AccueilLa recherche en sciences humaines et sociales sur la durabilité : pourquoi ? Comment ? Pour qui ?

La recherche en sciences humaines et sociales sur la durabilité : pourquoi ? Comment ? Pour qui ?

Research in the humanities and social science on sustainable development: Why? How? Who for?

*  *  *

Publié le lundi 22 octobre 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

Le chercheur en sciences humaines et sociales (SHS) s’interrogeant sur la durabilité de nos modes d’organisation collective est placé face à des questions fondamentales. Le dialogue entre les différentes disciplines des SHS est incontournable, de même que l’échange avec les chercheurs en sciences de la vie et de la terre. Si le constat d’une crise écologique multidimensionnelle fait aujourd’hui largement consensus (modification radicale du climat, épuisement des ressources, perte de la biodiversité…), le positionnement du chercheur en sciences sociales est plus controversé. Ce colloque souhaite donner l’occasion aux chercheurs de tous les domaines des SHS (sciences de gestion, sciences économiques, sociologie, philosophie des sciences, sciences politiques, sciences juridiques, psychologie…) de dialoguer sur ces questions : quelle position est la sienne sur les problématiques de la durabilité ? Quel est son rôle et quelle mission s’assigne-t-il ?

Annonce

Colloque international - La recherche en S.H.S. sur la durabilité : Pourquoi ? Comment ? Pour qui ?

Argumentaire

Le chercheur en Sciences Humaines et Sociales (SHS) s’interrogeant sur la durabilité de nos modes d’organisation collective est placé face à des questions fondamentales. Le dialogue entre les différentes disciplines des SHS est incontournable, de même que l’échange avec les chercheurs en sciences de la vie et de la terre. Si le constat d’une crise écologique multidimensionnelle fait aujourd’hui largement consensus (modification radicale du climat, épuisement des ressources, perte de la biodiversité…), le positionnement du chercheur en sciences sociales est plus controversé. Ce colloque souhaite donner l’occasion aux chercheurs de tous les domaines des SHS (sciences de gestion, sciences économiques, sociologie, philosophie des sciences, sciences politiques, sciences juridiques, psychologie…) de dialoguer sur ces questions : quelle position est la sienne sur les problématiques de la durabilité ? Quel est son rôle et quelle mission s’assigne-t-il ?

Nous proposons, plus précisément, trois axes pour traiter de cette problématique générale. Ce ne sont là que des pistes de recherche qui ne visent pas l’exhaustivité mais ont pour objectif de donner des orientations aux réflexions.

Thématique 1 : Comment ? Questions de méthodes …

Il s’agit dans ce premier axe de s’interroger sur l’organisation interdisciplinaire de la recherche nécessitée par la question posée : la durabilité de nos modes d’organisation sociale au sein des écosystèmes naturels. La nature même de cette question générale impose de dialoguer avec les sciences dites « dures ». Si cette nécessité ne fait guère débat, la manière dont ce dialogue peut être mené conduit à de nombreuses interrogations. Entre les SHS elles-mêmes, la transdisciplinarité implique des défis difficiles à relever dans un contexte de spécialisation forte des savoirs.

Quel dialogue avec les sciences hors SHS ?

Comment organiser le dialogue avec les « sciences de la nature » ? Doit-on accepter les résultats jugés acquis quand ils font consensus dans la communauté scientifique d’origine ? Quelle est la nécessité d’un discours en SHS par rapport à la production de ces connaissances hors de ses champs disciplinaires ? Le chercheur en SHS a-t-il les moyens d’un véritable dialogue sur ces résultats ? Nous pouvons par exemple nous interroger sur le rôle de chacun pour définir ce qui est « socialement acceptable » en termes de réchauffement climatique, ou de risques à assumer collectivement en termes d’accident nucléaire majeur… Quel rôle peuvent et/ou doivent avoir les expérimentations hors SHS ? Quel discours peut porter le chercheur en SHS sur ces expérimentations et sur les usages collectifs ultérieurs ?

Les défis de l’interdisciplinarité en SHS :

Comment mettre en œuvre une véritable démarche transdisciplinaire entre les diverses spécialités des SHS ? Peut-on faire converger les méthodes ? Doit-on aller vers une coopération entre les disciplines, vers un élargissement des différents domaines ou un effacement des frontières entre ces champs disciplinaires ? Y a-t-il antagonismes ou synergies entre les méthodes et les objectifs des différents champs disciplinaires ?

