AccueilLes expériences marchandes, ecclésiastiques et urbaines dans l’élaboration des comptabilités princières

Les expériences marchandes, ecclésiastiques et urbaines dans l’élaboration des comptabilités princières

Die kaufmännischen, kirchlichen und städtischen Erfahrungen in der Entwicklung der herrschaftlichen Buchhaltung

Merchant, Ecclesiastical and Urban experiences for the uprising of princely accounting

Provence, Comté de Venaissin, Dauphiné, Savoie, et autres principautés d’Occident (XIIe-XVe siècle)

Provence, Comté Venaissin, Dauphiné, Savoyen und andere abendländische Territorien (12.-15. Jahrhundert)

Provence, Comté Venaissin, Dauphiné, Savoy, and others territories of Occident (12th - 15th Century)

*  *  *

Publié le mercredi 28 novembre 2012 par Elsa Zotian

Résumé

La mise en place des comptabilités princières, dans le courant du XIIIe siècle, nécessite deux types de réflexion. La première porte sur le personnel mobilisé par le prince, son origine, sa formation et sa culture familiale et professionnelle. La seconde interroge les méthodes de mise à l’écrit, de conservation et de consultation utilisées par les institutions chargées de la comptabilité princière, tout particulièrement les Chambres des comptes.

Annonce

Argumentaire

La mise en place des comptabilités princières, dans le courant du XIIIe siècle, nécessite deux types de réflexion. La première porte sur le personnel mobilisé par le prince, son origine, sa formation et sa culture familiale et professionnelle. La seconde interroge les méthodes de mise à l’écrit, de conservation et de consultation utilisées par les institutions chargées de la comptabilité princière, tout particulièrement les Chambres des comptes.

Pour ces deux aspects, la réflexion s’est surtout développée en termes d’influences et s’est ainsi portée sur la question de l’apport des milieux urbains, marchands et des institutions communales, ainsi que sur la place du notariat et des hommes de loi. Par exemple, dans le cas de la principauté angevine de Provence, a été noté l’apport probable d’un personnel provenant de la péninsule Italienne, des communes du Piémont, de Lombardie et de Ligurie, de Toscane, en particulier à l’occasion de la venue des podestats et de leur suite lors des mutations des gouvernements communaux. La comptabilité princière entretient vraisemblablement d’étroites relations avec ces milieux et les comptabilités urbaines, mais selon des modalités et une chronologie qui restent à éclaircir, à partir d’une étude précise du vocabulaire institutionnel et de la structure des écrits comptables. En outre, si le recours à un personnel étranger par les gouvernements princiers a donné lieu à de distinctes enquêtes prosopographiques, il reste à mettre en relation leurs compétences avec l’élaboration des méthodes de comptabilité. La circulation de ce personnel qualifié mérite aussi une recherche précise dépassant l’échelle d’une seule principauté territoriale.

Un autre domaine nous paraît en revanche encore en friche, malgré les perspectives ouvertes par des travaux portant plutôt sur le Moyen Âge finissant. Il s’agit de l’importance de la matrice ecclésiastique dans ce processus d’élaboration, qui tempère ou plutôt complète les pistes laïques décrites ci-dessus. L’enquête devra d’abord porter sur la présence de la comptabilité et sa nécessité au sein de structures ecclésiales et de communautés religieuses pour lesquelles le calcul et le comput sont constitutifs de leur formation intellectuelle. Au sein de milieux ecclésiastiques provenant eux mêmes de milieux urbains, comme les chapitres cathédraux, la mise en place dans le courant du xiiie siècle d’outils comptables améliorant la gestion de la mémoire et de la commémoration des défunts, tels les livres des anniversaires, nécrologes et obituaires, mérite une attention spéciale. Ensuite, le développement d’une fiscalité pontificale, avec les décimes, annates et services, a imposé aux évêques et aux chapitres cathédraux, qui en sont les relais locaux, la mise en place d’une comptabilité bénéficiale et d’une rationalisation de sa gestion qu’il s’agira d’examiner de près. Quelle a été leur conséquence sur l’émergence de compétences spécifiques au sein de ce milieu clérical ? La place des clercs séculiers dans les premières institutions comptables princières, et d’un personnel de notaires et de scribes issu de leur entourage, et en retour la présence de nombreux collaborateurs du prince au sein de ce milieu, doit nourrir enfin une enquête d’histoire sociale de l’institution comptable. Elle ouvrira sans doute de nouvelles perspectives non seulement au regard de l’élaboration des outils comptables, mais aussi du lien qu’ils peuvent entretenir avec certaines de leurs origines. Les enjeux idéologiques sont ici prégnants, quand pareille comptabilité a d’abord été mise en œuvre comme un auxiliaire de l’économie du salut.

Conditions de soumission

Date limite dé réception des propositions : 31 janvier 2013

Propositions : cv (1500 signes) + résumé (1500 signes)

Envoi à : thierry.pecout@univ-st-etienne.fr

Le colloque aura lieu les 13 et 14 juin 2013.

Comité scientifique

  • Jean-Paul Boyer, université d’Aix-Marseille
  • Jean-Luc Bonnaud, université de Moncton
  • Noël Coulet, université d’Aix-Marseille
  • Laurent Feller, université de Paris I
  • Olivier Guyotjeannin, Ecole nationale des Chartes
  • Michel Hébert, université du Québec à Montréal
  • Thierry Pécout, université de St-Etienne
  • Jean-Loup Lemaitre, Ecole pratique des hautes études
  • Olivier Mattéoni, université de Paris I
  • Albert Rigaudière, université de Paris II et Académie des Inscriptions et Belles-Lettres

Lieux

  • salle Georges Duby - Maison méditerranéenne des sciences de l'Homme, 5 rue du Château de l'Horloge
    Aix-en-Provence, France (13090)

Dates

  • jeudi 31 janvier 2013

Mots-clés

  • comptabilité, État, Église, ville, marchand, livre de comptes, clergé séculier, clergé régulier, principauté, gouvernement, administration, gestion, calcul

Contacts

  • Thierry Pécout
    courriel : thierry [dot] pecout [at] univ-st-etienne [dot] fr

Source de l'information

  • Thierry Pécout
    courriel : thierry [dot] pecout [at] univ-st-etienne [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les expériences marchandes, ecclésiastiques et urbaines dans l’élaboration des comptabilités princières », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 28 novembre 2012, http://calenda.org/229263