d’autre part, les deux axes qui structurent le grand œuvre non seulement gagnent à ne pas être amputés de leur développement eschatologique, ils restent  béants sans lui. Irénée donne une place structurellement beaucoup plus large que ses prédécesseurs à l’Apocalypse de Jean: le Contre les Hérésies compte 57 références, dont seulement vingt allusives , à ce livre. Il y avait aux Ier et IIe siècles un climat culturel et spirituel où étaient ressenties des connivences entre l’eschatologie et le livre de Jean intitulé Apocalypse: Irénée reprend ce pressentiment et en fait un nœud théologique.

Vendredi 16 Novembre 2012

  • Smaranda Badilita, La figure de Noé entre réécriture et citations bibliques chez Philon et Flavius Josèphe

Vendredi 11 Janvier 2013

  • Paul Mattei, La Bible de Novatien, plus spécialement le texte occidental des Actes des Apôtres dans le De Rebaptismate ou Le texte du Nouveau Testament dans le De Trinitate.

Vendredi 8 Février 2013

  • Marie-Laure Chaieb, Les enjeux d’une utilisation de Biblindex au cours des études de théologie

Depuis quatre ans, à la faculté de théologie de l’UCO – Angers, un atelier est proposé aux étudiants de second cycle intitulé « Formation de la Tradition ». Les compétences visées sont de faire rechercher aux étudiants des sources précises dans la littérature patristique et de rendre compte d’une éventuelle formation de la Tradition en suivant chronologiquement les interprétations d’une péricope donnée (le baptême de Jésus, les tentations  de Jésus au désert, la Samaritaine, la résurrection de Lazare). Travaillant essentiellement à partir de Biblindex, ils font l’apprentissage de nouvelles méthodes de travail et sont confrontés à des interrogations de fond.

À partir d’exemples précis issus de l’expérience de ces ateliers, je propose de développer quelques uns des questionnements, essentiels au cours des études de théologie,  dont  ce travail donne l’occasion de faire l’expérience : que signifie l’idée d’une Tradition au singulier lorsque, sur une même péricope, c’est plutôt l’éclatement et la diversité des interprétations dont on fait l’expérience ? Que se passe-t-il lorsqu’on constate que telle interprétation adoptée par la Tradition provient d’une littérature déviante ? Quelle(s) réaction(s) lorsqu’il s’avère que l’interprétation d’un Père s’appuie sur une version « différente » du texte biblique ?

Vendredi 15 Mars 2013

  • Bernard OUTTIER, Transmission des textes bibliques dans l’Antiquité et au Moyen Age et information sur la situation de l’édition biblique et patristique actuelle, en Arménie et en Géorgie.

On évoquera les circonstances, quand elles sont connues, de la traduction de la Bible, le canon, le problème discuté des modèles, l'histoire du texte et on présentera les principales éditions en cours. Un rapide aperçu des récentes éditions patristiques en Arménie et en Géorgie complètera l'exposé.

Vendredi 12 Avril 2013

  • Sébastien Grignon, L'Écriture dans les Catéchèses prébaptismales de Cyrille de Jérusalem

