AccueilL'archéologie préventive, une démarche responsable

L'archéologie préventive, une démarche responsable

preventative archaeology, a responsible approach

*  *  *

Publié le lundi 26 novembre 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

De nombreux acteurs, notamment des parlementaires, ont insisté sur la nécessaire mise en place d’un dialogue institutionnel entre les professionnels de l’archéologie préventive qui ne se limiterait pas à des présentations au sein de la communauté scientifique, mais qui consisterait, au contraire, en un échange plus général organisé à partir des découvertes issues d’opérations d’archéologie préventive et de leur apport à la connaissance dupassé et à la recherche. Ces premières rencontres autour de l’archéologie préventive, ouvertes à l’ensemble des acteurs du secteur, chercheurs, élus, aménageurs publics et privés..., traduisent dans les faits cette attente partagée.

Annonce

RENCONTRES AUTOUR DE L’ARCHÉOLOGIE PRÉVENTIVE : L’ARCHÉOLOGIE PRÉVENTIVE : UNE DÉMARCHE RESPONSABLE, 21 et 22 novembre 2012, Grand auditorium de la Bibliothèque nationale de France - Paris 13

Programme

Mercredi 21 novembre 2012, 9h30 – 17h30

OUVERTURE DU COLLOQUE

  • 9h30 : Accueil des participants par le président de la BNF
  • 10h00 : Discours d’ouverture par Yves Dauge (ancien Sénateur)

10h30 : THÈME 1 - PANORAMA DE L’ARCHÉOLOGIE PRÉVENTIVE

Sous la présidence de Gérard Aubin, Inspecteur général des patrimoines

  • 10h30 : L’archéologie préventive hier et aujourd’hui (Gérard Aubin)
  • 10h45 : Les données chiffrées et cartographiées de l’archéologie préventive en France (Sous-direction de l’archéologie)
  • Questions

L’archéologie préventive, activité de service public définie par le code du patrimoine, contribue à la production de connaissances scientifiques essentielles pour la discipline dans son ensemble. Au cours des 10 dernières années, l’archéologie préventive a été marquée par l’amélioration de la prise en compte du patrimoine archéologique lors d’opérations d’aménagement du territoire, par l’instauration de dispositions financières spécifiques et par un développement de services archéologiques agréés. La France s’est ainsi dotée d’un modèle original et unique en Europe.

11h20 : TABLE RONDE - Amélioration, maîtrise de la prescription à travers une meilleure prise en compte de la dimension archéologique dès le document d’urbanisme

Modérateur : Marc Drouet, Sous-directeur de l’archéologie, direction générale des patrimoines

De nos jours, l’essentiel de la population mondiale vit en agglomération et la complexité de nos organisations sociales a multiplié les questions posées par l’aménagement urbain. Pour répondre à ces questions, les informations issues de l’archéologie peuvent apporter une aide appréciable, sous réserve que l’on accepte de les intégrer sans passion à la réflexion. Aujourd’hui, il y a urgence à définir les principes d’une ville durable, en capacité de mieux s’intégrer dans le temps et l’espace et de se projeter dans l’avenir, c’est-à-dire dotée d’une stratégie déclinée à travers différents documents qui s’imposent aux aménageurs au travers de plans locaux d’urbanisme et de schémas directeurs.

Participants : Michel Vaginay (DRAC/SRACP de Midi-Pyrénées), Thierry Lemoine (Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie), JeanPierre Lebreton (professeur à l’université de Versailles-Saint-Quentin, directeur scientifique du GRIDAUH), Dominique Adenot (adjoint au maire de ClermontFerrand chargé de l’urbanisme), Michel Ségard (directeur général adjoint de l’EPAMARNE), Gilles Retière (maire de la commune de Rézé et président de Nantes Métropole, sous réserve

12h30-14h15 : PAUSE DÉJEUNER

14h15 : THÈME 2 - LES APPORTS À LA CONNAISSANCE DU PASSÉ

sous la présidence de Dominique Garcia, Vice-président du Conseil national de la recherche archéologique

  • 14h30 : 2000 hectares aux portes de Caen : comment se renouvelle l’histoire d’un territoire, François Fichet de Clairfontaine (DRAC, SRA Basse-Nomandie), Cyril Marcigny (INRAP)
  • 14h50 : Aix-en-Provence (Bouche-du-Rhône), ZAC Sextius Mirabeau : comment lire l’organisation de l’espace péri-urbain dans la durée, Nuria Nin, (Ville d’Aix-en-Provence)
  • 15h20 : Approche à large échelle des données issues de l’archéologie préventive : un exemple pour le Paléolithique moyen, Pascal Depaepe (INRAP)
  • Questions

