AccueilLa guerre d'Algérie, une guerre comme les autres ?

La guerre d'Algérie, une guerre comme les autres ?

The Algerian War. A war like any other?

*  *  *

Publié le jeudi 22 novembre 2012 par Elsa Zotian

Résumé

Parce que la guerre d’Algérie n’a été officiellement reconnue telle que tardivement, en 1999, elle est souvent appelée, encore aujourd’hui, la « guerre sans nom ». En France, on en fait l’emblème d’un consensus du silence, des tabous de l’histoire, du refoulé de la pensée, de la création, de la mémoire. Et pourtant, bien avant le « saut quantitatif » impulsé dans les années 1990 par l’ouverture partielle des archives publiques de la guerre et, à partir des années 2000, les premiers travaux systématiques sur les pratiques de torture en Algérie, les productions de tous ordres sur le sujet sont massives. Davantage que d’un déficit de désignation, cette guerre semble avoir souffert de l’abondance de ses appellations concurrentes. En outre, sa perception a été brouillée par la réminiscence d’autres conflits, dont les représentations sont venues se télescoper à ses réalités propres ou, en aval, par son instrumentalisation au profit de nouveaux affrontements.

Annonce

Colloque international organisé par Catherine Brun en collaboration avec la Bibliothèque nationale de France, l’Institut du Monde Arabe ; l’Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 / CNRS (EAC 4400)

Présentation

Parce que la guerre d’Algérie n’a été officiellement reconnue telle que tardivement, en 1999, elle est souvent appelée, encore aujourd’hui, la « guerre sans nom ». En France, on en fait l’emblème d’un consensus du silence, des tabous de l’histoire, du refoulé de la pensée, de la création, de la mémoire. Et pourtant, bien avant le « saut quantitatif » impulsé dans les années 1990 par l’ouverture partielle des archives publiques de la guerre et, à partir des années 2000, les premiers travaux systématiques sur les pratiques de torture en Algérie, les productions de tous ordres sur le sujet sont massives. Davantage que d’un déficit de désignation, cette guerre semble avoir souffert de l’abondance de ses appellations concurrentes. En outre, sa perception a été brouillée par la réminiscence d’autres conflits, dont les représentations sont venues se télescoper à ses réalités propres ou, en aval, par son instrumentalisation au profit de nouveaux affrontements.

C’est à interroger la catégorisation de ce conflit qu’il s’agira de s’atteler, pour mieux démêler l’écheveau de ses représentations historiques, littéraires, philosophiques, et médiatiques.

Deux axes seront retenus.

Le premier, diachronique, invitera à s’interroger sur la manière dont les représentations de cette « guerre » entrent en résonance avec d’autres conflits, passés (guerre de Sécession, deuxième guerre mondiale, Indochine) ou à venir (Vietnam, conflits dans les territoires occupés palestiniens, guérillas latino-américaines). Quelle(s) transmission(s) ? Quelle(s) solution(s) de continuité ? Quelles ombres portées par ces autres guerres sur la « guerre d’Algérie » et, réciproquement, quelles disséminations de la guerre d’Algérie ?

Le second, synchronique, s’attachera, toujours à partir des représentations, à repenser la pertinence de la désignation « guerre d’Algérie » en regard d’autres : « maintien de l’ordre », « opérations de pacification », « opérations de police », « révolution », « guerre d’indépendance », « guerre de libération », « guerre de décolonisation », « djihad », « guérilla », « guerre en Algérie », guerre du renseignement, ou encore « événements ». Il s’agira de contextualiser ces options verbales, d’en saisir les implications et les attendus, sans négliger de penser ce que ces variations-distorsions, cosmétiques ou autoritaires, font à la langue.

Programme

Jeudi 6 décembre 2012

Journée I : D’une guerre à l’autre

Institut du Monde Arabe, 1 rue des Fossés Saint-Bernard, Paris 5e / Salle du Haut Conseil, au 9e étage 

Matinée

  • 9h-9h15 : Ouverture du colloque par Mona Khazindar, directrice générale de l’IMA, et par Carle Bonafous-Murat, Vice-Président du Conseil scientifique de la Sorbonne nouvelle
  • 9h15-9h30 : Présentation du colloque par Catherine Brun

Présidence : Todd Shepard

  • 9h30-10h : Nils Andersson (Éditeur) : Ressentis d'une guerre non déclarée.
  • 10h-10h30 : Philippe Mesnard (UBP Clermont-Ferrand2 / CELIS) : Double mémoire, mémoire plurielle entre nazisme, génocide des Juifs et guerre d’Algérie
  • 10h30-11h : Désirée Schyns (Haute École de Gand) : Une guerre peut en cacher une autre : la mémoire multidirectionnelle chez Assia Djebar, Maïssa Bey et Boualem Sansal.