L’Écriture possède dans les Catéchèses prébaptismales de Cyrille de Jérusalem un statut contradictoire, au moins en apparence. On peut en effet, négativement, considérer que Cyrille n’est pas un exégète ; en revanche, sa prédication est saturée de citations et allusions scripturaires comme peut-être aucune autre oeuvre patristique. Mais la contradiction se résout aisément si l’on replace cette utilisation de l’Écriture dans le contexte spécifique de la catéchèse : en tant que prédication pastorale, celle-ci doit assumer une triple charge : conforter les auditeurs dans le choix qu’ils ont fait de recevoir le baptême, expliquer les articles de foi, et incarner ceux-ci dans un texte, le texte biblique précisément ; celui-ci est à son tour investi d’un double statut : en tant que texte sacré, il doit être entendu et retenu pour lui-même ; en tant que vecteur de l’histoire sainte, il sert de support à la démonstration des vérités de la foi. Ainsi l’Écriture est-elle toujours, dans ce type de prédication, susceptible d’usages divers qui ne s’excluent évidemment pas les uns les autres : usages normatif, parénétique ou argumentatif en particulier pour n’en citer que trois ; c’est à partir de ces trois axes principaux que l’on abordera, en abandonnant toute prétention à l’exhaustivité, quelques-unes des innombrables épiphanies de l’Écriture dans les Catéchèses prébaptismales de Cyrille. On essaiera donc, à partir d’une exemplier fourni, d’appréhender successivement trois questions : comment, vis à vis de candidats au baptême issus de divers horizons religieux, le prédicateur défend l’autorité de l’Écriture en tant que texte sacré ; ensuite comment, dans le cadre spécifique de la catéchèse, il tire de cette autorité des enseignement moraux destinés à accompagner les fidèles dans leur processus de conversion ; enfin comment s’articulent les affirmations dogmatiques qui constituent l’épine dorsale de la prédication et leur démonstration par l’Écriture.

Vendredi 24 Mai 2013 11h

  • Dominique GonnetL’homélie Cathédrale 77 de Sévère d’Antioche conservée en grec sur les divergences entre les récits de la Résurrection

Plusieurs Pères grecs cherchent à réconcilier les quatre Évangiles entre eux, en particulier leurs récits respectifs de la Résurrection. Sévère d’Antioche en est un représentant d’autant plus intéressant que ses écrits ont été condamnés par Justinien et qu’il ne subsiste le texte grec que de l’une de ses homélies, alors qu’elles sont toutes conservées en syriaque. Je réfléchirai au pourquoi de cette conservation à partir de son attribution à Hésychius de Jérusalem et à Grégoire de Nysse. L’une des raisons pourrait être le génie propre de Sévère dans l’art de cette réconciliation, art que l’on ne peut soupçonner d’hétérodoxie. Mais en même temps, ses positions dogmatiques transparaissent dans sa manière d’interpréter les Évangiles, manifestant ainsi comment exégèse et dogme sont intrinsèquement liés.

Vendredi 7 Juin 2013

  • Guillaume Bady,"Le miel des Écritures : la fréquence des références bibliques chez Jean Chrysostome et les trois Cappadociens"

Chaque Père de l'Église avait sans doute sa propre Bible dans son cœur, une Bible aussi immatérielle qu'unique. Biblindex peut-il aider à la décrire? Quatre auteurs de la deuxième moitié du 4e siècle se prêtent ici en tout cas à une comparaison. Tout d'abord, la configuration de leurs œuvres respectives modifie-t-elle la densité ou les proportions de leur usage des Écritures? Ensuite, Biblindex permet-il de préciser sinon leur canon, du moins les livres manquants? Enfin et surtout, quels sont, livre par livre, les passages préférés de chacun? L'image obtenue sera loin de la Bible spirituelle de ces grands exégètes, du moins tentera-t-elle d'être assez proche de leurs textes.

Catégories

Lieux

  • Institut des Sources chrétiennes, salle de documentation - 22 rue Sala
    Lyon, France (69002)

Dates

  • jeudi 20 septembre 2012
  • vendredi 19 octobre 2012
  • vendredi 16 novembre 2012
  • vendredi 11 janvier 2013
  • vendredi 08 février 2013
  • vendredi 15 mars 2013
  • vendredi 12 avril 2013
  • vendredi 24 mai 2013
  • vendredi 07 juin 2013

Mots-clés

  • Biblindex, Bible, patristique, Pères de l'Église, citations, index, en ligne

Contacts

  • Laurence Mellerin
    courriel : laurence [dot] mellerin [at] mom [dot] fr

Source de l'information

  • Smaranda Badilita
    courriel : smaranda [dot] badilita [at] mom [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Séminaire Biblindex (2012-2013) », Séminaire, Calenda, Publié le mercredi 10 octobre 2012, http://calenda.org/222791