AccueilLes populations noires en France : nouvelles dimensions historiques et historiographiques

Les populations noires en France : nouvelles dimensions historiques et historiographiques

Black populations in France: new historical and historiographic dimensions

*  *  *

Publié le lundi 19 novembre 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

Depuis quelques années, des  travaux  étudient les formes de racialisation subies ou revendiquées par certains groupes dans la société française, en particulier par les populations noires. Ils invitent également à analyser les usages sociaux de la notion de race  (entendue comme un fait social et non biologique) en France et ils interrogent de façon générale la place à accorder à la « question raciale » dans l’historiographie française. Quelle histoire sociale des populations noires ces travaux permettent-ils de construire ? Dans quelle mesure, la catégorie « populations noires » est-elle pertinente et que peut-elle apporter ? Sur le plan empirique, force est de constater que les groupes susceptibles de s’inscrire dans cette catégorie sont plus ou moins bien connus. Comment dépasser la réduction de cette catégorie à des élites sociales ou militantes souvent bien étroites ? Le séminaire réunira des chercheurs français et des chercheurs américains spécialistes de la France et plus familiers de la tradition historiographique des African American Studies. Il voudrait également être le lieu d’un dialogue entre historiens, sociologues et spécialistes de science politique. Plusieurs pistes seront explorées : sans être entièrement nouvelles, elles sont loin encore d’avoir été méthodiquement explorées. La première concerne les liens et les échanges entre les formes coloniales et métropolitaines de racialisation. L’hypothèse de la continuité ou d’un emprunt mécanique qui ne cesserait d’être inconsciemment reconduit est d’un faible recours. Quelles sont les formes et les conséquences, éventuellement contingentes, des migrations vers la métropole ? Aux analyses univoques de la représentation française des Noirs, il importe de substituer une histoire sociale capable d’analyser la pluralité dynamique des positionnements. Dans la même logique, il faut se demander sur quelles pratiques sociales exactement vient se greffer la racialisation, qu’elle soit imposée, négociée ou revendiquée ? Les travaux existant invitent en particulier à examiner ses traductions dans le monde du travail. Coorganisé par Tyler Stovall, Emmanuelle Sibeud, Sylvain Pattieu et Pap Ndiaye, ce séminaire sera bimensuel (jeudi 15h-17h) et il aura lieu à Paris 8 (salle D 328).  Il sera conclu par une journée d’étude au printemps.

Annonce

Présentation

Depuis quelques années, des  travaux  étudient les formes de racialisation subies ou revendiquées par certains groupes dans la société française, en particulier par les populations noires. Ils invitent également à analyser les usages sociaux de la notion de race  (entendue comme un fait social et non biologique) en France et ils interrogent de façon générale la place à accorder à la « question raciale » dans l’historiographie française. Quelle histoire sociale des populations noires ces travaux permettent-ils de construire ? Dans quelle mesure, la catégorie « populations noires » est-elle pertinente et que peut-elle apporter ? Sur le plan empirique, force est de constater que les groupes susceptibles de s’inscrire dans cette catégorie sont plus ou moins bien connus. Comment dépasser la réduction de cette catégorie à des élites sociales ou militantes souvent bien étroites ?

Le séminaire réunira des chercheurs français et des chercheurs américains spécialistes de la France et plus familiers de la tradition historiographique des African American Studies. Il voudrait également être le lieu d’un dialogue entre historiens, sociologues et spécialistes de science politique.

Plusieurs pistes seront explorées : sans être entièrement nouvelles, elles sont loin encore d’avoir été méthodiquement explorées. La première concerne les liens et les échanges entre les formes coloniales et métropolitaines de racialisation. L’hypothèse de la continuité ou d’un emprunt mécanique qui ne cesserait d’être inconsciemment reconduit est d’un faible recours. Quelles sont les formes et les conséquences, éventuellement contingentes, des migrations vers la métropole ? Aux analyses univoques de la représentation française des Noirs, il importe de substituer une histoire sociale capable d’analyser la pluralité dynamique des positionnements. Dans la même logique, il faut se demander sur quelles pratiques sociales exactement vient se greffer la racialisation, qu’elle soit imposée, négociée ou revendiquée ? Les travaux existant invitent en particulier à examiner ses traductions dans le monde du travail.

Coorganisé par Tyler Stovall, Emmanuelle Sibeud, Sylvain Pattieu et Pap Ndiaye, ce séminaire sera bimensuel (jeudi 15h-17h) et il aura lieu à Paris 8 (salle D 328).  Il sera conclu par une journée d’étude au printemps.

Calendrier des séances :

11 octobre :

  • séance introductive

25 octobre :

Grégory Mann, Columbia University :« Citoyenneté et mobilité sous les soleils de l'indépendance »

8 novembre :

Ruth Ginio, University of the Negev : « Les perceptions afro-américaines du colonialisme français: Du Bois et les soldats Afro-Américains en France pendant la Première Guerre mondiale »

13 décembre :

  • Alice Conklin, Ohio State University : « Conceptions anthropologiques de la race, de l’Affaire Dreyfus a la montée des fascismes »

10 janvier :

  • Jennifer Boittin, Pennsylvania State University : « Stratégies et vies des femmes noires en France pendant l'entre-deux-guerres »

24 janvier : 

  • Tyler Stovall, UC-Berkeley : Discussion autour de son livre (codirigé avec Trica Danielle Keaton, T. Denean Sharpley-Whiting) : Black France/France noire, The History and Politics of Blackness, Duke University Press, 2012.

7 février :

  • Audrey Célestine, Université Lille 3 : « Sociologie politique de la 'question noire' dans la France contemporaine »

21 février :

  • Franck Freitas, Université Paris 8 : « "Une France en noir et black": ambiguïtés d'un discours républicain dit d' 'intégration' au prisme du modèle racial américain »

7 mars :

  • Elsa Geneste, EHESS-CRH : « Des Noirs à la défense des Noirs. Enjeux d'une histoire de la question noire en contexte transatlantique »

21 mars :

  • Christopher Church, UC-Berkeley :  « French Race, Tropical Space: the French Antilles under the Third Republic »

18 avril :

  • Minayo Nasiali, University of Arizona : « Le Petit Harlem Français : Making a Living in Marseille’s African Quarter during Decolonization »

Lieux

  • Université Paris 8, 15h-17h, salleD 328 - 2 rue de la liberté
    Saint-Denis, France (93)

Dates

  • jeudi 08 novembre 2012
  • jeudi 13 décembre 2012
  • jeudi 10 janvier 2013
  • jeudi 24 janvier 2013
  • jeudi 07 février 2013
  • jeudi 21 février 2013
  • jeudi 07 mars 2013
  • jeudi 21 mars 2013
  • jeudi 18 avril 2013
  • jeudi 11 octobre 2012
  • jeudi 25 octobre 2012

Contacts

  • Sylvain Pattieu
    courriel : sylvainpattieu [at] wanadoo [dot] fr

Source de l'information

  • Sylvain Pattieu
    courriel : sylvainpattieu [at] wanadoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les populations noires en France : nouvelles dimensions historiques et historiographiques », Séminaire, Calenda, Publié le lundi 19 novembre 2012, http://calenda.org/227710