AccueilSixièmes rencontres de sémantique et pragmatique

Sixièmes rencontres de sémantique et pragmatique

Sixth conference of semantics and pragmatics

*  *  *

Publié le lundi 03 décembre 2012 par Élodie Faath

Résumé

Organisées par le laboratoire ligérien de linguistique (UMR 7270, université d'Orléans) et la Revue de sémantique et pragmatique (www.univ-orleans.fr / RSP), les Sixièmes rencontres de sémantique et pragmatique (RSP6) s'articulent autour d'un double appel à communications. Parallèlement à une session générale ouverte aux contributions consacrées à la sémantique, à la pragmatique ou à l'interface sémantique/pragmatique, RSP6 s'articulera autour d'une session thématique portant sur l'interface sémantique / morphologie (ou encore pragmatique / morphologie).

Annonce

Organisées par le Laboratoire Ligérien de Linguistique (UMR 7270, Université d’Orléans) et la Revue de Sémantique et Pragmatique (www.univ-orleans.fr/RSP), les sixièmes rencontres de sémantique et pragmatique (RSP6) s’articulent, comme les précédentes (Paris 8 1996 ; Orléans 1999 ; Sousse 2002 ; Orléans 2006 et Gabès 2009), autour d’un double appel à communications. Parallèlement à une session générale ouverte aux communications consacrées à la sémantique, à la pragmatique ou à l’interface sémantique/pragmatique, RSP6 s’articulera autour d’une session thématique qui portera sur l’interface sémantique/morphologie (ou encore l’interface pragmatique/morphologie).

Argumentaire

Session Générale : Sémantique et / ou pragmatique

L’objet de la session générale sera d’aborder sous la forme de contributions empiriques et/ou théoriques toute question relevant de la sémantique et/ou de la pragmatique et de leur interface.

Session Thématique : « Interface Sémantique/Morphologie »

La question de l’interface sémantique/morphologie est une question qui commence seulement à être explicitement posée sous cette forme depuis une vingtaine d’années (par exemple, Anscombre 1990), mais à laquelle ont été confrontés depuis toujours tous ceux qui ont eu à rendre compte de la génération du lexique, de la construction des mots ou de la sémantique des signes flexionnels (temps, aspects, modes, nombre, genre, etc.).

L’objectif de la session thématique sera de rendre compte et de discuter de la façon dont les dichotomies forgées dans les années 1970, et qui voudraient par exemple que la sémantique ait à rendre compte de la polysémie tandis que la morphologie aurait à rendre compte de la formation des mots (et non de leur sens, cf. Aronoff, 1976), sont aujourd’hui dépassées par des approches qui, en utilisant les outils et méthodologies développées en sémantique linguistique :

  • permettent de ne pas séparer, en matière de génération du lexique ou de construction de lexèmes, les questions de la diversité des sens lexicaux de celle de la construction morphologique du sens ou de la polycatégorialité ;
  • reconnaissent les morphèmes flexionnels comme des objets dont la description suppose et permet de redéfinir l’interface entre sémantique, morphologie et syntaxe (et parfois la pragmatique) ;
  • permettent de poser concrètement et rigoureusement la question de l’intégration sémantique et notamment de la non-compositionnalité ;
  • permettent de transformer l’instabilité constatée du rapport entre forme et sens en objet même de recherche, là où des approches classiques, en postulant a priori un rapport forme/sens stable, se trouvaient massivement falsifiées par les données morphologiques, et s’empressaient de transformer le lexique en « morphological wastebasket » pour paraphraser Bar-Hillel.

Ont été ainsi posées, parmi bien d’autres, des questions telles que :

  • la question de savoir dans quelle mesure les outils mis au point par la sémantique linguistique des années 70 et 80, en particulier la notion d’instruction sémantique, pouvaient être utilisés en morphologie pour rendre compte de types de signes tels que les affixes ou les bases liées ;
  • la question, d’intérêt commun aux deux disciplines, de la polycatégorialité ou de la transcatégorialité de l’emploi des morphèmes, question qui se posait à la fois à un niveau global (typologie des classes de mots), et à un niveau local (des emplois catégoriellement distincts d’un même morphème peuvent-ils/doivent-ils ou non recevoir une explication unique ?) ;
  • la question de la nature sémantique des constructions ;
  • la question de la possibilité pour la sémantique de rendre compte des « listèmes » de la morphologie générative, autrement dit de cette part (très majoritaire) du lexique qui reste inexplicable dans le cadre d’une approche combinatoire de la grammaire (et de la sémantique) et dont l’existence massive avait conduit à conclure à l’irrégularité congénitale du lexique.

