AccueilLes organisations de santé et leurs environnements institutionnels : réceptacles d’injonctions ou acteurs stratégiques ?

Les organisations de santé et leurs environnements institutionnels : réceptacles d’injonctions ou acteurs stratégiques ?

Health organisations and their institutional environments: receptacles of injunctions or strategic actors?

*  *  *

Publié le jeudi 15 novembre 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

En partenariat avec l'IRTS Paca-Corse et Bordeaux École de management, et avec le soutien de l'association ARAMOS (association de recherche appliquée au management des organisations de santé), Euromed Management organise le cinquième colloque santé, les 21 et 22 mai 2013 à Marseille. Cette année, le thème est: « Les organisations de santé et leurs environnements institutionnels : réceptacles d'injonctions ou acteurs stratégiques ? » Alors que le secteur de la santé est largement décrit comme contraint, soumis à des quasi-injonctions d'autorités publiques et porté par de nombreux paradoxes difficiles à dénouer, le postulat pourrait être que la rénovation du système de santé repose sur le développement d’habiletés stratégiques des opérateurs et des acteurs publics grâce à des mécanismes renouvelés de gouvernance et de concertation, des instruments de pilotage ou de mesure co-construits. 

Annonce

Depuis 2008, les colloques du Pôle Santé-Social d’Euromed Management, en partenariat avec l’IRTS PACA Corse, interrogent les organisations et le secteur de la santé par le double regard Sciences de gestion - Politiques Publiques (ou environnement institutionnel) pour mieux comprendre leurs dynamiques. Les thématiques ont été les suivantes : l’approche pluridisciplinaire pour mieux appréhender la personne âgée, l’innovation au regard des politiques publiques, les mouvements de mutualisation et de regroupement et l’articulation Performance – Bien-être des usagers.

Le colloque 2013 poursuit cette ambition en interrogeant les marges de manœuvres stratégiques des acteurs porteurs d’innovation et de changement des organisations, agences et collectivités du secteur de santé.

Argumentaire

Ce secteur est souvent présenté comme soumis à de nouveaux paradoxes : performance économique vs qualité, cadres réglementaires et normatifs vs personnalisation de la prise en charge, cloisonnement professionnel et institutionnel vs continuité de l’intervention auprès des patients et usagers…

Pour traduire ces paradoxes, sont évoquées les notions de « quasi injonctions » ou « injonctions négociées », tant que la force des politiques publiques, les nouveaux mécanismes d’appel à projet, le développement de l’instrumentation de gestion (évaluation, CPOM, contrat de pôles de services hospitaliers…), les contraintes économiques appelant à des rationalisations diverses (PMSI…), les nombreuses recommandations (HAS, ANAP...), les mécanismes d’imputabilité en cascade, verticaux (national – régional / départemental  - local) ou horizontaux (entre opérateurs), ou encore les logiques institutionnelles et professionnelles cloisonnant l’activité… tendraient à configurer un secteur où les marges de manœuvres pourraient paraître faibles. L’isomorphisme et non pas l‘innovation, la performance économique de l’organisation et non pas la qualité multidimensionnelle centrée sur le patient sont alors les faces visibles de mouvements portés par ces injonctions et paradoxes.

Au contraire, le colloque interroge comment les organisations de santé mais aussi les acteurs publics « jouent stratégiques » pour répondre à leur exigence première : une qualité et une personnalisation des soins et des prises en charge, sur un territoire de plus en plus complexe dont le découpage administratif répond aux critères des multiples acteurs publics (ARS, Départements, Villes).

Tant la littérature que les pratiques mettent en exergue le pari de l’existence de marges de manœuvres : les politiques publiques ne sont pas seulement un carcan administratif, mais aussi une matrice cognitive que peuvent interpréter les acteurs ; les outils de gestion ne sont pas seulement un substrat technique imposé de l’extérieur, mais aussi un substrat de politique et de sens reconstruit en interne, la performance doit être bien plus qu’une mesure économique et financière, les nouveaux modes de gouvernance (gouvernance clinique, partenariale, publique) sont autant d’occasion de construire des projets stratégiques que de rationaliser l’activité ou d’encadrer les pratiques professionnelles…

Le postulat pourrait être que la rénovation du système de santé repose avant tout sur le développement d’habiletés stratégiques des opérateurs et des acteurs publics grâce à des mécanismes renouvelés de gouvernance et de concertation et des instruments de pilotage ou de mesure co-construits.

Pour approfondir ces renversements nécessaires de regard sur le fonctionnement et la dynamique du secteur de santé, le colloque 2013 se propose d’instruire la question de la dualité Injonction – Stratégie par différentes entrées (non limitatives) qui articulent les sciences de gestion et la science politique (ou l’environnement institutionnel du champ de la santé) :

  • les espaces propices  à la co-production de l’action, qu’ils soient  posés par la réglementation (Conférence Régionale de Santé et de l’Autonomie…) ou constitués par les opérateurs qui développent des stratégies partenariales ou de réseau ;
  • les instruments de gouvernance et de politiques publiques visant au décloisonnement du système de santé (projet stratégique de santé des ARS, programmes territoriaux de santé, SROS, Atelier Santé Ville, Contrat Local de Santé…) ;
  • les instruments de pilotage et management des organisations de santé (démarche qualité, mesure de la performance, processus d’accréditation, projet institutionnel ou projet stratégique, modes renouvelés de gouvernance, de planification, d’évaluation…) ;
  • le territoire pertinent de l’action collective qui fait sens pour l’ensemble des acteurs.