Les larges décapages occasionnés par l’archéologie préventive, mais surtout le suivi des opérations d’aménagement pendant des dizaines d’années sur de vastes entités géographiques permettent aux archéologues d’approcher la manière dont l’homme s’est adapté à son milieu au fil du temps et l’évolution des moyens qu’il a mis en oeuvre pour s’approprier et gérer ce territoire. Chaque opération archéologique dispose certes de son sens et de son intérêt propre mais la plus value de la discipline pour l’amélioration de la connaissance du passé dépend pour l’essentiel de la qualité des moyens mis en oeuvre par la suite pour remettre en perspective les informations recueillies sur chaque site.

16h00 : PAUSE

16h15 : TABLE RONDE - L’archéologie : une discipline historique au carrefour des sciences de l’Homme, de l’environnement et des matériaux pour une approche globale

Modérateur : Michel Vaginay, Conservateur régional de l’archéologie de Midi-Pyrénées

L’objet de l’archéologie n’est plus aujourd’hui la quête du bel objet ou de l’architecture prestigieuse. Sa capacité modélisatrice et sa prise en compte du temps long lui confèrent un rôle déterminant dans les réflexions sur les crises, la résilience et, partant, la durabilité des populations, de leur milieu et des systèmes sociaux. Les avancées les plus spectaculaires, apportées notamment par l’archéologie préventive, résident désormais dans des champs extrêmement larges : histoire des peuplements et des relations de l’Homme avec l’environnement, histoire de la production des espaces sociaux à toutes les échelles, histoire de la construction des identités, des échanges et des expressions culturelles, histoire des techniques.

Participants : Patrice Méniel (CNRS), Henri Duday (CNRS), Pascal Depaepe (INRAP), Nuria Nin (Ville d’Aix-en-Provence), François Fichet de Clairfontaine (SRA Basse-Normandie), Jean-Pierre Brun (Collège de France), Jean-François Berger (CNRS).

Jeudi 22 novembre 2012, 9h30 – 17h30

9H30 : ACCUEIL DES PARTICIPANTS

9H45 : THÈME 3 - L’ARCHÉOLOGIE, UNE DISCIPLINE SITUÉE ENTRE RECHERCHE ET CONSERVATION

Sous la présidence d’Isabelle Maréchal, Chef du service du patrimoine à la direction générale des patrimoines

  • 10h00 : Lillemer (Ille-et-Vilaine), site du Néolithique : intégration d’une zone archéologique dans la carte communale, Stéphane Deschamps (DRAC, SRA de Bretagne), Joseph Alix (maire de Lillemer)
  • 10h20 : Bordeaux (Gironde), projet immobilier « îlot sud-ouest » : les vestiges du port antique et protohistorique préservés, Dany Barraud (DRAC, SRA d’Aquitaine), Pierre Régaldo Saint-Blanquat (SRA Aquitaine)
  • 10h40 : Arles (Bouches-du-Rhône), ZAC des anciens ateliers SNCF : projet d’urbanisme, création architecturale et protection du patrimoine, François Goven (inspection des patrimoines), Eric Pérez (Ingedis, assistant au maître d’ouvrage)
  • Questions

La mission prioritaire de l’archéologue est la recherche et l’exploitation scientifique des vestiges archéologiques. Mais il lui revient aussi de veiller au rythme de consommation de cette ressource documentaire non renouvelable et à sa transmission aux générations futures. La fouille et l’étude doivent toujours correspondre à un besoin avéré pour la recherche. Même dans le cas de l’archéologie préventive, il ne peut en aucun cas s’agir de “purger” un terrain de ses vestiges archéologiques : un dialogue doit au contraire s’installer entre les représentants de la communauté scientifique et les aménageurs, afin d’amener ces derniers – qui ne sont pas des spécialistes de cette science et n’ont pas vocation à le devenir – à apprécier le potentiel scientifique auquel ils se retrouvent confrontés à l’occasion de leurs aménagements et à envisager toutes les solutions de nature à éviter de lui porter atteinte.

