AccueilLes cicatrices dans l'histoire : frontières, migrations, déplacements

*  *  *

Publié le mardi 13 novembre 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

Il s’agira de réfléchir sur les conflits qui, autour des idées de frontière, de migration et de déplacement, ont marqué l’Espagne et l’Amérique latine du XVe au XXIe siècle. Nous nous interrogerons également sur leurs conséquences durables et leurs effets. Il faudra établir des typologies, des analyses comparatives entre l’espace hispanique et d’autres espaces (anglo-saxon, germanique, slave, italien), ou analyser les impacts politiques, économiques, sociaux, culturels et identitaires des modifications des frontières et des migrations, forcées ou pas.

Annonce

IIè Colloque International : « Les cicatrices dans l’Histoire : frontières, migrations et déplacements », Grenoble  27-29 mars 2013, Institut des Langues et des Cultures d’Europe et d’Amérique (ILCEA EA 613) Université Stendhal Grenoble 3-Région Rhône Alpes-ARC 7 et 8

Argumentaire

Le IIè Colloque International « Les cicatrices dans l’Histoire : frontières, migrations et déplacements », Grenoble, 27, 28 et 29 mars 2013,  s’inscrit dans la continuité des travaux menés lors du colloque organisé en Colombie par l’Institut de Développement Pédagogique (Bogota, 21-23 septembre 2011) sur cette même problématique et qui a compté avec la participation d’une quarantaine de chercheurs. De nos jours, les migrants et les déplacés, victimes de conflits internes et/ou régionaux, sont devenus un problème pour les Etats et dans un monde « globalisé » et « ouvert » (qui redéfinit et redessine à son tour les frontières), des restrictions de plus en plus nombreuses sont imposées à la mobilité, à l’emploi, à l’accès aux services basiques et aux droits fondamentaux de ces populations. Les Etats construisent des « murs » physiques et des frontières de toute sorte. D’autre part, on assiste à d’importants exodes de population fuyant la violence ou recherchant une vie meilleure. Migrations et frontières sont devenues un enjeu politique et sociétal.

Ainsi que l’énonce la maxime, « la violence est l’accoucheuse de l’histoire », une violence dont, de fait, les territoires, mais aussi les groupes ethniques et sociaux portent les stigmates qui, telles des cicatrices, impriment leur marque sur les relations politiques et sociales, et dont certaines pratiques culturelles peuvent manifester la trace, notamment dans la représentation du passé.

Les exemples de ces cicatrices abondent dans l’histoire du monde hispanique, du Moyen Âge à nos jours, depuis la création des États et l’établissement de nouvelles frontières — parfois vécues comme cicatrices territoriales rappelant que l’histoire (et les cartes) sont toujours écrites ou redistribuées par les vainqueurs —, jusqu’aux conflits sources de disruptions violentes ou douloureuses dans la vie de certaines communautés nationales, de groupes ethniques ou de segments sociaux, en passant par la mémoire souvent cuisante de certains processus historiques, d’enclavements idéologiques et culturels ou d’expériences douloureuses d’un passage physique ou figuré entre un « dedans » et un « dehors ».

Néanmoins, les frontières, qu’elles soient territoriales, idéologiques, socio-culturelles ou anthropologiques, ne constituent pas uniquement des lieux de fracture ou de rupture indépassables. Matérielles ou symboliques, elles peuvent aussi devenir des espaces propices aux refondations, aux échanges, aux phénomènes de métissage et de migrations plus ou moins complexes, au dépassement de l’hétérogénéité.

L’objectif de ce colloque international sera donc de réfléchir sur les conflits qui, autour des idées de frontière, de migration et de déplacement, ont marqué l’Espagne et l’Amérique latine du xve au xxie siècle. Ainsi, de l’histoire des relations internationales à l’histoire sociale et des idées, nous nous interrogerons sur ces lignes de conflit, sur leur inscription « dans la chair » des différentes disciplines abordées, ainsi que sur leurs conséquences durables ou sur la description de leurs effets. Le premier colloque organisé en Colombie était plus particulièrement centré sur la problématique des migrations et surtout des déplacements forcés de populations à l’époque contemporaine dans le monde hispanique, avec néanmoins quelques approches comparatistes. A Grenoble, l’objectif est d’interroger les concepts –frontière, migrations, transferts-, d’établir des typologies, et surtout de mener des analyses comparatives entre l’espace hispanique et d’autres espaces (anglosaxon, germanique, slave, italien). Il s’agit également d’analyser les impacts politiques, économiques, sociaux, culturels et identitaires des modifications des frontières et des migrations, qu’elles soient forcées ou pas.

Nous souhaitons des contributions portant aussi bien sur l’Europe que les Amériques (les analyses comparatives seraient appréciées) et dont la thématique s'inscrive dans l'un des axes suivants : 

Axes thématiques :

  • Typologie des frontières (territoriales, politico-administratives, idéologiques, linguistiques, culturelles, visibles, invisibles) et processus de construction, reconstruction, déconstruction des frontières en Europe et aux Amériques.
  • Typologie des migrations et des déplacements (volontaires, forcés, économiques, politiques, etc) et enjeux sociétaux en Europe et aux Amériques.
  • Impacts des migrations et des déplacements sur les territoires (exode rural, phénomènes de métropolisation, déséquilibres territoriaux, etc).
  • Frontières, migrations, transferts culturels, constructions identitaires et mémorielles.
  • Représentations et imaginaires des frontières, des migrations et des déplacements.

Participation

Date limite d'envoi des propositions de communication : 23 Novembre 2012

Propositions de communications : De 5 000 signes maximum, elles seront envoyées sous forme électronique à l’adresse suivante : Almudena.Delgado-Larios@u-grenoble3.fr.

Merci d’indiquer vos nom, prénom, statut, institution et coordonnées, ainsi qu’une brève notice bio-biobliographique.

Les auteurs seront informés de l’acceptation ou du rejet de leur proposition au plus tard le 7 janvier 2013.

  • Langues du colloque : espagnol et français
  • Inscription : 50 euros

Comité scientifique

  • Paul Aubert (Université de Provence)
  • Frédérique Langue (MASCIPO)
  • Ascensión Martínez Riaza (Université Complutense, Espagne) 
  • Ignacio Ruiz Rodríguez (Université Rey Juan Carlos, Espagne)
  • Agustín Sánchez Andrés (Université Michoacana de San Nicolas de Hidalgo, Morelia, Mexique)
  • Emilio Sola (Université Alcala de Henares, Espagne)
  • Olmedo Vargas (IDEP, Colombia)

Comité d’organisation

Lieux

  • 1180 avenue Centrale
    Saint-Martin-d'Hères, France (38)

Dates

  • vendredi 23 novembre 2012

Mots-clés

  • Cicatrices, histoire, frontières, migrations, déplacements

Contacts

  • Almudena Delgado Larios
    courriel : Almudena [dot] Delgado-Larios [at] u-grenoble3 [dot] fr
  • Véronique Jude
    courriel : veronique [dot] jude [at] u-grenoble3 [dot] fr
  • Camille Lacau St Guily
    courriel : camille_lsg [at] yahoo [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Almudena Delgado Larios
    courriel : Almudena [dot] Delgado-Larios [at] u-grenoble3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les cicatrices dans l'histoire : frontières, migrations, déplacements », Colloque, Calenda, Publié le mardi 13 novembre 2012, http://calenda.org/227059