Thématique 2 : Pour qui ? Chercheurs et autres acteurs : des relations complexes…

Demande publique…

En quels termes est formulée la demande des institutions publiques aux chercheurs en SHS sur cette question de la durabilité ? Quelles sont les conditions pour obtenir des financements publics ou privés pour mener des recherches en toute autonomie ? Les institutions publiques portent-elles une conception « faible » du « développement durable » ? Quelles sont les marges de manœuvre du chercheur face à ces contraintes institutionnelles ? En particulier, quelles conséquences peuvent avoir les modalités d’évaluation académique sur les problématiques traitées ?

Demande privée…

Observe-t-on la mise en place d’un nouveau modèle économique de la recherche davantage orienté désormais vers les partenariats publics-privés et des recherches contractuelles ? Comment cette réorientation influe-t-elle sur les recherches effectivement réalisée ? Peut-elle priver le chercheur de sa liberté de penser ou cela renvoie-t-il simplement à des modalités différentes et complémentaires de production de connaissances et d’expertise ?

Demande sociale…

Comment est intégrée dans les recherches sur la durabilité la demande sociale, de l’ensemble de la collectivité ? Dans quelle position est le chercheur face à la « société civile » : expert, lanceur d’alerte, chercheur neutre ? Quels rôles ont les syndicats, les Organisations Non Gouvernementales, les représentants élus des diverses assemblées dans la définition des contenus des recherches sur la durabilité ? Quelles sont les conditions pour une maîtrise sociale de ces recherches ?

Thématique 3 : Pourquoi ? Peut-on définir ce qui est « socialement souhaitable » ?

Le chercheur en SHS travaille par définition sur l’humain et le social, quel rapport a-t-il avec son objet d’étude lorsqu’il s’agit de prendre en compte les dysfonctionnements avérés de nos modes d’organisation collectifs ? Doit-il avoir un rôle « prescripteur », comme un médecin soignant le corps social ? L’urgence et l’importance perçues peuvent-elles légitimer un engagement ou une promotion active des solutions entrevues ? Quel degré de normativité peut-on accepter dés lors que nous nous interrogeons sur des modifications de comportements des individus et des groupes sociaux ? Le chercheur peut-il décider, en tant qu’« expert », de ce que serait une organisation sociale « saine », « souhaitable » ? Les valeurs et normes qu’il porte en lui, plus ou moins consciemment, servent-elles à orienter les travaux de recherche, en sont-elles des composantes à part entière, sont-elles des présupposés à expliciter ou peuvent-elles rester implicites lorsque le « bien-être social » est en jeu ? Comment appréhende-t-il ce « bien-être », quels critères prend-il en compte ? Comment peut-il intégrer les enjeux démocratiques sous-jacents à ces orientations « durables » de modes d’organisation par essence collective ?

 

Modalités de soumission :

 

  • Site Internet : ereid2013@sciencesconf.org
  • Lieu : Quimper, France – Université de Bretagne Occidentale, IUT de Quimper.
  • Dates : Jeudi 4 avril 14h - vendredi 5 avril 2013.

Les propositions de communication (15 minutes) seront faites sous la forme de résumés de 500 mots au maximum.

Date limité d’envoi des propositions : Samedi 15 décembre 2012.

Processus d’évaluation : La première page indiquant le titre de la communication, le(s) nom(s) de(s) auteur(s) à qui la correspondance sera adressée, ne sera pas envoyée aux évaluateurs. Les pages suivantes comportant les titres de la communication, les mots clés, le résumé et 5 références bibliographiques, seront envoyées à évaluateurs. Les communications seront soumises à une procédure « en double aveugle » par deux membres du comité scientifique. Le(s) auteur (s) seront informés des décisions du comité (acceptation, acceptation sous réserve de modifications, rejet). En cas de révision de l’article, le(s) auteur(s) sont priés d’indiquer explicitement sur une feuille séparée les modifications apportées.

Comité scientifiquehttp://ereid2013.sciencesconf.org/resource/page/id/2

Catégories

Lieux

  • 2, rue de l'Université
    Quimper, France (29000)

Dates

  • samedi 15 décembre 2012

Mots-clés

  • SHS, soutenabilité, épistémologie, méthode, interdisciplinarité

Contacts

  • Isabelle Dangeard
    courriel : isabelle [dot] dangeard [at] univ-brest [dot] Fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Isabelle Dangeard
    courriel : isabelle [dot] dangeard [at] univ-brest [dot] Fr

Pour citer cette annonce

« La recherche en sciences humaines et sociales sur la durabilité : pourquoi ? Comment ? Pour qui ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 22 octobre 2012, http://calenda.org/224236