11h15 : PAUSE

11h30 : TABLE RONDE - La conservation du patrimoine archéologique comme atout de la protection de l’environnement

Modérateur : Vincent Négri, chercheur associé CECOJI-CNRS

D’un certain point de vue, dès lors que l’étude d’un site archéologique n’est pas une nécessité scientifique, la meilleure conservation possible des vestiges consiste à les laisser là où il sont, enfouis ou immergés. C’est aussi la solution la moins couteuse pour le contribuable et, de manière plus large, la plus respectueuse de l’environnement dont chacun à en tête le souci de la préservation, notamment de ces espaces non pas naturels – ils ont tous été anthropomorphisés – mais culturels qui composent le territoire français. Un dialogue s’impose comme une évidence entre archéologie et environnement dont il convient de préciser les termes. Le mécénat d’entreprise, pratique désormais partagée par un tiers des entreprises, s’est développé depuis une trentaine d’années en France, mais il concerne encore peu le patrimoine, en particulier archéologique. Quelle place l’archéologie peut-elle prendre dans un paysage préempté par les sujets de solidarité et où la culture occupe une place limitée ?

Participants : Vincent Guichard (Bibracte, Centre archéologique européen), Michel Brodovitch (Inspection générale de l’administration du développement durable), Eric Delzant (préfet de région Auvergne, préfet du Puy-de-Dôme), Vincent Eblé (sénateur, président du conseil général de Seine-et-Marne), Stéphanie Dupuy-Lyon (Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie), Joseph Alix (maire de Lillemer, sous réserve)

12h30-14h15 : PAUSE DÉJEUNER

14h15 : THÈME 4 - PARTENARIAT ET VALORISATION DES RÉSULTATS

sous la présidence Jean-Paul Jacob, Président de l’INRAP

  • 14h30 : Thervay (Jura), sur le tracé LGV Rhin-Rhône : pédagogie autour des moulins hydrauliques du Moyen Âge, Gilles Rollier (INRAP), Robert Pernet (RFF Bourgogne-Franche-Comté), Lionel Grillet (lycée des Métiers du Bois de Mouchard)
  • 14h50 : Toulouse (Haute-Garonne), Saint-Roch, caserne Niel : actions de diffusion autour d’un quartier de la ville gauloise, Sylvie Campech (Archeodunum), Serge Mercier (SEM Oppidea), Evelyne Ugaglia (musée archéologique Saint-Raymond de Toulouse)
  • 15h20 : Nice (Alpes-Maritimes), sur le tracé du tramway : création d’une crypte archéologique pour les vestiges des fortifications médiévales et modernes, Marc Bouiron (Ville de Nice), Karine Monteil (INRAP), Franck Suméra (DRAC, SRA Provence-Alpes-Côte d’Azur)
  • Questions

Les intérêts des archéologues et des aménageurs peuvent apparaître divergents. Cependant, lorsque les circonstances s’y prêtent, un partenariat entre aménageur et opérateur archéologique s’établit pour faire connaître au public les apports de l’archéologie à la connaissance du passé. L’archéologie n’est plus vécue comme une formalité nécessaire : elle devient une valeur ajoutée de l’aménagement du territoire. Les formes et résultats de ce partenariat sont très divers selon la nature et la localisation des vestiges et les publics visés. Souvent, les actions associent d’autres partenaires locaux (musée, établissement scolaire, municipalité…) pour enrichir leur contenu et élargir leur impact.

16h00 : PAUSE

16h15 : TABLE RONDE - Archéologie et mécénat

Modérateur : Sylvie Apollin, responsable du service relations institutionnelles, mécénat et stratégie internationale à l’INRAP

Le mécénat d’entreprise, pratique désormais partagée par un tiers des entreprises, s’est développé depuis une trentaine d’années en France, mais il concerne encore peu le patrimoine, en particulier archéologique. Quelle place l’archéologie peut-elle prendre dans un paysage préempté par les sujets de solidarité et où la culture occupe une place limitée ?

Christine Remond (MCC, DGP), Marc Spiesser (Kaufmann & Broad), Michel Guérard (musée d’Histoire de Marseille), Elisabeth Delorme (Fondation EDF), Xavier, Delestre (SRA PACA), Cyril Coste (AXA)

17h30 : DISCOURS DE CLÔTURE par Pierre Bordier (sénateur de l’Yonne, membre de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication, co-auteur du rapport sénatorial n° 760 relatif à l’archéologie préventive et à la valorisation scientifique)

Lieux

  • Bibliothèque nationale de France, Grand auditorium - Quai François Mauriac
    Paris, France (75013)

Dates

  • mercredi 21 novembre 2012
  • jeudi 22 novembre 2012

Mots-clés

  • archéologie, villes

Contacts

  • florence barreto
    courriel : florence [dot] barreto [at] culture [dot] gouv [dot] fr

Source de l'information

  • florence barreto
    courriel : florence [dot] barreto [at] culture [dot] gouv [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L'archéologie préventive, une démarche responsable », Colloque, Calenda, Publié le lundi 26 novembre 2012, http://calenda.org/228690