 Sont donc ouvertes au débat, sans exclusive, toutes les questions générales et locales que pose l’interface entre sémantique et morphologie, et notamment :

  • la relation entre morphèmes et constructions morphologiques ;
  • la sémantique des morphèmes flexionnels, temps, aspects, modes ;
  • la sémantique des mots construits ;
  • le débat sur l’existence de lexique non-catégoriel et le débat sémantique sur la co-existence des morphèmes et de lexèmes ;
  • la relation entre instructions sémantiques et constructions sémantiques ;
  • la diversité des emplois des unités infra-lexicales (polysémie et polycatégorialité) ;
  • le statut sémantique des bases liées (sans allomorphe libre) ;
  • le statut sémantique des unités morphologiques ;
  • la remise en cause de notions aussi traditionnelles en morphologie que la notion de dérivation…

Afin de contribuer à faire avancer le débat, il sera organisé une séance plénière, comportant, en plus de différentes communications, une table ronde réunissant des intervenants défendant des conceptions très différentes de l’interface sémantique/morphologique.

Au terme des rencontres, un volume sera publié après soumission à partir des communications présentées.

Modalités de soumission

Format des communications

20 minutes de communication, suivies de 10 minutes de discussion.

Pour soumettre

Les propositions de communication seront envoyées avant le 28 janvier 2013, directement par courriel en fichier joint à : rsp6@univ-orleans.fr

Format des résumés

Une proposition peut être soumise soit au titre de la session thématique, soit au titre des sessions non thématiques.

  • elle consiste en un résumé (abstract) de 2500 signes (espaces compris) minimum à 5000 maximum, références bibliographiques comprises.
  • les résumés seront soumis au format Word (.docx ou .rtf), en fichier attaché à l’adresse électronique du colloque : rsp6@univ-orleans.fr
  • les résumés sont anonymes, le nom et l’appartenance du/des auteur(s) devant être inclus au corps du message (courriel).

Langues de soumission : français, anglais, espagnol.

Dates importantes :

  • Les propositions de communications seront à envoyer avant le 28 janvier 2013.
  • Les décisions du comité scientifique seront communiquées entre le 25 février et le 15 mars 2013.
  • Confirmation de participation avant fin mars 2013.
  • Paiement des frais du colloque au tarif préférentiel : entre le 1er avril et le 31 mai 2013. A partir du 1er juin : tarif normal.
  • Clôture des inscriptions : 15 juin 2013.
  • Le programme définitif sera publié le 15 avril 2013.

Tarifs

Frais d'inscription au tarif préférentiel (du 1er avril au 31 mai 2013) : 90 € (ce montant inclut une participation aux frais de repas à midi durant les trois jours du colloque, un numéro double de RSP présentant une sélection d'articles issus des Rencontres).

Pour les étudiants : 60€ (avec les mêmes prestations)

Frais d'inscription au tarif normal (à partir du 1er juin) : 120€.

Comité d’organisation

Lotfi Abouda, Olivier Baude, Gabriel Bergounioux, Caroline Cance, Camille Létang, François Nemo, Sylvester Osu, Pierre-Yves Raccah, Nina Rendulic, Yann Portuguès, Marie Skrovec.

Comité scientifique

Lotfi ABOUDA (Université d’Orléans), Dany AMIOT (Université Lille 3), Jean-Claude ANSCOMBRE (LDI-Paris 13 et Cergy-Pontoise), Antoine AUCHLIN (Université de Genève), Gabriel BERGOUNIOUX (Université d’Orléans), Olivier BONAMI (Université Paris-Sorbonne), Pierre CADIOT (Université d’Orléans), Georgette DAL (Université Lille 3), Patrick DENDALE (Université d'Anvers), Pierre JALENCQUES (Université de Rouen), Christine JACQUET-PFAU (Collège de France et LDI (Paris 13 et Cergy-Pontoise)), Franck LEBAS (Université Clermont-Ferrand), Salah MEJRI (LDI-Paris 13 et Cergy-Pontoise), François NEMO (Université d’Orléans), Henning NOLKE (Université d’Aarhus), Bert Peeters (Université de Macquarie-Syndney), Pierre-Yves RACCAH (LLL-CNRS), Corinne ROSSARI (Université de Fribourg), Louis DE SAUSSURE (Université de Neuchâtel), Liliane TASMOWSKI (Université d'Anvers), Yves-Marie VISETTI (CNRS).

Lieux

  • UFR Lettres, Langues et Sciences Humaines, BP 46527 - 45065 ORLEANS Cedex 2 - 10 rue de Tours
    Orléans, France (45000)

Dates

  • lundi 28 janvier 2013

Mots-clés

  • sémantique, pragmatique, morphologie, interface, sens

Contacts

  • Lotfi Abouda
    courriel : lotfi [dot] abouda [at] univ-orleans [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Lotfi Abouda
    courriel : lotfi [dot] abouda [at] univ-orleans [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Sixièmes rencontres de sémantique et pragmatique », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 03 décembre 2012, http://calenda.org/229603