AccueilEthnographie dans l'entreprise

Ethnographie dans l'entreprise

Ethnography of business

Approches interdisciplinaires des pratiques managériales, sociologie et sciences de gestion

*  *  *

Publié le vendredi 16 novembre 2012 par Elsa Zotian

Résumé

Ces journées donneront la parole à douze doctorants qui souhaitent présenter des enquêtes de terrain réalisées dans des entreprises privées du secteur concurrentiel, afin de mieux comprendre des processus, des événements, des logiques d’action du management. Elles sont organisées par le Centre Maurice Halbwachs, en coopération avec le Centre de Recherche en Gestion de l’Ecole Polytechnique, l’Ecole Doctorale de l’ESCP Europe, L’Université Paris Ouest et l’Université Paris Dauphine.

Annonce

Présentation

Ces journées donneront la parole à 12 doctorants qui souhaitent présenter des enquêtes de terrain réalisées dans des entreprises privées du secteur concurrentiel, afin de mieux comprendre des processus, des événements, des logiques d’action du management.

Elles sont organisées par le Centre Maurice Halbwachs, en coopération avec le Centre de Recherche en Gestion de l’Ecole Polytechnique, l’Ecole Doctorale de l’ESCP Europe, L’Université Paris Ouest et l’Université Paris Dauphine.

Les interventions des doctorants seront  commentées par les membres du comité scientifique composé de :

  • Marlène Benquet, Sociologie, Université Paris Dauphine, IRISSO.
  • Valérie Boussard, sociologie, IDHE, Université Paris Ouest.
  • Hervé Dumez, gestion, CRG Polytechnique
  • Hervé Laroche, gestion, ESCP Europe
  • Michel Villette, sociologie, CMH –PRO, AgroParisTech.

Argumentaire

« Les sociologues aiment parler de fonctionnement de processus, mais leurs méthodes les empêchent, en général, de saisir concrètement les processus dont ils parlent si abondamment » (Howard Becker, 1970, Sociological Work, Aldine, New York.)

L’observation d’un processus social prend beaucoup de temps et pose des problèmes de comparabilité et d’objectivité dans le recueil des données. On peut donc comprendre que les chercheurs en sciences sociales recourent le plus souvent à des expédients pour parler savamment de processus qu’ils n’ont pas vraiment pris le temps de suivre dans leurs tours et détours. Des données fragmentaires (questionnaires, interviews, archives, dénombrement statistiques) sont alors utilisées pour reconstituer par la pensée le processus complet dont on prétend rendre compte. Pourtant, et pour citer encore Howard Becker,  « l’interprétation par les sociologues de données fragmentaires n’est juste que si leur conception du processus sous-jacent est exacte ». Autrement dit, pour parler comme Pierre Bourdieu (1980), il faut être équipé d’une « théorie de la pratique » exacte pour interpréter correctement les indices et les traces fragmentaires recueillis au cours d’une enquête sociologique, fragments qui ne donnent que des indications partielles sur des conduites humaines continuellement remodelées.

Si l’on appelle « démarche ethnographique » un séjour prolongé dans le lieu de travail choisi et une participation aussi complète que possible aux activités que l’on essaie de comprendre, alors on peut dire que c’est  une occasion unique pour le doctorant de satisfaire à l’idéal d’une sociologie compréhensive avant de s’essayer à l’interprétation, à la remontée en généralité et éventuellement à la  critique.

Une telle immersion est d’autant plus nécessaire que le doctorant est encore étranger au milieu professionnel qu’il étudie. Elle lui permet d’acquérir les « compétences indigènes » indispensables pour accéder à une compréhension intime de la vie des cadres, ingénieurs et dirigeants dont il prétend expliquer l’activité. Elle l’oblige à s’engager dans des épreuves, à accomplir des performances, à partager des émotions. Surtout,  elle le fait accéder à la part ésotérique du management des entreprises, condition pour  réaliser des travaux susceptibles de concurrencer avec force les idées reçues  véhiculées par  la communication d’entreprise, les consultants et les média.

En donnant  la parole à des doctorants dont les travaux s’approchent autant que possible de ce mode d’investigation, ces journées contribueront à mettre à l’honneur la narration détaillée de processus d’entreprise observés in situ et en temps réel par des professionnels s’efforçant de devenir chercheurs ou par des chercheurs s’efforçant de partager un temps l’expérience des professionnels.

Conditions de participation

Transmettre les propositions d’intervention sous la forme d’un résumé d’une page au format PDF  à : michel.villette@agroparistech.fr

avant le 25 janvier 2013

Transmettre un projet d’article de 40000 signes maximum au rapporteur, au plus tard le 30 mars 2013

Les articles les plus aboutis pourront être soumis à la revue Annales des Mines, série Gérer et Comprendre.

Les journées se tiendront les 10 et 11 avril 2013 à l'ENS, 48 boulevard Jourdan, 75014 Paris.

Lieux

  • École normale supérieure, 48 Boulevard Jourdan
    Paris, France (75014)

Dates

  • vendredi 25 janvier 2013

Mots-clés

  • sociologie, gestion, entreprise, management, théorie de la pratique, processus, habitus, épreuve, performance, ethos

Contacts

  • Michel Villette
    courriel : michel [dot] villette [at] agroparistech [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Michel Villette
    courriel : michel [dot] villette [at] agroparistech [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Ethnographie dans l'entreprise », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 16 novembre 2012, http://calenda.org/227603