AccueilLa nouvelle du siècle dernier : crise ou renouveau du récit ?

La nouvelle du siècle dernier : crise ou renouveau du récit ?

Short stories of last century: crisis or revival of narrative?

*  *  *

Publié le mardi 27 novembre 2012 par Elsa Zotian

Résumé

Si la nouvelle de langue française présente une extrême diversité, dans ses thèmes, ses sous-genres et ses techniques narratives, plusieurs questions majeures se posent : le récit bref suit-il les tendances minimalistes du récit plus long ? La nouvelle récente et contemporaine est-elle un récit « réticent », une « histoire brisée », inachevée, voire un non-récit, ou bien la forme brève est-elle l’un des derniers refuges de l’homo fabulator, du plaisir de raconter et de lire de véritables « histoires », dont la brièveté s’allie à la clôture et à la complétude ? Voit-on se confirmer cet éloignement du narratif classique, qui semblait en être la tendance lourde pendant l’entre-deux-guerres ? Faut-il des outils d’analyse distincts de ceux du roman, une narratologie spécifique, pour appréhender ce récit qui diffère du roman non pas seulement par son « métrage », comme disait Paul Morand, mais aussi et surtout par sa dynamique interne, ses enjeux imaginaires et cognitifs, ses horizons d’attente ?

Annonce

Présentation

La nouvelle de langue française au vingtième siècle a connu un destin paradoxal : alors que le « genre » semblait condamné à jouer les seconds rôles à l’ombre du roman, on assiste depuis les années 1990 à un renouveau avec des auteurs qui, même s’ils pratiquent aussi le roman, se définissent surtout comme nouvellistes : Annie Saumont, Georges-Olivier Châteaureynaud, Claude Pujade-Renaud, Christiane Baroche, Leila Sebbar, sans parler de la richesse de la nouvelle au Québec avec Gaëtan Brulotte ou en Suisse Romande, avec Anne-Lise Grobéty et avant elle Corinna Bille.

Si la nouvelle présente une extrême diversité, dans ses thèmes, ses sous-genres et ses techniques narratives, plusieurs questions majeures se posent : le récit bref suit-il les tendances minimalistes du récit plus long ? La nouvelle récente et contemporaine est-elle un récit « réticent », une « histoire brisée », inachevée, voire un non-récit, ou bien la forme brève est-elle l’un des derniers refuges de l’homo fabulator, du plaisir de raconter et de lire de véritables « histoires », dont la brièveté s’allie à la clôture et à la complétude ? Voit-on se confirmer cet éloignement du narratif classique, qui semblait en être la tendance lourde pendant l’entre-deux-guerres ? Faut-il des outils d’analyse distincts de ceux du roman, une narratologie spécifique, pour appréhender ce récit qui diffère du roman non pas seulement par son « métrage », comme disait Paul Morand, mais aussi et surtout par sa dynamique interne, ses enjeux imaginaires et cognitifs, ses horizons d’attente ?

Les deux journées d’études s’interrogent sur cette problématique à partir d’un corpus représentatif de différentes aires francophones, et contribuent à l’élaboration d’une poétique de la nouvelle, qui a connu un fort regain d’intérêt critique au cours des vingt dernières années.

Programme

Lundi 10 décembre 2012

9h Tiziana Suarez-Nani (Vice-doyenne de la Faculté des lettres): Allocution d’ouverture

Histoire(s)

Présidence : Françoise Revaz (Université de Fribourg)

  • 9h15 Jean-Michel Adam (Université de Lausanne), Riquet à la houppe de Catherine Bernard et Charles Perrault : de la nouvelle galante au conte
  • 10h Ute Heidmann (Université de Lausanne), Charles Perrault et Marie-Jeanne Lhéritier : nouvelles ou contes ?

Pause

Présidence : Anne-Laure Milcent (Université de Fribourg)

  • 11h Yvon Houssais (Université de Franche-Comté, Besançon), La nouvelle vue par les historiens de la littérature de l’entre-deux-guerres
  • 11h 45 René Godenne (Liège), Sur un non-statut (bis) : la nouvelle d’expression française de 1990 à 2000

Variations sur le récit

Présidence : René Godenne (Liège)

  • 14h Bruno Curatolo (Université de Franche-Comté, Besançon), Jacques Chauviré et les récits de la mort subite
  • 14h45 Catherine Douzou (Université de Tours), La nouvelle à l’épreuve de l’Histoire

Pause

Présidence : Jean Rime (Université de Fribourg)

  • 15h 45 Sabrinelle Bedrane (Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle), Dernières fantaisies lecléziennes
  • 16h30 Bertrand Vibert (Université Grenoble 3 Stendhal), Recueils de nouvelles ou romans ? L’entre-deux de Risibles Amours et du Livre du rire et de l’oubli

Mardi 11 décembre 2012

Écritures / lectures

Présidence : Yvon Houssais (Université de Franche-Comté, Besançon)

  • 9h Julian Niquille, Modalités de la nouvelle à chute
  • 9h30 Yaëlle Gonin, Lorsque la lettre investit la nouvelle
  • 10h Ludovic Rudaz, L’effet et la sémiologie des personnages à travers le prisme de deux nouvelles de Robbe-Grillet : « La plage » et « La scène » (Instantanés)

Pause

  • 10h45 Marylin Grandjean, Formats d’édition de nouvelles en Suisse romande, de 1950 à nos jours
  • 11h15 Christian J. Kouoh Mboundja, Rapidité du récit et description nonchalante : étude à partir de L’Exil et le royaume
  • 11h45 Natalie Hervieux, La différence nouvelle / roman dans le traitement du fantastique : le cas de Franz Hellens

Nouvelles à la frontière

Présidence : Michel Viegnes (Université de Fribourg)

  • 13h30 Lise-Marie Piller, Conte et nouvelle, entre continuité et rupture : La Chronique fabuleuse d’André Dhôtel
  • 14h Jérémy Secchi, Les récits brefs de Marcel Aymé : contes ou nouvelles ?
  • 14h30 Gaëtan Gaillard, De la tradition orale au recueil : le cas des Contes d’Amadou-Koumba de Birago Diop
  • 15h Lora Traglia, Nouvelle et cinéma : Les Mistons de François Truffaut, du regard des enfants à celui du spectateur

Pause et synthèse finale

Organisation

  • Françoise Revaz: francoise[point]revaz(at)unifr[point]ch
  • Michel Viegnes : michel[point]viegnes(at)unifr[point]ch
  • Jean Rime: jean[point]rime(at)unifr[point]ch

Lieux

  • Salle 01.13 - Université de Fribourg, 1 rue de Rome
    Fribourg, Confédération Suisse (1700)

Dates

  • lundi 10 décembre 2012
  • mardi 11 décembre 2012

Fichiers attachés

Mots-clés

  • nouvelle, nouvelliste, roman, récit bref, genre, techniques narratives, horizons d'attente, poétique

Source de l'information

  • Anne-Laure Milcent
    courriel : anne-laure [dot] milcent [at] unifr [dot] ch

Pour citer cette annonce

« La nouvelle du siècle dernier : crise ou renouveau du récit ? », Colloque, Calenda, Publié le mardi 27 novembre 2012, http://calenda.org/229001