Modalités de participation

Pour le 15 février 2013 : 

Envoi d’un résumé de 2 à 3 pages comprenant : nom et coordonnées du (des) auteur(s), titre de la communication,  présentation de la problématique, court  développement  du cadre théorique, terrain, principaux résultats attendus, principales références théoriques.

Résumé à adresser à : Anne-Gaelle Rimbert-Pirot (anne-gaelle.rimbert-pirot@euromedmanagement.com) et à Corinne Grenier (corinne.grenier@euromed-management.com)

  • Pour le 15 mars 2013 : Retour des évaluations aux auteurs
  • Pour le 15 avril 2013 : Envoi des textes complets des communications à Anne-Gaelle Rimbert-Pirot et à Corinne  Grenier (voir adresses mail ci-dessus). Le format de mise en forme sera  précisé  ultérieurement.

Le nom du fichier doit être nommé de la façon suivante : colloque2013, votre NOM suivi de votre Prénom (en format .doc). Par exemple,  Albert Dupont  soumettrait le fichier : Colloque2013-DUPONT.Albert.doc (en cas de plusieurs auteurs, n’indiquer qu’un seul nom et prénom).

Le programme définitif sera édité dans les quelques jours suivants.

Comité scientifique

Co-Présidents du Comité scientifique :

  • Corinne Grenier, professeur, HDR, Euromed Management, chercheur affilié au laboratoire Cergam (IMPGT), Aix Marseille Université, coordinatrice scientifique du pôle Santé-Social
  • François Sentis, directeur général IRTS PACA-Corse
  • Laurence Harribey, professeur, Bordeaux Ecole de Management

Membres du comité scientifique :

  • Douglas Angus, professeur, Telfer School, Université d’Ottawa, Canada
  • Jean-Christophe Baret, professeur, laboratoire Lest, Aix Marseille Université
  • Stéphane Cadiou, MCF, Science Politique, Université de Nice, Laboratoire Ermes
  • Jean-Louis Denis, professeur, ENAP, Montréal, Canada
  • Robert Fouchet, professeur, directeur de la recherche, IMPGT, Aix Marseille Université
  • Karine Gallopel-Morvan, MCF HDR, EHESP
  • Karine Goglio-Primat, professeur, Euromed Management
  • Olivier Kéramidas, MCF, directeur de l’IMPGT, Aix Marseille Université
  • Anja Kern, associate professor, Imperial College Business School
  • Laetitia Laude, professeur, EHESP, Rennes
  • Aziza Laguecir, professeure adjointe, Université de Laval, Canada
  • Etienne Minvielle, professeur, directeur de recherche, EHESP, Rennes
  • Thierry Nobre, professeur, Ecole de Management de Strasbourg
  • Marc Ohana, professeur, Bordeaux Ecole de Management
  • Agathe Petit, professeur, chargée de mission Recherche, IRTS PACA Corse
  • Francesca Petrella, MDC, laboratoire LEST, Aix Marseille Université
  • Sandra Philippe-Guitton, docteur sc. po., directrice adjointe d'établissement médico-social
  • Nathalie Raulet-Crozet, MDC, IAE Paris et PREG-CRG Ecole Polytechnique CNRS
  • Christelle Routelous, professeur, EHESP, Rennes
  • Michèle Saint-Pierre,  professeur, Faculté des sciences de l’administration, Université Laval, Québec, Canada
  • Sébastien Segas, MCF, Université de Rennes
  • José-Carlos Suares-Herrera, professeur, Euromed Management
  • Alice Teil, MCF, IMPGT, Aix Marseille Université
  • Nassera Touati, professeur, ENAP, Montréal, Canada
  • Emil Turc, MCF, IMPGT, Université d’Aix Marseille
  • Annick Valette, MCF, laboratoire CERAG, Université Pierre Mendès France, Grenoble
  • Zahir Yanat, professeur, Bordeaux Ecole de Management

Lieux

  • Domaine de Luminy - Rue Antoine Bourdelle
    Marseille, France (13009)

Dates

  • vendredi 15 février 2013

Mots-clés

  • Organisation de santé, stratégie, territoire, politique publique, injonction, instrument de gestion

Contacts

  • corinne grenier
    courriel : corinne [dot] grenier [at] kedgebs [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • corinne grenier
    courriel : corinne [dot] grenier [at] kedgebs [dot] com

Pour citer cette annonce

« Les organisations de santé et leurs environnements institutionnels : réceptacles d’injonctions ou acteurs stratégiques ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 15 novembre 2012, http://calenda.org/227413