AccueilLa séquence du regardeur

La séquence du regardeur

Histoires, formes et fonctions de l’illustration

*  *  *

Publié le jeudi 11 octobre 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

La variété insoupçonnable du livre à images, des combinaisons techniques, logiques, spatiales, chronologiques ou conceptuelles qu’il propose ouvrent autant de pistes sur l'illustration qu’elles retranchent d’idées reçues pour peu qu'on accepte d'y apposer un regard curieux. Une des approches possibles pourrait consister à envisager l’illustration au prisme de sa séquentialité. Ainsi, au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle un intérêt inédit pour l’idée de simultanéité doublé parfois d’une sorte de défiance pour celle de succession apparaît. Paradoxalement, c’est aussi à partir de cette date que se développe une attention croissante pour l’action progressive et successive. Or il nous semble que ces tensions entre simultanéité et succession reflètent les tentatives qui s’ébauchent alors de dépasser le vieux clivage entre, d’un côté, les arts qui déploient leurs représentations dans l’espace, et, de l’autre, ceux qui en déroulent les différentes actions dans le temps.

Annonce

Argumentaire

La variété insoupçonnable du livre à images, des combinaisons techniques, logiques, spatiales, chronologiques ou conceptuelles qu’il propose ouvrent autant de pistes sur l'illustration qu’elles retranchent d’idées reçues pour peu qu'on accepte d'y apposer un regard curieux. Une des approches possibles pourrait consister à envisager l’illustration au prisme de sa séquentialité. Ainsi, au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle un intérêt inédit pour l’idée de simultanéité doublé parfois d’une sorte de défiance pour celle de succession apparait. Le philosophe hollandaisFrançois Hemsterhuisaffirme, par exemple dans ses Dialogues, que l’« âme juge le plus beau ce dont elle peut se faire une idée dans le minimum de temps possible ». En 1766, dans son fameux essai sur le Laocoon, Lessing avait d’ailleurs argumenté en faveur de la théorie du « premier coup d’œil », cet effet immédiat qu’une œuvre susciterait sur le spectateur. Paradoxalement, c’est aussi à partir de cette date que se développe une attention croissante pour l’action progressive et successive.

Or il nous semble que ces tensions entre simultanéité et succession reflètent les tentatives qui s’ébauchent alors de dépasser le vieux clivage entre, d’un côté, les arts qui déploient leurs représentations dans l’espace, et, de l’autre, ceux qui en déroulent les différentes actions dans le temps. Une opposition traditionnelle, dont on a peu à peu compris, au cours des périodes suivantes, avec la possibilité technique de capter les images successives du mouvement, grâce à la photographie instantanée et à la chronophotographie, qu’elle peut en partie se résoudre dans certaines formes d’expression séquentielles dessinées.

Dans ce dispositif la séquence proposée au regardeur (que ce soit une suite d’images, d’actions, d’épisodes, de volumes…) semble primordiale pour dépasser les cadres restreints dans lesquels l’illustration est souvent reléguée faute d’outils d’analyse pertinents. Car la suite, en constituant des séries séquencées d’épisodes distincts génère à la fois des enchaînements d'images engendrant une narration et des pratiques de lecture spécifiques qui se recomposent dans la continuité. C’est à partir de cette approche séquentielle que nous souhaitons envisager l’illustration dans le cadre de ces nouvelles rencontres interdisciplinaires.

Le colloque La Séquence du regardeur marque la deuxième édition de nos rendez-vous strasbourgeois et fait suite au colloque De Traits et d’esprit qui s’est tenu en 2011. Il propose d'explorer à nouveau l’illustration dans ses histoires, ses formes, ses usages et dans une acception étendue à la bande dessinée (mais pas uniquement). Plutôt centré sur l'illustration dessinée ou gravée et en lien ontologique avec l’atelier d’illustration de la Hear, le colloque s'insère dans un projet de recherche de plusieurs années soutenu par le Ministère de la culture et piloté par le laboratoire De Traits et d’esprit.

L’amplitude chronologique de ce nouveau colloque court du XVIIIe au XXIe siècle avec un accent particulier porté sur la contemporanéité.

Conditions de soumission

Les propositions de communication, d’environ 2000 signes et précisant le thème et la méthode adoptée, sont à envoyer aux adresses suivantes :

  • Olivier Deloignon, odeloignon@club.fr ;
  • Guillaume Dégé, guillaumedege@gmail.com ;
  • Martial Guédron, guedron@unistra.fr

avant le 30 octobre 2012

Elles seront examinées par le comité scientifique afin de déterminer le découpage en sessions le plus favorable à des échanges interdisciplinaires.

Le colloque aura lieu les 7 et 8 mars 2013 à Strasbourg.

Comité scientifique

  • Guillaume Dégé, professeur, Haute école des arts du Rhin, Strasbourg ; École nationale supérieure des arts décoratifs, Paris.
  • Olivier Deloignon, professeur, Université de Strasbourg, EA 3400 Arche ; Haute école des arts du Rhin, Strasbourg.
  • Martial Guédron, professeur, Université de Strasbourg, EA 3400 Arche ; UMR 8529, Université de Lille 3.
  • Joseph Griesmar dit Béhé, auteur de bande dessinées, professeur à la Haute école des arts du Rhin, Strasbourg.
  • Lise Canaple, département Art-BD-Illustration, Centre de l’illustration, médiathèque André Malraux, Strasbourg.

Lieux

  • HEAR (École supérieure des arts décoratifs), - 1 rue de l'Académie
    Strasbourg, France (67)

Dates

  • mardi 30 octobre 2012

Mots-clés

  • illustration, gravure, bande dessinée, livres à images, histoire visuelle, histoire de l'art

Contacts

  • Olivier Deloignon
    courriel : odeloignon [at] club [dot] fr

Source de l'information

  • Olivier Deloignon
    courriel : odeloignon [at] club [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La séquence du regardeur », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 11 octobre 2012, http://calenda.org/223053