AccueilLa démolition des grands ensembles de logements sociaux : un effet des attentes et attendus en matière d'espace

La démolition des grands ensembles de logements sociaux : un effet des attentes et attendus en matière d'espace

The demolition of major social housing projects: expectations of effect and space

*  *  *

Publié le jeudi 18 octobre 2012 par Elsa Zotian

Résumé

La démolition dans les grands ensembles d’habitat social est devenue depuis une dizaine d’années une pratique courante, dotée de financements considérables et promue par un organisme officiel, l’Agence nationale pour la rénovation urbaine. Cette politique de démolition fait l’objet d’un consensus apparent de la part des acteurs institutionnels. Or, elle ne va pas sans poser nombre de questions à la fois théoriques et pratiques, éthiques et techniques. Dès lors, on peut faire l’hypothèse que cette politique paradoxale et paroxystique peut se révéler éclairante sur le rapport à l’espace qu’entretiennent la société et l’action publique.

Annonce

Présentation

La démolition dans les grands ensembles d’habitat social est devenue depuis une dizaine d’années une pratique courante, dotée de financements considérables et promue par un organisme officiel, l’Agence nationale pour la rénovation urbaine. Cette politique de démolition fait l’objet d’un consensus apparent de la part des acteurs institutionnels. Or, elle ne va pas sans poser nombre de questions à la fois théoriques et pratiques, éthiques et techniques. Dès lors, on peut faire l’hypothèse que cette politique paradoxale et paroxystique peut se révéler éclairante sur le rapport à l’espace qu’entretiennent la société et l’action publique. L’approche adoptée est donc de considérer la démolition comme un acte où se dévoilent les postulats et les présupposés, les stéréotypes et les schèmes d'imputation qui, ensemble, constituent les conceptions implicites ou explicites portées par les acteurs publics du rapport que devraient entretenir les citoyens – citadins à leur environnement. Au cours de ces journées d’étude seront exposés les outils linguistiques et les apports possibles de l’analyse argumentative à la compréhension de l’usage politique de l’espace. Ces journées d’étude seront également dédiées à l’examen des cadres cognitifs et des instruments discursifs par lesquels s’énoncent les justifications de la démolition.

Organisateurs

  • Thierry Bulot (sociolinguiste, Université Rennes 2)
  • Philippe Genestier (urbaniste, ENTPE)
  • Vincent Veschambre (géographe, École nationale d’architecture de Lyon)

Programme

Jeudi 25 Octobre 2012 (14h-18h)

  • 14h – Présentation générale des deux journées : les usages de la spatialité dans l’appréhension publique du malaise des banlieues.
    Philippe Genestier (Urbaniste, ENTPE) et Vincent Veschambre (Géographe, École nationale d’architecture de Lyon).
  • 14h15 – Présentation du corpus de textes constitué pour le programme et des outils d’analyse : entre socio-informatique et lexicométrie.
    Sébastien Gardon (Politiste, UMR Triangle et ENTPE), Pierrick Cézanne-Bert (Formateur et animateur réseau Prospéro) et Frédéric Pugnière-Saavedra (Linguiste, Université Rennes 2).

Discutant : Thierry Bulot (Sociolinguiste, Université Rennes 2).

  • 15h15 – La construction de l’espace urbain en discours : quelques cadres d’analyse.
    Jeanne-Marie Barberis (Linguiste, Université Montpellier 3).

16h – Pause

  • 16h15 – Procédés métonymiques appliqués à la désignation des popula-tions habitant les quartiers d’habitat social.
    Renaud Epstein (Politiste, Université de Nantes).
  • 16h45 – Une excursion dans la doxa et le récit spatialiste.
    Vincent Veschambre et Philippe Genestier

Discutants : Thierry Bulot et Renaud Epstein

18h – Visite de terrain

Vendredi 26 octobre 2012 (9h-12h et 13h30-17h)

8h30 – Accueil café

  • 9h00 – Catégoriser les habitants et les lieux de Paris.
    Sonia Branca (Linguiste, Université Sorbonne-Nouvelle)
  • 10h – Une approche par cas d’étude : en région Rhône-Alpes et en Bretagne
    Solène Gaudin (Géographe, Université Rennes 2), Rachid Kaddour (Géographe ENTPE) et Laurette Wittner (Architecte ENTPE)

Discutants : Jeanne-Marie Barberis et Laurent Coudroy-de-Lille (Géo-historien, Institut d'urbanisme de Paris)

11h – Pause

  • 11h15 – L’argument pragmatique dans les débats touchant à l’aménagement du territoire.
    Marianne Doury (Linguiste, CNRS)

12h – Déjeuner

  • 13h30 – Du social au spatial : figures de rhétorique et mots passeurs.
    Gérard Baudin (Sociologue, écoles nationales supérieures d’architecture) et Clau-dine Jacquenod-Desforges (Linguiste, ENTPE)

Discutants : Sonia Branca et Olivier Soubeyran (Géographe, Université de Grenoble)

  • 14h15 – Mots de l’espace et résolution de la conflictualité sociale.
    Paul Bacot (Politiste, Institut d'études politiques de Lyon)
  • 15h – La figure de l’harmonie dans les discours démolisseurs, entre rhétorique et action.
    Frédéric Pugnière-Saavedra

Discutants : Paul Bacot et Marianne Doury

15h45 – Pause

16h15 – Clôture des journées d’étude

Lieux

  • École nationale des travaux publics de l'État, rue Maurice Audin
    Vaulx-en-Velin, France (69120)

Dates

  • jeudi 25 octobre 2012
  • vendredi 26 octobre 2012

Fichiers attachés

Mots-clés

  • habitat social, rénovation urbaine, analyse du discours, action publique

Contacts

  • Rachid Kaddour
    courriel : rachidkaddour [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Philippe Genestier
    courriel : philippe [dot] genestier [at] entpe [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La démolition des grands ensembles de logements sociaux : un effet des attentes et attendus en matière d'espace », Colloque, Calenda, Publié le jeudi 18 octobre 2012, http://calenda.org/224244