11h-11h30 : Discussion

Présidence : Alain Ruscio

  • 11h45-12h15 : Christian Olsson (Université Libre de Bruxelles): Usages et mésusages de la guerre d’Algérie dans la pensée militaire contemporaine sur les guerres d’Afghanistan et d’Irak

12h15-12h30 : Discussion

Après-midi

Présidence : J. Guérin

  • 14h30 – 15h : Alain Ruscio (Directeur du Centre d’information et de documentation sur le Vietnam contemporain) : Face aux guerres coloniales, de l’Indochine à l’Algérie : parcours de Mauriac, Sartre et Camus.
  • 15h – 15h30 : Emilie Roche (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3) : Indochine, Algérie, Vietnam : intertextualité des discours de presse sur les violences et les tortures.

15h30 – 16h : Discussion

Présidence :François Zabbal (Rédacteur en chef de Qantara)

  • 16h15 – 16h45 : Abderrahmane Moussaoui (Université Lyon 2) : D’une guerre l'autre, Une violente mémoire
  • 16h45-17h15 : Christiane Chaulet-Achour (Université de Cergy-Pontoise): Guerre de libération nationale et « deuxième » guerre en Algérie des années 1990 : guerres en miroir ?
  • 17h15 – 17h45 : Zaïneb Ben Lagha (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

17h45 – 18h15 : Discussion

  • 18h30 – Paul Thibaud (ancien directeur de Vérité-Liberté et d’Esprit) : L’intrication franco-algérienne et ses effets négatifs

Vendredi 7 décembre 2012

Journée II : Les mots pour la dire

Bibliothèque nationale de France / François Mitterrand, Quai François Mauriac, Paris 13e / Petit auditorium, Hall Est

Matinée

9h20 : Ouverture des travaux par Denis Bruckmann, directeur des Collections de la BnF.

Présidence : Jacques Guilhaumou

  • 9h30 - 9h45 : Frédéric Manfrin (chef du service Histoire de la BnF, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme) : Les tracts de la guerre d’Algérie dans la collection de recueils de la BnF
  • 9h45 – 10h : Philippe Mezzasalma (chef du service Presse, département Droit, économie, politique) : La presse en Algérie de 1945 à l’indépendance au travers des collections de la BnF »
  • 10h - 10h30 : Régine Robin (Université de Québec), Jacques Guilhaumou (UMR Triangle et Université de Provence), Francine Mazière (Paris 13, Paris 7/CNRS)  : La première analyse de discours sur l’Algérie : la thèse de Denise Maldidier (1969).
  • 10h30 - 11h : Julien Hage (Université de Bourgogne) : Réseaux éditoriaux, tribunes imprimées et circulations de textes au sein des mouvements d’opposition à la guerre d’Algérie

11h -11h30 : Discussion

Présidence : Benjamin Stora

  • 11h45-12h15 : Nassima Bougherara (Université Stendhal/Grenoble3) : Etudes des résonnances et des représentations politiques et médiatiques de la guerre de libération nationale dans l’espace germanique  (1954-1962)
  • 12h15 – 12h45 : Gabriel Périès (Directeur du Département Langues et Sciences Humaines de TELECOM Évry) : Les représentations de la guerre d’Algérie en Amérique latine : entre la revendication révolutionnaire et les pratiques anti-subversives (1959-1983)

12h45 - 13h : Discussion

Après-midi

Présidence : Abderrahmane Moussaoui

  • 14h30 – 15h : Pierre Vermeren (Paris I - UMR 8054 - Centre d’étude des mondes africains) : Nommer la guerre d’Algérie et ses combattants : essai d’interprétation à partir des discours et des termes en usage au Maghreb.
  • 15h - 15h30 : Daniel Lançon (Université Grenoble 3) : « Usages de langue dans les écrits religieux de la "guerre" d'Algérie »
  • 15h30 – 16h : Jeanyves Guérin (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3) : 1954-1957 : Écrivains et intellectuels entre hésitations et incertitudes

16h-16h30 : Discussion

Présidence : D. Lançon

  • 16h45 - 17h15 : Todd Shepard (Johns Hopkins University) : : Domestiquer pour réformer. Le rejet français de la référence « coloniale » pour définir le conflit
  • 17h15 - 17h45 : Catherine Brun (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3) : : Distorsions verbales et mobilisations littéraires

17h45 – 18h15 : Discussion

  • 18h30 – 19h10 : Lectures, par Agoumi

Responsable

Catherine BRUN, en collaboration avec la BnF et l'IMA

Comité scientifique

  • Etienne Balibar,
  • Catherine Brun,
  • Jeanyves Guérin,
  • Régine Robin,
  • Todd Shepard,
  • Benjamin Stora,
  • François Zabbal.

Lieux

  • Salle du Haut Conseil, au 9e étage - Institut du Monde Arabe, 1 rue des Fossés Saint-Bernard
    Paris, France (75005)

Dates

  • jeudi 06 décembre 2012
  • vendredi 07 décembre 2012

Fichiers attachés

Mots-clés

  • Algérie, guerre, conflits, archives, histoire littéraire

Contacts

  • Catherine Brun
    courriel : catherine [dot] brun [at] univ-paris3 [dot] fr

Source de l'information

  • Nadia Ladjimi
    courriel : nadia [dot] ladjimi [at] univ-paris3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La guerre d'Algérie, une guerre comme les autres ? », Colloque, Calenda, Publié le jeudi 22 novembre 2012, http://calenda.org/228428