AccueilLes villes morcelées : quelles approches alternatives pour la rénovation urbaine ?

Les villes morcelées : quelles approches alternatives pour la rénovation urbaine ?

Tackling Urban Fragmentation. Alternative Approaches to Urban Regeneration

*  *  *

Publié le mardi 23 octobre 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

This one day conference invites researchers working on initiatives aiming at introducing innovative urban regeneration projects in cities across Europe, particularly cities affected by radical re-modellings over the last twenty years. We are looking for instances of administrative traditions being challenged towards exploratory strategies by lobbying groups of architects/designers, or local communities, or even local governments. This conference wants to explore if and how the expertise of uses from inhabitants and field workers in urban regeneration processes may be integrated to learn about possible ways of challenging the emerging patterns of urban fragmentation.

Annonce

Les villes morcelées : quelles approches alternatives pour la rénovation urbaine ?

Argumentaire

Dans les années 2000, de nombreuses villes britanniques et irlandaises ont été transformées par d’ambitieux projets de rénovation. Ainsi, des villes comme Belfast ou Liverpool offrent un nouveau visage grâce notamment à la construction de nouveaux quartiers (Liverpool One, Titanic Quarter). Les promoteurs des projets de rénovation ont mis en avant le besoin de moderniser ces villes qui étaient confrontées à un déclin démographique et économique ou à des violences liées à un conflit (Belfast). Le besoin de moderniser les villes était aussi motivé par le désir d’attirer de nouveaux capitaux.

Si, de nos jours, ces villes présentent effectivement une image plus dynamique, les effets négatifs de ces politiques de rénovation ont aussi été mis en avant puisqu’elles ont augmenté les facteurs de division spatiale (‘gated communities’), conduit à la privatisation de l’espace public (Minton, 2006) et amplifié les contrastes entre quartiers attrayants et quartiers délaissés (‘hot spot’ vs ‘cold spot’). Ces effets négatifs interviennent dans des villes connaissant déjà un fort taux de ségrégation (sociale, économique ou identitaire).

Pour endiguer ces effets pernicieux et favoriser une vision à long terme, des approches différentes sont donc nécessaires dans le choix, l’élaboration et la mise en place (innovation organisationnelle) des projets de rénovation urbaine.

Les organisateurs de cette journée d’étude invitent les chercheurs travaillant sur des initiatives visant à introduire des projets innovants dans les villes européennes, en particulier des villes ayant subi des transformations radicales ces vingt dernières années, à présenter les résultats de leur recherche. Nous nous intéressons à des situations où les approches traditionnelles sont influencées par des stratégies nouvelles initiées par des groupes de pression composés d’architectes/designers, de groupes d’habitants ou des gouvernements locaux (municipalités ou autre). Cette journée d’étude souhaite explorer la question du recours à l’expertise des habitants ou des spécialistes du terrain dans le domaine de la rénovation urbaine : cette expertise est-elle intégrée dans des projets ? Comment ? Peut-elle servir à répondre au phénomène accru de fragmentation urbaine ?

La journée débutera par une conférence plénière de Mark HACKETT, architecte à Belfast, membre du groupe Forum for Alternative Belfast (FAB), qui présentera certains de leurs projets innovants visant à ‘recoudre’ les différentes parties de Belfast.

Participation

Vous pouvez envoyer un résumé de 300 mots en anglais ainsi qu’une courte présentation biographique à Joana Etchart: joana.etchart@paris-sorbonne.fr

Date limite pour l’envoi des propositions : 8 Décembre 2012

Comité scientifique

 

 

Sélection effectuée par Joana Etchart (MC Civilisation britannique/études irlandaises), après consultation des membres du groupe de recherche MAPS :

  • Claire Charlot (Professeur Civilisation britannique, directrice de MAPS)
  • Andrew Diamond (Professeur Civilisation américaine, co-directeur de MAPS)
  • Membres permanents : Arnaud Page (MC Civilisation britannique), Yves Figueiredo (MC Civilisation américaine), Christophe Gillissen (MC Civilisation britannique/études irlandaises)

MAPS, le Centre de Recherche sur les Politiques et Sociétés dans le Monde anglophone, fait partie du groupe Histoire et Dynamique des Espaces Anglophones (HDEA, EA 4086) à Paris Sorbonne (Paris IV). Créé en 2012, le centre de recherche MAPS fédère des enseignants-chercheurs spécialisés dans l’étude des civilisations des pays anglophones (civilisation américaine, civilisation britannique, civilisation irlandaise et civilisation des pays du Commonwealth). L’objectif du centre consiste à mener des recherches spécifiques et transversales, dans quatre directions : environnement ; études urbaines (CEUMA) ; projets politiques et études sociales. 

Lieux

  • Salle des Actes - 1 rue Victor Cousin
    Paris, France (75)

Dates

  • samedi 08 décembre 2012

Mots-clés

  • Urban studies, Regeneration policies, Collaborative planning, Partnership planning

Contacts

  • Joana Etchart
    courriel : joana [dot] etchart [at] paris-sorbonne [dot] fr

Source de l'information

  • Joana Etchart
    courriel : joana [dot] etchart [at] paris-sorbonne [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les villes morcelées : quelles approches alternatives pour la rénovation urbaine ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 23 octobre 2012, http://calenda.org/224388